23 septembre 2013

Une société numérique libre

 

Richard Stallman,« une société numérique libre », conférence Télécom Paris Tech 20.09.2013

La conférence n'est pas (encore) en ligne, mais un texte de Framablog s'en fait l'écho :
Stallman, Rousseau et Kant.
http://www.framablog.org/index.php/post/2013/09/22/richard-stallman-rousseau-kant

« Please sir, who is your favourite philosopher ? », une question de Véronique Bonnet, prof de philo en prépa lors de la conférence donnée par Stallman à Télécom Paris Tech, le 20 septembre 2013

« ... Dans nos pratiques contemporaines, qu’elles soient directement sociales, ou sociales à travers le numérique, nous avons à nous confronter à une forme d’évidence, de non vigilance, qui fait disparaître la réflexivité, la confrontation à un dehors, et aussi tout « pas de côté » qui ferait intervenir une interrogation éthique. Machines à voter ? Constitution de dossiers pour savoir qui lit quoi ? La figure militante d’un Richard Stallman, porteur de l’exigence éthique d’une pratique réfléchie de l’informatique, qui veut déterminer ce qu’elle fera et ce qu’elle ne fera pas, s’inscrit dans la double exigence d’une humilité, attentive, réflexive, consciente des appétits des puissants, et d’une fermeté qui exclut que la technologie tienne lieu de tyrannie.
Il l’a dit ce soir là : «  je lutte contre l’oppression, pas contre l’imperfection. »

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 septembre 2013

SH 252 : Ecole et numérique

 

Ecole et numérique, de quoi parle-t-on ? André Tricot, IUFM Toulouse

dans un dossier Générations numériques - Sciences humaines 252, spécial, octobre 2013
http://www.scienceshumaines.com/

André Tricot replace les technologies dans l’histoire. Il interroge leur apport à l’apprentissage. Il évoque par exemple le succès de Cabri-géomètre et des exerciseurs : s’il a un tel succès, c’est qu’il est compatible avec différentes façons d’enseigner, dans différents contextes, à différentes classes. Il analyse aussi des échecs (logiciel d'apprentissage de l'écriture).

Il formule deux paradoxes :
1 - plus une technologie est riche, complexe, sophistiquée, plus le risque d’incompatibilité avec le travail d’apprentissage en classe est grand.
Pour lui, une technologie ne peut réussir que si elle est compatible avec les pratiques des élèves et avec les usages dans la classe (cf un logiciel d'apprentissage de l'écriture). Un support riche mais complexe est souvent moins efficace qu’une présentation plus statique (cf dans la compréhension du galop d’un cheval : le derby d'Epsom vu par Géricault en 1821,  les photos d'Eadweard Muybridge en 1878).
[ A l’opposé, l’échec des certains logiciels tient au simplicisme des activités proposées à un élève ]

HorseinMotion
Horse in motion, source : http://en.wikipedia.org/wiki/Muybridge


Second paradoxe - il y a davantage d’ordinateurs à la maison qu’à l’école, et ils servent bien davantage. Mais c’est l’école qui ambitionne de former les futurs citoyens aux arcanes de la culture de l’information.

L’école, c’est moins la consultation de ressources que la mise en questions, en vue de la construction d’un savoir (scolaire). La motivation est essentielle. Mais pour poser la bonne question, il faut avoir de solides connaissances dans le domaine. Le doute est l’apanage de la connaissance, pas de l’ignorance.


Le numérique, un effet de mode ? (extraits de la conclusion)
« Si la révolution numérique à l'école semble tellement lente ... c'est pour des raisons ... profondes et pédagogiques... Du cinéma aux jeux sérieux, en passant par la TV et les MO5 du plan Informatique pour tous, beaucoup de nouvelles technologies n’ont pas tenu leurs promesses éducatives. A chaque fois, on a cru pouvoir moderniser l’école [de l’extérieur]. Je crois qu’il est temps d’admettre que ce n’est pas la bonne méthode.

L’école a sans doute besoin d’être plus efficace et plus juste. Quand nous saurons comment faire cela, alors nous saurons en quoi les façons d’organiser l’école, d’enseigner et d’apprendre doivent être modifiées, alors seulement nous saurons ce qu’une technologie, ancienne ou nouvelle, pourra apporter. Dans l’attente, nous sommes condamnés à innover un peu par hasard, en essayant quelque chose dans l’espoir que cela marche et en nous préparant à être déçus.


Depuis une génération, nous avons appris beaucoup de choses. Nous avons appris que les conditions d'intégration des nouvelles technologies à l’école dépendaient de leur utilité, de leur simplicité et de leur compatibilité avec ce qui se passe da ns la classe. Nous avons appris que leur utilité résidait essentiellement dans leur effet positif sur la motivation, l’engagement, le plaisir des élèves, sur la richesse et la complexité des contenus que l'on peut aborder, sur l'interactivité et la possibilité de personnaliser l'apprentissage pour un élève singulier. Mais nous avons appris que ces plus-values en termes d’utilité s'obtenaient souvent au détriment de la simplicité. Nous avons dû admettre que les évaluations proposées par un ordinateur sont souvent rudimentaires mais qu'elles offrent la possibilité de mieux suivre l'activité d'un élève, d'augmenter le nombre d’évaluations et de favoriser l’auto-évaluation. Nous avons enfin à peu près compris les apports des différents types d’images ou de textes ainsi que de la simulation, à la compréhension. Nous avons compris l’intérêt de proposer des supports nouveaux qui parviennent parfois à détourner certains élèves de leurs difficultés scolaires … »


Les publications d'André Tricot
http://andre.tricot.pagesperso-orange.fr/

3 questions à... André Tricot - L’Ecole numérique juin 2011
( une revue numérique, mais l’accès sur le web n’est pas gratuit)
http://www.cndp.fr/ecolenumerique/tous-les-numeros/numero-8-juin-2011/sommaire/3-questions-a-andre-tricot.html


Boubée, N., & Tricot, A. (2010). Qu’est-ce que rechercher de l’information ? Lyon : Presses de l’ENSSIB
http://www.enssib.fr/presses/catalogue/qu-est-ce-que-rechercher-de-l-information

Apprentissages et enseignement. Médiadoc, numéro spécial « Apprendre l’info-doc : quelle médiation ? » 2011
http://andre.tricot.pagesperso-orange.fr/Tricot_Mediadoc.pdf

La recherche d’information comme dialogue. Les Cahiers du Numérique, 2012
http://andre.tricot.pagesperso-orange.fr/TricotComtat_2012.pdf

Coopération, connaissances et documents : vers une nouvelle donne pour les enseignants ?
http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/lettres/lyceepro/ppcp/Coopération4.htm


À quelles conditions les TICE peuvent-elles être utiles : quelques apports de la recherche ?
Extrait du Formation CoTIC - IUFM Aix-Marseille mars 2010 (présentation pdf d’une vidéo)
http://tice.aix-mrs.iufm.fr/cotic/IMG/article_PDF/article_a87.pdf‎
http://tice.espe.univ-amu.fr/spip/Quels-sont-les-apports-et-les

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 juillet 2013

Le numérique, un mot-valise

 

- Le numérique, adjectif substantivé. Alexandre Moatti (Le Débat 170)
http://ddata.over-blog.com/0/31/93/70//Blog-Bibnum.info/Le-numerique-adjectif-substantive-Moatti-Le-Debat170.pdf
- une synthèse d'Eric Bruillard (bulletin 21 de l'IFE, pages 5-7,
renommer le fichier si besoin en ajoutant l'extension pdf)
http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/bulletins/bulletin-nb021

Ces deux textes aident à analyser le discours et les représentations des médias sur l'informatique et le numérique.

Selon Eric Bruillard, « on peut caractériser l’informatique autour de trois approches complémentaires et souvent hybridées :
- l'algorithmique et les traitements automatisés autour du cycle données / traitement / résultats ;
- l'interaction continue avec des machines, des artefacts sémiotiques, dans ce qu’Anne Nicolle nomme des processus à durée indéfinie ;
- la participation à des interactions sociales avec des agents humains et non humains via les réseaux (Bruillard, 2010).

Cette tripartition permet de souligner les éléments concourant à une culture informatique qu’il reste à construire : une « pensée » informatique, la maîtrise d’objets informatiques et la participation à des activités sociales dans un monde en réseau ».

Le numérique ? Les définitions courantes n’évitent pas la tautologie, mais pour les scientifiques, le numérique, c'est le traitement de l'information sous la forme d'une séquence de chiffres, avec tous les avantages associés. Le numérique permet de concevoir des applications qui rendent de grands services aux internautes, au moins quand les formats utilisés sont ouverts.

En France, les médias utilisent le numérique comme slogan pour désigner ce que tous les autres pays appellent digital (« Go Digital »). Ce mot-valise sert à ringardiser tous les autres. Ceux qui l'emploient donnent l'impression d'oublier la base matérielle préalable, comme s'ils voulaient occulter le rôle de la science et de la technique.

L'adjectif vampirise les concepts auxquels il est associé ( cf. culture « numérique »…). Le substantif a une forte valeur marketing (« Digital Economy » devient « Economie du Numérique ») : les adolescents sont considérés comme des clients potentiels et des digital natives qui peuvent se dispenser de tout apprentissage.
Le mot « numérique » met l'accent sur les seuls usages, dans une idéologie où tout est marchandise et où tout peut être quantifié : l'humain se résumerait alors à du nombre.
Eric Bruillard préfèrer utiliser le pluriel et parler des « cultures numériques ».

Pour lui, il est essentiel d'enseigner l'esprit critique, « une Arlésienne » qu'il définit par trois éléments : une disposition (plus qu'une compétence), une capacité d'action sur les machines et une construction sociale.

..

Posté par clioweb à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

10 juin 2013

Ecole et numérique : point d'étape

 

Pourquoi l'école française reste en retard sur le numérique ? - Le Monde 08.06.2013
L’article cite Gilles Babinet, « chargé des enjeux du numérique auprès de la Commission européenne »,
et Thierry de Vulpillières, le responsable éducation de Microsoft.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/08/pourquoi-l-ecole-francaise-reste-en-retard_3426520_3224.html
Gilles Babinet a été président du CNM sous NS, il se présente comme "digital champion" de l'UE. Il a produit un rapport pour l’Institut Montaigne et l'a vendu à la presse comme « un New Deal »(sic). http://clioweb.canalblog.com/tag/babinet
il sévit également dans L'Express du jour, à 14 h 52 : Numérique à l'école: L'Education nationale va disparaître".


- Au collège Jean-Mermoz de Yutz (Moselle), l'enseignement entre à tâtons dans l'ère du numérique - Le Monde 08.06.2013
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2013/06/08/au-college-jean-mermoz-en-moselle-l-enseignement-entre-a-tatons-dans-l-ere-du-numerique_3426598_1473688.html

- Avec le numérique, le prof se recentre sur le coeur du métier. Libération 09.06.2013
Véronique Soulé publie un entretien croisé entre Vincent Peillon et Michel Serres.
http://www.liberation.fr/societe/2013/06/09/avec-le-numerique-le-prof-se-recentre-sur-le-coeur-du-metier_909521
http://www.profencampagne.com/article-avec-le-numerique-le-prof-se-recentre-sur-le-coeur-du-metier-entretien-croise-v-peillon-m-serres-118389946.html


- Faire entrer l'École dans l'ère du numérique : premier point d'étape de la stratégie déployée - site web du MEN, 06.06.2013
Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, et Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique, se rendront lundi 10 juin, au lycée Diderot à Paris (19ème). Ils présenteront les nouveaux services disponibles dès la prochaine rentrée scolaire 2013 à destination des élèves, des enseignants et des familles.
http://www.education.gouv.fr/cid72254/faire-entrer-l-ecole-dans-l-ere-du-numerique-premier-point-d-etape-de-la-strategie-deployee-et-annonce-des-nouveaux-services-numeriques-pour-la-rentree-scolaire-2013.html


- Table ronde sur l’éducation à l’information et aux médias avec
Olivier Schrameck, Président du CSA,
Isabelle Falque-Pierrotin, Présidente de la Cnil,
Marie Derain, Défenseure des enfants,
Catherine Bizot, Inspectrice générale de l’éducation nationale
et Jean-Paul Delahaye, Directeur général de l’enseignement scolaire.
http://www.dailymotion.com/video/x10rc7y_ecole-numerique-table-ronde-sur-l-education-a-l-information-et-aux-medias_school

Discours de Vincent Peillon 10.06.2013 :
http://www.dailymotion.com/video/x10rds1_ecole-numerique-intervention-de-vincent-peillon_school


.

Posté par clioweb à 20:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mai 2013

Lyon 2013 : EMI Cultures numériques

 

« Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information ».

A Lyon, en mai 2013, les participants à une conférence nationale ont débattu de la nature et des enjeux de l’information.

A l’Ecole, comment former à un usage raisonné des cultures numériques ?
En créant une nouvelle discipline, du CP à la terminale (L’informatique comme science ? L’éducation aux médias et à l’information, l’EMI de l’Unesco ?), ou en encourageant une démarche transversale ?

« Comment passer de l’innovation à la généralisation ? » interroge Jean-Louis Durpaire, IGEN.
« Il faut surtout éviter toute injonction à l’innovation : elle peut être paralysante et contre-productive » répond Divina Frau-Meigs.
http://emiconf-2013.ens-lyon.fr/tables-rondes/table-ronde-6/frau-meigs.pdf/view

Eric Bruillard rappelle l’importance de l’esprit critique, « une Arlésienne » qu’il définit par trois éléments :
une disposition (plus qu’une compétence), une capacité d’action sur les machines et une construction sociale.
http://emiconf-2013.ens-lyon.fr/videos/interviews/bruillard.m4v
http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/bulletins/bulletin-nb021

La présentation des tables rondes et des ateliers est en ligne, les vidéos sont attendues.
Le Café pédagogique (24.05.2013) a publié un compte rendu de J-M. Le Baut.
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/documentation/Pages/2013/144_2.aspx

.

Posté par clioweb à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


23 mars 2013

Chercheur indiscipliné

 
taddei

François Taddei, chercheur interdiscipliné - Le Monde sciences et techniques, 23.03.2013


François Taddei, bientôt 47 ans, est polytechnicien, directeur de recherche à l'Inserm, Prix Inserm 2003 de recherche fondamentale. Ce chercheur ne s’occupe pas seulement de biologie mais aussi d’éducation, de formation par la recherche.

« Au sein du CRI, l'innovation est donc partout… François Taddei a des liens avec des enseignants qui tweetent avec leur classe de primaire. Il a contribué au lancement de Paris-Montagne, une association qui permet l'accueil de lycéens dans les laboratoires de recherche.
Nous allons bientôt déménager dans le quartier du Marais, à Paris, pour occuper 6 000 m2 et devenir un institut innovant pour la formation par la recherche, grâce aux Investissements d'avenir ", s'enthousiasme François Taddei, qui rappelle, facétieux, qu'il aurait préféré le baptiser " Fiesta ", pour " Faculté pour l'innovation, l'éducation, la science, la technologie et les arts ».


François Taddéi, We Key Pedia - Rencontres Wikimedia 12.2012
La version vidéo arrive en ligne.

sur dropbox, à télécharger en version temporaire :
https://www.dropbox.com/sh/5w9mlybxqnzqa4j/7BakeYLyv8
- Le fichier audio  taddei-2012.mp3 (34 Mo seulement)
- Les diapos utilisées par François Taddéi (utiliser l'aperçu)
(le chiffre après T-, c'est le temps de diffusion en minutes)

- une transcription à améliorer : http://clioweb.free.fr/debats/wiki/taddei.doc

Ecouter et voir François Taddéi sur viméo (avec diapos) :
Apprendre au 21e siècle - 11 mai 2012 - http://vimeo.com/41972610

Voir aussi TEDxParis - François Taddei - 01/30/10
http://www.youtube.com/watch?v=60_xXe5IAkI


renc-wm


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 mars 2013

Critiquer (vraiment) Facebook

 

Critiquer (vraiment) Facebook, Dominique Cardon, Libération 19.03.2013
http://www.liberation.fr/evenements-libe/2013/03/19/critiquer-vraiment-facebook_889718


Extraits :
« Tout se passe comme si la multiplication des discours critiques était sans effet aucun sur les comportements des utilisateurs. Comment dès lors comprendre que nous consentions aussi facilement à mener une vie sociale numérique que nous désapprouvons ? »

« Il y a quelque chose d’incohérent … dans les reproches que nous adressons continuellement aux réseaux sociaux de l’Internet : perte de temps, bavardage, addiction, faux-amis, désordre de la relation et de la personnalité, etc.
Ces critiques, le plus souvent, nous les destinons aux autres. Ce sont eux, les jeunes, les naïfs, les narcissiques, qui se dispersent, se perdent, s’exhibent et vivent des expériences déréalisées, pas nous, utilisateurs conscients et réflexifs de l’Internet ».

« A idéaliser le fait que nos choix d’individus devraient être des décisions purement internes aux personnes et qu’elles ne doivent rien à leur environnement externe, nous entretenons une illusion permanente, et constamment déçue, sur la réalité de notre vie sociale ».

Posté par clioweb à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Le New Deal de l'Institut Montaigne ...



Le numérique à l'école reste à inventer - France-Info, 21.03.2013
Ecole et numérique : la loi Peillon suffira-t-elle ?
http://www.franceinfo.fr/education-jeunesse/question-d-education/ecole-et-numerique-la-loi-peillon-suffira-t-elle-926557-2013-03-21

Le numérique à l'école reste à inventer - HuffingtonPost
Gilles Babinet, patron,
auteur de l'étude de l'Institut Montaigne "Pour un New Deal numérique" :-):-)-:-)
http://www.huffingtonpost.fr/gilles-babinet/numerique-a-lecole_b_2860594.html

L'Institut Montaigne parlant de New Deal, qq chose a dû changer le 6 mai 2012 :-)
Bien sûr, Babinet cite l'excellent François Taddéi ou TED 2013
http://vimeo.com/41972610
Mais faut-il confondre gauche libertaire et droite patronale ?

La pédagogie n'est sans doute pas seulement affaire de start-ups éditoriales, d'esprit d'entreprise et de tête dans les étoiles.
Plutôt de finalités clairement définies, de conditions de travail et de méthodes adaptées aux élèves d'aujourd'hui. La situation changera peut-être le jour où on paiera des informaticiens pour faciliter le travail des élèves, pas pour mettre des obstacles et des entraves.
Tout discours maximaliste est hypocrite. Il conduit à l'impasse, en donnant bonne conscience aux décideurs et en berçant d'illusions les élèves et leurs parents.


.

Posté par clioweb à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mars 2013

Le numérique à l'Ecole, suite

 

Quel sens donner au numérique à l'école ? du grain à moudre, 12.03.2013
Après une succession de plans ayant eu pour principal objet l’équipement des établissements, voici enfin venu le temps de s’interroger sur la finalité du numérique à l’école. A condition de se poser les bonnes questions. Dans un univers technologique en perpétuel mouvement, l’institution scolaire peut-elle faire autrement que de chercher à rattraper son retard pour être en phase avec l’époque ?
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10175-12.03.2013-ITEMA_20391483-0.mp3

Le numérique et l'école, le sujet a déjà été abordé dans l'émission du grain à moudre le 26.11.2013
http://clioweb.canalblog.com/archives/2012/11/27/25683278.html


Sur les adolescents face aux technologies et aux médias, écouter Dannah Boyd dans Place de la Toile.16.03.2013
http://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile



Du grain à moudre, extrait vers la 13e minute :
Bernard Stiegler - L'ensemble du savoir en train de muter, il faut une recherche de haut niveau, qui ait très vite un impact direct sur le terrain, une recherche-action

Q - Quadrature du cercle : Comment, sur le temps long, refléchir et questionner le numérique au niveau de l'université, et sur le temps court, adapter la pédagogie et l'enseignement à une technologie qui bouge sans arrêt ?

Réponse de Pierre Moeglin (Paris 13) - du point de vue de la recherche, je dirige moi-même des thèses, comme Bernard Stiegler d'ailleurs, la réponse est assez simple : il faut distinguer l'écume des jours et repérer la logique des grandes mutations.

Je voudrais donner un exemple concret. On parle d'une grande encyclopédie qui s'appelle Wikipedia.
C'est une contradiction dans les termes. Au XVIIIe, l'Encyclopédie est pensée comme faisant cercle (cyclos), comme un univers fermé. Wikipedia, c'est l'inverse. C'est un univers en expansion permanente.

Q - Ne redéfinissez-vous pas l'opposition entre le livre papier et le livre numérique ?
R- L'encyclopédie papier, c'est un univers refermé sur lui-même et une vision du monde qui est encyclopédique.
Wikipedia, c'est un autre univers, c'est un univers en expansion

Q- voulez-vous dire qu'un univers en expansion ne peut pas être encyclopédique ?
R- En tous cas, il y a une contradiction dans les termes, en effet.  L'idée du cercle refermé sur lui-même n'existe plus dans Wikipédia. On est dans une autre logique, on est dans une logique de la celle de découverte permanente, de l'augmentation permanente, c'est un peu ça qui est en jeu.


Le numérique est vraiment un observatoire intéressant.
- L'émission en apprend sans doute davantage sur les représentations des invités, en fonction de leur statut actuel, que sur les enjeux du numérique appliqué à l'éducation. Que demande un universitaire ? la mise en place d'un programme de 500 thèses en recherche-action avant tout usage scolaire du numérique…
Les médias, face aux technologies, balancent sans cesse entre l’extase et l’effroi. Il semble toujours difficile de parler d'éducation à la radio ou à la TV sans tomber dans les clichés et les oppositions stériles (le Savoir contre les compétences, la machine contre l'humain ... ).

- Carr et Prensky.
A écouter un des invités, Prensky le père de l'expression « digital natives », « (ce n'est qu'un) journaliste, ce n'est pas un chercheur ». Il n'est donc pas sérieux… Pourquoi cette détestable habitude de mépriser le travail des autres, au nom d'un métier, d'une fonction ou d'un statut ?
Par contre, pour vilipender internet qui rendrait idiot (« plus encore idiot » titrait le magazine Books ), à qui font appel tous les médias français, les uns après les autres ? A Nicholas Carr ! Ne serait-il pas lui aussi un simple journaliste ??

- Médias ou réseaux sociaux. Avant le règne des communicants, les mots avaient un sens. Facebook nomme « ami » ce qui est souvent un simple contact sur le web. Pourquoi parler sans cesse de « réseaux sociaux » quand Facebook et d'autres, ce sont d'abord des « médias sociaux », des industriels dont l'ambition est de faire le maximum de profits grâce à la publicité ciblée.

Dans ces faux débats, les intervenants semblent négliger les pratiques développées depuis une génération, les questions élaborées par les pionniers au temps à l'accès à un internet rapide apparaissait comme un espace de liberté.

L'ordinateur a longtemps été considéré comme un moyen de traiter des données. Faute de conditions de travail adaptées, la communication a pris le dessus, au service d'une vision traditionnelle de la pédagogie (présentations, traitement de texte ...). Sera-t-il un jour possible de sortir l'informatique de ce retour en arrière, et de former à nouveau les élèves aux outils indispensables pour garder la maîtrise d'un monde soumis à la numérisation ?


.

.




Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 mars 2013

Copyright Madness

 

Quand la propriété intellectuelle devient folle (Copyright Madness, CopyFraud)
Place de la Toile 09.03.2013 une émission très militante, avec Lionel Maurel (Calimaq)
http://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile-quand-la-propriete-intellectuelle-devient-folle-2013-03-09


La numérisation qui devrait être une chance pour le domaine public sert de cache-sexe à une privatisation accélérée :

. Certains musées, interdisent au public de prendre des photos, même pour des oeuvres qui sont dans le domaine public. Mais les reproductions vendues sont une forme de privatisation via le copyright du photographe,
même quand elles n'ajoutent aucune forme de création aux oeuvres.

gant-rmn
source : Lionel Maurel

. A la BNF, les accords de numérisation d'ouvrages du domaine public octroient aux entreprises un privilège d'exclusivité d'exploitation de 10 ans.
cf le blog Scinfolex : http://scinfolex.wordpress.com/2013/01/19/la-privatisation-du-domaine-public-a-la-bnf
et
http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-bnf-accusee-de-privatiser-des-oeuvres-du-domaine-public_1217493.html

. Autres exemples de dérives : les guérillas entre entreprises à propos de marques (cf Apple tentant d'interdire en Pologne une A.pl ). Le vocabulaire commun peut être même être pris en otage (cf I will)
L'impression 3D semble inquiéter certains industriels. L'hystérie commerciale peut un jour casser le web.

Copyright Madness : http://scinfolex.wordpress.com/2013/01/26/le-copyright-madness-passe-au-vinvinteur/

Une riposte suggérée : légaliser le domaine public et les biens communs, qui n'existent qu'en négatif dans l'arsenal législatif imposé par le lobbying des marchands.

SavoirsCom1 - Politiques des biens communs de la connaissance
http://www.savoirscom1.info/

public-dimic

Public Domain par dimic - CC-BY-ND-SA Flickr


PS 1 : L'Allemagne applique depuis le 1er mars 2013 une Google Lex, la loi Leistungsschutzrecht, sur le droit de propiété, en réponse au pillage de la presse par Google. Du fait de l'imprécision du texte sur le droit de citation, Tobias Berg qui assure depuis 17 ans une revue de presse a préféré arrêter. http://www.nfhdata.de/ (source NM)


PS 2 : Ce que copier veut dire, Lionel Maurel Calimaq (source tw)
sur Slideshare, une présentation en 83 diapos faite à la bibliothèque de Rezé le 15.03.2013
http://fr.slideshare.net/calimaq/copy-party-rez


ninapaley

source : Lionel Maurel - voir aussi G images : http://tinyurl.com/czzkcnw


Nina Paley est l'auteur de Sita Sings the blues , distribuée sous licence libre
(Sita est la femme de Rama dans le Ra-ma-yana)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nina_Paley

Voir et écouter Nina Paley en chanteuse : http://www.youtube.com/watch?v=gTyWS-tuoWk
.

.


.