Compte-rendu de la réunion nationale des interlocuteurs académiques pour le numérique 02.2016 (source OP)
http://eduscol.education.fr/site.histoire-geographie/mutualisation-reseaux-interlocuteurs/reunions-interlocuteurs-academiques-histgeo/reunionian-hg2016

dans le Tour de France des académies
à Nantes, le point de vue de Jackie Pouzin sur l'utilisation de services du type google docs

« Qu’un enseignant se fasse l’auxiliaire consentant d’un tel prélèvement massif d’informations dans son cadre professionnel me stupéfie. Je pense que dans notre cadre professionnel, on a le devoir de ne pas utiliser ces services gratuits qui exploitent toutes nos données ».  
« L’académie met à notre disposition un ENT (espace numérique de travail) lui aussi protégé pour nos usages pédagogiques : utilisons-le ! »


2 remarques :

- L'internet des pionniers ne dépendait pas des décisions ministérielles.
A ce jour, il manque toujours un portail qui reflète ces initiatives des profs qui se servent d'Internet sans attendre une validation hiérarchique. 

- A lire nos collègues, les ENT ne manquent pas de défauts :
Ce sont des outils commerciaux payés très cher par une collectivité territoriale.
Les entreprises vendeuses n'ont pas encore la capacité de flicage des FMN états-uniennes (Apple, Google).
Elles créent des espaces dont l'accès est restreint et compliqué, avec des interfaces propriétaires qui imposent un cloisonnement contraire à la démarche du web. Elles n'incitent pas vraiment à la mutualisation. A la différence de structures comme Framasoft ou Wikimedia - Wikipedia.

La politique actuelle vise à développer un marché du numérique, pas à mettre en commun les énergies de l'ensemble d'une profession.
C'est dommage.


.
.