01 décembre 2012

Aux armes lycéens ! - suite

 


Annette Wieviorka, « L'enseignement de l'histoire en question », Études, 2012/11 Tome 417, p. 475-483
http://www.cairn.info/revue-etudes-2012-11-page-475.htm

L'analyse reprend et prolonge l'article Aux armes lycéens ! publié par L'Histoire en mars 2012

Extraits :
« Le cours d’histoire devrait être l’occasion de se dégager de l’air du temps, de réfléchir, d’analyser, de tenter de comprendre, de prendre la mesure du temps en prenant soin de la chronologie qui le structure. La conception qui se dégage des programmes de 2011 est au contraire une conception doloriste d’une histoire
tentant à faire communier les adolescents dans la souffrance du passé ... »

« On peut traiter de la Grande Guerre sans évoquer Pétain ou Clémenceau, sans parler de l’Alsace et de la Lorraine, et sans expliquer le patriotisme ou le nationalisme. La psychologie règne en maître. Les hommes sont « traumatisés » comme le sont les sociétés. Il n’est pas question de la révolution bolchevique, ni d’ailleurs du traité de Versailles. Rien ne permet de comprendre le monde qui naît de cette guerre, sinon que tout le monde a beaucoup souffert ».
« La Seconde Guerre mondiale suit la première, sans transition. Sa particularité est d’être un « degré supplémentaire dans la guerre totale »...

« L’usage de la notion de « guerre totale » est devenu l’étalon de mesure de l’importance d’une guerre... Dans une concurrence des conflits comme il existe une concurrence des victimes, chaque chercheur proclame « sa » guerre totale. De la Seconde Guerre mondiale à celle de 14-18, nous sommes remontés à la guerre de Sécession, puis à la campagne napoléonienne de Russie. Nous attendons que les antiquisants revisitent les guerres du Péloponnèse ou la guerre des Gaules pour en faire les premières « guerres totales ». Cette notion met entre parenthèse le politique ».
« Le terme « d’anéantissement », lui non plus, ne va pas de soi. Et pour cause. Il englobe toutes les victimes, les combattants comme les victimes des bombardements... »

« Les nouveaux programmes laissent penser que c’est la « folie des hommes » qui cause des génocides. Avec un tel présupposé, enseigner l’histoire reviendrait à extirper le mal présent en chacun de nous en communiant avec les souffrances des hommes du passé. À cette aune, toutes les souffrances de toutes les guerres se valent. C’est la défaite de la pensée, de la volonté de comprendre, de l’intelligence ».

« Les auteurs de manuels ont bien perçu la difficulté de décrire des guerres sans chronologie et sans contexte... »

Cette dérive est mise en relation avec les injonctions politiques : lire la dernière de Guy Môquet, confier à un élève de CM2 la mémoire d'un enfant victime de la Shoah, 11 novembre célébration des soldats morts dans toutes les guerres, Histoire de France réduite à l'identité nationale avec une Maison installée dans les locaux des Archives nationales ...

« Nous écrivons ce texte alors que François Hollande vient d’être élu président de la République. Parmi ses engagements figurent ceux de rétablir la formation des enseignants et de réintroduire l’enseignement de l’histoire en classe terminale scientifique. Pour le reste – les programmes d’histoire, les archives… – il est encore trop tôt pour savoir si une nouvelle politique sera mise en place. Mais nous souhaitons insister sur le fait qu’une politique en matière d’histoire forme un tout. C’est une politique de l’archive. C’est la liberté de la recherche et le respect des enseignants et des chercheurs. C’est un enseignement qui permet aux élèves de se situer dans le temps et de savoir de quelle histoire est fait le monde dans lequel ils vivent ».


.


25 mars 2012

39-45 - Bombes, violence de masse ?



Mémorial de Caen - Mercredi 4 avril

- 14-17 h - Les bombardements aériens de la Seconde Guerre mondiale sont-ils des violences de masse ? Le cas des bombardements en Europe de l’Ouest - Conférence débat

- 19h15 - Nantes sous les bombes alliées, une histoire oubliée de la France en guerre
Projection-débat
Débat sur « La France sous les bombes alliées, 1940-1945 »
http://www.memorial-caen.fr/agenda

Posté par clioweb à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 septembre 2011

2 GM - Shoah : Penser la complexité



Shoah : pourquoi refuser de penser la complexité ?
http://www.liberation.fr/societe/01012358713-shoah-pourquoi-refuser-de-penser-la-complexite

dans une tribune publiée par Libération,
Gilles Rozier rappelle les débats suscités par la création d'une Journée du souvenir de la catastrophe et de l’héroïsme et les polémiques qui ont accompagné le choix du mot Shoah

« Si Raul Hilberg a consacré sa vie, réunie dans un ouvrage de plus de mille pages, pour circonvenir la complexité d’une entreprise de mort inouïe, c’est bien que le génocide des Juifs par les nazis n’était pas réductible à un mot de cinq lettres ... ».

« Monsieur Lanzmann nous explique que, pour tenter d’appréhender une catastophe innommable, il fallait un titre incompréhensible. Pendant ce temps, le fait que le camp d’Auschwitz se soit transformé en un des lieux les plus touristiques de notre temps ne semble pas le déranger ».

« Il faut Raul Hilberg pour tenter d’approcher la destruction des Juifs d’Europe. Il faut Primo Levi pour essayer de saisir Auschwitz. Les suppliciés n’ont plus besoin de visites guidées. Ce n’est pas ainsi, pour reprendre une expression de Cécile Wajsbrot, qu’il sera possible de vivre et se souvenir à la fois ».

- Shoah, un mot français - Le Monde 10/019/2011
C'est en 1959 que les autorités de l’Etat d'Israël l'adoptent, de préférence à Hurbn (destruction).

Patrick Jean-Baptiste Dictionnaire des mots français venant de l'hébreu, Seuil, 618 p
257 mots de notre vocabulaire seraient d'origine hébraïque ou araméenne (l'araméen était la langue proche de l'hébreu parlée dans l'ensemble du Moyen-Orient antique, probablement par Jésus ainsi que par de nombreux auteurs du Talmud).
Le dictionnaire tient compte aussi bien des attributions certaines que probables.


rappels :

La tribune de Claude Lanzmann dans Le Monde : http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/08/31/

Raul Hilberg, The destruction of the European Jews, Yale Univ. Press, 1961, 2003
http://en.wikipedia.org/wiki/The_Destruction_of_the_European_Jews

Primo Levi, Si c'est un hommehttp://clioweb.free.fr/dossiers/39-45/primolevi.htm

Alain Resnais, Nuit et Brouillardhttp://clioweb.free.fr/camps/nuitetbrouillard.htm

La déportation dans les camps nazis, sélection de sites web : http://clioweb.free.fr/camps/deportes.htm

 

Deux autres points de vue :
- Henri Meschonnic, Pour en finir avec le mot Shoah. Tribune parue dans Le Monde, 20-21 février 2005
http://joelle.zask.over-blog.com/article-32671466.html

- Tony Judt, Trop de Shoah tue la Shoah, Le Monde diplomatique, juin 2008
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/06/JUDT/15982

.

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

31 août 2011

2 GM - Le siècle des anéantissements


Contre le bannissement du mot Shoah des manuels scolaires -

Dans une tribune publiée par
Le Monde, Claude Lanzmann part en guerre contre le nouveau programme Chatel d'histoire en première : le terme Shoah y serait banni et remplacé par celui d'anéantissement.
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/08/30/


Plusieurs détails montrent que son information est incomplète :


- Les critiques portées par 2 Inspecteurs généraux à une prof d'histoire de Nancy portent sur un entretien, par sur une leçon d'histoire.

- Les manuels ne sont pas en cause, mais les instructions officielles.
Inutile de citer et d'attaquer les éditeurs Hachette, Hatier, Magnard.

>> Une circulaire, parue dans le Bulletin officiel n° 7 de septembre 2010 de l'éducation nationale

Il s'agit du BO spécial n° 9 du 30 septembre 2010 : Les programmes du lycée Chatel.
La Seconde Guerre mondiale : guerre d'anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes
http://www.education.gouv.fr/cid53319/mene1019675a.html
http://www.education.gouv.fr/cid53354/au-bo-special-n-9-du-30-septembre-2010-programmes-d-enseignement-du-lycee.html

- Le programme a été publié en septembre 2010, et les nouveaux manuels envoyés dans les lycées en mai et juin 2011. Inutile de chercher "un mauvais coup à la faveur de l'été (2011)".
.
Programme de première, directives officielles :

 La Seconde Guerre mondiale : guerre d'anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes
La Seconde Guerre mondiale témoigne d’un degré supplémentaire dans la guerre totale, ce dont le programme rend compte en l’abordant par l’étude de la volonté d’anéantissement de l’adversaire, qu’il soit militaire ou civil, doublée par la volonté politique d’exterminer spécifiquement certaines catégories de populations (génocide des Juifs et des Tziganes, indépendamment de leur nationalité).
Déjà présente dans le premier conflit mondial, la conception de la guerre totale comme guerre d’anéantissement (théorisée par Clausewitz au temps des guerres de la Révolution et de l’Empire) est portée à son paroxysme lors du second. En témoignent tant le jusqu’au-boutisme des belligérants, qui amène à faire disparaître la distinction entre combattants et non-combattants (combats à outrance, bombardements stratégiques des villes, massacres de prisonniers ou de populations civiles, traitement des prisonniers de guerre …), que la politique raciste menée par les Allemands à l’encontre des populations juives et tziganes dans les territoires qu’ils contrôlent.
Il ne s’agit donc pas de présenter dans le détail les événements, mais d’aborder la question de manière problématisée en insistant sur les caractéristiques nouvelles du conflit : place des idéologies, guerre de mouvement, extension géographique, guerre technique et industrielle, ampleur des destructions (humaines et matérielles), en privilégiant la présentation du massacre des Juifs et des Tsiganes comme un phénomène particulièrement révélateur de la dimension d’anéantissement de la guerre au XXe siècle.
http://media.eduscol.education.fr/file/lycee/70/2/LyceeGT_Ressources_Hist_1_04_GuerresPaix_184702.pdf


- Cette tribune illustre un double paradoxe :

. Elle oublie de regarder du côté de la géo : les lycéens scientifiques, dans leur majorité, n'étudieront plus la mondialisation ni la géographie du monde actuel. Dommage pour de futurs cadres et de futurs dirigeants. Qui s'en est soucié, en dehors du cercle des géographes de métier ? Ne faudrait-il pas se battre pour un devoir de géographie au lycée ?


. Venant sans doute après la campagne contre une double page du manuel Hachette, cette tribune prétend que la destruction des juifs a disparu des programmes. C'est un contresens : cette destruction devient la principale grille de lecture de l'histoire de la 2 GM. Au risque de laisser certains élèves chercher une volonté d'anéantissement dans la stratégie des Alliés en lutte pour la reddition sans conditions de l'Allemagne hitlérienne et du Japon impérial.

Un dommage collatéral. C'est à la suite d'une décision très contestée de l'actuel ministre (supprimer l'HG en Term Squ'il a fallu réécrire en urgence les programmes et compacter deux années scolaires en une seule, avec les dégâts que l'on peut imaginer : sur la 2 GM, 3 chapitres (environ 75 pages en première) ont été remplacés par un seul chapitre (environ 20 pages), faisant par exemple l'impasse sur les Résistances au nazisme, sur le front de l'Est ou la guerre du Pacifique ...

Dans un premier projet, l'histoire de la France depuis 1958 a disparu de l'ensemble des séries. Dans le texte final, elle sera largement inconnu des lycéens qui ne feront pas d'histoire en Terminale S.

 
. La tribune de Lanzmann a été précédée par un texte qui avait fait moins de bruit
Guy Konopnicki, Le nouvel enseignement du mépris - Primo, 25-07-2011
http://www.primo-info.eu/selection.php?numdoc=Do-211998549

.
Shoah, holocauste, génocide, destruction des juifs d'Europe, l’extermination des Juifs et des Tziganes, etc...

Sur le fond, les musées mémoriaux illustrent la multiplicité des lectures et des choix possibles. 
2 exemples qui n'utilisent pas le terme shoah :
L'USHMM, United States Holocaust Memorial Museum fait référence à l'Holocauste, comme le téléfilm de 1979. 
http://www.ushmm.org/
Yad Vashem, combinerait mémorial (Yad) et un nom (Shem)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mémorial_de_Yad_Vashem

Deux autres points de vue :
Henri Meschonnic, Pour en finir avec le mot Shoah. Tribune parue dans Le Monde, 20-21 février 2005
http://joelle.zask.over-blog.com/article-32671466.html

Trop de Shoah tue la Shoah
Tony Judt, Le Monde diplomatique, juin 2008
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/06/JUDT/15982

 Raul Hilberg, The destruction of the European Jews, (Yale Univ. Press, 1961, 2003)
http://en.wikipedia.org/wiki/The_Destruction_of_the_European_Jews

 

.Le devoir de mémoire menace-t-il la vérité de l’histoire ?
A Rennes, le 15 avril dernier, Claude Lanzmann et Pierre Nora participaient au forum de Libération.


Les réécouter sur France-Culture et noter l'agacement de l'historien :
à écouter à l'adresse : http://www.franceculture.com/rennes-nora-lanzmann
Les plus techniciens sauront utiliser le cache de leur navigateur pour récupérer le fichier mp3 (environ 50 Mo)

Vers la 34e minute : à propos de la loi Gayssot et des lois mémorielles qui ont suivi
PN : « Si l'association Liberté pour l'histoire n'était pas intervenue, plusieurs lois étaient en préparation : la Vendée, la saint Barthélémy, l'Ukraine et les roms. Toute l'histoire de France aurait pu être criminalisée »

CL : « J'en ai un peu marre de t'entendre comme cela, non ? »
 « Voyez comme ils sont :  (ils imposent ) une sorte de sacralisation enivrée de leur propre discipline ! »
PN : « N'importe quoi... »
CL : « Pas du tout n'importe quoi, c'est exactement cela »
ND : « Et ils sont amis »
PN : « (Et j'ajoute que je n'ai pas beaucoup envie) de capituler devant Claude »


37e - CL a eu à faire la laudatio  de Raoul Hillberg à Burlington, à l'université du Vermont.
CL : « Marrus, il avait des petits yeux vipérins, il était prêt à me fusiller avec sa langue »

38e : CL « Quand mon film Shoah est sorti, cela a été la panique chez pas mal d'historiens.
S
oudain, le savoir historique changeait de nature »

41e : « Vous demandez une différence de traitement (pour la destruction des juifs) »
CL : « Pas du tout ! »
« Je demande une différence de traitement parce qu'il y a une différence de traitement...
je vous explique ... dans la traite des noirs, ils avaient besoin de la force de travail, il ne s'agissait pas de les exterminer.
Avec les juifs, c'est autre chose...»

...
06/09/2011
Shoah : l'éducation nationale ne voit pas matière à polémique - Le Monde - 05.09.11
http://www.lemonde.fr/societe/2011/09/05/enseignement-de-la-shoah

L'article évoque une stupidité du nouveau programme de 1ere (on peut traiter la 2 GM avant d'étudier le nazisme !),
parle de méconnaissance du nazisme, de confusion possible entre compassion et histoire.

"Que Claude Lanzmann se rassure" écrit Chatel dans Le Monde 06/09/2011...
Internet dépannera les profs. Le site web shoah.education.fr a été créé en 2008. 
NS voulait alors confier la mémoire d’un enfant juif de France mort du fait de la shoah à chaque élève de CM2. « C’est inimaginable, insoutenable, dramatique et, surtout, injuste » avait commenté Simone Veil.
Un autre site web est annoncé pour janvier 2012.

 

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,