splendeurs-orsay

Splendeurs et misères (des courtisanes), Images de la prostitution 1850-1910,
l'exposition a été close à la mi-janvier.
Le dossier de presse est toujours en ligne
http://www.musee-orsay.fr/fileadmin/mediatheque/integration_MO/PDF/DP/DP_Splendeurs_et_Miseres.pdf

 

Orsay à l'horizontale, titrait Libération 04.10.2015
« Orsay expose les prostituées, demi-mondaines et danseuses parisiennes peintes ou photographiées dans la rue, les brasseries, les bals, les bordels, à l’opéra, au Moulin rouge, de 1850 à 1910. On dirait des perroquets en cage. Les silhouettes s’alourdissent et se raidissent en beauté et en nombre - car il y a ici, selon les principes propres à Orsay, encombrement de chefs-d’œuvre et de croûtes »
« Le mauvais goût fait bon ménage avec les moralistes et les parvenus, deux faces d’une même pièce en chocolat, feuilletée or »
http://next.liberation.fr/arts/2015/10/04/orsay-a-l-horizontale_1397035


Opération racolage à la gare d’Orsay, Le Monde 24.09.2015
« L’hypertrophie de la prostitution à Paris, comme à Londres ou à Berlin au même moment, s’explique en termes politiques et économiques, ce qui ne se voit que très peu dans l’exposition, à moins que l’on ne prenne la peine d’étudier les registres de police et les documents administratifs placés dans des vitrines. Ou à moins de faire ce constat qui n’est pas mieux signalé : les peintres de la prostitution, vers 1900, ce sont Van Dongen, Kupka, Picasso et Rouault. Ce dernier était un catholique enragé à la Léon Bloy et les trois autres étaient connus pour leurs sympathies anarchistes. Ce ne sont pas des coïncidences »

http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/09/24/operation-racolage-a-la-gare-d-orsay_4769237_1655012.html


voir aussi Qui a peur de Deborah de Robertis ?
http://clioweb.canalblog.com/archives/2016/02/07/33332329.html

 

Parmi les tableaux cités par Philippe Lançon dans Libération
Femme en chemise ou danseuse, d’André Derain.
http://md1.libe.com/photo/814147-49-derain_femme-en-chemise-ou-danseusejpg.jpg

Toulouse-Lautrec En cabinet particulier (au Rat mort), 1899 tableau venu de Londres.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_de_Toulouse-Lautrec

http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:In_a_Private_Room_at_the_Rat_Mort_(Toulouse-Lautrec)

Femme assise au fichu de Picasso, période bleue, 1902
https://en.wikipedia.org/wiki/Picasso's_Blue_Period

L’Heure de la viande, pastel Emile Bernard 1885-1986
http://www.voir-ou-revoir.com/2014/11/emile-bernard-musee-de-l-orangerie-paris-nov-2014.html

La Mère Grégoire, Courbet 1855 Chicago
http://www.artic.edu/aic/collections/exhibitions/Rococo/Mere

Femme aux Champs-Élysées la nuit (1889-1893), Louis Anquetin, musée van Gogh, Amsterdam
https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Anquetin

Vincent van Gogh, La femme au tambourin, huile sur toile, 1887, Rijskmuseum Van Gogh, Amsterdam
http://fr.wikipedia.org/wiki/Agostina_Segatori


Aguicher ou décrire ? Tableaux mentionnés par Philippe Dagen dans Le Monde
Les artistes : Courbet, Manet, Degas, Toulouse-Lautrec, Forain, Van Gogh, Munch, Rouault et, pour finir dans l’ordre chronologique, Picasso.

Le Portrait de Mademoiselle de Lancey – une demi-mondaine –, par Carolus-Duran, est l’archétype de cet art commercial
https://en.wikipedia.org/wiki/Carolus-Duran 1876

Le Client, Jean-Louis Forain 1878
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Forain

Degas, Femmes à la terrasse d’un café le soir 1877
http://www.latribunedelart.com/spip.php?page=docbig&id_document=23159

 

forain-client

Le Client, Jean-Louis Forain 1878
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Forain