- Contre la barbarie, pour la liberté d'expression
Paris, le 8 janvier 2015

L’APHG (Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie) est profondément indignée par l’attentat et les assassinats commis à Paris au siège de Charlie Hebdo. Elle exprime toute sa solidarité avec les journalistes et l’équipe de Charlie Hebdo, avec les policiers et son soutien à toutes les familles des victimes [de ce terrorisme].
Très attachée à la liberté d’expression, à l’esprit critique, elle rappelle l’importance de nos disciplines, l’Histoire et la Géographie, pour enseigner à l’école les valeurs de la République, pour promouvoir [la liberté, l'égalité, la fraternité, la laïcité et la tolérance]
http://www.aphg.fr/Contre-la-barbarie-pour-la-liberte


- Le bureau de l'AHCESR (Historiens contemporanéistes)
réagissant face au massacre perpétré au siège du journal Charlie Hebdo, a adopté la motion suivante :

« La liberté d'expression constitue le coeur de la démocratie. Tous ceux qui, par la répression étatique ou par la violence des armes, s'efforcent de la tuer portent un même nom : fascistes.

En assassinant Charlie Hebdo, les auteurs du massacre du 7 janvier 2015 s'inscrivent dans la longue généalogie des anti-Lumières. Activant les bûchers, fusillant la pensée libre, remplissant les bagnes, ils ont en commun, qu'ils soient laïcs ou religieux, de vouloir imposer un totalitarisme idéologique.

Nous, historiens contemporanéistes, rappelons ici le droit inaliénable de chacun à la liberté d'expression. Et nous appelons nos collègues à se joindre aux manifestations organisées le dimanche 11 janvier 2015 à travers toute la France".
Jean-Claude Caron, président, et les membres du bureau de l'AHCESR : Julie d'Andurain, Noëlline Castagnez, Carole Christen, Jean El Gammal, Claire Lemercier, Clément Thibaud.
http://ahcesr.hypotheses.org/402


- AHMUF (Historiens Modernistes):
http://ahmuf.hypotheses.org/3335

Plusieurs de nos collègues ont exprimé leur tristesse et leur colère après les assassinats commis mercredi et vendredi.
Au nom de tous les historiens modernistes, le bureau de l'AHMUF s'associe à l'émotion suscitée par ces actes terroristes.
Ils viennent s'ajouter à d'autres et, cette fois, ils s'attaquent à des journalistes et à des dessinateurs qui ont choisi l'humour pour s'exprimer.
Par notre travail d'historiens, nous savons que nous ne sommes rien sans la liberté d'expression qui nous permet d'étudier, de réfléchir et d'écrire.
Les historiens modernistes expriment leur solidarité avec ces héros qui ont continué leur métier malgré les menaces et les intimidations.
Les assassins mettent en cause la liberté, la démocratie et l'ordre public, fondements de notre république.

Les modernistes appellent à une vigilance de tous les instants pour lutter contre cette déstabilisation qui met en danger notre société.
Ils expriment aussi leur compassion pour les victimes de l'attentat antisémite et pour les policiers tués.
Comme universitaires et enseignants, nous devons contribuer à lutter contre cet embrigadement de la jeunesse.

Pour le bureau de l'AHMUF
Nicolas Le Roux et Lucien Bély