- Les Rencontres Wikimedia Education 2012 viennent d'avoir lieu à Paris.
Il faut féliciter chaleureusement les organisateurs pour la qualité de leur travail et le choix des intervenants.
Les interventions ont été filmées (sauf une) et seront mises en ligne prochainement.

En attendant, consulter les nombreux tweets envoyés pendant ces deux jours :
https://twitter.com/search?q=%23wikieduc&src=hash
Stéphanie de Vanssay - tweets - storify 1ere journée - storify 2eme journée



- La pédagogie du savoir collectif sur Wikipedia

Les adversaires de l'encyclopédie en ligne s'en prennent surtout au contenu des articles. Samedi matin, Dominique Cardon ( Lab SENSE, Orange Labs) a souligné l'importance des procédures évolutives dans la réussite de Wikipedia.

« Wikipédia a su prendre le délicat tournant du passage à l’échelle des communautés de l’Internet lorsqu’elles doivent codifier leur esprit ». C'est l’une des expériences les plus abouties et les plus radicales de coopération auto-organisée.

« Dans ce modèle d'auto-organisation, décentraliser la surveillance et la sanction, mettre en tension le local et le centre permet de gérer à un niveau très bas la très grande majorité des conflits entre les membres ». L’institutionnalisation des règles de gouvernance sur Wikipédia est un processus continu... « Les individus participent d’autant plus facilement à la production d’une ressource commune qu’ils disposent aussi d’un pouvoir de surveillance et de sanction sur les autres membres de la communauté »

D. Cardon propose cinq enseignements de cette expérience collective
Leçon 1 - Transformer l’esprit fondateur en règles publiques et accessibles
Leçon 2 - Participer, c'est aussi surveiller et sanctionner en cas de besoin
Leçon 3 - Séparer les personnes et les contenus
Leçon 4 - Centraliser les peines pour les raréfier
Leçon 5 - Procéduraliser l'hospitalité

Sur Wikipedia, « la vérifiabilité s’est substituée à la vérité ».

Cette analyse a été développée dans Discipline but not punish. The governance of Wikipedia,
in Massit-Folléat, Méadel (Cécile), Monnoyer-Smith (Laurence),
Normative Experience in Internet Politics, Paris, Presses des Mines, 2012

Extrait (conclusion)  :

« Dans Le maître ignorant (1987), Jacques Rancière raconte comment, en 1818, Joseph Jacotot eut la surprise de découvrir que ses élèves flamands qui ne savaient pas le français étaient parvenus à commenter en français le Télémaque de Fénelon au terme d’un apprentissage attentionné d’une édition bilingue, apprentissage guidé par Jacotot qui, lui, ne parlait pas le flamand ! Les élèves avaient « appris seuls et sans maître explicateur » (p. 22).

La méthode Jacotot, explique J. Rancière, se fonde sur une radicale « égalité des intelligences » entre maître et élève, qui refuse le partage des savoirs. L’élève apprend seul. Le maître ne sait rien. Il ne guide pas. Il n’explique pas. Il se contente de vérifier l’attention que consacre l’élève à chercher. Il n’est pas un guide socratique conduisant l’élève à trouver en lui le bon chemin. Le maître ne connaît pas ce chemin. Il est juste « vigilant ».

Il instaure un « rapport de volonté » avec l’élève qui n’est en rien ce « rapport de savoir » qui installe toujours une asymétrie « abrutissante ». Aussi la vigilance est-elle le seul enseignement du maître. « Cette attention qui ne se relâche jamais » est à elle seule productrice de connaissance : « Maître est celui qui maintient le chercheur dans sa route, celle où il est seul à chercher et ne cesse de le faire » (p. 58).

La procéduralisation de la vigilance critique sur Wikipédia relève de cette logique. Les wikipédiens veillent les uns sur les autres. L’appartenance communautaire institue un « rapport de volonté » qui invite chacun à veiller que chaque autre cherche. Pris individuellement, les wikipédiens sont bien moins savants que les savants, mais en s’imposant mutuellement d’être le maître ignorant des autres, c’est-à-dire en demandant constamment aux autres s’ils ont vérifié, sourcé, équilibré, etc. leurs productions, bref en veillant à ce que les autres aient fait l’effort de découvrir, et ceci sans jamais interroger le savoir de ceux qu’ils pressent de chercher, ils font advenir une forme de production de connaissance(s) plus solides que celle des savants.
Dans une société d’égaux comme Wikipédia, cette vigilance ne s’organise pas sur le partage des savoirs, elle est radicalement procédurale. Donc ignorante. La vigilance participative contribue à « donner non pas la clef du savoir, mais la conscience de ce que peut une intelligence quand elle se considère comme égale à toute autre et considère toute autre comme égale à la sienne. L’émancipation est la conscience de cette égalité, de cette réciprocité qui seule permet à l’intelligence de s’actualiser par la vérification » (p. 68).

Voilà sans doute une manière extrêmement juste de qualifier cette « intelligence des foules » qui fait tant débat. Celle-ci ne procède pas d’une addition de savoirs, ou de toute autre règle de composition des connaissances individuelles, mais de l’attention collective que met chacun à révéler son intelligence en veillant à ce que tous fassent le même effort.
La procéduralisation de la discussion sur Wikipédia apparaît alors comme la condition indispensable de ce pari incroyablement audacieux : faire une encyclopédie d’ignorants ».



Quelques liens pour poursuivre :
L'institut Jacotot
https://sites.google.com/site/institutjacotot/

Conférence de Rancière en 2004
http://multitudes.samizdat.net/Sur-Le-maitre-ignorant

11 diapos en ppt :
http://www.unilim.fr/sceduc/IMG/pdf/Le_maitre_ignorant_diapo_.pdf

un leçon sur le site de la CIP-IDF
Coordination des Intermittents et Précaires d’Ile-de-France
http://www.cip-idf.org/IMG/pdf/jacotot_final_A4_leger.pdf


.
.