« Une école qui ne forme plus au débat, mais à la sage écoute,
et qui ne forme plus des citoyens éclairés, mais de dociles exécutants »

Tribune - Le Monde 27.11.2020

http://clioweb.free.fr/peda/enseigner-temps.pdf


extraits :

« derrière les hommages aux enseignants, les grands discours et les annonces d’un nouvel enseignement de l’EMC,
la réalité est celle d’une école qui ne forme plus au débat, mais à la sage écoute,
qui ne forme plus des citoyens éclairés, mais de dociles exécutants. Et nous le déplorons. »

« Il ne faut pas se tromper : l’apprentissage de l’esprit critique n’est pas oublié des cours.
Non, il est rendu impossible. Nous le constatons chaque jour : le temps de la réflexion,
le temps de l’autonomie, le temps de la coopération, nous ne l’avons pas, nous ne l’avons plus.
Enseigner l’esprit critique à une classe de lycéens,
cela signifie prendre le temps de partager des savoirs, les questionner, élargir le débat, c’est-à-dire réfléchir.

La condition nécessaire à cela est le temps d’enseignement et la liberté pédagogique.
Or, ces deux piliers de l’enseignement,
la réforme du lycée mise en œuvre depuis deux ans les a, davantage encore, mis à mal ».


- LPPR  : « Un raté supplémentaire »

Tribune, Le Monde 25.11.2020
Olivier Beaud et Cécile Guérin-Bargues, professeurs de droit, et Paolo Tortonese, professeur de littérature

extrait :

« Si elle était promulguée telle quelle,
la LPPR - Loi pluriannelle de programmation de la recherche - portée par Frédérique Vidal
serait un raté supplémentaire dans la triste histoire des lois relatives aux universités depuis Mai 68.
C’est bien le signe d’une France indifférente à l’avenir de l’université,
depuis trop longtemps considérée comme la voiture-balai de l’enseignement supérieur »