03 février 2017

Gallica - quotidiens -

 

Gallica, les principaux quotidiens numérisés par la BNF :

 Le XIXe siècle 1871-77 1885-87
     http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32757974m/date

L’Action Française (1908-1944)
      http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb326819451/date
L’Aurore (1897-1914)
     http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32706846t/date
Ce soir 1937-1944
      http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32738400h/date
Le Constitutionnel (1815-1914)
       http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32747578p/date
La Croix (1880)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343631418/date

La Dépêche 1870-1944  LD Midi 1947
L’Echo de Paris (1884- 1938)
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34429768r/date
Le Figaro (1854-1939)
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34355551z/date

Le Figaro supplément littéraire dimanche 1876-1929
  
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343599097/date

Le Gaulois (1868–1929)
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32779904b/date.langFR
Gil Blas (1879-1938)
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb344298410/date
L’Homme libre 1913-1943

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32787196b/date

 

L’Humanité (1904)
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb327877302/date
L’Intransigeant (1880-1940 ; 1947-1948)
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32793876w/date
Le Journal 1892-1928
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34473289x/date
Le Journal des Débats (1789-1944)
   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb39294634r/date
La Justice (1880–1931 ; 1939-1940)
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32802914p/date

La Lanterne (1877-1938)

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb328051026/date
Le Matin (1882–1944)
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb328123058/date
L’Œuvre 1904-1940
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34429265b/date&rk=922751;2
L’Ouest- Eclair (1899-1944
   
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32830550k/date

Paris-Soir 1923-1944
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34519208g/date

Le Petit Journal (1863- 1944)

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32895690j/date
Le Petit Parisien (1876-1944)
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34419111x/date
Le Populaire 1918-1944
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34393339w/date
La Presse 1836-1938)
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34448033b/date
Le Radical 1881-1931
   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32847124t/date
Le Rappel (1869-1933)
   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb328479063/date

Le Siècle 1836-1938  

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34448033b/date
Le Temps (1861-1942)
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34431794k/date
L’Univers (1833- 1914)
   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34520232c/date 


Gallica, les revues savantes numérisées
 
classées paz zones géographiques 

revues Paris :
http://gallica.bnf.fr/html/und/presse-et-revues/revues-savantes-de-paris

Hérodote : 1976-2000 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343771523/date.r=h%C3%A9rodote.langFR




.





.





Posté par clioweb à 15:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


03 janvier 2017

Précaires à l'université

 


- Quand la nouvelle génération de chercheurs français passe son temps à Pôle emploi et en contrats précaires
par Kévin Trublet Bastamag 19.12.2016
http://www.bastamag.net/En-France-la-science-repose-sur-la-precarite

- L'université dans l'ère de la précarité néo-libérale, Libération mai 2016
http://t.co/mth2criQvE


- La précarité à l’Université
http://precairesesr.fr

Les travaux du collectif PAPERA, collectif pour l’Abolition de la Précarité
dans l’Enseignement supérieur, la Recherche et ailleurs.
http://www.collectif-papera.org/spip.php?article1084


- Un rapport du collectif national **, Toulouse, 11.05.2016
http://precairesesr.fr/category/actu/mirail-toulouse/
http://precairesesr.fr/wp-content/uploads/Brochure_precarite_a_l_universite_2016.pdf

sommaire
La précarité : un phénomène qui affecte l’ensemble de l’ESR
combien de précaires ?
des recrutements en chute libre
un système basé sur l’illégalité
un système destructeur

Précarité pour tout le monde mais à chacun.e son contrat !
Chargé.e d’enseignements, vrai ou faux «vacataires»
Enseignant.e.s-chercheur.e.s associé.e.s et invité.e.s (P.A.S.T.)
ATER, CDU, CDD recherche et postdoc, lecteurs lectrices , PRAG
Précarité et fragilisation : des conditions de travail transversales aux différents statuts

Des issues possibles
maintien et création de postes
conditions de travail

Pour sortir définitivement de cette précarisation, nous demandons enfin un engagement vers
LA TITULARISATION de TOUTES ET TOUS LES PRÉCAIRES
sur poste de fonctionnaire
par l’ouverture des concours de la fonction publique
à la hauteur de la résorption totale de tous les précaires de l’ESR

** Le Collectif national des travailleur·e·s précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche est un collectif fondé autour de l’appel fondateur du 13 avril 2016 dans le cadre du mouvement contre la loi « Travail » et fédérant au niveau national les collectifs locaux et/ou catégoriels réunissant des précaires de l’ESR

- BibCNRS : les docteur.e.s sans postes sans accès aux revues ?
http://precairesesr.fr/category/actu/docteur-e-s-sans-poste/

 

precarite-dessin

 

 

 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

18 mars 2016

Les revues de shs en danger ?

 


- Les revues de sciences sociales en danger (?)
Une tribune dans Libération 17.03.2016
Avec la «loi pour une République numérique», les travaux des chercheurs seront en libre accès au bout d’un an. Un changement qui risque d’anéantir l’édition scientifique
http://www.liberation.fr/debats/2016/03/17/les-revues-de-sciences-sociales-en-danger_1440203

commentaire d'un internaute (cpb68) :
" Hasard curieux, comme dans d'autres tribunes publiés dans Le Monde ou Rue 89, toutes les revues signataires sont publiées sur la plateforme Cairn*, qui fait un lobbying actif contre la loi numérique...
Par ailleurs la loi accorde aux chercheurs une liberté et ne les oblige pas à déposer, contrairement à ce que certains voudraient faire croire "
* à la découpe, Cairn peut empocher 60 euros pour une revue vendue 20 euros en kiosque


- Pour une science ouverte à tous, tribune dans Le Monde 07.03.2016
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/03/07/pour-une-science-ouverte-a-tous_4878011_1650684.html
extrait :
« En tant que chercheurs, nous considérons que les résultats de la recherche scientifique constituent un bien commun qui appartient à tous et qui doit circuler le plus largement possible. A ce titre, nous nous réjouissons du vote de la loi numérique à l’Assemblée nationale le 26 janvier et souhaitons que le Sénat le confirme en approuvant ce texte dans les mêmes termes »


- La RHMC a publié un dossier sur les revues à l'âge numérique
Le seul article en accès libre est celui le plus opposé au principe de l'édition ouverte
http://www.rhmc.fr/numero_revue/2015-5-revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2015-4bis/
[dans ce nouveau site web, aucune indication sur l'adresse, le type d'accès ou le tarif pratiqué]


- Sur la liste des historiens de l'économie,
Claire Lemercier mentionne trois autres articles disponibles en accès libre et ouvert

Claire Lemercier, Pourquoi écrivons-nous ?
http://spire.sciencespo.fr/hdl:/2441/4769474akg9snr7di735e6btit/resources/lemercier-rhmc-oa-acc.pdf

Odile Contat et Didier Torny
Les revues en sciences humaines et sociales à l'heure des communs
http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01278853/document

L’open access: la schizophrénie française
Eric Monnet · 08.03.2013
http://traces.hypotheses.org/805



Le sujet a été beaucoup débattu ces dernières années.
voir qq adresses dans L'édition scientifique et la loi numérique - 29.01.2016
http://clioweb.canalblog.com/tag/libreacces

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

22 avril 2014

HG : Revues sur le web


Dans certains lieux de pouvoir, il est de bon ton de mépriser le web et de faire le silence sur son exceptionnelle capacité d'archivage.
A partir de l'excellent site Persée et de Gallica,
quelques exemples de ces revues disponibles sans aller en bibliothèque universitaire :


Sur Persée, en HG, les revues de référence sont très nombreuses 
http://www.persee.fr/web/revues/home

par exemple
Les Annales (1929-2002)
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/ahess

Les Annales de Géographie (1892-2006)
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/geo

EspacesTemps (1975-2004),
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/espat

Sur Gallica, il est possible de consulter la collection d'Hérodote (1976-2000),
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343771523/date

les archives de la Revue historique (1876-2000)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34349205q/date.langFR

celles de la Revue d'histoire moderne et contemporaine (1954-2000)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb344172780/date.r=revue+dhistoire+moderne.langFR


Pour lire Carlo Ginzburg, « L’historien et l’avocat du diable » dans Genèses 2003-4 et 2004-1,
il suffit de consulter Cairn.info
http://www.cairn.info/revue-geneses-2003-4-page-113.htm
http://www.cairn.info/revue-geneses-2004-1-page-112.htm
voir aussi http://clioweb.canalblog.com/tag/Ginzburg

Les articles plus récents coûtent 5 euros l'unité,
sauf votre université a payé pour vous le péage d'entrée.

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 février 2014

Chercheurs, la triple arnaque

 

Amis chercheurs, vous vous faites arnaquer trois fois (merci Elsevier) -
Pierre-Carl Langlais, Wikipédien, Rue 89, 17 février 2014
http://blogs.rue89.nouvelobs.com/les-coulisses-de-wikipedia/2014/02/17/
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article6598


« Le domaine de la recherche n’échappe pas à l’austérité : en dépit de nombreux effets d’annonce, les financements diminuent constamment depuis le début de la crise, le recours aux fonds privés se généralise, et comme ailleurs, les faillites se multiplient ».
« Et pourtant, la France s’apprête à reconduire un accord avec le géant de l’édition scientifique, Elsevier. Coût de l’opération : près de 190 millions d’euros, versés sur cinq ans. Une somme qui n’était pas censée être révélée au grand jour ».
Le communiqué du consortium Couperin
http://blogs.rue89.nouvelobs.com/sites/blogs/files/assets/document/2014/02/pdf2.pdf
ou
http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1658/files/2014/02/Communique-Couperin-Negociation-Elsevier.pdf


« … l’Etat acquiert chèrement un produit dévalorisé ; les institutions scientifiques vont le financer une seconde fois en achetant des droits à publier (évolution inévitable d’ici à cinq ans) ; et pour couronner le tout, la recherche française est elle-même le produit (via la transmission de métadonnées stratégiques). Par comparaison, Facebook a au moins la politesse de rester gratuit ».

« … Elsevier a tenté de faire valider ces exceptions juridiques au niveau européen. Le processus « Licences for Europe » entérinait une forme de « balkanisation » du droit : chaque éditeur serait libre d’édicter ses propres lois. Il s’est soldé par un échec cuisant. Échaudée, la Commission européenne envisagerait désormais une refonte en profondeur du droit d’auteur ». [Elsevier, c'est 2 milliards d'euros de chiffre d'affaire, 724 millions de marge brute]

Pour Pierre-Carl Langlais , dans ce contexte, la non-reconduction de l’accord avec Elsevier constituerait un électrochoc salutaire.

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


21 avril 2013

des revues de SHS gratuites ?

 

Les revues de Sciences Humaines et Sociales peuvent-elles se permettre d’être gratuites ?
France-Culture - La grande table, 15.04.2013
http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-1ere-partie


Lundi dernier, La grande table débattait des réactions
à une recommandation de la Commission européenne
relative à l'accès aux informations scientifiques et à leur conservation (17.07.2012).

Invités :

Antonio A. Casilli, sociologue
André Gunthert, chercheur en histoire culturelle
Mathieu Potte-Bonneville, philosophe


extraits :
André Gunthert : Longtemps, en SHS, le savoir a circulé par l’édition de livres. Récemment, il y a eu deux changements : la numérisation, l’évaluation chiffrée à partir du nombre d’articles.... « les revues sont devenues d’un coup un outil essentiel du système mais on ne leur a pas donné plus de moyens. Une revue savante ne coûte pas très cher, elle repose surtout sur du bénévolat. Les auteurs ne sont pas payés. Le comité de rédaction n’est pas payé. L’évaluation des articles, la clé du système, n’est pas payée non plus... Donc, c’est du bricolage et cette activité n’est pas réellement intégrée au périmètre de la recherche publique ».

Dans ce paysage, trois types d’acteurs ont des intérêts différents et des contraintes différentes :
- Les mastodontes de l’édition scientifique, Elsevier et Springer en Europe, sont surtout concernés par les sciences de la nature. Leur situation d’exclusivité leur permet de facturer lourdement les abonnements payés par les BU. Ces acteurs privés deviennent richissimes en parasitant la recherche publique et son financement.
- En face, l’Open Access se développe ; c’est un mouvement militant qui combat la tendance à la marchandisation de la science. Il s’appuie sur internet pour deux formes principales : l’Open Edition et les archives ouvertes
- Les revues papier se sont mises à l’électronique ces 10 dernières années. En février, elles ont refusé les préconisations de la commission européenne et du MESR. Elles ont besoin d’argent pour payer l’impression ; elles ont imposé un embargo qui peut fermer l’accès aux articles pendant un an (parfois 5 ans). Elles s’opposent à toute publication complémentaire des chercheurs sur leurs blogs. http://www.openaccess-shs.info/motion/

Les tenants de l’Open Access ont répondu à Cairn dans une tribune. Il ne faut pas négliger la question des moyens : l’Open ne doit pas servir à masquer une réduction accrue des crédits publics en faveur de la recherche.
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/03/15/qui-a-peur-de-l-open-acces_1848930_1650684.html


Quand l’Etat n’assume plus son rôle, celui du financement de la recherche publique, l’auteur subit une triple dépossession : il ne reçoit aucun salaire pour son article, on lui demande de signer une cession de droits, et on lui interdit d’en diffuser des copies sur un blog ou une archive ouverte. Ce système fermé incite certains universitaires à développer des plates-formes comme Culture visuelle, et à se poser la question du choix du support de publication.

A. Casili décrit l’opposition aux USA entre les industriels de l’édition ( un CA de 65 Mds de $, une marge de 36 %, bien supérieure aux 8 % de Coca) et des scientifiques dont le travail n’est ni reconnu ni payé.
Il évoque le changement de temporalité : l’évaluation d’un article se fait surtout à postériori, par les commentaires qui suivent sa mise en ligne. Il évoque aussi la dérive du Gold, quand l’Open Edition est exploité par des marchands peu scrupuleux.

Mathieu Potte-Bonneville : « C’est un changement épistémologique. C’est un changement dans la considération-même de la valeur des travaux. […] Toucher à la circulation des textes est toucher à une économie de la véritée ».
Il décrit le Collège international de philo, et vante Intersections, l’ouvrage réalisé pour les trente ans du collège, un ouvrage disponible gratuitement en ligne (en pdf) mais en accès payant chez Apple.
http://30ansciph.org/spip.php?rubrique5#

vers la 18e : dans un extrait enregistré lors de l'AG de l'Open Edition, Claire Lemercier décrit la situation à Sciences Po : un chercheur n’a pas accès à toutes les revues (Cairn, Elsevier). Selon elle, si l'on ne veut pas que seuls des historiens lisent les historiens, alors il faut chercher des solutions pour étendre le cercle des lecteurs. Elle plaide en faveur d’un élargissement du public , celui des étudiants, des chercheurs à l’étranger, des enseignants du secondaire... Elle voit dans le libre accès immédiat le seul moyen de toucher ce grand public cultivé tant cherché par certains éditeurs.
AG de l’OpenEdition, le 26 mars 2013 à l’Institut de Géographie
http://leo.hypotheses.org/10552
Les interventions en audio
http://speakingofscience.docteo.net/2013/03/27/open-access-en-shs-lintendance-suivra/


PS : Cairn sait vendre à la découpe une revue.
Une illustration du tarif pratiqué par cette plate-forme :
Historicités du 20e siècle, le numéro spécial de Vingtième siècle est vendu 19 euros par Amazon.
Chez Cairn.info, 22 articles sont payants, à 5 euros l'un.
Soit un total de 110 euros pour l'ensemble du numéro !!

Le numérique ne devrait-il pas aider à réduire les coûts d'accès ? Les commerciaux ne connaîtraient-ils pas la longue traîne, et la possibilité de gagner davantage en acceptant de pratiquer des petits prix ? Pourquoi préfèrent-ils imposer des péages prohibitifs (qui sont une véritable incitation à la photocopie) ?


.

Posté par clioweb à 08:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

27 mars 2013

L'open access en débats

 

- Commission européenne, 17.7.2012
Recommnandation relative à l'accès aux informations scientifiques et à leur conservation
http://ec.europa.eu/research/science-society/


- Lettre ouverte - Open Access : le travail scientifique en SHS et le débat public fragilisés par les mesures préconisées par la Commission européenne
Nous craignons que l’embargo proposé par la Commission – 12 mois après l’édition sur support « papier » ou électronique – ne se révèle tout à fait insuffisant dans le domaine des SHS ... Nous redoutons donc que les mesures préconisées par la Commission européenne ne se révèlent rapidement contre-productives, qu’elles ne contribuent à altérer la qualité des publications de sciences humaines et sociales et qu’elles ne participent à appauvrir le débat intellectuel, à porter atteinte à la diversité – essentielle – du paysage éditorial et à limiter l’indépendance des auteurs. http://www.openaccess-shs.info/motion/


- Qui a peur de l'open access ? Le Monde  opinions, 15.03.2013
60 responsables d'universités, enseignants-chercheurs, éditeurs et responsables de bibliothèques
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/03/15/qui-a-peur-de-l-open-acces_1848930_1650684.html

I love open access
http://iloveopenaccess.org/open-access-manifesto/
http://iloveopenaccess.org/

- Open access : la schizophrénie française, Le carnet de Tracés, publié le 8 mars 2013,
http://traces.hypotheses.org/805


- Savoirs Un bien public convoité - Le Monde - Sciences et techno, 02.03.2013
Par Sandrine Cabut et David Larousserie
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article5990

"Une période de transition où tout est possible", Le Monde - Sciences et techno, 28.02.2013
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/02/28/une-periode-de-transition-ou-tout-est-possible_1840800_1650684.html

- Open Access to Scholarly Publishing
Curated by Bernard Rentier
http://www.scoop.it/t/open-access-to-scholarly-publishing

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 janvier 2013

Cairn et les internautes

 

Retour sur une situation qui ne concerne (hélas) que les non-universitaires :

Un exemple, parmi beaucoup d'autres :
Vingtième siècle, c'est 4 numéros pour 52 euros par an (donc 13 euros le numéro), ou 20 euros l'unité en librairie.
http://www.pressesdesciencespo.fr/fr/revues/vingtiemesiecle/

Au tarif pratiqué par Cairn, chaque article, c'est 5 euros, indépendamment de son importance ou de sa longueur.
Le dernier numéro coûterait en entier 110 euros (22 fois 5 euros). A 2 euros l'article, la version numérique coûterait encore deux fois plus que la version imprimée.
Cherchez l'erreur...
Historicités du XXe
http://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2013-1.htm

110 euros en numérique au lieu de 20 euros en imprimé, ne serait-ce pas une bien curieuse utilisation des avantages du numérique par des marchands, le péage disproportionné traduisant un réel mépris des lecteurs réduits au rôle de cochon de payant ?

Le numérique, ça servirait d'abord à plumer les internautes ? et à suicider Aaron Swartz ??



- Olivier Ertzscheid a fait campagne sur le sujet (cf inisgate) : pourquoi payer le CNRS pour des articles souvent disponibles gratuitement sur le web ? Pourquoi devoir attendre dix jours leur livraison (sous forme numérique ?)
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2012/10/lettre-a-linist.html

- OpenEdition accomplit un travail remarquable pour l'édition en accès libre et ouvert de revues de qualité.
cf par exemple Echogéo : http://www.echogeo.revues.org/
http://www.openedition.org/?lang=fr

- Certains revues sont directement accessibles en ligne :
http://www.histoire-politique.fr/

Les revues plus anciennes sont souvent accessibles en ligne, sur Persée ou sur Gallica.
cf par ex Hérodote (1976-1996)

Dans ce cas, le boulot essentiel, c'est de placer dans un annuaire les articles qui peuvent servir de référence, comme Apprendre l'histoire de l'Europe (Vingtième 71) ou l'histoire des femmes (Vingtième 75) 


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 mai 2012

The Cost of Knowledge

 

cost

Results of taxpayer-funded research to be posted on the Internet


- The cost of knowledge - La marchandisation du savoir coûte très cher. Harvard dépense 3,73 millions de dollars en revues. L’abonnement à Biochimica et Biophysica Acta, la revue la plus chère du catalogue, se monnaye à 18 710 euros par an !!

Timothy Gowers a choisi de boycotter un célèbre groupe néérlandais.
34 mathématiciens ont rédigé le texte The Cost of Knowledge.

David Willets, le ministre conservateur voudrait s'inspirer de Wikipedia pour créer un Gateway to Research Project.
http://www.ecrans.fr/Wikipedia-au-secours-de-la,14725.html

 

- European Time lapse
Une visualisation de l'histoire des frontières en Europe.
A regarder avec distance et à capturer sur dailymotion
http://www.dailymotion.com/video/xqvyj8_european-time-lapse-map_news

.

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 novembre 2011

Les revues de Géo et la bibliométrie

 

La géographie passée en revueS
ou plutôt les revues de Géo au filtre de la bibliométrie
Planète Terre, 02.11.2011, avec Marie-Claude Maurel et Michel Dehaies (Revue de Géo de l'Est).

L'émission au format mp3 :

http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10233-02.11.2011-ITEMA_20319298-0.mp3
http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_10233.xml

La liste des revues selon l'AERES
 - format pdf (sans classement, une attitude conservatrice estime MCM) 
http://www.aeres-evaluation.fr/Listes-de-revues-SHS

Le débat sur la bibliométrie a été initié par Mappemonde :
Denis Eckert, Au sujet de la liste de revues labellisées par l’AERES en Géographie, Aménagement et Urbanisme - Mappemonde 2-2010 - http://mappemonde.mgm.fr/num26/index.html

Lire également Cybergéohttp://cybergeo.revues.org/
et Géo-Carrefour (ex-Revue de Géographie de Lyon) - http://geocarrefour.revues.org/ 
Voir également la plateforme Openedition et le carnet http://evaluation.hypotheses.org/


MC Maurel, qui affirme redouter les cabales, estime qu'il est impératif de publier en anglais si l'on veut être cité. C'est comme cela, on ne peut pas aller contre, There is not alternative - TINA. Le conformisme, selon elle, c'est vouloir rester dans son pré haxagonal. Beaucoup de géographes qui ne publient qu'en français sur la géographie de la France dans des revues francophones feraient bien de réfléchir à cette évolution, ajoute-t-elle.

Pourquoi ne pas encourager plutôt le bilinguisme grâce au web ? demande Sylvain Kahn.
Pas de réponse...


.
Sur le web, la revue Hérodote est vendue par Cairn.
Le portail exploite le numérique pour faire exploser le prix des revues (télécharger l'ensemble des articles revient à multiplier par 4 ou par 5 le prix initial de la revue).
Le site http://www.herodote.org/ donne un accès direct à quelques articles (Perspectives géopolitiques, La lutte contre le terrorisme, Le Sahara et les migrations).


  herodote-142

 

Posté par clioweb à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,