19 novembre 2018

Projets en géo : lecture critique

 

Géographie en lycée : Lecture critique des projets de programmes
soumis à consultation en nov 2018
http://didageo.blogspot.com/


« Ce texte est le fruit d'une réflexion collective des membres du site contributif Didagéo...

L'analyse a été conduite selon une grille d'analyse des programmes à partir de trois éléments-clés
la question centrale des finalités,
l'organisation des notions
et la construction des capacités).


« Les programmes scolaires doivent cesser de vouloir ressembler à de savants édifices pour essayer de contenter toutes les demandes et de satisfaire toutes les “attentes” (LEFORT, 2010). Il faut se pencher sérieusement sur la matrice disciplinaire que l’on veut construire, et le faire collectivement, avec celles/ceux dont c’est le métier de la faire partager ».

 

.

Posté par clioweb à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 novembre 2018

A quoi sert la géo ?

 

L’utilité de la géographie : entre territoires et sociétés

AFNEG - 17.11.2018
http://afneg.org/2018/11/lutilite-de-la-geographie-entre-territoires-et-societes/

 

A quoi sert la géo dans le secondaire ? Dans le supérieur ?

« En lycée, la géo (est) très descriptive, trop peu critique et objective ».
« Elle se centralise sur sa sous-discipline économique »
« Les programmes veulent former de futurs citoyens… »

A l’université, la géo (va) « approfondir la relation sous forme de système »

« Les méthodes pédagogiques doivent être revue » (sic)
pour « faire appréhender la géographie dans un aspect autant pratique que théorique »

Les réponses sont plutôt surprenantes.
Avec qq erreurs d’orthographe

Naguère, un géographe réputé avait affirmé que la géo universitaire
ne serait prise au sérieux qui si l'on se débarrassait du fardeau scolaire... :-)


.


.

Posté par clioweb à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 août 2018

Cécile Gintrac, Géographie engagée

 

Comment nommer la géographie engagée ?
Cécile Gintrac, Carnets de géographes 4-2012
http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_recherches/rech_04_04_Gintrac.php


« L‘inscription de la géographie radicale, depuis la fin des années 1980, au sein du courant plus large de la géographie critique ne peut se comprendre qu’en regard d’un mouvement plus global de « pluralisation » des pensées critiques et de marginalisation des approches marxistes. J’ai souhaité montrer que ce glissement terminologique, s’il n’est pas limité à la géographie, n’est pas sans implications et est en grande partie débattu par les penseurs et les chercheurs. Certains, comme François Cusset, soulignent que l'épithète critique risque d'avoir un sens faible et donc une efficacité limitée sur le réel. Pour autant, cela ne signifie pas qu’une géographie radicale, telle qu’elle s’est développée aux Etats-Unis notamment, soit plus à même de porter le fer de la contestation ou même qu’elle soit vraiment différente dans ses fondements et ses pratiques d’une géographie critique plus récente ».

« Il semble à ce stade nécessaire de réaffirmer qu’un courant de pensée est davantage le produit de ceux qui s’en revendiquent qu’une catégorie fixe et fermée, qui préexisterait aux pratiques sociales de recherche et que l’on rejoindrait après avoir « choisi son camp ». Autrement dit, il serait moins utile de chercher à fixer des limites franches susceptibles de déboucher sur des catégories ou des « labels » de chercheurs et de penseurs que de garder le souci permanent du rapport à la pratique et à l’engagement dans un contexte universitaire qui pousse peut-être plus que jamais à les écarter . La diffusion de ces questions pourrait constituer une opportunité pour faire émerger en France un débat autour des positionnements, qu’ils rejoignent ou contredisent ceux de nos collègues anglophones, la problématique de l’engagement n’ayant jamais été absente des débats de la géographie française »


Cécile Gintrac. Au seuil critique de la ville : trois groupes de géographie engagée
thèse de géographie (en ligne) Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, 2015. - source Aggior
http://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01859135


Cécile Gintrac, articles en ligne
http://hal.archives-ouvertes.fr/search/index/q/*/authFullName_s/C%C3%A9cile+Gintrac

pubications 2011-2015
http://laboratoire-mosaiques.fr/recherche/equipe/gintrac-cecile/


Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain
Cecile Gintrac et Matthieu Giroud (ed), Les Prairies ordinaires 2014

Avec des textes de : Jennifer Robinson ; Melissa R. Gilbert ; David Harvey ; Erik Swyngedouw, Frank Moulaert et Arantxa Rodriguez ; Roger Keil et Julie-Anne Boudreau ; Bernd Belina ; Kanishka Goonewardena et Stefan Kipfer ; Neil Smith ; Don Mitchell ; Marcelo Lopes de Souza ; Edward W. Soja
http://www.lesprairiesordinaires.com/uploads/2/1/0/6/21065838/sommaire.pdf

CR Justice sociale
http://www.jssj.org/issue/juin-2015-jssj-a-lu/

CR
.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 mars 2018

Enseigner la géo aujourd'hui ?



geo-07122018

Enseigner le territoire : comment enseigner la géo de la France à l'école aujourd'hui ?
M Lussault, M Reghezza-Zitt, S Kahn
vidéo réalisée et mise en ligne par la BNF
http://bit.ly/2Gp600d


Michel Lussault rappelle qu’il a milité en faveur d’une disparition de la géo scolaire.
H-Français, sept 2009 - http://bit.ly/2petSvo

L’AFDG avait publié un point de vue d’Yvan Carlot.
Pour y accéder, il faut faire le détour par l’incontournable Internet Archive
http://web.archive.org/web/20080509232253/http://www.afdg.org/spip/article.php3?id_article=3
http://clioweb.free.fr/debats/carlot.htm


Pour Lussault, réduire l'école à  Lire Ecrire Compter Respecter autrui,
c'est une démarche très paresseuse.
Jules Ferry n'a jamais formulé une vision aussi simpliste et aussi utilitariste.
L'école proposait des leçons de choses,
avec un réel apprentissage de l'observation, une mise en questions, un apprentissage de la réflexion...
Aujourd'hui, le rapport au monde dépend largement de la médiatisation et des écrans.


La géo, un mode de questionnement (utilisé par l'ensemble des sciences sociales).
Quelle spécificité pour la géo scolaire ?
(la maîtrise de soi, les relations aux autres en société, le rapport à l'espace et au monde)
choc entre cultures nationales et approche conceptuelle :
la géo de la France, ce ne peut être qu’en 3e, en liaison avec le brevet. Pour Lussault, c’est dommage.


Dans les 20 dernières minutes (Q-R), une double critique très vigoureuse des médias
qui font écran et empêche de voir la société et le monde dans sa réalité.
Pas d'intention maligne, mais 1 médiocrité générale au service d'une info low cost
(cf Irma et tous les silences sur St Martin et St Barth - sans Johny :-)

Comment échapper à une telle dégradation ?
En ouvrant la fenêtre ? (de la classe quand c'est possible,  matériellement, financièrement et administrativement ?)


Le 7 décembre, c’est aussi :
Territoires et paysages : quelles France ?
http://calenda.org/424707
liens vidéos indiqués dans la colonne de droite de la page de la BNF

Le dépaysement : tout mérite un détour
Décrire le paysage : évolution, formes, usages, rôle de la carto du MA à GMaps et au Géoportail
Habiter le paysage : l'art d'habiter le monde
La frontière
Politiser le territoire : l'utilisation politique et sociale de la carte
Habiter le paysage : de la campagne à la ville
Territoires et paysages : quelles France ?

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 novembre 2017

Enseigner la géo à l’université

 

Enseigner [ la géo ] à l’université, ça s’apprend ?
Leïla Frouillou, Matthieu Gimat, Nicolas Persyn et Lina Raad

En France, l'université «s’appuie à l’origine sur le principe d’une articulation entre élaboration et transmission des savoirs. Or, si elle encourage fortement la construction collective des savoirs et par là nous incite à des échanges nombreux, à une remise en question permanente et à une adaptation constante des pratiques, force est de constater qu’elle favorise au contraire une pratique individuelle et peu réflexive de l’enseignement. Fort heureusement, et comme en témoigne ce numéro des Carnets de géographes, de nombreux.ses enseignant.e.s s’interrogent sur leurs pratiques...»

in
Pour une réflexion collective sur l'enseignement de la géographie à l'Université
Sous la direction de Jean Gardin, Marie Morelle et Fabrice Ripoll
Carnets de géographes, n° 10, 2017

http://cdg.revues.org/1115


Les 8 premiers numéros ont été publiés à l'adresse
http://www.carnetsdegeographes.org/

8 - géo de la lenteur
7 - Les espaces de l'entre-deux

6 - Géographie des faits religieux
5 - Géographie humanimale
4 - Géographies critiques
3 - Les géographies des enfants et des jeunes
2 - Espace virtuels et varia
1 - Varia


cdg10

 
..

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


15 mars 2017

30.03 : Nuit de la Géo

 

nuit-geo

 


Nuit de la Géographie, 31 mars 2017
Paris, forum de la Bellevilloise
La Rochelle
Lille
Toulouse
http://www.cnfg.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=415&Itemid=388

 

nuit-geo-pgm2017



détail du programme
http://www.cnfg.fr/images/stories/docs_CNFG/2017/Programme_DETAILLE_Rd_NG_V5.pdf


Le dessus des cartes anciennes - Strasbourg (1600-1800)
Carto par ordinateur

Dunkerque, présentation multi-sensorielle
La géo peut-elle sauver le monde
regards sur les dockers de St Nazaire
Villes indignes

géographies musicales
géo post-coloniale
littérature underground
le métier de géographe

promenades en soirée
atelier de croquis
émotions de la nuit
le métro
crues de la Seine
géolocalisation

Photographier la nuit
expo peintures Les Nocturnes

 

.
.



Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 juin 2016

Eduscol Ressources Géo 3e 2008

 

habiter-region



Géographie 3eme programme 2008

Ressources Eduscol Troisième

L'étude de cas en géographie - 2008
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/college/44/3/01COLL_GEO3-_Etude_de_casVF_219443.pdf

de la ville à l'espace rural
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/college/44/5/02COLL_GEO3_I_theme1_VilleRuralVFl_219445.pdf

Région
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/college/44/7/03COLL_GEO3_I_theme_2_RegionVF_219447.pdf

Territoire national et population
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/college/44/9/04COLL_GEO3_I_theme3_TerritoirePopulationVF_219449.pdf

Espaces productifs
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/college/45/1/05COLL_GEO3_II_theme1_EspacesProducVF_219451.pdf

Organisation du territoire français
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/college/45/3/06COLL_GEO3_II_theme2_organisationTerrFceVF_219453.pdf

L'Union européenne
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/college/45/5/07COLL_GEO_III_theme1_UE_UnionEtatsVF_219455.pdf

France et Union européenne
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/college/45/8/08COLL_GEO3_III_thme2_France_UEVF_219458.pdf

France influence mondiale
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/college/46/0/09COLL_GEO3_IV_theme1_Frce_InflunenceVF_219460.pdf

Réalités et limites de la puissance européenne
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/college/46/2/10COLL_GEO3_IV_theme2_UE_PuissanceVF_219462.pdf

 

.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 octobre 2014

Elisée Reclus, géographie et anarchie

 

reclus2

Elisée Reclus (1830-1905) en Suisse
http://fr.wikipedia.org/wiki/Elisée_Reclus

 

Élisée Reclus, théorie géographique et théorie anarchiste,
long article (66 000 signes) d'une conférence de Philippe Pelletier, 31.12.2012
Aggiornamento HG, 17.10.2014
http://aggiornamento.hypotheses.org/2373

extraits :
« De prime abord, Élisée Reclus (1830-1905) ne semble pas avoir écrit un traité de théorie géographique…
Mais plusieurs chapitres de ses ouvrages, notamment introductifs ou conclusifs, exposent des principes géographiques forts. C’est notamment le cas de sa préface de L’Homme et la Terre (1905) ou l’introduction à l’ouvrage d’un autre géographe anarchiste, La Civilisation et les grands fleuves historiques (1889) de Léon Metchnikoff (1838-1888). En outre, comme viennent de le montrer de récentes recherches, la Nouvelle Géographie Universelle (1876-1894) d’Élisée Reclus, loin de se résumer à une simple description du monde, livre aussi des éléments généraux à travers une analyse régionale »...

« ... Il existe un lien historique, idéologique et personnalisé entre ces trois idéologies (les religions monothéistes, le marxisme, le catastrophisme écologiste). Le catastrophisme est un excellent moyen pour culpabiliser les individus de façon très religieuse, pour les tétaniser et pour les détourner, face à l’ampleur de ce qui paraît incommensurable et insurmontable, inhumain. L’« heuristique de la peur » proposé par un Hans Jonas (1903-1993), celui-là même qui suggérait une « dictature bienveillante » pour régler les problèmes écologiques de la planète, n’est rien d’autre qu’une supercherie ».

« Or l’anarchisme place la liberté et la critique du pouvoir au cœur de sa philosophie, de son éthique et de sa pratique...
L’analyse géographique permet de démasquer cette fiction en décrivant la réalité spatiale des exploitations (division socio-spatiale du travail), des dominations (division en États-nations et en empires), des oppressions (lieux de pouvoir coercitif, marginalisation des minorités, ghettos) et des aliénations (lieux de culte, lieux de la société marchande spectaculaire, lieux du sexisme). Une perspective anarchiste en géographie analyse, et dénonce, les formes spatiales du pouvoir, que celles-ci soient particulièrement coercitives ou visibles, ou moins fortes ».

« La géographie actuelle, outre qu’elle se complaît bien souvent dans un outillage informatique et quantitatif, garde cependant une lecture verticale de ces espaces…

... Une perspective anarchiste de la géographie peut libérer celle-ci de ce carcan verticaliste et lui substituer une lecture horizontale du monde, démontant les systèmes hiérarchiques du pouvoir et valorisant les tentatives horizontales d’émancipation humaine dans l’espace. Elle refuse une vision statique et fétichiste de la nature. Elle s’interroge sur les limites supposées de la biosphère et de la terre, mais aussi sur le retour du malthusianisme en science comme en politique.  Elle n’est pas l’esclave de la technologie, mais elle ne tombe pas non plus dans une critique aveugle ou tronquée de celle-ci. Elle se met au service non des dominants, en leur fournissant des outils d’analyse et de contrôle, des discours et des lectures du monde, mais au service de la société, du peuple, non pas de l’extérieur ou d’en haut, mais en son sein, en franchissant et en dépassant la barrière académique ».


pelletier

Philippe Pelletier, Paris, mars 2012
http://corotzilla.eklablog.com/salon-du-livre-jour-1-a44820332

geo-anar-pp

http://editions-libertaires.org/?p=519

.


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

22 avril 2014

HG : Revues sur le web


Dans certains lieux de pouvoir, il est de bon ton de mépriser le web et de faire le silence sur son exceptionnelle capacité d'archivage.
A partir de l'excellent site Persée et de Gallica,
quelques exemples de ces revues disponibles sans aller en bibliothèque universitaire :


Sur Persée, en HG, les revues de référence sont très nombreuses 
http://www.persee.fr/web/revues/home

par exemple
Les Annales (1929-2002)
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/ahess

Les Annales de Géographie (1892-2006)
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/geo

EspacesTemps (1975-2004),
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/espat

Sur Gallica, il est possible de consulter la collection d'Hérodote (1976-2000),
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343771523/date

les archives de la Revue historique (1876-2000)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34349205q/date.langFR

celles de la Revue d'histoire moderne et contemporaine (1954-2000)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb344172780/date.r=revue+dhistoire+moderne.langFR


Pour lire Carlo Ginzburg, « L’historien et l’avocat du diable » dans Genèses 2003-4 et 2004-1,
il suffit de consulter Cairn.info
http://www.cairn.info/revue-geneses-2003-4-page-113.htm
http://www.cairn.info/revue-geneses-2004-1-page-112.htm
voir aussi http://clioweb.canalblog.com/tag/Ginzburg

Les articles plus récents coûtent 5 euros l'unité,
sauf votre université a payé pour vous le péage d'entrée.

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 avril 2014

Québec : Une nation sans territoire ?

 

Une nation sans territoire, un monde sans géographie ?
Rodolphe De Koninck et un collectif de géographes, Le Devoir, 12.03.2014
http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/402399/une-nation-sans-territoire-un-monde-sans-geographie

extraits :
« Au Québec… la refonte des programmes d’enseignement des sciences humaines peut conduire à une marginalisation de l’étude de la géo, au profit de celle de l’histoire ...
Peut-on étudier l’histoire d’un peuple, sans ancrer celle-ci dans un territoire et sa géo, une géo qui doit être ouverte sur le monde ? »

« Le mandat et la modernité de la géographie sont sans cesse renouvelés. En effet, l’interrogation du monde, c’est-à-dire son exploration, est une tâche permanente. L’urgence de la compréhension du monde, ce qui comprend son éloge et sa critique, n’a de cesse de nous interpeller […]. C’est ainsi que la géographie […] est partie prenante de l’analyse de l’évolution multi-millénaire des climats et de l’utilisation du sol, ce qui comprend celle des forêts. Elle fait également la preuve […] de son immense profondeur historique, de sa symbiose avec l’évolution de l’anthroposphère et des enjeux qui la concernent, y compris ceux de la mondialisation, des flux et des réseaux, à toutes les échelles ».

« En choisissant de réduire l’éducation géographique de ses citoyens, l’État québécois ne nie-t-il pas sa propre définition, ne commet-il pas une erreur, ne renie-t-il pas sa propre parole ? »


Quelle histoire pour la géographie ?
L’article cite une tribune des géographes de l’université du Québec à Rimouski (11.10.2013)
http://www.ledevoir.com/societe/education/389715/quelle-histoire-pour-la-geographie


Un lecteur cite la participation de Québécois à l’ouvrage La géographie en question, paru en 2012 chez A. Colin.
Raoul Étongué Mayer, Les maux de la géographie,
Rodolphe de Koninck, Quelle place de la géographie dans un savoir divisé?
Laurent Deshaies, Reconnaissance et visibilité sociales et scientifiques de la géographie : réalités et défis, Christian Morissonneau, La région écartelée,
Henri Dorion, Le territoire du Québec en deuil de la géographie,
Clermont Dugas, L’état de la géographie au Québec,
Edith Mukakayumba, Quand l’éducation devient un obstacle majeur à l’insertion socioprofessionnelle et à l’enracinement territorial,
Jules Lamarre, Le retour de la géographie.


Lire également sur le site Didagéo,
Chantal Déry, UQ en Outaouais, L’enseignement de la géographie au Québec : peut-on parler d’une « société distincte » ? http://didageo.blogspot.fr/2014/03/resume-de-lintervention-de-chantal-dery.html

.

Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,