Dominique Cardon, Internet et les émotions 2.0, la Grande Table 28.12.2016
http://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/internet-raison-et-sentiments


Sur internet, les échanges les plus fréquents sont de l'ordre de la sociabilité,
de la conversation de bistro. Le dire est plus important que ce qui est dit
Quand les médias reprennent ces propos de bistro, ils leur donnent une légitimité et une audience
qu'ils n'auraient pas sur les seuls médias sociaux.

Ne pas se limiter à une opposition entre ceux qui savent, ceux qui sont crédules.
Il n'y a pas deux publics, un de la raison, un de la provocation et de l'outrance.


Les algorithmes sont conçus dans un intérêt commercial. L'internaute clique davantage sur ce qu'il connaît déjà.
Le principal filtre, c'est le choix de ses contacts, et donc de ce qu'on va accepter de lire.
Les algos prédisent un avenir qui est la reproduction de nos comportements passés.
Ils nous donnent ce que nous avons déjà fait, ils s'ccupent de nos pratiques réelles,
pas de nos désirs et de nos représentations (regarder Arte ou un film commercial US ?)
Il serait possible de paramétrer autrement les algorithmes, de valoriser la curiosité,
de prendre davantage en compte les souhaits et les désirs.

Internet et la crise de la réprésentation ?
La richesse du web est exceptionnelle. Il autorise des formes multiples d'expression et de mobilisation.
La société civile produit du commun, du politique. Encore faudrait-il que le personnel politique s'en saisisse
et s'en serve lors de l'élaboration des programmes électoraux.


.