27 mars 2018

1849 : Les EU d'Europe - Victor Hugo

 

Victor Hugo
Discours d'ouverture du Congrès de la Paix
Paris 21 août 1849

Wikisource
http://fr.wikisource.org/wiki/Discours_sur_les_Etats-Unis_d'Europe_au_congrès_international_de_la_paix_en_1849_à_Paris

 

extraits :

« Messieurs, la paix vient de durer trente-deux ans, et en trente-deux ans la somme monstrueuse de cent vingt-huit milliards a été dépensée pendant la paix pour la guerre ! » (Sensation.)

« Supposez que les peuples d’Europe, au lieu de se défier les uns des autres, de se jalouser, de se haïr, se fussent aimés ; supposez qu’ils se fussent dit qu’avant même d’être français, ou anglais, ou allemands, on est homme, et que, si les nations sont des patries, l’humanité est une famille ».


« Et maintenant, cette somme de cent vingt-huit milliards, si follement et si vainement dépensée par la défiance, faites-la dépenser par la confiance ! ces cent vingt-huit milliards donnés à la haine, donnez-les à l’harmonie ! ces cent vingt-huit milliards donnés à la guerre, donnez-les à la paix ! (applaudissements)

Donnez-les au travail, à l’intelligence, à l’industrie, au commerce, à la navigation, à l’agriculture, aux sciences, aux arts, et représentez-vous le résultat. Si, depuis trente-deux ans, cette gigantesque somme de cent vingt-huit milliards avait été dépensée de cette façon, l’Amérique, de son côté, aidant l’Europe, savez-vous ce qui serait arrivé ? La face du monde serait changée ! les isthmes seraient coupés, les fleuves creusés, les montagnes percées, les chemins de fer couvriraient les deux continents, la marine marchande du globe aurait centuplé, et il n’y aurait plus nulle part ni landes ni jachères, ni marais ; on bâtirait des villes là où il n’y a encore que des solitudes ; on creuserait des ports là où il n’y a encore que des écueils ; l’Asie serait rendue à la civilisation, l’Afrique serait rendue à l’homme ; la richesse jaillirait de toutes parts de toutes les veines du globe sous le travail de tous les hommes, et la misère s’évanouirait ! »

« Et savez-vous ce qui s’évanouirait avec la misère ? Les révolutions. (Bravos prolongés.)

Oui, la face du monde serait changée ! Au lieu de se déchirer entre soi, on se répandrait pacifiquement sur l’univers ! Au lieu de faire des révolutions, on ferait des colonies ! Au lieu d’apporter la barbarie à la civilisation, on apporterait la civilisation à la barbarie ! (sic) »

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


02 décembre 2017

Le coup d'état du 2 décembre 1851

 

rh19-1851

1851 : comment meurt une République

Colloque : Comment meurt une République ? Autour du Deux-Décembre.
colloque de la Société d'histoire de la révolution de 1848, Lyon, 28-29-30 nov et 1er déc 2001

« Le coup d'État du 2 décembre 1851. Bibliographie »,
Sylvie Aprile et Raymond Huard, Revue d'histoire du XIXe siècle  2001

http://rh19.revues.org/285

 


Le coup d'État du 2 décembre 1851
http://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_d'état_du_2_décembre_1851

Poursuivis à la suite du coup d'État de décembre 1851
http://tristan.u-bourgogne.fr/inculpes/WEB/1851_biblio_sommaire.html

Résister en décembre 1851 en Ardèche.
Essai d’histoire sociale d’une insurrection , Éric Darrieux, Ruralia 21  2007
http://ruralia.revues.org/1861


rappel

Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (1851)
http://classiques.uqac.ca/classiques/Marx_karl/18_brumaine_louis_bonaparte/18_brumaine.html


2 décembre 1851 : le 18 Brumaire de LNB
Le site de l'association http://1851.fr
Les résistances au 2 décembre 1851
Alphonse Baudin (1811-1851) et après
1851 : Les transportés de l'Yonne en Algérie
http://clioweb.canalblog.com/tag/1851

.

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 décembre 2016

2 dec 1851 : le 18 Brumaire de LNB

 

Par le coup d'état du 2 décembre 1851,
LN Bonaparte, le président détruit la Seconde République.
Lui et ses comparses ont imité le précédent du 18 Brumaire de son oncle (nov 1799)
Un régime né par un coup d'état disparaît lors de la débâcle de 1870 (défaite de Sedan)


Tweets de Mathilde Larrère
http://twitter.com/LarrereMathilde/status/804591479884750848
http://storify.com/LarrereMathilde

article wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_d'Etat_du_2_décembre_1851



napo-petit-bruxelles            napo-petit

En 1852, en Belgique, Victor Hugo publie un pamphlet :
Napoléon le Petit, le texte en ligne sur Wikisource
http://fr.wikisource.org/wiki/Napoléon_le_Petit

En 1850, Victor Hugo a combattu le parti clérical et la loi Falloux
http://clioweb.free.fr/textes/hugo1850.htm

 

 

18Brumaire-edsociales

Karl Marx, Le 18 brumaire de Louis-Napoléon Bonaparte
Les classiques des sciences sociales
http://classiques.uqac.ca/classiques/Marx_karl/18_brumaine_louis_bonaparte/18_brumaine.html
http://classiques.uqac.ca/classiques/Marx_karl/marx_karl.html



1851-asso

1851, l'association pour la mémoire des Résistances républicaines
http://1851.fr

sur ce blog,
Maurice Agulhon
http://clioweb.canalblog.com/tag/agulhon

Alphonse Baudin
http://clioweb.canalblog.com/tag/Baudin

Les transportés de l'Yonne
http://clioweb.canalblog.com/tag/yonne

http://clioweb.canalblog.com/tag/1851
http://clioweb.canalblog.com/tag/2dec1851  


.

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 décembre 2015

Les résistances au 2 décembre 1851

 

- Le coup d'Etat du 2 décembre 1851
http://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_d'%C3%89tat_du_2_d%C3%A9cembre_1851


- Les résistances au coup d'État 2-10 décembre 1851
Célébrations nationales 2001, texte Maurice Agulhon
http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/celebrations2001/coup-detat.htm


- Victor Hugo, Histoire d'un crime. déposition d'un témoin - 1852 -1877
J.-M. Hovasse & G. Rosa, en trois versions
http://groupugo.div.jussieu.fr/Histoire_crime/Default.htm

Victor Hugo, Napoléon le Petit
http://fr.wikisource.org/wiki/Napol%C3%A9on_le_Petit

   Livre Premier - L'Homme
        I. Le 20 décembre 1848
        II. Mandat des représentants
        III. Mise en demeure
        IV. On se réveillera
        V. Biographie
        VI. Portrait
        VII. Pour faire suite aux panégyriques
    Livre deuxième - Le Gouvernement
    Livre troisième - Le Crime
    Livre quatrième - Les Autres Crimes
    Livre cinquième - Le Parlementarisme
    Livre sixième - L'Absolution - Les 7 500 000 voix
    Livre septième - L'Absolution - Le serment
    Livre huitième - Le Progrès inclus dans le coup d'État

 
- Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, publié en 1852
http://classiques.uqac.ca/classiques/Marx_karl/18_brumaine_louis_bonaparte/18_brumaine.html
http://www.marxists.org/francais/marx/works/1851/12/brum.htm


- Le site de l'association http://1851.fr

La résistance des républicains au coup d'état du 2 décembre 1851 - 150e anniversaire
Claude Latta, http://1851.fr/auteurs/latta_1.htm

Hommes : http://1851.fr/hommes/sommaire.htm
Lieux : http://1851.fr/lieux/sommaire.htm
Biblio : http://1851.fr/biblio/nouvelle_bibliographie.htm
Documents : http://1851.fr/documents/sommaire.htm


- Revue d'histoire du XIXe siècle, 22 | 2001

Autour de Décembre 1851
http://rh19.revues.org/482

Paul Chauvet, « le Coup d’Etat vu par un ouvrier »
http://rh19.revues.org/261

Sylvie Aprile et Raymond Huard, « Le coup d'État du 2 décembre 1851. Bibliographie »
http://rh19.revues.org/252



- Entretien avec Maurice Agulhon
http://www.arkheia-revue.org/Entretien-avec-l-historien-Maurice.html


- Les résistances
La résistance varoise au coup d’Etat de 1851
http://ldh-toulon.net/la-resistance-varoise-au-coup-d.html

Le coup d'Etat de 1851 dans l'Yonne
Comment meurt une République.
Colloque de l'ADIAMOS-89 Auxerre, samedi 17 novembre 2001

La résistance au coup-d’État dans les Basses-Alpes ( 4-15 décembre 1851)
Olivier Favier.
http://dormirajamais.org/resistance/

Les fouriéristes, les "Mariannes" et le coup d’Etat du 2 décembre 1851
Michel Cordillot 2004 / n° 15 décembre 2004
http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article274



- rappel : Alphonse Baudin
http://clioweb.canalblog.com/tag/baudin


..

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

12 février 2014

Le retour des autodafés ?

 

Les cléricaux à l'assaut des bibliothèques ?

Près d’une trentaine de bibliothèques publiques ont fait l’objet de flicage de la part d'ultras catholiques et sexistes qui appellent à la délation et à la censure de la littérature jeunesse.
Une fois les listes établies, que vont faire ces extrémistes des livres qui ne leur plaisent pas ?
Imiter les Nazis ? [ En mai 1933, ils ont brulé des milliers de livres « d'esprit non-allemand » , avec le soutien d'une partie de la population ?]. http://clioweb.canalblog.com/tag/autodafes1933

Entre 1559 et 1966, le Vatican a tenu l'Index des livres interdits. Parmi les auteurs dont des ouvrages ont été interdits aux catholiques : Montaigne, La Fontaine, Voltaire, Rousseau, Renan... http://fr.wikipedia.org/wiki/Index_Librorum_Prohibitorum

Lire la réaction de la ministre de la culture dans Libération 10.02.2014
http://www.liberation.fr/societe/2014/02/10/filippetti-denonce-des-pressions-de-groupes-extremistes-contre-des-bibliotheques_979222


et relire le discours de Victor Hugo contre la loi Falloux et le parti clérical (janvier 1850)
http://clioweb.free.fr/textes/hugo1850.htm

extraits :
« …. Je veux, je le déclare, la liberté de l'enseignement ; mais je veux la surveillance de l'État, et comme je veux cette surveillance effective, je veux l'État laïque, purement laïque, exclusivement laïque. L'honorable M. Guizot l'a dit avant moi, en matière d'enseignement, l'État n'est pas et, ne peut pas être autre chose que laïque.

… je veux sincèrement, fermement, ardemment, l'enseignement religieux, mais je veux l'enseignement religieux de l'Église, et non l'enseignement religieux d'un parti. Je le veux sincère et non hypocrite.

… Ah ! nous vous connaissons ! nous connaissons le parti clérical. C'est un vieux parti qui a des états de services. (On rit.) C'est lui qui monte la garde à la porte de l'orthodoxie. (On rit.) C'est lui qui a trouvé pour la vérité ces deux étais merveilleux, l'ignorance et l'erreur. C'est lui qui fait défense à la science et au génie d'aller au-delà du missel et qui veut cloîtrer la pensée dans le dogme. Tous les pas qu'a faits l'intelligence de l'Europe, elle les a faits malgré lui. Son histoire est écrite dans l'histoire du progrès humain, mais elle est écrite au verso. (Sensation.) Il s'est opposé à tout. (On rit.)

… C'est lui qui a persécuté Harvey pour avoir prouvé que le sang circulait. De par Josué, il a enfermé Galilée ; de par saint Paul, il a emprisonné Christophe Colomb. (Sensation.) Découvrir la loi du ciel, c'était une impiété ; trouver un monde, c'était une hérésie. (Très-bien ! très-bien !) C'est lui qui a anathématisé Pascal au nom de la religion, Montaigne au nom de la morale, Molière au nom de la morale et de la religion.

… Et vous voulez être les maîtres de l'enseignement ! Et il n'y a pas un poète, pas un écrivain, pas un philosophe, pas un penseur que vous acceptiez ! Et tout ce qui a été écrit, trouvé, rêvé, déduit, illuminé, imaginé, inventé par les génies, le trésor de la civilisation, l'héritage séculaire des générations, le patrimoine commun des intelligences, vous le rejetez ! Si le cerveau de l'humanité était là devant vos yeux à votre discrétion, ouvert comme la page d'un livre, vous y feriez des ratures (Oui ! oui !) convenez-en ! (Mouvement prolongé.)

… Voilà vos chefs-d’œuvre ! Ce foyer qu'on appelait l'Italie, vous l'avez éteint. Ce colosse qu'on appelait l'Espagne, vous l'avez miné. L'une est en cendre, l'autre est en ruine. Voila ce que vous avez fait de deux grands peuples. Qu'est-ce que vous voulez faire de la France ? (Mouvement prolongé.)

… Je repousse votre loi. Je la repousse parce qu'elle confisque l'enseignement primaire, parce qu'elle dégrade l'enseignement secondaire, parce qu'elle abaisse le niveau de la science, parce qu'elle diminue mon pays. (Sensation.)

… C'est vrai, le parti clérical est habile ; mais cela ne l'empêche pas d'être naïf. (Hilarité.) Quoi ! il redoute le socialisme ! … Il voit monter le flot, et il s'imagine que la société sera sauvée parce … qu'il aura mis un jésuite partout où il n'y a pas un gendarme ! (Rires et applaudissements.) Quelle pitié !

… Quoi ! c'est dans ce siècle, dans ce grand siècle des nouveautés, des événements, des découvertes, des conquêtes, que vous rêvez l'immobilité ! (Très-bien !) …
Ah ! vous voulez vous arrêter et nous arrêter ! Eh bien ! je vous le répète avec une profonde douleur, moi qui hais les catastrophes et les écroulements, je vous avertis la mort dans l'âme (on rit à droite), vous ne voulez pas du progrès ? vous aurez les révolutions ! (Profonde agitation.) »

.

Posté par clioweb à 10:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11 janvier 2014

2014 : La laïcité en France


A quelle laïcité se vouer (sic) en France ? Le Monde culture et idées, 09.01.2014
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/01/09/a-quelle-laicite-se-vouer_4345602_3246.html


Que reste-t-il de la loi de 1905 ? (revue par les cléricaux des années 1920) interroge Stéphanie Le Bars. Elle cite Baubérot, Sauvé, Portier, Bianco, Glavany ... Pena-Ruiz est absent.

- La laïcité, c'est avant tout une question politique, pas au sens des institutions mais du choc entre visions de la société.
En 2007, les cathos traditionalistes conseillers de NS lui font dire :
« Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal,
l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé
parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie
et le charisme d’un engagement porté par l’espérance »

Le très célèbre discours de Victor Hugo (1850) est prononcé lors du vote de la loi Falloux, contre les cléricaux dont les discours anticipaient celui du Latran en 2007. http://clioweb.free.fr/textes/hugo1850.htm
Léon Gambetta en 1877 ou Jules Ferry en 1883 se battent aussi contre la confusion entre politique et religion.
http://clioweb.free.fr/debats/laicite.htm#textes

En 1905, la loi de séparation énonce :
Art 1 - La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public.
Art 2 - La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte...[...]"
http://clioweb.free.fr/dossiers/1905/1905.htm


- L'article met utilement l'accent sur la distinction entre laïcité et sécularisation, sur le fait que nos sociétés ont pris une distance réelle avec les insitutions religieuses et une lecture cléricale du monde. Avec un effet pervers : les pratiquants sont moins nombreux, mais les traditionalistes se font entendre bien davantage dans l'espace public (cf les manifestations contre le mariage des homos).

Ce n'est pas seulement un recul des pratiques religieuses ou une privatisation de la croyance. C'est un fonctionnement différent de la société, un progrès vers une vision plus rationnelle du monde et de la société.
A cela s'ajoute deux éléments :
. Cette sécularisation tient à la situation du clergé. Si les catholiques font appel à des laïcs pour assurer les obsèques, c'est aussi parce que les vocations font défaut depuis plus d'une génération (et que l'Eglise refuse la prêtrise des femmes) .
. Une question de principe : en quoi un prêtre aurait-il légitimité à décider des formes de la vie sexuelle de ses voisins ?

- C'est aussi utile de pointer l'hypocrisie, en prétendant placer la religion dans l'ordre du privé et du familial. Là où elle est pratiquée, c'est aussi une dimension publique de la vie sociale. Simplement, le président de la République n'est pas forcé de s'afficher en fonction à la messe - comme Pompidou le faisait.

- La religion a donc moins de place dans le fonctionnement de la société.
Ce qui n'empêche pas les médias de continuer à mettre du religieux partout et tout le temps. On ne demande plus à un prêtre de se prononcer sur le Père Noël (cf Dijon 1951), mais après l'explosion d'AZF à Toulouse, certaines TV ont été capables d'aller interroger un imam ! Au nom de sa compétence en explosifs ?

- Beaucoup de situations de conflit sont liées à des questions de personne, à des tempéraments peu propices à la tolérance et au pluralisme, ou à la tactique de structures religieuses conquérantes (cf les évangélistes en Amérique).

- L'article n'évite pas la confusion entre conscience et croyance.
Le vocabulaire hérité des religieux continuer d'imposer son diktat. La croyance est la référence unique envisagée. Un rationaliste, un humaniste, c'est pour un clérical un non-croyant, un a-thée, un être humain à qui il manque quelque chose qui est supposé essentiel par un religieux, pratiquant ou non pratiquant. Il est donc nécessaire d'inventer des mots et de faire évoluer ceux qui servent dans les médias.

- « …la laïcité a été tour à tour « positive », « restrictive », « falsifiée », « exigeante », « à la française », « de combat », « d'intégration », « stricte », « apaisée », ou encore « républicaine » ».
Le début de l'article moque l'inflation des adjectifs.
Pourquoi alors finir en parlant de laïcité ouverte ?

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 décembre 2011

Victor Hugo, le génie de l'exil


- Victor Hugo, le génie de l'exil

1/4 : philosophie de l'exil - éloge du génie dans William Shakespeare
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-19.12.2011-ITEMA_20330448-0.mp3
2/4 : Hauteville house - Hugo en sa demeure
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-20.12.2011-ITEMA_20330726-0.mp3
3/4 : l'exil insulaire ou Les Travailleurs de la mer
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-21.12.2011-ITEMA_20330985-0.mp3
4/4 : des Contemplations à Quatrevingt-treize
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-22.12.2011-ITEMA_20331268-0.mp3

http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance


- La fabrique de l'identité nationale - Les Chemins 23.12.2011

« Derrière l’identité se cachent en réalité de multiples manières d’aborder la question du peuple et de la citoyenneté. Il y a celle des anthropologues au XIX siècle, il y a celle des historiens de la France et de la République, il y a celle des sociologues, et enfin, celle de l’administration chargée des naturalisations !
Autant de facettes de cette longue histoire de l’assimilation, du droit de nationalité, de cette mal nommée « identité nationale ».

avec Carole Reynaud-Paligot, auteur de l'ouvrage De l'identité nationale: science, race et politique en Europe et aux Etats-Unis XIX°-XX° siècle et Abdellali Hajjat, Paris-Ouest Nanterre La Défense

http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-23.12.2011-ITEMA_20331541-0.mp3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 avril 2011

La laïcité, un si long combat


- Quinze siècles de combats pour un idéal - Libération, 23/04/2011 

[Quinze siècles, le calcul part de Constantin ; Avec l'antiquité grecque, il faudrait ajouter plusieurs autres siècles.]
De l’Antiquité au début du XXe siècle, Henri Pena-Ruiz retrace les grandes étapes de l’histoire mouvementée de la laïcité.
http://www.liberation.fr/culture/01012333352-quinze-siecles-de-combats-pour-un-ideal

Socrate, Marc Aurèle et Cicéron : La liberté de conscience et la loi naturelle
Constantin et Théodose : L’épée spirituelle et l’épée temporelle
Luther et Henri IV : «Paris vaut bien une messe»
Louis XIV : « Un roi, une loi, une foi »
Copernic, Galilée et Descartes : «Et pourtant, [la Terre] tourne»
Montaigne et John Locke : L'abstention - La loi naturelle
Montesquieu, Voltaire et Rousseau : Le chevalier de la Barre et l’affaire Calas
[erreur de détail : Montesquieu meurt en 1755. La Barre est arrêté en 1765. Sa mémoire est combattue par Voltaire, au nom du refus de l'intolérance religieuse ]
Mirabeau : La liberté de conscience et l’égalité de droit
Condorcet : L’éducation, nerf de la guerre
Boissy d’Anglas : Le décret du 3 ventôse de l’an III
Napoléon : Le retour au sacre de la puissance publique
Victor Hugo contre le comte Alfred de Falloux : « Je veux l’Eglise chez elle et l’Etat chez lui »
Edouard Vaillant et Louise Michel : La Commune de Paris et la séparation
Léon Gambetta, Jules Ferry et René Goblet : La séparation de l’école et de l’Eglise
Aristide Briand et Jean Jaurès : La loi de 1905, compromis et entorses

[ A comparer avec un manuel du futur programme de 4e où une double page fait de 1905, l'année de naissance (sic) de la laïcité, une laïcité réduite à un simple choix de croyants parmi l'offre de l'hypermarché des religions révélées et  transcendantes... - dites les religions du livre :-) -  ]

- « La laïcité ouverte est insultante »
Interview d'Henri Pena-Ruiz | 23/04/2011 | par Béatrice Vallaeys
Opposé au débat lancé par la droite et l’extrême droite, le philosophe Henri Pena-Ruiz raconte la collusion du politique et du religieux à travers les âges. Et réaffirme les principes de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat.
http://www.liberation.fr/societe/01012333351-la-laicite-ouverte-est-insultante


- Pauvre Victor Hugo
par Béatrice Vallaeys
http://www.liberation.fr/politiques/01012333346-pauvre-victor-hugo


A lire ou relire sur ce sujet : 

Qu'est-ce que la laïcité ? http://clioweb.free.fr/debats/laicite.htm

- Tempête sur la laïcité - http://clioweb.free.fr/debats/tempete.htm

- 1850 - Victor Hugo contre le parti clérical : http://clioweb.free.fr/textes/hugo1850.htm

1877 - Léon Gambetta - Le cléricalisme, voilà l'ennemi : http://clioweb.free.fr/textes/gambetta77.htm

1883 - Jules Ferry, Lettre aux instituteurs : http://clioweb.free.fr/textes/ferry1883.htm

1905, la séparation :  http://clioweb.free.fr/dossiers/1905/1905.htm
.

 lls_1905b

La laïcité vu par les auteurs d'un Manuel de 4e 2011, pages 150-151

 

 

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

1850 : Victor Hugo combat la loi Falloux

Victor Hugo contre la loi Falloux (janvier 1850)
La loi voulue par le comte Alfred de Falloux et le parti de l'Ordre en 1850 plaçait les écoles primaires sous la tutelle de l'Eglise catholique, et dispensait les membres du clergé d'une qualification pour enseigner ; une simple lettre d'obédience leur suffisait.
L'ensemble du discours : http://clioweb.free.fr/textes/hugo1850.htm


Extraits :
« Ah ! nous vous connaissons ! nous connaissons le parti clérical. C'est un vieux parti qui a des états de services. (On rit.) C'est lui qui monte la garde à la porte de l'orthodoxie. (On rit.) C'est lui qui a trouvé pour la vérité ces deux étais merveilleux, 1'ignorance et l'erreur. C'est lui qui fait défense à la science et au génie d'aller au-delà du missel et qui veut cloîtrer la pensée dans le dogme. Tous les pas qu'a faits l'intelligence de l'Europe, elle les a faits malgré lui. Son histoire est écrite dans l'histoire du progrès humain, mais elle est écrite au verso. (Sensation.) Il s'est opposé à tout. (On rit.)


C'est lui qui a fait battre de verges Prinelli pour avoir dit que les étoiles ne tomberaient pas. C'est lui qui a appliqué Campanella sept fois à la question pour avoir affirmé que le nombre des mondes était infini et entrevu le secret de la création. C'est lui qui a persécuté Harvey pour avoir prouvé que le sang circulait. De par Josué, il a enfermé Galilée ; de par saint Paul, il a emprisonné Christophe Colomb. (Sensation.) Découvrir la loi du ciel, c'était une impiété ; trouver un monde, c'était une hérésie. (Très-bien ! très-bien !) C'est lui qui a anathématisé Pascal au nom de la religion, Montaigne au nom de la morale, Molière au nom de la morale et de la religion. (Très-bien ! très-bien !) Oh ! oui certes, qui que vous soyez, qui vous appelez le parti catholique et qui êtes le parti clérical, nous vous connaissons. Voilà longtemps déjà que la conscience humaine se révolte contre vous et vous demande : qu'est-ce que vous me, voulez ? Voilà longtemps déjà que vous essayez de mettre un bâillon à l'esprit humain ! (Acclamations à gauche.)

Et vous voulez être les maîtres de l'enseignement ! Et il n'y a pas un poète, pas un écrivain, pas un philosophe, pas un penseur que vous acceptiez ! Et tout ce qui a été écrit, trouvé, rêvé, déduit, illuminé, imaginé, inventé par les génies, le trésor de la civilisation, l'héritage séculaire des générations, le patrimoine commun des intelligences, vous le rejetez ! Si le cerveau de l'humanité était là devant vos yeux à votre discrétion, ouvert comme la page d'un livre, vous y feriez des ratures (Oui ! oui !) convenez-en ! » (Mouvement prolongé.)

« ... C'est votre habitude. Quand vous forgez une chaîne, vous dites : Voici une liberté ! quand vous faites une proscription, vous criez : Voilà une amnistie ! » (Nouveaux applaudissements.)
« Ah ! je ne vous confonds pas avec l'Église, pas plus que ne confonds le gui avec le chêne. (Très-bien !) Vous êtes les parasites de l'Église, vous êtes la maladie de l'Église ». (On rit.)


rappels :
2007 : « Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal,

l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé
parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie
et le charisme d’un engagement porté par l’espérance »

1850 : « Qui donc défend l'ordre et la propriété dans nos campagnes ? Est-ce l'instituteur ? il faut bien le dire, c'est le curé ». Duc de Montalembert, Discours à l'Assemblée législative, 17 janvier 1850.
source : http://hypo.ge-dip.etat-ge.ch/www/cliotexte/html/france.1849.html

rappels :
Qu'est-ce que la laïcité ? http://clioweb.free.fr/debats/laicite.htm

La laïcité, un si long combat

Tempête sur la laïcité - http://clioweb.free.fr/debats/tempete.htm

1905, la séparation - http://clioweb.free.fr/dossiers/1905/1905.htm

 

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

31 mars 2011

La laïcité face aux cléricaux

La religion n’est pas un service public, Henri Pena-Ruiz, Libération 29/03/2011

« Apparemment notre république serait trop pauvre pour faire vivre des grands services publics communs à tous, croyants, agnostiques et athées. Asphyxie organisée de l’école publique, démantèlement des hôpitaux de proximité, privatisations en tous genres, etc. L’ultra-libéralisme fait son œuvre. La solidarité redistributive n’est plus à l’ordre du jour. En revanche la république serait assez riche pour financer des lieux de culte, qui ne concernent pourtant que les croyants pratiquants, une petite minorité. M. Sarkozy prône le supplément d’âme d’un monde sans âme. La terre vous paraît bien injuste voire invivable ? Réfugiez-vous donc dans le ciel ! Le protecteur des nantis ose dire sans ambages : « La république a besoin de croyants » (discours au palais du Latran).

La religion réduite à une compensation, et reconnue d’utilité publique ? Napoléon, que ne hantait pas une foi très vive, avait expérimenté la recette avec son concordat, qui aujourd’hui encore en Alsace-Moselle fait financer par tous les citoyens, croyants ou non, le culte de certains. Les mauvais coups contre la laïcité n’ont cessé. Voici venir le coup de grâce ...: la destruction de la loi de 1905 … Ne sacrifions pas l’universel sur l’autel du particulier. Préservons la laïcité ».

Lire Henri Pena-Ruiz, Qu’est-ce que la laïcité ? Gallimard, Folio 09/2003
http://clioweb.free.fr/debats/laicite.htm


« Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance » - N Sarkozy - Rome 20 décembre 2007

Une telle caricature et un tel mépris des éducateurs, que les conseillers les plus réacs ont directement copiée-collée des discours de combat de la droite catholique en guerre contre la Seconde République en 1849-1851, donnent-ils vraiment légitimité à parler de laïcité en 2011 ?


- Les religieux s'unissent pour dire non au débat voulu par NS et l'UMP. Le Parisien 29/03/2011
Curieux médias ! En choisissant de titrer hier sur les chefs religieux, ils ont illustré une dérive durable :
- Ils semblent croire que l'agitation de marionnettes dans une pré-campagne lancée trop hâtivement va leur faire vendre du papier, ou du moins éviter d'affronter les vrais enjeux politiques et sociaux.

Ils vendent l'image d'un pays sous la coupe de six « grandes » religions ! Ce faisant, ils prêtent aux religieux une légitimité bien supérieure à la réalité des pratiques dans un pays où  les citoyens ont pris depuis une génération leur distance avec les institutions, y compris religieuses. cf Danielle Hervieu-Léger - Le Mans 2002

Curieuse société ! Ceux qui parlent le plus fort de laïcité sont souvent les héritiers de ceux qui l'ont combattue avec le plus d'acharnement et de constance ... (cf le parti dit « de l'ordre » en 1850, l'ordre dit « moral » en 1873 - cf le sacré coeur...)

Beaucoup semblent occulter la différence entre liberté de conscience et liberté de croyance. Pour les plus réacs, un rationaliste républicain est forcément un NON-croyant. Caricaturer en « laïcard » ou « laïciste » un homme aux fortes convictions humanistes, cela dispense de débattre avec lui et de l'inviter dans les médias ...


Quelques textes à relire, dans un long combat pour la liberté de pensée :

- Voltaire, Traité sur la tolérance à l’occasion de la mort de Jean Calas (1763),
 http://www.etudes-litteraires.com/voltaire-tolerance.php

- Victor Hugo, dans son réquisitoire contre la loi Falloux (1850) :
http://clioweb.free.fr/textes/hugo1850.htm

« Ah ! nous vous connaissons ! nous connaissons le parti clérical. C'est un vieux parti qui a des états de services. (On rit.) C'est lui qui monte la garde à la porte de l'orthodoxie. (On rit.) C'est lui qui a trouvé pour la vérité ces deux étais merveilleux, l'ignorance et l'erreur. C'est lui qui fait défense à la science et au génie d'aller au-delà du missel et qui veut cloîtrer la pensée dans le dogme. Tous les pas qu'a faits l'intelligence de l'Europe, elle les a faits malgré lui. Son histoire est écrite dans l'histoire du progrès humain, mais elle est écrite au verso. (Sensation.) Il s'est opposé à tout. (On rit.) »

- Léon Gambetta  " Le cléricalisme, voilà l'ennemi "  Chambre des députés, 4 mai 1877

- Jules Ferry, Lettre aux instituteurs (1883)  : « Ce que vous allez communiquer à l'enfant, ce n'est pas votre propre sagesse, c'est la sagesse du genre humain »  http://clioweb.free.fr/textes/ferry1883.htm

- La loi de 1905 :
« Art 1 - La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public.
Art. 2. - La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte... »

http://clioweb.free.fr/dossiers/1905/1905.htm

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,