14 mai 2020

Le retour de la guerre sociale ?

 

«Travailler plus » ou le retour de la guerre sociale

Romaric Godin, Mediapart 12.05.2020


une réponse aux activistes du patronat néolibéral :
l’urgence n’est pas l'enrichissement des paradis fiscaux,
avec un allongement du temps de travail et une précarisation aggravée,
mais un salariat normal et une relance de la demande
menacée par le risque sanitaire et la course aux bas salaires.

http://clioweb.free.fr/presse/1temp/mdp/35heures-romaric.pdf

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


31 janvier 2020

LPPR - Motion EA HisTeMé Caen

 

- LPPR - Vers des jeunes chercheurs de plus en plus précaires - Libération 05.02.2020
   .   
   http://clioweb.free.fr/debats/lppr/tribune-jeuneschercheurs.pdf

 

- Motion EA HisTeMé
  Université de Caen-Normandie - 25.01.2020
  
http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/histeme


Les membres de l’EA HisTeMé de l’université de Caen-Normandie, réunis en assemblée générale
le 25 janvier 2020, s’alarment de la simultanéité et de la coordination des attaques portées
contre le système de retraite de toutes et de tous, contre la fonction publique et ses agents,
et contre le service public d’enseignement supérieur et de recherche.

L’EA HisTeMé se prononce contre le projet de réforme des retraites à points.
En effet, il remettrait en cause le code des pensions qui fait partie intégrante du statut des fonctionnaires
et ferait baisser les pensions de retraite de façon inacceptable (20 à 40% selon les calculs disponibles).

Cette réforme est liée par le gouvernement
aux
annonces sur la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche,
présentée comme un moyen de maintenir le niveau des pensions.

Si les diagnostics portés par les groupes de travail impliqués ne peuvent
que rassurer les enseignants-chercheurs que nous sommes sur la prise en compte
de la détérioration de nos conditions professionnelles par notre tutelle
(dégradation du secteur public, rémunérations peu attractives, érosion des emplois permanents,
manque de considération pour le doctorat, faiblesse des moyens accordés, etc.),

les solutions apportées privilégiant une compétitivité sauvage fondée
notamment sur la multiplication des appels à projet,
la suppression de la qualification, la recrudescence des contrats précaires,
notamment pour les jeunes collègues, la modulation de service appuyée sur la fin des 192 HTD, etc.,
sont autant d’atteintes au statut d’enseignant-chercheur et au bon fonctionnement de nos institutions
qui reposent sur le partage
de la connaissance au service de la collectivité.


L’EA HisTeMé rappelle que
la recherche en sciences humaines et sociales ne peut
pleinement
s’épanouir qu’à travers le respect d’un certain nombre de principes :

- Encouragement de l’attractivité des métiers de la recherche par le refus d'une précarisation croissante et généralisée ;

- Évaluation qualitative par les pairs ;

- Soutien aux logiques de coopération scientifique contre la mise en concurrence systématique ;

- Pluralisme et liberté de la recherche, menacés par un pilotage centralisé et le recul des financements récurrents ;

- Priorité de la recherche conduite dans le temps long ;

- Retour à un équilibre entre enseignement et recherche selon les meilleures normes internationales,
     avec des sabbatiques réguliers, l’allègement des charges administratives
     et le refus de toute augmentation du service d’enseignement.

- Reconnaissance de la spécificité de la recherche en sciences humaines et sociales et de l’esprit critique
que ces disciplines promeuvent au service de la compréhension des sociétés.


Le même attachement à un service public de qualité et aux libertés académiques conduit
l’AG de
l’EA HisTeMé à s’opposer résolument à la réforme de la formation des enseignants du secondaire
et spécialement du concours du CAPES, définitivement vidé de ses exigences et de son contenu disciplinaire.

L’assemblée générale de l’EA HisTeMé soutient les luttes en cours et appelle la communauté universitaire dans son ensemble (étudiants, personnels administratifs, enseignants, chercheurs et enseignants-chercheurs) à se mobiliser pour empêcher la mise en oeuvre de ces contre-réformes qui aboutissent, in fine, à la destruction du service public et à la remise en cause de la protection sociale.

voir aussi :
La LPPR en 180 secondes, en 1800 secondes, en diaporama

http://clioweb.free.fr/debats/lppr/lppr_en_180s.pdf

http://clioweb.free.fr/debats/lppr/lppr_en_1800s.pdf

http://clioweb.free.fr/debats/lppr/lppr-en-1800s-diapo.pptx

 


.
.

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 avril 2016

AB - A quoi bon encore l’université ?

 

A quoi bon encore l’université ? par Antonia Birnbaum, Paris 8
Un texte d’humeur
http://lundi.am/A-quoi-bon-encore-l-universite

extrait :
« ...La formation professionnelle s’impose à l’université comme son ressort principal...  Elle soumet l’université au fonctionnement réel de l’économie, c’est-à-dire à la précarité, à la flexibilité, au chômage, à un travail salarié exclusivement conçu au regard de sa solvabilité et de son utilité pour la reproduction capitaliste de la société »...

« En France, la plupart des étudiants travaillent déjà dans des emplois crétins pendant leurs études, pour les financer, en vue d’avoir un autre emploi plus tard. Sera-t-il moins crétin ? Ailleurs les étudiants se surendettent. Bien sûr cela concerne également l’emploi à l’université, puisque les logiques précaires s’y imposent de plus en plus, entre vacataires, ATER, réduction de postes, suppression de budgets récurrents, et tutti quanti.

Quant aux titulaires ils bénéficient certes d’une position privilégiée. Pourtant, leur métier évolue à grande vitesse : plutôt que de passer de très longs étés à lire et à écrire, ils sont occupés à monter des projets et à chercher des financements. Dans les colloques, quasi vides, chacun regarde ses mails pendant que les autres débitent leurs propos, puis débite le sien. Un universitaire professionnel maîtrise le logiciel Excel, produit des maquettes de diplôme qui changent tous les deux ans, monte des conventions avec l’étranger, siège dans un comité d’évaluation ».


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 juin 2015

Face à l'ubérisation, Que Faire ?

 

libe-uberise

Libération, la Une du 25.06.2015 (détail)

 

- A Paris, des chauffeurs de taxi ont dénoncé, parfois avec violence, la place prise par les chauffeurs privés utilisés par la société Uber (dirigée par Travis Kalanick, un des fondateurs).
Un client utilise son téléphone mobile pour repérer un véhicule. Le chauffeur n'est pas un salarié, c'est lui qui finance le coût et l'entretien du véhicule, c'est lui qui paie l'assurance... Uber est accusée de favoriser le travail au noir, au mépris des règles sociales, fiscales et administratives en vigueur.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Uber_(entreprise)

Taxis vs Uber : vous me direz si j’ai bien compris
http://blogs.rue89.nouvelobs.com/en-attendant
« On a donc des précaires qui se font enfler par un monopole du XXe siècle (les taxis) qui tapent sur des précaires qui se font enfler par une innovation du XXIe siècle (les Uber), sous les yeux d’un Etat régi par des compétences du XIXe siècle, qui se fait enfler par tout le monde puisqu’à la fois les monopoles et les précaires lui pissent à la raie ».
L’étape suivante : les robots remplaçant les chauffeurs de taxis, les médecins, les juristes, les journalistes et les financiers ?


- « L’uberisation » menace des pans entiers de l’économie
http://www.liberation.fr/economie/2015/06/25/l-uberevolution_1337252

« Bien qu’illégal, le service, suspendu à des décisions de justice, reste accessible. Et continue d’engranger de nouveaux adeptes - déjà plus de 400 000 - séduits par sa souplesse et des tarifs défiant toute concurrence. La technologie et son adoption vont tellement plus vite que le droit ».
« Des transports aux banques, de l’assurance à la santé en passant par l’énergie, l’éducation ou même les détectives privés (lire ci-contre), plus aucun secteur n’est à l’abri. «Les barbares attaquent» »
Cette uberisation a déjà fait bien des victimes : la musique (Napster), l’hôtellerie (Booking, Airbnb)

- L’uberisation en dix leçons
Mépriser le droit social, faire fortune et imposer un monopole façon Google.
http://www.liberation.fr/economie/2015/06/25/l-uberisation-en-dix-lecons_1337247
- 12 heures, 12 applications
Une journée ubérisée : détective occasionnel, les MOOCs, le bureau low cost, le traiteur improvisé
http://www.liberation.fr/economie/2015/06/25/douze-heures-de-labeur-en-12-applications_1337250


- Le prochain livreur d'Amazon, c'est vous
http://www.liberation.fr/economie/2015/06/17/le-prochain-livreur-d-amazon-c-est-vous_1331531

Mieux que les drones, Amazon envisagerait de faire livrer ses 3,5 millions de colis par des particuliers, payés en bons d’achat ? De quoi «uberiser» les puissantes messageries comme UPS et Fedex ?
Instacart est une application qui propose à ses clients d’envoyer un voisin agréé «personal shopper» faire les courses à leur lace place.
« Un Américain sur quatre en âge de travailler est désormais indépendant et ce modèle de « freelancisation » généralisé induit une pression à la baisse des salaires ».


- Quelle stratégie adopter face aux «nouveaux barbares» ?
Le secteur de l’hôtellerie a donné le la
Défendre son pré carré, s’ubériser soi-même, lutter sur le terrain du droit et de la qualité.
http://www.liberation.fr/economie/2015/06/25/la-resistance-mode-d-emploi_1337246


. 2 articles d'Olivier Ertzscheid, Affordance.info
Les coolies de la pop-économie
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2015/06/les-coolies-de-la-pop-economie.html

De Ned Ludd à Uber. Et retour. Les 3 côtés obscurs du numérique, OE, Affordance.info
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2015/06/de-john-ludd-%C3%A0-uber-et-retour.html
Uberisation" de l'économie, surveillance systématique VS anonymat, humanité « augmentée »
 « L'engouement du public pour ces technologies et cette servicialisation d'apparat, le suivisme pathétique d'une classe politique aux abois... soulignent déjà de manière dramatique l'absence de toute réflexion éthique, philosophique et morale... »
« Les fabricants de chandelle n'ont jamais gagné contre le soleil »


[ Le luddisme, c'est une révolte d'artisans au RU en 1811-1812. Ils brisent les machines qui menacent leur travail. La répression est brutale.]
Par la suite, « les luddistes avaient vite cessé de s’attaquer aux machines pour remettre en question le rapport social qui les menaçait dans leur existence. Ils se sont tournés vers la loi, l’action politique et le syndicalisme, donnant naissance à ce qui deviendrait le mouvement ouvrier, à la fois moderniste et social. [Leur mobilisation a été souvent difficile (cf. la grève décrite par Zola dans Germinal) et la répression vigoureuse : cf. Fourmies en 1890. Cette action collective est à l'origine de la protection sociale qui existe encore en ce moment, malgré la propagande forcenée des idéologues ultra-libéraux et la déstabilisation permise par l'électronique].
«L’uberisation» de la société doit déclencher le même mouvement : non une lutte contre la technologie mais un combat pour les garanties des travailleurs des nouvelles activités, pour des mesures qui humanisent la transition numérique ; pour une régulation qui favorise l’adaptation et non la brutale éviction des uns au profit des autres, qui n’est qu’une guerre entre pauvres. Bref, pour une technologie mise au service des humains et non mise en œuvre pour le seul profit de quelques milliardaires californiens en jeans et Converse ».
Editorial Laurent Joffrin, Liberation 26.06.2015
http://www.liberation.fr/economie/2015/06/25/combat_1337253


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 janvier 2014

Vis ma vie de pigiste non rémunéré

 

Vis ma vie de pigiste non rémunéré - tribune dans Rue 89, 23/01/2014
http://rue89.nouvelobs.com/2014/01/23/vis-vie-pigiste-non-remunere-249291

Ce métier, nous l’avons choisi par passion. En entrant en école de journalisme, nous savions que nous ne roulerions pas sur l’or, mais aucunement que nous devrions travailler gratuitement.

extrait :
Des précaires qui interviewent des précaires
« Ces mêmes rédacteurs en chef, qui courent les festivals les plus prestigieux et s’émeuvent à la tribune de la situation sécuritaire et financière des free-lances en Syrie ou sur les terrains de guerre, oublient qu’ils participent à l’exploitation de pigistes « locaux », ici en France.

Ces rédacteurs en chef bien installés et grassement payés oublient que nous avons l’âge de leurs enfants et que ce « jeu » ne nous amuse pas du tout. A 25, 30, 35 ans, beaucoup d’entre nous vivent au jour le jour, incapables de faire le moindre projet.

Alors que les rédactions multiplient les reportages sur la « précarisation du travail », peu de rédacteurs en chef se soucient de ces cohortes de jeunes journalistes en piges ou CDD depuis des années. Et ce sont parfois ces derniers qui sont envoyés pour réaliser les reportages sur les emplois précaires... Les coulisses de l’information ne sont pas toujours très belles à voir ».

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 octobre 2013

La grogne des doctorants

 

Des doctorants affectés contre leur gré dans le secondaire - Le Monde  19.10.2013
http://www.lemonde.fr/enseignement-superieur/article/2013/10/19/mouvement-de-grogne-des-doctorants-affectes-contre-leur-gre-dans-le-secondaire_3499478_1473692.html
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?breve1785

« Mutés dans le secondaire alors qu'ils pensaient pouvoir continuer à enseigner à l'université. C'est la mauvaise nouvelle qu'ont reçue de nombreux jeunes agrégés d'anglais. Pour faire face à la pénurie de professeurs dans le secondaire, plusieurs académies, dont celles de Versailles, Grenoble ou Poitiers, ont décidé de supprimer ces détachements dans le supérieur et de les envoyer en collège ou lycée, avec une charge horaire qui les empêche de faire avancer leur thèse.

D'un côté, on encourage les doctorants à passer une agrégation en leur disant que c'est un plus pour enseigner dans le supérieur. De l'autre, comme c'est un concours de recrutement de l'enseignement secondaire, ils sont censés aussi faire cours dans des collèges ou des lycées. Cette année, certains rectorats ont donc refusé les détachements afin d'affecter ces doctorants, parfois en dernière année de thèse, dans des collèges et des lycées (parfois très lointains), pour combler les trous créés par la chatelisation ».

[ Il faudrait y ajouter tous ceux qui ont soutenu une thèse,
mais qui ne trouvent pas de postes stables disponibles à l'Université ]

Le Ministère promet de réfléchir à la situation des ATER …

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 novembre 2012

Supérieur : questions pour une réforme

 

- Les Assises nationales de l'enseignement supérieur et de la recherche s'ouvrent aujourd'hui pour deux jours. Deux projets de loi doivent être présentés dès début 2013. Avec pour ambition de remplacer la loi LRU de 2007 et d’en finir avec la pécrisation et de la wauquization ?


. Vis ma vie d’enseignant chercheur en France - Libération 25.11.2012
en ligne mardi matin ?
http://www.liberation.fr/societe/2012/11/25/vis-ma-vie-d-enseignant-chercheur-en-france_862900


. Geneviève Fioraso répondait aux questions dans Les Matins.
http://www.franceculture.fr/emission-les-matins

. Quelle est donc la carte du territoire universitaire des socialistes pour 2017 ?
Question de Sylvain Kahn en 3 minutes sous forme de chronique géographique ** :
une France à 3 vitesses, de part et d'autre d'une ligne Bordeaux-Strasbourg ?
http://www.franceculture.fr/emission-les-idees-claires-de-sylvain-kahn-universites-la-carte-et-le-territoire-2012-11-26
Réactions, commentaires et débat possible sur FB :
http://www.facebook.com/sylvainkahn.planeteterre

 

- Recherche : Six questions pour une réforme - Le Monde 22.11.2012

Peut-on simplifier le mille-feuille français ?
Quelle place pour l'université dans la recherche ?
Le financement par projet est-il la panacée ?
Comment évaluer la recherche ?
A quoi servent les milliards du crédit impôt recherche ?
La précarité est-elle une fatalité ?

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/11/22/six-questions-pour-une-reforme_1794742_1650684.html



- Sauvons l'université : http://www.sauvonsluniversite.com/

- Sauvons la Recherche : http://sauvonslarecherche.fr/

**
Documents consultés par Sylvain Kahn et cités à l'antenne :
http://multimedia.enseignementsup-recherche.gouv.fr/info_ressources/evaluation_et_statistiques/atlas_2010-2011/index.html#/1/zoomed
http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid25460/investissements-d-avenir-par-region.html
http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid59334/localisation-des-projets-investissements-d-avenir-labex-vague-2.html
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/03/universit%C3%A9-et-recherche-les-propositions-de-fran%C3%A7ois-hollande.html
http://www.jean-jaures.org/Publications/Les-essais/2012-2017-quel-avenir-pour-l-enseignement-superieur-et-la-recherche

Les liens vers d'autres documents que j'ai consultés ce we, en plus du précieux n°33 de la revue du MAUSS, 'L'université en crise; mort ou résurrection?', La Découverte, 2009

http://blog.educpros.fr/pierredubois/2011/07/22/lidex-lyon-et-ses-3-blogueurs/
http://blog.educpros.fr/cthelot/2010/06/17/universite-de-masse-poids-respectifs-de-lenseignement-et-de-la-recherche/
http://multimedia.enseignementsup-recherche.gouv.fr/enseignement_superieur/etat_enseignementsup_recherche/index.html#/1/
http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202271286110-rentree-universitaire-les-priorites-de-la-ministre-de-l-enseignement-superieur-363002.php
http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202271765335-je-souhaite-redonner-de-la-lisibilite-au-paysage-scientifique-362887.php
http://eacea.ec.europa.eu/education/eurydice/documents/thematic_reports/091FR.pdf
http://www.oecd.org/fr/sites/eduimhe/37443707.pdf
http://www.resup.u-bordeaux2.fr/lesactualites/RESUP%202011.pdf
http://www.scoop.it/t/enseignement-superieur-et-recherche
http://sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3835
http://archeologie-copier-coller.com/?p=8723
http://www.webtimemedias.com/article/grand-emprunt-la-recherche-azureenne-lecart
http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/idex-les-gagnants-concentrent-les-labels-d-excellence.html
http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/idex-une-excellence-comparable-a-celle-des-clubs-de-foot.html
http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid59263/5-projets-selectionnes-pour-la-deuxieme-vague-de-l-appel-a-projets-initiatives-d-excellence.html


.

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

30 novembre 2011

EN : un exemple de service éclaté

 

Un exemple de « service éclaté d'une titulaire en Lettres modernes, mère d'un enfant de 4 mois : 3 collèges, 78 km à parcourir le jeudi, 13 documents à fournir pour obtenir le remboursement des frais de déplacement !
Son conjoint ne travaille que dans un seul collège, mais à ... 80 km de leur domicile ... »

A lire sur C'est classe, le blog de Véronique Soulé
http://classes.blogs.liberation.fr/soule/2011/11/


Autre exemple : une TZR demande un service allégé (15/18 h) pour s'occuper d'un enfant en bas âge. Au lieu de deux services de 9 h sur place, le rectorat de son académie l'a nommée sur un poste distant de 60 km de son domicile. Il faut sans doute appeler cela une gestion (de ressources) humaines...

 

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 juin 2011

Prof sans formation - un épilogue

« Ne pas revivre la même rentrée que cette année » . http://www.liberation.fr/vous/

David S., 25 ans, enseignant stagiaire, achève dans « Libération » la chronique de sa première année, sans formation, au collège.

Extrait :

«  C’est vrai que je me sens plus sûr de moi, mais tout ça s’est fait au prix d’efforts extrêmes et de périodes de stress presque inhumaines. Il y a de nombreux acquis mais aussi beaucoup de choses à consolider et une formation à poursuivre ».

« Cette réforme n’est pas la bonne formule pour entrer dans le métier ». 

«  Etre placé en situation d’urgence permanente ne peut rien apporter de bon aux élèves. J’ai rarement eu le temps de penser correctement mes cours et les moments de frustration ont été nombreux. Certes, nous avons appris à nager après avoir été jetés dans le grand bain, mais dans cette situation, certains se noient ou coulent profondément avant de remonter à la surface. Les dégâts psychologiques et sociaux ont été importants par moments ».

«  Une formation plus poussée et un accompagnement plus fort auraient pu éviter les moments de doute et de solitude. La solidarité entre collègues, et surtout entre stagiaires, a certainement pu éviter de craquer complètement, pour moi y compris. L’existence de syndicats et d’une organisation de stagiaires comme Stagiaire impossible a été salvatrice. C’était rassurant de savoir que ce comité s’est démené pour obtenir des audiences au rectorat, au ministère, voire à l’Assemblée, et qu’il était possible de se battre pour changer les choses ». 

« Le bilan de l’année comporte aussi quelque chose d’irrémédiablement négatif : nous n’avons rien pu obtenir pour modifier la formation des enseignants, malgré nos efforts. Il est quasiment assuré que nos successeurs, les futurs lauréats au concours, vont se retrouver dans la situation que nous avons vécue.

Leur formation conduite en même temps que le concours est plus qu’embryonnaire.

Leur donner des classes à plein temps, c’est poursuivre dans la folie ».

http://www.liberation.fr/vous/

stagiaireimpossible

http://stagiaireimpossible.org/

 


Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 juin 2011

Un balbuzard au rectorat

Un balbuzard entre au rectorat - La Nouvelle République 17/06/2011
Cet oiseau de la famille des aigles va servir la communication de la rectrice.
http://www.lanouvellerepublique.fr/education/

Marie Reynier * : « Cette académie manque d'ambition ». La Nouvelle République 17/06/2011
La nouvelle rectrice d’Orléans-Tours a des idées pour faire progresser l'académie, des méthodes pour y parvenir et aucune langue de bois pour le faire savoir.
http://www.lanouvellerepublique.fr/education/

Ces deux articles de la Nouvelle République 17/06/2011ont été repérés par Le Café et commentés par le Snuipp

Extraits :
« Deux tiers des enseignants sont dans leur établissement depuis plus de 6 ans, l'autre tiers, ce sont des étoiles filantes. Ces enseignants, tout en faisant très bien leur travail, sont dans une routine, sans esprit d'innovation ».

« Nous devons donner de l'ambition aux jeunes, quitte à remettre en cause nos méthodes. Ici, je trouve que, globalement, l'Éducation nationale est trop maternante et pas assez paternelle pour donner quelques coups de pied au derrière ! »

« ... quand il y a grève dans une cantine privée, les parents s'organisent pour assurer la surveillance. Donc ils paient et s'impliquent davantage que dans le public. Comment faire pour susciter cette implication dans le public ? »

« Si on enlève des statistiques les enfants issus de l'immigration ** , nos résultats ne sont pas si mauvais ni si différents de ceux des pays européens » explique Mme Reynier.

« Pourquoi dévaloriser les résultats du travail de ces élèves et de leurs enseignants ? Pourquoi porter atteinte à l'image que les enfants ont d'eux-mêmes ? Ces propos sont d'autant plus graves que toutes les études montrent que cette attitude conduit à réduire les ambitions et les résultats scolaires » répond le Snuipp. Le syndicat demande au ministre de « faire cesser de tels propos discriminatoires qui portent atteinte à l'image de l'école et aux valeurs que portent ses personnels. Le respect des élèves exige des excuses ou un démenti de la part de Mme le Recteur ».

* "Agrégée de mécanique, Marie Reynier a travaillé ... sur la maîtrise des comportements vibratoires" (sic)

- Ces propos ont soulevé un tollé. Chatel les a qualifié de « maladresse ».

La Rectrice a d'abord plaidé l'argument de propos qui auraient été mal transcrits et sortis de leur contexte.

Elle a ensuite mis en avant un grand-père républicain espagnol.
Elle continue : « dans les cités où j'étais, il y a un potentiel énorme. Ils sont malins. Ils sont intelligents... Qu'ils utilisent cette intelligence pour faire des mauvais coups, c'est dommage...» avant d'ajouter : « j'ai une immense confiance dans les enseignants. Je les trouve dans un état d'esprit beaucoup trop politisé ». La Nouvelle République, 22/06/2011.
http://m.larep.com/pl/svt/si/afplarepubliqueducentre/06-22-2011

 

** Marie Lavin, L'image des immigrés dans les manuels scolaires, revue Diversité, n° 149, juin 2007 à propos de enseignement de l'histoire de l'immigration.
http://www2.cndp.fr/archivage/valid/91406/91406-14834-18723.pdf
  

balbuzard

source : http://www.lanouvellerepublique.fr/education/

L'article balbuzard dans Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Balbuzard

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,