22 décembre 2020

Des géographes contre la LPPR

 

Des géographes engagés contre la LPPR

Marianne Blidon, Julien Brachet, Jean-Baptiste Frétigny, Corinne Luxembourg, Gaëlle Gillot et Alexis Sierra,

EchoGéo 51 | 2020, mis en ligne le 25 avril 2020

http://journals.openedition.org/echogeo/1925

 
« Sciences en danger, revues en lutte »,

Collectif des revues en lutte,
Carnets de géographes 13 | 2020, mis en ligne le 19 avril 2020

http://journals.openedition.org/cdg/5199

 

- Géographie(s) des mobilisations
Carnets de géographes 12 | 2019
Explorer la dimension spatiale de l’action collective


- « Géographie(s) des mobilisations »,
Anne-Laure Pailloux et Fabrice Ripoll,
Carnets de géographes 12 | 2019, mis en ligne le 14 novembre 2020
http://journals.openedition.org/cdg/5142

 
- « Pour le terrain » mais « contre » la science ? »,
Judicaëlle Dietrich et Phil Grim
Carnets de géographes 12 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019
http://journals.openedition.org/cdg/5126

 

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


27 novembre 2020

Le temps d'enseigner

 

« Une école qui ne forme plus au débat, mais à la sage écoute,
et qui ne forme plus des citoyens éclairés, mais de dociles exécutants »

Tribune - Le Monde 27.11.2020

http://clioweb.free.fr/peda/enseigner-temps.pdf


extraits :

« derrière les hommages aux enseignants, les grands discours et les annonces d’un nouvel enseignement de l’EMC,
la réalité est celle d’une école qui ne forme plus au débat, mais à la sage écoute,
qui ne forme plus des citoyens éclairés, mais de dociles exécutants. Et nous le déplorons. »

« Il ne faut pas se tromper : l’apprentissage de l’esprit critique n’est pas oublié des cours.
Non, il est rendu impossible. Nous le constatons chaque jour : le temps de la réflexion,
le temps de l’autonomie, le temps de la coopération, nous ne l’avons pas, nous ne l’avons plus.
Enseigner l’esprit critique à une classe de lycéens,
cela signifie prendre le temps de partager des savoirs, les questionner, élargir le débat, c’est-à-dire réfléchir.

La condition nécessaire à cela est le temps d’enseignement et la liberté pédagogique.
Or, ces deux piliers de l’enseignement,
la réforme du lycée mise en œuvre depuis deux ans les a, davantage encore, mis à mal ».


- LPPR  : « Un raté supplémentaire »

Tribune, Le Monde 25.11.2020
Olivier Beaud et Cécile Guérin-Bargues, professeurs de droit, et Paolo Tortonese, professeur de littérature

extrait :

« Si elle était promulguée telle quelle,
la LPPR - Loi pluriannelle de programmation de la recherche - portée par Frédérique Vidal
serait un raté supplémentaire dans la triste histoire des lois relatives aux universités depuis Mai 68.
C’est bien le signe d’une France indifférente à l’avenir de l’université,
depuis trop longtemps considérée comme la voiture-balai de l’enseignement supérieur »


 

Posté par clioweb à 08:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

03 novembre 2020

25 000 signatures contre la LPPR

 

lpr-112020

 

La pétition contre la loi de programmation de la recherche a passé le cap des 25 000 signatures :

« Non seulement la loi de programmation de la recherche (LPR) en cours d’examen au Parlement repose sur un budget insincère,
mais elle accélère la précarisation des jeunes chercheurs
et aggrave les inégalités territoriales, au risque de créer des déserts scientifiques.
Par cette pétition, nous appelons le Sénat et le Conseil constitutionnel à suspendre le processus législatif
jusqu’à la production d’un nouveau texte répondant aux attentes de notre société ».

http://rogueesr.fr/pour_une_autre_lpr/

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL :

25 000 signataires d'une pétition appellent à suspendre la procédure législative d'examen de la loi de programmation de la recherche. Ils alertent sur le budget insincère du projet de loi, sur la précarisation des jeunes chercheurs qu'il accélère, et sur les inégalités territoriales qu'il aggrave, au risque de créer des déserts scientifiques. A cela s'ajoutent trois amendements sénatoriaux qui s'attaquent à la liberté d'expression des enseignants et aux libertés académiques.

Très critiquée par l'immense majorité de la communauté scientifique, une loi de programmation pour la recherche (LPR) a été examinée par le Sénat entre le 28 et le 30 octobre. Les universitaires et des chercheurs ne se montrent guère convaincus par le chiffre "historique" de 25 milliards d'euros brandi par la ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Mme Frédérique Vidal. Une lecture attentive du texte de loi et de l'étude d'impact confirme en effet que cette loi opère une baisse sensible de la dépense par étudiant à l'Université. Les budgets accordés à la recherche, quand on les rapporte à l'inflation, représentent en réalité une décélération de l'investissement public.

De plus, les universitaires et les chercheurs s'inquiètent de la répartition des moyens, qui risque d'aggraver la crise de la recherche française et les inégalités territoriales. Ce diagnostic est partagé par le Conseil économique, social et environnemental (CESE), qui a rejeté le texte à l'unanimité. Une pétition demandant la suspension du processus législatif et la rédaction d'une étude d'impact exhaustive a été lancée par plusieurs collectifs de l'enseignement supérieur et de la recherche, et a totalisé 25 000 signatures en une semaine. Cette mobilisation est d'une ampleur inédite dans la communauté scientifique française.

En outre, la LPR multiplie les voies de dérogation aux cadres dans lesquels s'exercent habituellement les libertés académiques, qui reconnaissent aux universitaires et aux chercheurs la gestion collégiale de l'exercice de leur métier, notamment en matière de recrutement et de financement. Le développement des postes contractuels au détriment de l'emploi statutaire représente une remise en cause des conditions historiques d'exercice de ces libertés, pourtant constitutionnellement fondées.

Bien que le Sénat ait réprouvé les projections budgétaires du gouvernement, il est à l'origine de plusieurs amendements qui ont aggravé la nocivité du projet de loi, entraînant de nouvelles oppositions dans la communauté universitaire. Sur proposition de la sénatrice Laure Darcos (Les Républicains), l'exercice des libertés académiques serait expressément subordonné aux "valeurs de la République", expression ne renvoyant à aucune réalité juridique précise mais ouvrant la voie à des tentatives d'intimidation hiérarchique sur des critères politiques.

Cette initiative a provoqué une levée de boucliers, transcendant les clivages habituels du monde universitaire. Un autre amendement a porté un coup probablement fatal à la procédure dite de "qualification", par laquelle les aspirants à un premier poste de Maître de Conférences ou de Professeur sont soumis au jugement de pairs élus. Cette procédure symbolise pour beaucoup les libertés académiques à la française. La Commission Mixte Paritaire de l'Assemblée et du Sénat doit se pencher sur ces amendements dans les prochains jours. Si elle ne rejette pas ces dispositions, la France sera le premier pays d'Europe de l'Ouest à s'attaquer ainsi à la liberté d'expression et de recherche à l'université.

 

.

Posté par clioweb à 11:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 novembre 2020

Les profs mis en danger ?

 

paty-libe-2nov20


Laïcité, Covid, Lycée et Bac Blanquer, LPPR à l'université, retraites 

« Les enseignants abordent cette rentrée avec le sentiment d’être abandonnés »,

Ils sont soumis à des injonctions contradictoires

et aux imorovisations des réformes managériales (lycée, université) imposées d’en haut, à la hussarde,

sans prise en compte de la réalité sociale et des conditions de travail dans les classes.

Enseigner exige préparation, concertation et respect !

 

https://aggiornamento.hypotheses.org/4671


-
Pour 82 % des Français, la liberté d’enseigner est menacée

- Laïcité à l’école, la séparation de la théorie et de la pratique Thibaut Sardier – Libération 01.11.2020

L’an passé, 900 situations de conflit possible.
Dans l’immense majorité des cas, les enseignants trouvent des réponses.

« Difficile pour les enseignants de faire le tri entre les situations qui autorisent souplesse ou tolérance, les alertes sérieuses, les provocations liées à l’adolescence, la simple tentative de perdre du temps de cours grâce à un débat houleux sans oublier les maladresses liées à l’ignorance »

« Les enseignants sont demandeurs de règles nationales, et, en même temps, ils font l’expérience que plus elles sont rigides, plus elles risquent de les priver de ces marges de manœuvre indispensables », tempère Françoise Lantheaume.

« Les formations sur la laïcité existent, mais elles ne tiennent pas assez compte des cas concrets ».

.
- Rentrée : des enseignants déplorent les revirements sur l'hommage à Samuel Paty

Minute de silence, texte de Jaurès, séance d’EMC dans le mois :

« Ce n’est pas du tout à la mesure du traumatisme ressenti »

- Hommage à Samuel Paty : l'étrange tripatouillage de la lettre de Jean Jaurès

.
- Les profs volontairement mis en danger dans les lycées Blanquer ?

« Si
l’impact de l’école dans la progression de l’épidémie reste difficile à mesurer,
le Conseil scientifique, dans son dernier avis publié vendredi, prévient :
«Les adolescents de 12 à 18 ans semblent avoir la même susceptibilité au virus
et la même contagiosité vers leur entourage que les adultes.»

Autrement dit : n’assiste-t-on pas ce lundi à la réouverture d’un potentiel cluster géant
de 12 millions de personnes, qui risque de nuire à l’efficacité du reconfinement ? »


.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 août 2020

L'université post-virus

 

L’enseignement supérieur bascule dans le monde post-covid
ou
Le cours magistral en suspens (titre bizarre)
Le Monde 14.08.2020 – série « Shanghai Revolution
https://www.lemonde.fr/campus/article/2020/08/14/l-enseignement-superieur-bascule-dans-le-monde-post-covid_6048926_4401467.html

- La crise sanitaire devrait accélérer les transformations de la pédagogie et des modèles économiques.

Les ingénieurs pédagogiques pour accompagner l’explosion de la demande en numérique.
Enseigner et évaluer différemment sans cours magistral en amphi ?

- Comment financer l’université ?
La LPPR pourrait ne pas être à la hauteur des enjeux

- Côté étudiant, pourquoi payer cher des frais de scolarité astronomiques pour une expérience « dégradée,
ou un studio dans une grande métropole si la moitié des cours sont en ligne.

- Quel financement par les entreprises ?

- Quelle place pour la mondialisation ?
   Une vision plus européenne, avec des Erasmus virtuels ?

 

Le déclin du campus américain
https://www.lemonde.fr/series-d-ete/article/2020/08/10/malgre-leurs-bonnes-evaluations-les-universites-americaines-menacees-de-declin_6048555_3451060.html

Les vingt ans qui ont transformé le système universitaire chinois
https://www.lemonde.fr/series-d-ete/article/2020/08/11/les-vingt-ans-qui-ont-transforme-le-systeme-universitaire-chinois_6048636_3451060.html

Pourquoi les universités françaises étaient mal parties pour le classement de Shanghai dès 1793
https://www.lemonde.fr/series-d-ete/article/2020/08/12/les-sequelles-du-schisme-de-1793-entre-universites-et-recherche-francaises_6048730_3451060.html

Les rendez-vous manqués de l’université française avec le monde professionnel
https://www.lemonde.fr/campus/article/2020/08/13/les-rendez-vous-manques-de-l-universite-francaise-avec-le-monde-professionnel_6048830_4401467.html

L’enseignement supérieur bascule dans le monde post-Covid
https://www.lemonde.fr/campus/article/2020/08/14/l-enseignement-superieur-bascule-dans-le-monde-post-covid_6048926_4401467.html


.


.

Posté par clioweb à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


12 juin 2020

12 juin : non à la LPPR

 

LPPR. Communiqué intersyndical du 10 juin 2020
https://academia.hypotheses.org/24488

extraits :

Mme Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) veut faire voter les avis sur la LPPR le 12 juin au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER)

Le texte contient tout ce que nous avions dénoncé, notamment dans les manifestations du 5 mars :
- Liquidation des statuts avec la mise en place de « tenure tracks »,
    contrats de 3 à 6 ans pouvant concerner jusqu’à 25 % des recrutements de directeurs de recherche et de professeurs ;
- Explosion de la précarité avec la mise en place des « CDI » de mission scientifique pour la durée des projets ;
- Renforcement de la recherche sur projets avec une part croissante du financement des besoins pérennes passant par l’ANR et ses appels à projets ;
- Renforcement du rôle du HCERES avec l’extension de l’évaluation à la totalité des missions des établissements.

Les établissements de l’enseignement supérieur et la recherche ont besoin tout de suite de financements pour :
- prolonger immédiatement les contrats doctoraux, les CDD et les stages des étudiants ;
- assumer les dépenses faites dans le cadre de la crise sanitaire (achat de masques, fournitures…) ;
- redémarrer les expériences en laboratoire : des matériels ont été donnés aux hôpitaux.

Nos organisations appellent à multiplier les initiatives dans tout le pays le 12 juin au moment où le CNESER « virtuel » est censé se tenir, ainsi que les 17 et 22 juin, jours de tenue des CTMESR et CTU. A Paris, les organisations et la coordination des facs et labos en lutte invitent personnels et étudiant-e-s à se rassembler, avec toutes les précautions sanitaires requises, place de la Sorbonne le 12 Juin à 13h30
 

Le projet de loi LPPR (sera présenté en conseil des ministres le 8 juillet 2020) :
http://www.groupejeanpierrevernant.info/LPPR_PROJET_DE_LOI.pdf

L'exposé des motifs :
http://www.groupejeanpierrevernant.info/LPPR_EXPOSE_DES_MOTIFS.pdf

Le rapport annexé :
http://www.groupejeanpierrevernant.info/LPP_RAPPORT_ANNEXE.pdf

Modifications du titre II :
http://www.groupejeanpierrevernant.info/LPPR_TABLEAU_TITRE_II.pdf

Modifications du titre III :
http://www.groupejeanpierrevernant.info/LPPR_TABLEAU_TITRE_III.pdf

Modifications du titre IV :
http://www.groupejeanpierrevernant.info/LPPR_TABLEAU_TITRE_IV.pdf

Modifications du titre V :
http://www.groupejeanpierrevernant.info/LPPR_TABLEAU_TITRE_V.pdf

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 mars 2020

5 mars, l’université s’arrête

 

5mars-universite

Aujourd’hui, 5 mars, l’université s’arrête

http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8666

 

 « L'université et la recherche s'arrêtent.
La grève illimitée commence le 5 mars pour se battre
contre une université invivable,
une précarité encore + prononcée qu'aujourd'hui,
contre la loi LPPR »...
https://twitter.com/RedMathoulde/status/1235136011103080448 


affiches :
https://universiteouverte.org/2020/02/13/le-5-mars-saffiche-partout/


Le 5 mars l’Université et la recherche s’arrêtent. 10 chiffres pour comprendre
http://www.contretemps.eu/10-chiffres-lutte-universite-recherche/



.

Posté par clioweb à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 février 2020

A la conquête du « meilleur des mondes »

 

A la conquête du « meilleur des mondes »
à propos de la Loi de programmation pluriannuelle sur la recherche (LPPR)
Christophe Charle, AOC, 17 février 2020

http://sauvonsluniversite.com/spip.php?article8649


En  1986, la droite a échoué dans sa tentative pour supprimer le CNRS.

Depuis les années 2000, les néo-libéraux sont obsédés par l’idée que la France,
avec son système universitaire et de recherche est une anomalie
et qu’il faut la remettre dans le rang.
Pour eux, il faut mettre en compétition les équipes et accroître la population des précaires.

Contre eux, le combat ne se réduit pas à la défense d’un statut.
Il vise aussi à défendre la qualité de la recherche et celle de l’enseignement supérieur.
Face à la dsytopie de la normalisation rampante, il faut résister.


.

 

Posté par clioweb à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 janvier 2020

LPPR - Motion EA HisTeMé Caen

 

- LPPR - Vers des jeunes chercheurs de plus en plus précaires - Libération 05.02.2020
   .   
   http://clioweb.free.fr/debats/lppr/tribune-jeuneschercheurs.pdf

 

- Motion EA HisTeMé
  Université de Caen-Normandie - 25.01.2020
  
http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/histeme


Les membres de l’EA HisTeMé de l’université de Caen-Normandie, réunis en assemblée générale
le 25 janvier 2020, s’alarment de la simultanéité et de la coordination des attaques portées
contre le système de retraite de toutes et de tous, contre la fonction publique et ses agents,
et contre le service public d’enseignement supérieur et de recherche.

L’EA HisTeMé se prononce contre le projet de réforme des retraites à points.
En effet, il remettrait en cause le code des pensions qui fait partie intégrante du statut des fonctionnaires
et ferait baisser les pensions de retraite de façon inacceptable (20 à 40% selon les calculs disponibles).

Cette réforme est liée par le gouvernement
aux
annonces sur la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche,
présentée comme un moyen de maintenir le niveau des pensions.

Si les diagnostics portés par les groupes de travail impliqués ne peuvent
que rassurer les enseignants-chercheurs que nous sommes sur la prise en compte
de la détérioration de nos conditions professionnelles par notre tutelle
(dégradation du secteur public, rémunérations peu attractives, érosion des emplois permanents,
manque de considération pour le doctorat, faiblesse des moyens accordés, etc.),

les solutions apportées privilégiant une compétitivité sauvage fondée
notamment sur la multiplication des appels à projet,
la suppression de la qualification, la recrudescence des contrats précaires,
notamment pour les jeunes collègues, la modulation de service appuyée sur la fin des 192 HTD, etc.,
sont autant d’atteintes au statut d’enseignant-chercheur et au bon fonctionnement de nos institutions
qui reposent sur le partage
de la connaissance au service de la collectivité.


L’EA HisTeMé rappelle que
la recherche en sciences humaines et sociales ne peut
pleinement
s’épanouir qu’à travers le respect d’un certain nombre de principes :

- Encouragement de l’attractivité des métiers de la recherche par le refus d'une précarisation croissante et généralisée ;

- Évaluation qualitative par les pairs ;

- Soutien aux logiques de coopération scientifique contre la mise en concurrence systématique ;

- Pluralisme et liberté de la recherche, menacés par un pilotage centralisé et le recul des financements récurrents ;

- Priorité de la recherche conduite dans le temps long ;

- Retour à un équilibre entre enseignement et recherche selon les meilleures normes internationales,
     avec des sabbatiques réguliers, l’allègement des charges administratives
     et le refus de toute augmentation du service d’enseignement.

- Reconnaissance de la spécificité de la recherche en sciences humaines et sociales et de l’esprit critique
que ces disciplines promeuvent au service de la compréhension des sociétés.


Le même attachement à un service public de qualité et aux libertés académiques conduit
l’AG de
l’EA HisTeMé à s’opposer résolument à la réforme de la formation des enseignants du secondaire
et spécialement du concours du CAPES, définitivement vidé de ses exigences et de son contenu disciplinaire.

L’assemblée générale de l’EA HisTeMé soutient les luttes en cours et appelle la communauté universitaire dans son ensemble (étudiants, personnels administratifs, enseignants, chercheurs et enseignants-chercheurs) à se mobiliser pour empêcher la mise en oeuvre de ces contre-réformes qui aboutissent, in fine, à la destruction du service public et à la remise en cause de la protection sociale.

voir aussi :
La LPPR en 180 secondes, en 1800 secondes, en diaporama

http://clioweb.free.fr/debats/lppr/lppr_en_180s.pdf

http://clioweb.free.fr/debats/lppr/lppr_en_1800s.pdf

http://clioweb.free.fr/debats/lppr/lppr-en-1800s-diapo.pptx

 


.
.

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 janvier 2020

18.01 : Facs et labos en lutte



Motion de l’AG nationale de coordination des facs et labos en lutte


réunie le 18 janvier 2020 - Paris 7

 
« L'Assemblée générale s'oppose avec détermination à la politique du gouvernement
et de ses allié.e.s sur l'enseignement supérieur et la recherche.

En particulier, nous portons la lutte contre trois pans fondamentaux de cette politique
qui déstabilisent en profondeur un service public d'enseignement et de recherche
déjà malmené par un sous-financement chronique

et de multiples réformes régressives
(loi LRU, loi Fioraso, loi ORE, Parcoursup, loi de transformation de la fonction publique, etc.). »

Le texte intégral de la motion du 18 janvier 2020 (.pdf) :

facs_labos_AG18012020


.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,