Discours du Président de la République française à l'occasion de la commémoration de la rafle du Vel d'Hiv
http://www.elysee.fr/declarations/article/discours-du-president-de-la-republique/

« nous ne cèderons rien à l'antisionisme car il est la forme réinventée de l'antisémitisme »


- Antisionisme = antisémitisme ? Une erreur historique, une faute politique.  
Dominique Vidal http://bit.ly/2tcDTty

« Indéfendable historiquement comme idéologiquement, l'assimilation de l'antisionisme à l'antisémitisme constitue surtout une faute grave : elle permet en effet à la droite et à l'extrême droite israéliennes de tenter d'étouffer la voix de tous leurs opposants, à l'intérieur comme à l'extérieur. Et ce " cadeau " arrive à point nommé, alors que la violation permanente du droit international et des droits humains a isolé Israël comme jamais au sein de la communauté internationale ».

« Si Emmanuel Macron veut vraiment contribuer à une paix juste et durable, il faut qu'il accepte le principe de sanctions contre Israël, dès lors que celui-ci refusera de se plier au droit international. Commencer par museler l'opinion en présentant la critique d'Israël comme antisémite n'est pas un bon début »


- Vél’ d’Hiv’: l’invitation de Netanyahou suscite un vif débat
Lénaïg Bredoux Médiapart 17.07.2017 (abonnés) - http://bit.ly/2vIUk2A
Les enjeux abordés avant la cérémonie


- Netanyahou et Macron à Paris, ou la morale du Vél’ d’Hiv’
Antoine Perraud, 16.07.2017 (abonnés)
http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/160717/netanyahou-et-macron-paris-ou-la-morale-du-vel-d-hiv

« Il y a toujours un moment où le vernis oratoire se craquelle chez le 8e président de la Ve République ».

« Le président va à Canossa... Il finit par lâcher une phrase inadmissible, intellectuellement, historiquement et politiquement, mais qui constituait manifestement son ticket d’entrée : « Nous ne céderons rien à l'antisionisme, car il est la forme réinventée de l’antisémitisme. » »

« Les petites gens du Yiddishland, souvent bundistes donc socialistes, discuteurs et discutant, héritiers de 1789 contrairement à leurs bourreaux... étaient le sel de notre Vieux Continent. Les héritiers des bundistes (socialistes) exterminés, tout en acceptant Israël, ne se reconnaissent ni en Benjamin Netanyahou, ni en ce qu’est devenu le CRIF, qui ose prétendre les représenter en toute notabilité droitière.

Le président a éteint les lumières dans un discours souvent lumineux »


.