08 décembre 2017

EOW - Utopies réelles

 

Les utopies réelles ou la fabrique d’un monde postcapitaliste
Anne Chemin - Le Monde idées 30.11.2017
http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/11/30/utopies-reelles-un-autre-monde-se-fabrique_5222764_3232.html
Les « hackerspaces » californiens, les coopératives du Pays basque, ­l’encyclopédie Wikipédia… Enquête sur les bases théoriques d’un ­mouvement ­ qui cherche à éroder le capitalisme par l’action concrète.

Envisioning Real Utopias, Erik Olin Wright
http://www.ssc.wisc.edu/~wright/ERU.htm

Utopies réelles
, La Découverte
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Utopies_r__elles-9782707191076.html

Entretien avec la revue Tracés
http://journals.openedition.org/traces/5672


Dans la salle d’un café du XXe, beaucoup s’interrogent à haute voix sur le chemin qui mène à ce monde post-capitaliste. Une révolution ? La victoire électorale d’un parti politique ? Un foisonnement d’utopies réelles suffisamment dense pour « éroder » le capitalisme ? « Dans ce combat pour l’épanouissement humain et l’émancipation, il n’y a pas de carte, il n’y a pas de routes dessinées à l’avance, répond Erik Olin Wright. Il y a en revanche une boussole : l’égalité, la justice, la liberté, la démocratie, la communauté, la solidarité. On sait si on marche dans la bonne direction, mais on ne connaît pas le chemin à l’avance. C’est un voyage. »

Le sociologue américain plaide en faveur d’un « renforcement du pouvoir d’agir social au sein de l’économie » : dans le mot socialisme, affirme-t-il, il faut « prendre le social au sérieux ».

Le sociologue met en avant 4 alternatives émancipatrices aux organisations sociales dominantes » :
- Le budget participatif municipal inspiré de l’expérience menée à la fin des années 1980 à Porto Alegre (Brésil) ;
- Les coopératives autogérées de Mondragon, au Pays basque espagnol, qui regroupent 40 000 travailleurs-propriétaires ;
- Le revenu de base inconditionnel dont Benoît Hamon s’était fait le défenseur pendant la campagne présidentielle ;
- et… Wikipédia

Wikipédia, une « alternative post-capitaliste émancipatrice ». « Qui, pourtant, aurait imaginé au début des années 2000 qu’un groupe de 200 000 contributeurs rédigerait bénévolement et horizontalement une encyclopédie gratuite, traduite en une centaine de langues ?, argumente le sociologue. Que cette encyclopédie serait régie par un principe égalitaire ? Et qu’elle détruirait les encyclopédies payantes, une industrie capitaliste vieille de plus de 300 ans ? Wikipédia incarne une logique de partage de la connaissance, non seulement non capitaliste, mais anticapitaliste. »

Quel que soit le chemin, les militants du postcapitalisme devront se montrer patients : « le capitalisme a mis des siècles à se construire, il mettra beaucoup de temps à s’éroder – s’il doit s’éroder »



real-utopia

 

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


05 août 2017

Grandes utopies - Thomas More

 

Grandes utopies 2/6. Thomas More et son livre « Utopia », publié en 1516.

Le Monde, série d'été en 6 épisodes :
  A l’horizon, le rêve
  Utopia, de Thomas More (1516)
  http://www.lemonde.fr/festival/article/2017/07/28/la-mere-de-toutes-les-chimeres_5165925_4415198.html
  La Cité du soleil, de Tomasso Campanella (1623)
  L’An 2440 », de Louis-Sébastien Mercier (1771)
  Le phalanstère de Charles Fourier, conçu au début du XIXe siècle
  Voyage en Icarie, d’Etienne Cabet (1840)



Erasme publie en 1510 Eloge de la folie.
Thomas More écrit un éloge de la sagesse, « une sagesse pas tout à fait sage »
Il imagine un récit de voyage vers Utopia, une île inconnue où chacun est l’égal de l’autre :
tous les citoyens vivent sans propriété privée ni argent dans un bonheur parfait.
Il y ajoute un premier volet qui critique l’Angleterre de Henry VIII.

« Partout où la propriété est un droit individuel, où toutes les choses se mesurent par l’argent,
là on ne pourra ­jamais organiser la justice
et la prospérité sociale,
à moins que vous n’appeliez juste la société où ce qu’il y a de meilleur est le partage des plus méchants,

et que vous n’estimiez parfaitement heureux l’Etat
où la fortune publique se trouve la proie d’une poignée d’individus insatiables de jouissances,

tandis que la masse est dévorée par la misère », écrit Thomas More.

Ce pays inconnu en forme de croissant de lune se compose en outre de 54 cités...
« Les Utopiens ne connaissent ni la propriété privée, ni l’argent. Les maisons leur sont attribuées par tirage au sort et ils en changent tous les dix ans. Au marché, toutes les denrées sont gratuites. Ce peuple vit sous le signe de l’égalité : les habitants parlent tous la même langue et ils sont habillés à l’identique, le vêtement permettant seulement de distinguer les hommes des femmes et les célibataires des personnes mariées. Ils participent chacun à leur tour aux travaux des champs ».
... Rien ne manque aux Utopiens : tout ce dont ils ont besoin pour vivre leur est offert...
... Chaque ville dessine un carré au sein duquel toutes les rues ont une largeur identique...
... Les institutions politiques sont fondées sur le principe de l’élection...



« Rêver » sera le thème du Monde Festival qui aura lieu du 22 au 25 septembre 2017
http://www.lemonde.fr/festival/


 

more-utopie

Thomas More, L’utopie
ou Le Traité de la meilleure forme de gouvernement
http://clioweb.canalblog.com/archives/2016/08/09/34169720.html



Dictionnaire des Utopies
Michèle Riot-Sarcey, Thomas Bouchet et Antoine Picon [dir.] Larousse, 2002
http://rh19.revues.org/375

L’Utopie de Thomas More à Walter Benjamin,
Miguel Abensour Sens & Tonka, 2000

Dictionnaire critique de l’utopie au temps des Lumières
Bronislaw Baczko, Michel Porret, François Rosset (dir)
http://www.fabula.org/actualites/documents/74396_2.pdf

RDVH Blois 2016, Partir en Utopie
http://clioweb.canalblog.com/archives/2016/12/07/34657105.html
 
.

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,