Ma thèse en 180 secondes. Et ma main dans ton pitch à la con.
Olivier Ertzscheid Affordance 15.06.2018
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2018/06/ma-these-en-180-secondes.html

« Ce concours m'énerve car ce concours est un symptôme ».

« Comment ne pas frémir de plaisir à l'idée de voir tant de savoirs complexes
et celles et ceux qui les portent faire ce pas vers un public ravi et gourmand de science ? »

« 3 minutes pour - au moins - 3 ans de boulot, mais une fracture profonde
entre ce qu'est un travail de recherche et ce que la start-up nation souhaite en voir pour en sourire ».

« Accepter de pitcher c'est accepter une humiliation d'autant plus perverse et retorse
qu'elle est en apparence librement consentie »

« Ce concours "ma thèse en 180 secondes" est un exemple parmi tant d'autres de ce "divertissement" au sens littéral qu'exerce ce *** de management par le happening et l'événementiel qui est une véritable gangrène mise en place pour détourner l'université de sa mission première et accompagner sa relégation dans les limbes d'un service qui n'a plus de "public" que l'assignation qui lui est faite d'en accueillir toujours davantage avec toujours moins de moyens et d'ambition »



.