08 février 2015

Presse locale et devoir de mémoire

 

1945-ml-granville

« Pendant 40 ans, je n'ai pas pu en parler » - LML 31.01.2015
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/1945-ml-granville.jpg


Plusieurs raisons pour mentionner cette page de la presse locale.

- L'omniprésence du discours sur le devoir de mémoire, sur les mémoires
avec l'écart habituel entre le 27 janvier (l'holocauste, le génocide, depuis 2002 en Europe)
et le dernier dimanche d'avril (la mémoire de la déportation, depuis 1954).
Pour ne rien dire de la postérité du 8 mai ou du 9 mai.

Le message essentiel, pour un journaliste qui travaille sur le vécu immédiat :
Le devoir de mémoire - « Ne pas oublier »
« Les témoignages touchent ».
« Le témoignage est authentique »
« Le témoignage vivant est plus porteur ».
« J'aurais aimé avoir plus de témoignages »
« Le témoignage nous permet de nous rendre compte ».


- « L'ouvrage est un texte ».
La critique est surprenante dans un titre de la presse écrite.
Ne pourrait-on plus lire Primo Levi ? Robert Antelme ? les historiens de la 2 GM ?

Dans cette pleine page, les photos (en couleur) occupent environ la moitié de l'espace
(deux grandes d'environ 15*10 et cinq petites pour l'enseignant et ses élèves).
L'info ne semble avoir d'intérêt que si elle peut être associée à un visage
(à la manière des micro-trottoirs de la TV).

Le texte doit être simple. Il peut même être répétitif (« Le témoignage »).

- 1997-1998 - « Les femmes dans la Résistance et la Déportation » - cercleshoah.org
Michèle Agniel témoigne pour le Cercle d'étude, tout comme Anise Postel-Vinay, également résistante et déportée au camp de Ravensbrück
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article414
http://clioweb.free.fr/camps/mullier.htm


agniel

L'article de Ouest-France 27.01.2015
http://www.granville-info.fr/une-rescapee-des-camps-rencontre-les-lyceens/



- Les déportés, témoins ou professeurs d’histoire ?
Annette Wieviorka, INA entretien 2006 chapitre 46
http://clioweb.canalblog.com/archives/2010/04/07/17491914.html

« Quand on fait venir Stéphane Hessel dans sa classe, on est honoré par sa présence... Mais je pense que cela ne remplace pas un cours d'histoire. Le vrai problème, c'est que si les enseignants ont une petite paresse à aborder cette question, ou une petite frayeur à l'aborder, et qu'ils se défaussent sur le témoignage du déporté, ils ne font pas face à ce qui est leur travail, qui est quand même de donner un cours d'histoire à des élèves. Et un ancien déporté ne peut pas donner un cours d'histoire ».

Question de vocabulaire : les résistants déportés ne sont pas seulement des « témoins ». Ce sont avant tout des démocrates et des « acteurs » de la lutte contre la barbarie nazie. Tous n'ont pas survécu à l’enfer planifié par les nazis. Mais ils sont tous beaucoup plus que de simples témoins.

- 3 questions :
. Que pourra écrire un journaliste sur l'histoire de la déportation dans 20 ans ?

. Pourquoi Michèle Agniel a-t-elle été arrêtée et déportée à Ravensbrück ?
La journaliste mentionne Himmler, le IIIe Reich, les SS, Auschwitz-Birkenau «l'usine de mort ».

Hitler, l'Allemagne hitlérienne, la désolation semée en Europe ?
Connais pas.
L'histoire scolaire ?
« Les questions historiques amènent naturellement au devoir de mémoire ».
Les manuels ? [Les ouvrages des historiens ??]
Mais « c'est du texte... » ! [comme une partie des journaux ?]

La meilleure garantie contre l'oubli, n'est-ce pas de Faire de l'histoire
et de l'Enseigner en donnant le temps et les moyens de le faire ?

. Le souvenir de la lutte contre le nazisme est absolument essentiel.
Mais est-ce la seule antidote pour combattre efficacement toutes les formes de barbarie et d'inhumanité ?

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


25 janvier 2015

27 janvier, Holocaust dossier LM


Dans Le Monde, un dossier en ligne (abonnés)
http://www.lemonde.fr/archives/timeline.html

(aucune certitude sur les adresses ci-dessous)

1945 - Au pays de l'horreur, les camps de la mort - Le Monde 21.01.2014
18 minutes d'images tournées en 1945 par les correspondants de guerre,
http://www.lemonde.fr/archives/temps_fort/2014/01/20/liberation-du-camp-auschwitz_4348799_1819218_4351805.html

1945 - Revenir de l'enfer, Rémy Roure, Le Monde - 21.04.1945
Journaliste au Temps " puis au Monde, il a été déporté à Auschwitz.
A son retour, il est confronté à la difficulté de transmettre ce qu'il a vécu et à l'impossibilité d'en faire une description fidèle.
http://www.lemonde.fr/archives/temps_fort/2014/01/20/liberation-du-camp-auschwitz_4348799_1819218_4348836.html

1965 - Les troupes soviétiques libéraient le camp de concentration d'Auschwitz - Le Monde  27.01.1965
Macha Speter-Ravine, déportée, raconte l'ambiance dans le camp pendant les quelques jours séparant le départ des SS et l'arrivée de l'Armée rouge qui viendra les libérer.
http://www.lemonde.fr/archives/temps_fort/2014/01/20/liberation-du-camp-auschwitz_4348799_1819218_4351244.html

2005 - Simone Veil : Nous ne pouvions pas imaginer - Le Monde 29.01.2005
Elle n'avait pas 17 ans quand elle a été déportée à Auschwitz.
Elle est devenue une des porte-paroles de la mémoire de la Shoah.
http://www.lemonde.fr/archives/temps_fort/2014/01/20/liberation-du-camp-auschwitz_4348799_1819218_4351314.html

2014 - Sur la Shoah, les historiens établissent la matérialité des faits - Le Monde 16.01.2014
http://www.lemonde.fr/archives/temps_fort/2014/01/20/liberation-du-camp-auschwitz_4348799_1819218.html
nombre des morts par pays : http://d-d.natanson.pagesperso-orange.fr/carte_victimes.jpg
wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Shoah#Les_victimes_par_pays
.


.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

31 octobre 2014

Chapoutot : Penser et agir en nazi

 

- Etudier le nazisme pour comprendre le droit
Esprit de justice, Antoine Garapon, 30.10.2014
http://www.franceculture.fr/emission-esprit-de-justice
http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_13952.xml

Droit et nazisme : voilà deux notions qui semblent à priori incompatibles. C'est pourtant ce rapprochement insolite que fait Johann Chapoutot dans son dernier ouvrage. En étudiant les fondements normatifs et juridiques de l'idéologie nazie, ce livre nous ouvre de nouvelles perspectives pour penser le droit aujourd'hui.

invités :
Johann Chapoutot, Paris 3, a publié  "La Loi du sang : penser et agir en nazi" (Gallimard, oct. 2014)
Rainer Maria Kiesow EHESS
Comment les philosophes, juristes, historiens, médecins ont élaboré les théories qui faisaient de la race le fondement du droit nazi et de la loi du sang la loi de la nature qui justifiait tout : la domination, la procréation, l’extermination


- Christian Ingrao évoque le cas de Reinhard Höhn
Un des artisans de la théorisation nationale-socialiste du mouvement Völkisch
il réapparait comme directeur d'une académie pour chefs d'entreprise qu'il fonde en 1956 à Bad Harzburg.
Il publie en 1963 L'armée comme éducatrice de la nation
https://fr.wikipedia.org/wiki/Reinhard_H%C3%B6hn
http://de.wikipedia.org/wiki/Harzburger_Modell
Christian Ingrao, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS
http://www.lemonde.fr/livres/article/2010/09/30/croire-et-detruire


- La bonne conscience des bourreaux, café littéraire, RDV Blois 2014
Johann Chapoutot est interrogé par Christian Ingrao
l'audio est en ligne :
http://www.rdv-histoire.com/IMG/mp3/11-10_-_17h15_a_18h_-_la_bonne_conscience_des_criminels_-_penser_et_agir_en_nazi.mp3


rappel : Les médecins acteurs de l’eugénisme nazi, conférence de Benoît Massin, Cercleshoah, 2001
Les médecins furent la catégorie socioprofessionnelle la plus nazifiée en Allemagne, (69%). Les théories nazies étaient largement acceptées dans les milieux scientifiques, de tout bord politique, et ce, dès avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir. La mise en œuvre de cette politique n'a été possible qu'avec l’active participation des médecins.
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article31

..

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

03 juillet 2014

Le bébé de la propagande nazie

 

hessytaft-bild

Hessy Taft, le bébé de la photo (Bild)

Le bébé de la propagande nazie était juif - Bigbrowser d'après Bild 03.07.02014 (source NM)
http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2014/07/le-bebe-de-la-propagande-nazie-etait-juif.html
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/07/03/piege-le-parfait-bebe-aryen-etait-juif/
http://www.bild.de/regional/berlin/adolf-hitler/berliner-juedin-hessy-taft-war-hitlers-propaganda-baby-36611794.bild.html

En 1935, Hessy Taft, un bébé de six mois est photographiée par Hans Ballin.
Quelques mois plus tard, la mère découvre la photo de sa fille en couverture du magazine «Sonne ins Haus» (littéralement : du soleil dans la maison) dirigé par un ami de Goering. Interrogé, le photographe affirme avoir délibérément soumis ce portrait au parti nazi qui avait lancé un concours pour trouver le « parfait bébé aryen ». « Je voulais ridiculiser les Nazis » aurait-il affirmé.

Le père et la mère du bébé Levinson sont venus de Lettonie à Berlin pour chanter à l'Opéra.
Ils perdent leur emploi en tant que juifs, ils sont /Berufsverbot/, interdits de profession.
Le père de Hessy Taft  devient vendeur pour une société agricole et fait du porte à porte. Il est emprisonné un temps court puis relâché, en 1938 [comme beaucoup de Juifs à cette date, cf. expo à Berlin dans les locaux de  la prison des SA, Papestrasse].
La famille émigre alors à Paris. Ils fuient à Cuba au moment devant l'arrivée des nazis.
Après la guerre ils partent aux Etats Unis.

accès à une vidéo en anglais citée par Maryvonne B. :
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/07/03/piege-le-parfait-bebe-aryen-etait-juif/

Hessy Taft, prof de chimie à New York, tient en haute estime le photographe.
Des petites résistances au nazisme dont on ose parler aujourd'hui en Allemagne :
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article327

.

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 mai 2014

Vire 8 mai 2014

 

8 mai 1945 : capitulation sans condition des armées nazies
(l'armistice, c'est en 1918, pas en 1945)


66


70


74


71

 

81

 

84


89


90

 

69e anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945
Message de Monsieur Kader ARIF
Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la défense,
chargé des anciens combattants et de la mémoire
Jeudi 8 mai 2014


Aujourd’hui (8 mai 2014), la France est rassemblée pour commémorer la fin de la Deuxième Guerre mondiale en Europe.

69 ans après la capitulation des armées nazies, nous pensons à tous nos libérateurs : aux combattants en uniforme, opérant sur les champs de bataille en 1940 comme en 1944 ; aux Forces Françaises Libres, constituées auprès du général De Gaulle pour poursuivre le combat ; aux Résistants engagés contre l’Occupant, opérant dans l’ombre ; aux Alliés, venus parfois du bout du monde, exprimer leur fidélité aux valeurs universelles de paix, de liberté et de fraternité.

En ce 70e  anniversaire de l’année 1944, la République rend un hommage solennel à tous ces combattants, artisans de notre Libération.
Ceux venus de métropole et d’Afrique-du-Nord, engagés dans la Campagne d'Italie qui entrèrent dans Rome le 4 juin 1944.
Ceux venus de près de 15 Nations, engagés dans l'opération Overlord qui débarquèrent le 6 juin 1944 en Normandie.
Ceux sous le commandement du Général De Lattre, venus de métropole, d'Afrique et d'Outre-mer, engagés dans l’opération Dragoon qui prirent pied en Provence le 15 août 1944.

Ils nous montrent ce que signifient le courage des hommes et l’esprit de solidarité. C’est par eux que la République, qui n’a jamais cessé d’exister, s’est incarnée pendant cinq ans. C’est àeux tous que nous devons ce 8 mai 1945. Le général De Gaulle l’a dit en ces termes le jour de l’armistice : « Pas un effort de ces soldats, de ces marins, de ces aviateurs, pas un acte decourage ou d’abnégation de ses fils et de ses filles, pas une souffrance de ces hommes et de ces femmes prisonniers, pas un deuil, pas un sacrifice, pas une larme n’auront donc été perdus ».

70 ans après, nous pensons aussi à tous ceux que les champs de bataille et la répression menée par l’Occupant n’ont pas emportés, à tous ceux qui sont revenus des camps de concentration et d’extermination (?) nous conter l'horreur.

Se souvenir est un devoir et une nécessité. C’est pourquoi les anciens combattants et les anciens résistants seront mis à l’honneur. Ils témoignent du passé. Ils donnent un sens à notreprésent. Ils éclairent notre avenir.

Le 8 mai 1945 constitue une date fondatrice de ce magnifique édifice qu’est l’Europe de la paix.

Les commémorations de la Seconde Guerre mondiale nous invitent, dans la fidélité du souvenir, à mesurer le chemin parcouru depuis 70 ans et les sacrifices endurés pour nous offrir la paix en héritage.
Cette paix a un nom, un espace, une histoire : c’est l'Europe. Elle a su nous préserver de la guerre et garantir la fraternité des peuples. Veillons à en assurer, ensemble, le destin.

Kader ARIF
http://www.manche.gouv.fr/


.

Posté par clioweb à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


17 mars 2014

La Résistance en Allemagne

 

70e anniversaire de l’attentat du 20 juillet 1944
Droit à la résistance : la place du 20 juillet dans la mémoire allemande et française
Maison Heinrich Heine
http://www.maison-heinrich-heine.fr/fr/droit-a-la-resistance/

Lundi 17 mars 2014, 19h30
conférence de Wibke Bruhns, Meines Vaters land - Geschichte einer deutschen Familie (Ullstein 2005) / Le Pays de mon père. Histoire d’une famille dans la tourmente du nazisme
(trad. par Daniel Mirsky, Les Arènes 2009)

Mardi 18 mars 2014, 10h-18h30
Nouvelles recherches sur la Résistance en Allemagne

La mémoire du 20 juillet dans les premières années de la République fédérale
Le 20 juillet et la Bundeswehr
La représentation du 20 juillet 1944 au cinéma en République fédérale d’Allemagne
La mémoire de la Résistance en France et des résistances à Hitler en Allemagne. Essai d’étude comparée
La mémoire du 20 juillet 44 en France
Marc Olivier Baruch : Le droit à la résistance aujourd’hui

.

Posté par clioweb à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

23 novembre 2013

colloque : Jeunesses en dissidence

 


Jeunesses en dissidence dans l’Allemagne nazie et en Union soviétique
Colloque international  à l'université de NANTERRE
jeudi 28 novembre et vendredi 29 novembre 2013
http://www.maison-heinrich-heine.fr/fr/jeunesse-en-dissidence/

«  A la différence de la  résistance  qui revêt un caractère organisé, fondé sur un ensemble de convictions clairement articulées, politiques ou religieuses (exemple de la Rose Blanche en Allemagne), la  dissidence désigne un ensemble éclaté et hétérogène de pratiques ou comportements considérés comme « décalés », « déviants » par des régimes qui imposent de manière coercitive des normes idéologiques et comportementales à la jeunesse comme à l’ensemble de la société.

Elle revêt des formes variées allant d’actes de refus ou d’opposition (destructions, sabotages, désertions) jusqu’aux manifestations multiformes de non-conformité : codes et insignes vestimentaires chez les Pirates de l’Edelweiss allemands ou les stiliagi et les « Sudistes » en URSS ; chants, musique (les Swing-Kids en Allemagne) et théâtre étudiant en URSS ; groupes de jeunes chrétiens, organisations de jeunesse clandestines en URSS ».


Jeudi 28 novembre 2013, 10-13h
Hélène CAMARADE, La dissidence (Resistenz/Dissens) comme palier vers la résistance politique de certains jeunes Allemands sous le Troisième Reich
Nicolas LE MOIGNE, Les paradoxes politiques du Mouvement de Jeunesse allemand : panorama de la Bündische Jugend en 1933
Juliane FÜRST, ‘Improving socialism’: Political Dissidence and Clandestine Youth Organizations from Stalin to Brezhnev

Jeudi 14h30 - 17h15
Gilbert MERLIO, Un aspect de la résistance juive : le groupe Baum (jeunes communistes juifs)
Bella OSTROMOOUKHOVA, Le théâtre étudiant en URSS après Staline : une sage opposition
Natalia GORBANEVSKAIA, La génération de 1956 vs. les « Chestidesiatniki » (génération des années 1960)
Cécile VAISSIE, La « génération des gardiens de nuit et des portiers » en URSS : le cas du Séminaire Chrétien

vendredi 29 novembre 2013 

Vendredi 29 novembre 2013, 9h30- 12h
Marguerite KJELLBERG, L’Edelweiss : le style et l’esthétique d’une dissidence de jeunes Allemands sous
le IIIe Reich
Brigitte KRULIC, Dissidences juvéniles au miroir de la fiction romanesque allemande
Kerstin RATHGEB, Die Frankfurter Swing Jugend aus staatlicher Perspektive
Jean-Robert RAVIOT, Les « Sudistes » soviétiques

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 septembre 2013

Les deux mémoires allemandes

 

Composer avec le passé  - Frédéric Lemaitre, Le Monde 11.09.2013
http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/09/11/l-allemagne-compose-avec-son-passe_3475409_3214.html

Dans le rapport au passé, il y a une différence essentielle entre le niveau fédéral et le niveau local.
Au niveau fédéral, le politiquement correct s'impose. On est sous le regard de l'étranger. On insiste sur la rupture avec le passé.
Angela Merkel prononce une centaine de discours par an, on compte sur les doigts d'une main ceux consacrés à l'Histoire. Depuis 2009, elle n’aurait jamais cité Bismarck. A Berlin, la reconstruction du château des Hohenzollern a du mal à attirer des mécènes privés.

En revanche, au niveau local, on ne sent plus libre de ses mouvements. On argumente davantage sur la continuité... On n'ose pas être fier d'être Allemand, mais on ne se gêne pas pour afficher sa fierté saxonne ou bavaroise.

A Dresde, le comité local qui impulsé la restauration de la Frauenkirche a su profiter du patriotisme local des Saxons.
A Leipzig, des dizaines de milliers de figurants se préparent pour commémorer, le 18 octobre, le bicentenaire de la bataille des Nations.
En 2012 , Sound of Heimat un documentaire a eu beaucoup de succès en exploitant les chansons du folklore allemand.


Muriel Rambour, Histoire, mémoire et identité nationale. Un triptyque allemand à l’épreuve des évolutions sociales contemporaines. Temporalités, 05.2006 (cité sur Aggior)
http://temporalites.revues.org/267


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

04 août 2013

Le nazisme des intellectuels

 

Le nazisme des intellectuels, Jean-Pierre Faye, Le Monde opinions, 02.08.2013
Soixante-dix ans après, il faut enfin admettre que ce sont trois grands esprits philosophiques qui ont fait le lit d'Hitler
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/08/02/le-nazisme-des-intellectuels_3456984_3232.html

La déconstruction, un mot qui a submergé les sciences sociales aux USA vient de Abbau, un mot allemand employé par Heidegger.

L’occasion pour Jean-Pierre Faye de rappeler les liens entre le trio Martin Heidegger - Carl Schmitt - Ernst Jünger et le nazisme.
Wikipedia en allemand : Martin Heidegger - Carl Schmitt - Ernst Jünger

Le 23 novembre 1932, Schmidt vante l’Etat total dans une conférence pour les grands patrons de l’industrie.
Le 1er mai 1933, Heidegger et Carl Schmitt adhèrent au Parti nazi
En décembre 1933, Heidegger publie sa Profession de foi en Adolf Hitler ; le cours de 1935 vise l’Asiatique, l’ennemi intérieur.

Tous les trois se retrouvent en 1955 pour fêter l’anniversaire de Jünger.


heidegger

Heidegger
source : http://www.culturaesvago.com/heidegger-e-hannah-arendt/

.

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 mars 2013

Le nazisme, la société des camps

 

"Wir haben nicht einmal alle Nazi-Lager erfasst"
(Nous n'avons même pas abordé tous les camps nazis) - (source : Nicole)

Die Zeit publie un entretien avec l’historien Geoffrey Megargee
http://www.zeit.de/wissen/geschichte/2013-03/interview-holocaust-studie

Au début de ses recherches, l'historien Geoffrey Megargee pensait trouver 5000 ou 7000 camps et ghettos nazis. Personne n'avait alors songé à en faire l'addition.

Les chercheurs du Holocaust Memorial Museum ont fait l’addition de tous ces lieux de la violence nazie. Ils dénombrent 42 500 lieux de la terreur, « qui servaient à poursuivre des gens, à les forcer au travail, à la torture et la mise à mort ». Et ils ont sans doute fait des oublis.

Les nazis ont créé des camps pour tout. Camps d 'enfermement, camps de concentration, camps d'extermination, ghettos, mais aussi camps pour travailleurs forcés, maisons pour juifs, centres de prostitution forcée, camps pour enfants évacués, camps pour les Allemands ethniques qui s'établissaient comme colons en Pologne, camps pour les travailleurs sur les chantiers d’autoroutes… Sans oublier les camps pour les soldats, les camps pour les SS, les jeunesses hitlériennes et tous les autres.
« Le nazisme, c’est une société de camps » conclut Geoffrey Megargee

dans l'article, une carte des ghettos en Europe orientale (plus de mille) - The New York Times :
http://www.zeit.de/wissen/geschichte/2013-03/ghetto-map-nyt.jpg


naz-camps

Carte des camps nazis (détail - The NYT))
http://www.zeit.de/wissen/geschichte/2013-03/nyt-sscampmap.jpg
Diese Karte, erstellt von der New York Times, zeigt große Konzentrationslager und bisher kaum bekannte SS-Lager.
Autres cartes, dont Belin 1983 : http://clioweb.free.fr/camps/cartescamps.htm


Wolfgang BENZ / Barbara DISTEL, Der Ort des Terrors.
Geschichte der nationalsozialistischen Konzentrationslager, 9 volumes, C.H.Beck, 2005-2010
1 : Die Organisation des Terrors,
2 : Frühe Lager, Dachau, Emslandlager,
3 : Sachsenhausen, Buchenwald,
4 : Flossenbürg, Mauthausen, Ravensbrück,
5 : Hinzert, Auschwitz, Neuengamme,
6 : Natzweiler, Groß-Rosen, Stutthof,
7 : Wewelsburg, Majdanek, Arbeitsdorf, Herzogenbusch (Vught), Bergen-Belsen, Mittelbau-Dora,
8 : Riga. Warschau. Kaunas. Vaivara. Plaszów. Klooga. Chelmo. Belzec. Treblinka. Sobibor
9 : Arbeitserziehungslager, Ghettos, Jugendschutzlager, Polizeihaftlager, Sonderlager, Zigeunerlager, Zwangsarbeitslager


- Version Le Figaro 05.03.2013 : 42.500 camps de toutes sortes auraient été construits de 1933 à 1945, selon une enquête récente du Mémorial de la Shoah à Washington.
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/03/05/


.

 

Posté par clioweb à 19:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,