18 janvier 2021

Secret Défense : abroger IGI 1300

 

«Secret défense»: le plein accès aux archives contemporaines est indispensable

les invités de Médiapart 17 janv. 2021

https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart


Une nouvelle instruction interministérielle IGI 1300 sur le « secret défense » réduit l'accès aux archives,

qui seul « peut garantir un examen informé et contradictoire de notre histoire contemporaine », notamment coloniale.

Trois associations de chercheurs et d'archivistes, ainsi qu’un large ensemble d’historiennes et d’historiens
tels Raphaëlle Branche, Robert O. Paxton, Catherine Teitgen-Colly et Olivier Wieviorka
saisissent le Conseil d’État pour obtenir son abrogation.

 

- Recours du 15 janvier 2021 contre l’IGI 1300
  https://ahcesr.hypotheses.org/2135

  IGI 1300 – Une analyse de fond
    https://ahcesr.hypotheses.org/



.
.

Posté par clioweb à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


22 juin 2020

« Ouvrez les archives »

 

« Ouvrez les archives »

lettre au Premier Ministre
par l’AAF (Association des archivistes français) et l’AHCESR (Association des historiens contemporanéistes)
publiée dans le Journal du Dimanche, 21 juin 2020


« En ce jour anniversaire de la mort de Maurice Audin dont le président de la République a reconnu en septembre 2018 qu’elle était imputable au « système » alors mis en place par la France en Algérie, nous demandons l’accès immédiat aux archives classifiées secret de la défense nationale librement communicables à l’issue des délais légaux prévus par la loi.

Dans une démarche inédite, la principale association d'historiens contemporanéistes de France, l’association des archivistes français, l’association Josette et Maurice Audin, ainsi que des historiennes, des historiens et des juristes ont déposé ce jour, auprès du Premier ministre, une demande d’abrogation de l’article 63 de l’instruction générale interministérielle n°1300 (IGI 1300), sur la protection du secret de la défense nationale.

La loi prévoit que les documents dont la communication porte atteinte au secret de la défense nationale deviennent communicables de plein droit à l’expiration d’un délai de cinquante ans, sans qu’aucune autre condition particulière ne puisse être exigée. L’IGI 1300, dont l’application s’est considérablement durcie ces derniers mois à la demande du Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale, entend subordonner la communication de ces documents à une procédure administrative dit de « déclassification ».

La déclassification des documents (qui consiste à apposer un marquage réglementaire complété par des informations portées à la main sur chaque document) est une tâche titanesque car les services d’archives peuvent se trouver dépositaires de dizaines de milliers de documents couverts par le secret de la défense nationale.

Cette situation, sous le prétexte abusif de la nécessité de protection du secret de la défense, a pour conséquence, Monsieur le Premier Ministre, une complexification absurde et une restriction sans précédent de l’accès aux archives publiques de la période 1940-1970.

Alors que le président de la République appelle à un débat sur le passé colonial de notre pays, l’accès aux archives permettant un examen informé et contradictoire de ces questions est aujourd'hui entravé. Monsieur le Premier Ministre, comment la France peut-elle examiner sereinement ces questions s’il est de fait impossible d’accéder aux archives classifiées secret de la défense nationale de plus de 50 ans et donc librement communicables en vertu de la loi ?

Aborder les enjeux les plus controversés de notre passé récent, comme l’Occupation, les guerres coloniales ou l’histoire politique agitée des années 1950 à 1970, est ainsi devenu un parcours du combattant, dès qu’il s’agit d’archives classifiées. Or, nul ne peut contester que l’examen contradictoire du passé, à partir de sources fiables, constitue une dimension fondamentale du débat démocratique. L’accès aux archives est d’ailleurs garanti par l’article 15 de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de 1789. Aujourd’hui, la multiplication des fake news et autres réécritures du passé sans base documentaire, ajoutée à la défiance à l’égard des institutions, rendent l’accès ouvert aux archives d’autant plus nécessaire.

Monsieur le Premier ministre, nous – archivistes, juristes comme historiennes et historiens - vous demandons l’abrogation des dispositions de l’IGI 1300 contraires à la loi. Leurs effets pratiques, constatés par de nombreux chercheurs et citoyens, posent des limites inacceptables au libre examen de notre histoire récente dans un cadre démocratique et républicain. »


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 avril 2019

25 mai : Culture, médias, pouvoirs

 

« Culture, médias, pouvoirs aux États-Unis et en Europe occidentale, 1945-1991 »

AHCESR Journée concours CAPES-Agrégation

Samedi 25 mai 2019

amphi Descartes, Sorbonne-Université, 17 rue de la Sorbonne

http://ahcesr.hypotheses.org/1602


9h - « États-Unis : un bilan historiographique ».
Romain Huret EHESS

10h - « Années 80, Eighties : une décennie libérale ? »
Pascale Goetschel Paris 1

11h - « Entre culture dominante et culture contestataire :
cinéma et pouvoir aux États-Unis et en Europe (années 1950-1970).
Caroline Moine UVSQ

12h - « Écritures, temps, espaces aux États-Unis et en Europe occidentale 1945-1991 »
Jean El Gammal U Lorraine

14h - « Chansons et transferts culturels entre les États-Unis et l'Europe (1945-1991) ».
Didier Francfort U Lorraine

15h - « La construction européenne par les médias audio-visuels, 1950-1990 ? »
Myriam Tsikounas Paris 1

 
- rappel

Les vidéos de la journée SPHM-APHG du 21 nov 2018 sont disponibles en ligne

http://www.aphg.fr/Medias-culture-pouvoirs-aux-Etats-Unis-et-en-Europe-occidentale-1945-1991-les

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 janvier 2015

Charlie : réactions des historiens

 

- Contre la barbarie, pour la liberté d'expression
Paris, le 8 janvier 2015

L’APHG (Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie) est profondément indignée par l’attentat et les assassinats commis à Paris au siège de Charlie Hebdo. Elle exprime toute sa solidarité avec les journalistes et l’équipe de Charlie Hebdo, avec les policiers et son soutien à toutes les familles des victimes [de ce terrorisme].
Très attachée à la liberté d’expression, à l’esprit critique, elle rappelle l’importance de nos disciplines, l’Histoire et la Géographie, pour enseigner à l’école les valeurs de la République, pour promouvoir [la liberté, l'égalité, la fraternité, la laïcité et la tolérance]
http://www.aphg.fr/Contre-la-barbarie-pour-la-liberte


- Le bureau de l'AHCESR (Historiens contemporanéistes)
réagissant face au massacre perpétré au siège du journal Charlie Hebdo, a adopté la motion suivante :

« La liberté d'expression constitue le coeur de la démocratie. Tous ceux qui, par la répression étatique ou par la violence des armes, s'efforcent de la tuer portent un même nom : fascistes.

En assassinant Charlie Hebdo, les auteurs du massacre du 7 janvier 2015 s'inscrivent dans la longue généalogie des anti-Lumières. Activant les bûchers, fusillant la pensée libre, remplissant les bagnes, ils ont en commun, qu'ils soient laïcs ou religieux, de vouloir imposer un totalitarisme idéologique.

Nous, historiens contemporanéistes, rappelons ici le droit inaliénable de chacun à la liberté d'expression. Et nous appelons nos collègues à se joindre aux manifestations organisées le dimanche 11 janvier 2015 à travers toute la France".
Jean-Claude Caron, président, et les membres du bureau de l'AHCESR : Julie d'Andurain, Noëlline Castagnez, Carole Christen, Jean El Gammal, Claire Lemercier, Clément Thibaud.
http://ahcesr.hypotheses.org/402


- AHMUF (Historiens Modernistes):
http://ahmuf.hypotheses.org/3335

Plusieurs de nos collègues ont exprimé leur tristesse et leur colère après les assassinats commis mercredi et vendredi.
Au nom de tous les historiens modernistes, le bureau de l'AHMUF s'associe à l'émotion suscitée par ces actes terroristes.
Ils viennent s'ajouter à d'autres et, cette fois, ils s'attaquent à des journalistes et à des dessinateurs qui ont choisi l'humour pour s'exprimer.
Par notre travail d'historiens, nous savons que nous ne sommes rien sans la liberté d'expression qui nous permet d'étudier, de réfléchir et d'écrire.
Les historiens modernistes expriment leur solidarité avec ces héros qui ont continué leur métier malgré les menaces et les intimidations.
Les assassins mettent en cause la liberté, la démocratie et l'ordre public, fondements de notre république.

Les modernistes appellent à une vigilance de tous les instants pour lutter contre cette déstabilisation qui met en danger notre société.
Ils expriment aussi leur compassion pour les victimes de l'attentat antisémite et pour les policiers tués.
Comme universitaires et enseignants, nous devons contribuer à lutter contre cet embrigadement de la jeunesse.

Pour le bureau de l'AHMUF
Nicolas Le Roux et Lucien Bély

Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,