23 novembre 2017

Abram de Swaan - Diviser pour tuer

 

caen-mmassacres1

La conférence inaugurale du sociologue Abram de Swaan a été transmise sur le web :
http://bit.ly/2B4PMFo

- Abram de Swaan au Mémorial de Caen
http://www.facebook.com/search/str/%E2%80%AA%23%E2%80%8EFacebookLive%E2%80%AC+Memorial+de+Caen/keywords_top

La Forge numérique (dans qq jours ?)
http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge

http://twitter.com/MrshCaen
http://twitter.com/CaenMemorial
http://www.facebook.com/LeMemorialDeCaen



- Diviser pour tuer. Les régimes génocidaires et leurs hommes de main
Abram de Swaan, Le Seuil, 2016,
http://www.seuil.com/ouvrage/diviser-pour-tuer-abram-de-swaan/9782021185607

présentation de l'ouvrage par l'éditeur français :
« ... À travers l’analyse d'une vingtaine d’épisodes d’extermination du XXe siècle, ce livre entend dépasser ces approches pour comprendre à quelles conditions la frénésie meurtrière qu’ils manifestent peut éclater et comment des individus se révèlent disposés à y prendre part ...».

.
- Sciences humaines 005.04.2016
http://www.scienceshumaines.com/diviser-pour-tuer_fr_36134.html

« En 1992, pour Christopher Browning, les membres du 101e bataillon de police allemande chargé, en 1942, d’exécuter des Juifs en Pologne n’étaient pas des nazis convaincus mais des « hommes très ordinaires ». A. de Swaan ne cache pas son intention de réfuter la thèse de la banalité du mal.

.
- compte rendu par Annabel Gary, revue Projet 2017-1
http://www.cairn.info/revue-projet-2017-1-page-90.htm

Abram de Swaan conteste le consensus situationniste, mettant l’accent sur le conditionnement des individus, et faisant des meurtriers de masse des « hommes ordinaires ». Il en souligne les limites, les biais méthodologiques, voire les lacunes »
Contre la « banalité du mal » décrite par Hannah Arendt, de Swaan renvoie à toutes les études postérieures qui dépeignent Eichmann comme un « fanatique et infatigable chasseur de juifs ».

« ...l’intérêt majeur de l’ouvrage consiste en une plongée passionnante dans le mental des génocidaires »...
« De Swaan passe en revue le poids des « conditions facilitatrices »
du passage à l’acte des génocidaires : historiques, sociales et microsociologiques... »


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


04 février 2012

Prépas, l'excellence au prix fort

 


- Y a t-il une vie après la prépa ?
Prépas, l'excellence au prix fort - Le Monde
enquête de Marie Depleschin pour Le Monde culture et idées, 03.01.2012
En prépa, un étudiant coûte en moyenne 15000 euros par an, contre 11000 euros à l'université.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/02/03/prepas-l-excellence-au-prix-fort_1637985_3224.html


- Des bourreaux bienveillants ? - Le Monde Education
Lire également les témoignages de profs de prépas
http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2012/02/03/nous-sommes-des-bourreaux-bienveillants/


- François Arnal ne reconnait pas dans cet article
https://www.facebook.com/francois.arnal/


- Etudiante, je hais les partiels, marathon des nerfs pour perroquets
Anaelle S.  Etudiante, Rue 89 02.02.2012
http://www.rue89.com/2012/02/02/etudiante-je-hais-les-partiels

« En somme, l'ensemble du système éducatif français – et au premier chef les grandes écoles et toutes les filières d' excellence – ne perdrait rien à adopter une position un peu plus humble.
En assommant les élèves on ne fait pas émerger les meilleurs mais les moins sensibles à la pression et les plus aptes à mémoriser, ce qui constitue certes une forme d'intelligence mais pas la seule.

Il est grand temps que l'école française apprenne elle aussi, de ses voisines européennes et mondiales et de ses élèves aux sensibilités différentes, qu'elle devienne un instrument d'affirmation de soi que chacun investit et s'approprie à sa manière, plutôt qu'un moule austère dont ressortent malformés ceux qui n'ont pas su s'y couler ».


- Sciences-Po : Paris roule carrosse quand Lille crie famine - Rue 89
Avec moins de 4 000 euros par étudiant et par an, la dotation de Lille se situe très largement en dessous de celles des IEP de Bordeaux ou Grenoble (environ 7 000 euros) et bien entendu de Paris (environ 13 000 euros).
http://www.rue89.com/2012/01/21/sciences-po-paris-roule-carrosse-quand-lille-crie-famine

05.02.21012 :
L'APPLS (Association des Professeurs de Premières et de Lettres Supérieures) répond vigoureusement à l'article du Monde sur les prépas. « Elle s'inscrit avec toute l'énergie possible en faux contre tout ce qui est écrit dans cet article, qu'aucune enquête sérieuse n'a étayée ».
« La spécificité de ces classes est ainsi de délivrer une formation relevant du supérieur dans un cadre, et avec des méthodes, qui relèvent du secondaire ».
La réponse insiste sur les débouchés universitaires (équivalence, ouvertures de places pour les littéraires)... le taux de réussite des étudiants de la filière est ainsi comparable à celui des scientifiques et des commerciaux : supérieur à 90 %

« ... Nous savons tous parfaitement que les enfants des milieux favorisés et informés par Le Monde resteront candidats aux classes préparatoires, quoi qu’on en dise. A qui fait-on donc peur en décrivant les classes préparatoires comme un enfer ? Précisément à ceux qui hésitent encore à se lancer dans l'aventure, qui hésitent encore à prendre leur part des formations d'excellence que la république offre, non pas seulement aux enfants de ses élites en mal de reproduction, mais à tous ses enfants s’ils y sont prêts ».
http://www.netvibes.com/appls#ACTUALITE (à la date du 5 février 2012)

Lire également le témoignage de Patrick Voisin, professeur de latin en hypokhâgne et de littérature française en khâgne au lycée Louis Barthou (Pau) dont le témoignage a été exploité par Le Monde.

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,