2e Convention nationale du CRIF : combattre la menace antisémite
Prendre la mesure des menaces
Menaces contre les pratiques religieuses
Peut-on guérir de l'antisemitisme ?
Comment lutter contre la haine sur internet ?


Olivier Ertzscheid aurait dû y intervenir. Il a mis en ligne le texte et les diapos préparées
Lutter contre la haine sur internet
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2015/02/lutter-contre-la-haine-sur-internet.html

Selon lui, « il n'y a pas de discours type de la haine. A quelques rares exceptions qui font l'unanimité, comme la diffusion de ces vidéos de décapitation ou les insultes ouvertement racistes, la plupart des cas qui posent problème ne sont des discours de haine qu'au regard de certains contextes ou de certaines communautés : c'est le cas des caricatures du prophète, c'est aussi le cas de certaines "blagues" accolées au hashtag #UnBonJuif ».

« Ces discours de haine sur internet obéissent à des logiques propres qui tournent autour de 4 effets contre-intuitifs : l’effet petit pois, l’effet miroir, l’effet Streisand (la demande de suppression dope l’audience), l’effet cigogne (confondre corrélation et causalité) »

« La question essentielle est alors de savoir qui décide de laisser diffuser ces contenus, et surtout sur quels critères... »
« Pour Olivier Ertzscheid, le vrai problème, c’est une déclaration arrogante de Mark Zuckerberg qui place, de facto, sa plateforme au-dessus et à l'extérieur des lois : « nous ne laissons jamais un pays ou un groupe de gens dicter ce que les gens peuvent partager à travers le monde »».

OE estime qu'il faut en finir avec l’opacité et « imposer aux plates-formes comme Facebook ou Twitter de rendre publique la partie du code (algorithmes) qui détermine les choix d’éditorialisation »


.