07 octobre 2011

Histoire scolaire ou nationale ?

 

Dans Libération, une tribune rédigée par Roland Hubert Cosecrétaire général du SNES-FSU, Alice Cardoso Responsable du groupe Histoire-Géographie au SNES-FSU, Laurence De Cock et Suzanne Citron Historiennes

extrait :
« Il est urgent de rappeler que l’histoire de l’Afrique ne s’adresse pas « aux petits Africains » d’origine, mais bien à tous les jeunes car tous ont besoin de ces éclairages sur le passé, tout comme de savoir que l’histoire n’est pas faite que par les « grands hommes » mais aussi par les anonymes ou les « sans-voix », afin qu’ils puissent se reconnaître dans ces derniers et se projeter eux aussi comme des futurs acteurs dans la société de demain.

Il est urgent enfin de rappeler que l’histoire à l’école ne peut pas tout traiter, des choix sont nécessaires et ils obligent à des arbitrages difficiles. Or, le risque qui se profile est qu’à vouloir contenter tout le monde - les défenseurs de l’histoire à l’ancienne et les nécessités de prendre en compte les renouvellements historiographiques -, les programmes ne deviennent un fourre-tout sans cohérence (voir le programme de 1ère actuel qui apparaît infaisable), ayant perdu toute saveur et toute possibilité d’être une discipline de formation intellectuelle et critique pour les jeunes.

L’histoire scolaire, sans renier certes une histoire nationale, européenne, doit transmettre une connaissance globale du passé humain, aider à la compréhension des autres civilisations et permettre à chacun de penser l’altérité, au passé comme au présent ».

http://www.liberation.fr/societe/01012363979-histoire-scolaire-ou-nationale

 

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


21 septembre 2009

Once upon a time

- Once upon a time there was a subject called history...

L'enseignement de l'histoire secondaire en GB ?
Un déclin inexorable, des horaires croupions, des contenus et des épreuves ineptes...
des élèves qui fuient et préfèrent étudier "Beauty Therapy"
selon Dominic Sandbrook qui cite une étude publiée par The Historical Association.

La source de cette catastrophe ?
Les politiciens (y compris Thatcher) qui ont mis l'histoire en option (le "choix" que voulait instaurer ici le ministre précédent),
et les pédagogues qui donnent plus de place à l'Allemagne nazie et à la lutte pour les droits civiques aux USA qu'à l'histoire britannique. La solution, selon D Sandbrook : Faire étudier " our national history as a continuous narrative ".
A lire dans The Daily Telegraph - 14/09/2009

Cette longue lamentation est à mettre en contexte.
La lecture décliniste a de nombreux avantages pour la presse conservatrice, surtout à l'approche des élections :
elle lui permet d'asséner des jugements définitifs qu'elle peut servir à l'opinion en titres chocs,
elle dispense de tout effort pour lire rationnellement le réel, par ex en finançant des études longues et patientes.
De plus, la décadence est un thème très utile politiquement ; elle flatte les tendances nostalgiques de nombreux lecteurs (le courrier des lecteurs en témoigne)

Un autre titre, cité par nos collègues britanniques,  fait encore moins dans la dentelle :
" If we hadn't fought World War 2, Would we still have a British Empire ? "
Ce n'est pas dans le Telegraph mais dans le Daily Mail du 31 août 2009 :-) :-)
Pour savoir qui est Peter_Hitchens, lire Wikipedia
.

Posté par clioweb à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,