13 février 2012

Netvibes acheté par Dassault


netvibes-d

Netvibes - Clioweb
voir aussi la page HG de Michel Lévêque au lycée de Sartène


« La filiale logiciels du Groupe Dassault vient d'annoncer l'acquisition de Netvibes, l'agrégateur, une start-up fondée en 2005 par Tariq Krim et dirigée par Freddy Mini. Le montant n'a pas été officiellement communiqué, mais le fondateur de Kelkoo et ancien codirigeant de Netvibes Pierre Chappaz indique sur son blog que cette acquisition s'est réalisée à hauteur de 20 millions d'euros, permettant aux investisseurs comme Index ou Accel de récupérer leur mise. Il semblerait que Netvibes aurait été également approché par Google et qu'Ebay avait proposé de racheter la start-up pour 50 millions d'euros ».
http://www.journaldunet.com/


« Le chiffre d'affaires annuel de Dassault Systèmes s'est établi à 1,78 milliard d'euros, en progression de 14 % sur un an ». Le Monde Technologies. (14 % un taux qui devrait plaire aux fonds de pension US)
« Après s'être retiré en décembre du consortium Andromède (qui devait rassembler l'Etat, Orange et Thales), Dassault Systèmes s'est allié à SFR, du groupe Vivendi, pour mettre sur pied un projet concurrent de cloud computing destiné à stocker les données informatiques françaises stratégiques ».
« En 2010, Dassault Systèmes avait racheté Exalead, le moteur de recherche, pour un montant de 135 millions d'euros ». http://www.lemonde.fr/technologies

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


12 février 2012

Vues d'en haut

 

cop-vues-haut

Copenhague - Vues d'en haut


Vues d'en haut
, 15 h10 sur France 5
Parfois, après le tunnel de pub, des images arrivent...
http://documentaires.france5.fr/series/vues-den-haut
http://www.pluzz.fr

Les îles anglo-normandes,
L'Afrique du Sud,
du lac Champlain aux chutes du Niagara
Le long de l'Hudson vers New York ...
Au Danemark, d'ile en île ... beaucoup de châteaux et de parcs, beaucoup de ponts ...

kronborg

Kronborg - source Wikipedia - Wikimedia Commons

voir aussi Coroneburgum
dans Braun & Hogenberg Civitates Orbis Terrarum, 1588

 

Oresund

Oresund Bridge - au fond, Malmö en Suède - source Wikimedia Commons
http://en.wikipedia.org/wiki/Oresund_bridge


Vues d'en haut, les images sont attrayantes et utiles pour préparer un périple touristique. Mais par principe, la caméra oublie de se mettre à hauteur d'homme ou simplement d'entrer dans les musées. Pour faire de la géographie, il reste un énorme travail à faire...

 

Posté par clioweb à 08:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Je clive, donc je suis


 
Trois entrées sur la politique et ses conséquences directes ou indirectes pour la société :


- Le Tea Party au gouvernement en Caroline du Sud - Le Monde Géo & Politique

haley_romney

source http://lebulletindamerique.com/

« Fille d'immigrés indiens, Nikki Haley, née Nimrata Randhawa, la jeune gouverneure de Caroline du Sud est le nouveau (?) visage d'une droite américaine qui a déclaré la guerre contre les syndicats (qui a déclaré ou qui poursuit cette guerre depuis sa création ?).
Dès le premier mois, elle a annoncé des coupes dans les crédits de Medicaid, l'assurance santé pour les pauvres, en même temps qu'une élimination progressive de l'impôt sur les sociétés. Rapidement, la classe politique locale lui a reproché ses penchants dictatoriaux ».
L'extrême droite américaine, un modèle pour certains partis en Europe ?


- CMN - Un rapport accablant de l'IGAC, une bombe, qui illustre « le malaise d'une mauvaise administration ». Le ministre a décidé de ne pas le rendre public. Le Monde consacre une page au climat détestable au sein du CMN (Centre des Monuments Nationiaux). http://www.lemonde.fr/culture/2012/02/11/monuments-nationaux-personnel-en-peril

D'Angers à Carnac, de Carcassonne à Cluny, la colère des élus
A Carnac, les choix du CMN illustrent « une politique mercantile est poussée à l'extrême au détriment de la valeur du lieu » dit le maire. « Les décisions tombent sans concertation. A Carcassonne, le CMN a la mainmise sur les douvres : il a été décidé de planter un jardin médiéval alors qu'une structure financée par la mairie (50 000 euros) y accueille, sur la base d'une convention signée avec le CMN, un théâtre de plein air durant l'été. »
http://www.lemonde.fr/culture/

.
- Je clive, donc je suis - Libération
« Pour survivre, le président, après beaucoup d’hésitations, est arrivé à la conclusion qu’il lui fallait quitter le seul terrain économique et social où sa parole est démonétisée pour aller sur celui des valeurs de droite. Dure, la droite. Le travail, l’immigration, la famille et sans doute bientôt, la sécurité. D'autant que le FN ne fait pas campagne sur son terrain habituel. »
« Plaquer ses désirs de clivages sur un pays tellement cabossé et qui aspire au changement sans heurts » pourrait être un calcul électoral risqué.

Parmi les conseillers, Libération distingue les droitiers et les modérés. La presse souligne l'influence de Buisson, l'ancien journaliste de Minute, l'homme d'Opinion Way et note le retour d'Emmanuelle Mignon, l'inspiratrice des propos du Latran (l'instituteur n'égalera jamais le curé). Elle avait refusé l’ambassade auprès du Saint-Siège rappelle le blog http://elysee.blog.lemonde.fr

Dans un entretien, Christian Delporte rappelle les débats à droite à propos du FN (Simone Veil ou Gaudin ?) . « Ce débat était censé avoir été tranché par Jacques Chirac en 1991, mais on voit clairement qu’une forte recomposition de la droite s’annonce après 2012 ».
http://www.liberation.fr/politiques/01012389333-une-forte-recomposition-de-la-droite-s-annonce-apres-2012

12/02/2012 : un détail. Quand le JT de France 3 reçoit JL Mélanchon, sur quoi le présentateur l'interroge-t-il ? Sur son programme politique ? Non, sur les thèmes de campagne de l'UMP tendance FN : les immigrés clandestins, les chômeurs fraudeurs, l'insécurité (pas celle de beaucoup d'emplois) ...

ns-adrtoitetoute

Libération, Une du 11 février 2012

.

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Actualité de Jules Ferry

 

Jules_Ferry_Nadar

Jules Ferry (1832-1893)
photo Nadar - 1969 - source : Wikimedia Commons


Actualité de Jules Ferry

Concordances des Temps avec Mona Ozouf, 11.02.2012
L'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-11.02.2012-ITEMA_20344073-0.mp3


« Ferry famine », « Ferry Tonkin », « Ferry sans Dieu », Jules Ferry a été violemment attaqué de son vivant.
Il continue de l'être même si les difficultés présentes de l'école incitent certains à idéaliser son rôle scolaire.

Surtout dans le dernier quart d'heure (40e-55e mn), écouter la défense de Jules Ferry par Mona Ozouf qui affirme refuser les faux procès et met en contexte son action politique. De son côté, JN Jeanneney prend la défense de Clemenceau.

Racisme et colonisation ? Les discours de Ferry servent à illustrer les thèses des colonisateurs. La vision des races est très marquée par la culture de la fin du XIXe (et le lobbying de certains scientifiques - cf. l'oeuvre de C. Reynaud-Paligot). Mona Ozouf rappelle que les textes de Ferry pourraient nourrir un réquisitoire contre les pratiques des colons en Algérie. Elle replace la divergence entre Ferry et Clemenceau dans le cadre d'un combat politique vigoureux, sur fond de souvenir de la défaite de 1870. Pour Clémenceau, le détour colonial est un abandon pur et simple de la Revanche : à l'Assemblée, il accuse Ferry d'être un traître à la patrie.

Mona Ozouf voit entre les deux dirigeants l'opposition de deux héritages de la Révolution française, d'un côté un jacobinisme autoritaire, de l'autre une attention plus marquée au local. Elle souligne l'opposition de deux tempéraments : Ferry mise sur l'éducation, sur le possible, donc sur la durée ; Clémenceau est un orateur redoutable, c'est vers 1882 l'homme du beau mot et de l'instant.



dans la bibliographie :
- Mona Ozouf, Jules Ferry, Bayard, 2005.
- Jean-Michel Gaillard, Jules Ferry, Fayard, 1989.
- Jules Ferry : fondateur de la République, actes du colloque de l'EHESS 1985
- Odile Rudelle, Jules Ferry. La République des citoyens, Imprimerie Nationale Éditions, 1996.
.
.

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 février 2012

Charonne 1962-2012

 

dewerpe

 

- Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, 2006,
CR par Danielle Tartakowsky,  Le Mouvement Social, n° 219-220 (2007)
http://mouvement-social.univ-paris1.fr/document.php?id=206

- Les Editions de Minuit sous les coups de la censure
Dans le cahier Livres de Libération du 09.02.2012, Béatrice Vallaeys s'intéresse à la réédition des ouvrages publiés par Jérôme Lindon pendant la guerre d'indépendance algérienne : La Question, Les Belles Lettres, Itinéraire, Le Désert à l'aube, L'Affaire Audin...
Anne Simonin vient de publier Le droit à la désobéissance. les Editions de Minuit en guerre d'Algérie.
http://www.liberation.fr/livres/01012388741-minuit-sous-les-coups-de-la-censure

« …Reste que, puisque le Déserteur ne vit pas le jour, Minuit s’empressa d’éditer Provocation à la désobéissance. Le Procès du déserteur, fidèle compte rendu du procès qui se déroula en décembre 1961 »
depuis 4 ans, ... « tout se passe comme si la torture était devenue un moyen légal, et seulement illégal d’en parler » répond Jérôme Lindon au président du tribunal. Par la suite, « la loi autorisant la publication des comptes rendus des procès est supprimée, et les saisies judiciaires remplacées par des saisies administratives, bien plus discrètes… »


- Sylvie Thénault, Violence ordinaire dans l'Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence.
http://www.liberation.fr/livres/1201584-posez-vos-questions-a-l-historienne-sylvie-thenault
CR O. Wieviorka
http://www.liberation.fr/livres/01012388743-le-camp-des-colonies

http://www.liberation.fr/livres,60


- Algérie : peut-on tourner la page ?  28 minutes, Arte-TV, 08.02.2012
avec Benjamin Stora et Gérard Noiriel
http://videos.arte.tv/fr/videos/28_minutes-6375534.html

Il y a 50 ans jour pour jour, une terrible répression des forces françaises faisait neuf morts et plus de 200 blessés à Paris. Le 8 février 1962 , alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, des milliers de personnes organisent une manifestation pacifique, « contre le fascisme et pour la paix en Algérie ». Manifestation malgré tout interdite et aussitôt réprimée par le préfet de Paris en place, Maurice Papon. Alors que la foule se disperse et cherche à se réfugier dans la station de métro Charonne, elle ne se doute pas un instant s’engouffrer dans le tunnel de la mort.
Pour décrire le comportement des policiers, le politologue Jacques Sémelin parle de « basculement dans l’irrationnel ». Les policiers utilisent, outre leur matraques et lacrymogènes, des grilles métalliques qu’ils jettent sur la foule entassée. 50 ans après, cette mémoire tragique hante toujours les relations entre la France et l’Algérie. Peut-on tourner la page ?
Mais d’abord le « Journal du temps » plante le décor. Que s’est-il réellement passé le 8 février 1952 ?
(?? 1952 ?? - sur la TNT, une journaliste parlait de la maison des fadas (!!) pour l'immeuble de Le Corbusier...]



A voir ou revoir, sur Arte + 7, Juliette Gréco, l'insoumise
http://videos.arte.tv/fr/videos#/tv/coverflow/date/day-6/1/120/

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


La question de Palestine

 

laurens

source : Salon du Livre 2011, Beyrouth


Henry Laurens « La question de Palestine. T. 4 (1967-1982). Le rameau d’olivier et le fusil du combattant », Fayard.
Les Lundis de l'histoire 06.02.2012 avec Henry Laurens, Emmanuel Jousse, Jean-Pierre Filiu

l'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10193-06.02.2012-ITEMA_20342557-0.mp3


un émission à propos d'un champ de mines permanent, et d’un conflit dont la solution semble très lointaine.

vers la 18e mn : la déclaration Balfour (le soutien à l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif), c’est la première application du droit des peuples à des populations non-chrétiennes

23e - Le mot Palestine est utilisé à partir de 1907-1908, lorsque les habitants réalisent que leur présence sur cette terre est contestée par les sionistes. Judée-Samarie ou Palestine ? Le pouvoir de nommer et de désigner les choses est un élément essentiel du conflit...

41e - La guerre froide prend la suite de la Question d'Orient. Elle complique le conflit et interdit toute solution.
Pour beaucoup, la guerre apparaît comme une opération beaucoup rentable que la paix.
Les Américains veulent une paix qui exclut les soviétiques de la région, les soviétiques voudraient une paix qui les reconnaissent comme des gestionnaires de la région. L’URSS disparue en 1991, le conflit a continué sur sa lancée.

45e : - 1967 : La France a vendu les armes qui ont équipé l'armée israélienne ; elle lui livre des armes pendant la guerre des six jours. Mais la phrase de de Gaulle (« Un peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur ») a servi à vilipender la France. Elle a été exploitée par ceux qui préféraient l’alliance avec les USA.

55e :  Le sionisme s'est construit en rapport à 2 dangers : le premier, c'est la persécution des juifs par les antisémites ; le second, c'est l'assimilation (cf abbé Grégoire) et le mariage mixte (fréquent en Allemagne avant 1933).

laurens4       laurens3

 

laurens2      laurens1

 

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Tolérance et fraternité ...

 

dans Marianne, 11/02/2012, le billet d'Alain Rémond :

« Tout ce qu'on aime dans la civilisation occidentale, ces valeurs de respect, de tolérance, d'humanisme. la liberté. l'égalité, la fraternité, Guéant en est le contre-exemple complet. Chaque jour. ou presque il bafoue ce qu'on aime dans la Civilisation occidentale. par ses paroles comme par ses actes ».

http://clioweb.free.fr/presse/1temp/marianne/ar-gueant.jpg

.
Lu sur twitter : 1 milliard de Guéants ne vaudront jamais un seul Patrick Chamoiseau 

Charlie-Hebdo a caricaturé l'homme du Guéantdertal

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 février 2012

La culture de la haine

 

kertesz-2007-segesvari

Imre Kertèsz - source Wikimedia Commons


- « Il évoque son désarroi face à la situation d'un pays gangrené par la culture de la haine ».
Il ne s'agit pas d'un pays en campagne présidentielle,
ni des USA où l'extrême-droite se déchaîne contre Obama qu'elle caricature en prétendu «socialiste»,
mais de la Hongrie, une fatalité, selon Imre Kertész, l'écrivain, Prix Nobel 2002 - Le Monde 10.01.2012
http://www.lemonde.fr/livres/2012/02/09/imre-kertesz-la-hongrie-est-une-fatalite

- Ivan Jablonka, enfant du silence
Rencontre - Le Monde des livres 09.02.12 | 11h39
« L'émotion naît de la découverte, dans des archives conservées à Varsovie, du dossier judiciaire et pénitentiaire de son grand-père, Matès Jablonka, où se trouvent consignés les faits et gestes du jeune militant communiste jusqu'en 1937. Elle s'accroît avec la découverte du couple dans les fichiers de la Sûreté nationale, au ministère de l'intérieur (qui les surveille alors en tant qu'étrangers et non en tant que juifs), puis dans le registre de la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris, après leur première arrestation pour présence illégale sur le territoire, le 11 mai 1939 - "Je les vois et je sens leur peur", écrit Ivan Jablonka. "Je crois que je suis devenu historien pour faire un jour cette découverte." »
http://www.lemonde.fr/livres/2012/02/09/ivan-jablonka-enfant-du-silence

cf aussi la Fabrique de l'histoire du lundi 6 février et Les Lundis de l'histoire du 20.02.2012 (à venir)

 

- Valeurs - « Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance». NS - Rome 20 décembre 2007 - http://clioweb.free.fr/debats/laicite.htm

Pourquoi certains politiciens utilisent-ils des mots qui désignent ce qu'ils détestent et détruisent ? Dans la Fabrique, ce matin, Johann Chapoutot rappelait le Menschenmaterial (le matériel humain) des nazis, un ancêtre des actuelles ressources dites humaines.

Une tactique électoraliste à très court terme semble vouloir doubler le FN sur sa droite et mettre en avant la xénophobie (la haine de l'étranger), la stigmatisation des chômeurs (produits par une politique thatchérienne), une vision rétrograde de la famille ... Face à une telle dérive,  face à la démolition méthodique de l'école de la République, les hussards noirs n'ont rien à faire avec les valeurs de Gueantdertal (Charlie Hebdo) : elles sont la négation de la plus élémentaire humanité.

reac

Libération, Une du vendredi 10 février 2012

.

Posté par clioweb à 14:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Refonder l'Ecole

 

jeanzay

Jean Zay (1904-1944), Mémoire d'un homme, modernité d'une oeuvre -
http://www.cndp.fr/crdp-orleans-tours/jean-zay/
Oublier l'adresse http://aegir.cndp.fr/crdporleans/crdp/jean-zay/ qui ne répond plus
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Zay



- Débarrasser l'école du sarkozysme
Hollande était en campagne à Orléans où il a rendu hommage à Jean Zay, l'ex-ministre de l'éducation nationale assassiné en 1944 par la Milice.

- mettre la priorité sur l'école primaire
- allonger l'année scolaire
- atténuer les moments de rupture
- refonder la formation des enseignants.
http://www.lemonde.fr/education/2012/02/09/debarrasser-l-ecole-du-sarkozysme


- Hollande passe l'Ecole en tête, V Soulé Libération.
Le candidat a confirmé le vote d'une loi de programmation sur l'Ecole à l'automne.
Il a promis de rétablir l'histoire en Terminale scientifique.
http://www.liberation.fr/societe/01012389073-hollande-passe-l-ecole-en-tete

http://www.liberation.fr/education,99763


- Le sort de l'histoire scolaire.
Ce matin, dans la seconde partie de la Fabrique, écouter Johann Chapoutot (vers la 43e mn) :

« … j'ai vécu une scolarité dans des zones très défavorisées, où j'avais des profs incandescents qui nous montraient toujours pourquoi on allait faire ça, quel sens politique, existentiel et humain cela avait... A cette époque-là, voilà 15-20 ans, ces professeurs avaient les moyens de travailler.
depuis quelques années (la situation a fortement changé) ...
nous sommes responsables parce nous ne sommes pas assez éclairants sur l'intérêt de ce que nous faisons,
mais en face, il y a aussi les autres.
Des autres qui ont une conception très différente de ce que c'est que la citoyenneté et la République,
des autres qui ont fait le choix de ne plus donner à l'Ecole les moyens de fonctionner (normalement) ».

l'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10076-10.02.2012-ITEMA_20343706-0.mp3

 

Vers la 8eme mn, allusion à une photo :
L'homme qui refusa de faire le salut nazi
Marie Simon, L'Express, 09/02/2012
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/l-homme-qui-refusa-de-faire-le-salut-nazi_1080771.html




.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 février 2012

Hamsterisation : Zéro pointé


- Cour des comptes : zéro pointé à la mastérisation - V Soulé, Libération
Une réforme plus coûteuse que prévu, des enseignants débutants moins bien préparés à affronter des élèves, et des difficultés de plus en plus grandes à recruter des profs… Dans son rapport annuel publié hier, la Cour des comptes dresse un bilan sans appel de la mastérisation, la réforme contestée de la formation des enseignants mise en place à la rentrée 2010. Rejoignant la plupart des critiques déjà émises, la cour dénonce une application précipitée de la réforme, par souci d’économie à très court terme (et de calendrier électoral), au mépris de tous les jeunes professeurs qui ont choisi d'entrer dans un métier de plus en plus difficile.
A lire vendredi dans Libération -
http://www.liberation.fr/societe/01012388800-cour-des-comptes-zero-pointe-a-la-masterisation

- Le réquisitoire de la Cour des comptes contre la réforme de la formation des enseignants - Le Monde - 08.02.12
Carton rouge. De la réforme de la mastérisation, qui a fait passer le niveau de recrutement des enseignants de bac+3 à bac+5, la Cour des comptes propose de ne rien garder. Ni la date du concours, ni le mode d'affectation des enseignants, ni leur pseudo-formation.
Economies envisagées, amélioration du niveau des enseignants, réussite des élèves, vivier de candidats, pour les sages de la rue Cambon, cette (contre) réforme, adoptée en conseil des ministres en juin 2008, a manqué toutes ses cibles. La gestion à court terme et l'obsession de supprimer le maximum de postes sont passés avant l'ambition d'améliorer la formation des enseignants.
http://www.lemonde.fr/enseignement-superieur/2012/02/08/le-requisitoire

- Le Figaro ne semble pas avoir lu ce passage du rapport


- Dans son rapport, la Cour des Comptes formule quatre recommandations :
Au-delà des indispensables progrès à accomplir dans l’organisation de la première année de fonction des enseignants stagiaires, la Cour  formule quatre recommandations principales pour accompagner la réforme :

1. élaborer un référentiel de formation pour les masters débouchant sur les concours de recrutement des enseignants, prévoyant notamment des durées minimales de formation des étudiants en milieu professionnel ;

2. organiser les concours de recrutement avant ou au début des masters, de façon que les étudiants n’aient pas été formés, en cas d’échec, à un métier qu’ils ne pourront pas exercer ;

3. accorder des décharges de service aux enseignants stagiaires, à coût budgétaire constant, en fonction de la difficulté spécifique de leur affectation ;

4. mettre en place un système d’information et de recueil des données permettant d’évaluer l’adéquation des actions de formation aux besoins des enseignants.

Le texte du rapport :
http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPA/Formation_initiale_et_recrutement_enseignants.pdf


-----------------------------------------

Le réquisitoire de la Cour des comptes contre la réforme de la formation des enseignants
Copie de l'article de M Baumard, Le Monde, 08.02.12

Carton rouge. De la réforme de la mastérisation, qui a fait passer le niveau de recrutement des enseignants de bac+3 à bac+5, la Cour des comptes, qui publie son rapport annuel mercredi, propose de ne rien garder. Ni la date du concours, ni le mode d'affectation des enseignants, ni leur pseudo-formation. Pour les sages de la rue Cambon, cette réforme, adoptée en conseil des ministres en juin 2008, a manqué toutes ses cibles.
Les économies envisagées
La Cour a refait le calcul. La suppression de 9 567 équivalents temps plein aurait pu rapporter 707 millions d'euros en 2011. Mais, une fois enlevé le coût de mesures d'accompagnement, comme la revalorisation des débuts de carrière (38 millions d'euros), les bourses au mérite versées aux étudiants (25 millions) ou les indemnités de tutorat (27 millions), il ne reste plus que 370 millions d'économies. Les magistrats se sont arrêtés là dans leur calcul, suggérant qu'il faudrait aussi ôter le coût supplémentaire pour la nation des deux années d'études qui mènent de la licence au master – à 10 000 euros l'année par élève.

Un master d'enseignement souvent préparé pour… rien. "Le taux d'échec important aux concours de recrutement traduit du point de vue de la bonne gestion des finances publiques, une inefficience marquée, les étudiants recalés auront été coûteusement et spécifiquement formés à un métier qu'en définitive ils n'exerceront pas", note la Cour. La rue Cambon propose donc "d'organiser les concours avant ou au début des masters". Un peu comme avant la réforme…

L'amélioration du niveau des enseignants
"Plus de 70% des enseignants recrutés au mois de juin précédent n'avaient aucune expérience de l'enseignement. Or les conditions de leur prise de fonctions à plein-temps n'ont pas fait l'objet d'une attention suffisante", relève la Cour, qui estime que "ce nouveau dispositif a été engagé pour pouvoir tirer parti le plus rapidement possible des économies d'emplois qu'il permettait".
Ainsi les magistrats regrettent-ils que des enseignants stagiaires aient été affectés dans deux ou trois établissements différents : dans une académie du Sud-Est, cela a été le cas de tous les enseignants d'arts, mais aussi de 25% des professeurs de sciences physiques, 24% d'histoire-géographie, 22% d'anglais… Ce qui complique l'intégration dans une salle des professeurs.

Selon les sages de la rue Cambon, la réforme de la mastérisation a manqué toutes ses cibles.Cour des comptes, Education nationale
Ce service à assurer dans des conditions difficiles a encore été alourdi par des heures supplémentaires puisque la Cour relève que, dans une académie de l'Est, "35% se sont retrouvés avec des heures supplémentaires". Plus globalement, "les enseignants stagiaires ont une charge horaire supérieure d'un tiers par rapport au temps de travail d'un professeur titulaire" puisqu'ils ont dû effectuer une formation express sur leur temps libre… Le tutorat promis "Sur le plan national, 23% des stagiaires n'étaient pas situés dans le même établissement que leur tuteur", relève la Cour. De plus, la mission du tuteur n'a pas été pensée: "Le ministère ne s'est pas doté d'instruments précis permettant de s'assurer de l'efficacité du tutorat." Et la Cour de regretter que, sur le sujet, le ministère "dispose de très peu d'éléments d'information, alors que son importance pour la formation des enseignants justifierait une capacité nettement accrue de suivi et d'évaluation de cette activité". Pourtant, 27 millions d'euros ont bien été versés aux tuteurs.

La réussite des élèves
Les magistrats de la rue Cambon soulignent que "les objectifs fixés par le code de l'éducation devraient normalement se traduire par une formation particulièrement renforcée en matière de gestion de l'hétérogénéité des niveaux des élèves au sein des classes. Or, selon les circulaires, cette formation ne représentait en 2010-2011 que neuf heures pour les enseignants du second degré et entre six et dix-huit heures pour les professeurs des écoles ". Les sages remarquent aussi qu'eu égard à l'objectif d'un socle commun de connaissances et de compétences, qui figure dans la loi, la mastérisation aurait dû permettre de rapprocher les concours de professeurs des écoles et de professeurs du secondaire, et peut-être aussi de l'introduction d'une bivalence dans les concours. Occasion ratée.

Le vivier de candidats réduit
La Cour pointe un problème plus grave à moyen terme. "Le vivier de candidats s'est réduit de plus de 50 000 inscrits, soit une baisse des inscriptions d'un tiers sur une seule année" entre2010 et 2011. Le vivier des mastérisés compte 300 000 étudiants de moins que celui des licenciés. De plus, le pourcentage des inscrits qui se présentent réellement au concours a encore décru entre2010 et 2011.

--------------------

Cour des comptes : zéro pointé à la mastérisation - V Soulé, Libération 09.02.2012

Une réforme plus coûteuse que prévu, des enseignants débutants moins bien préparés à affronter des élèves, et des difficultés de plus en plus grandes à recruter des profs… Dans son rapport annuel publié hier (lire pages 14 et 15), la Cour des comptes dresse un bilan sans appel de la mastérisation, la contestée réforme de la formation des enseignants mise en place à la rentrée 2010. Rejoignant la plupart des critiques, la cour dénonce une application précipitée de la réforme, par souci d’économie.

Grâce à la suppression de l’année de formation en alternance des profs débutants, désormais affectés directement à temps complet dans des classes, la réforme a permis de supprimer 9 567 emplois, soit une économie de 370 millions d’euros. Mais selon la cour, l’économie est bien moindre : les profs doivent désormais avoir un master - au lieu d’une licence - et, selon la cour, il faut compter «le coût pour le système universitaire de l’allongement des études». Il y a aussi «le coût de la réorientation» des étudiants des nouveaux masters «métiers de l’enseignement», dont trois quarts échouent aux concours auxquels ils préparent et qui doivent rebondir ailleurs.

Sur la qualité de la formation, le constat n’est pas plus encourageant. En dépit des promesses de stages, à la rentrée 2010, plus de 70% des profs débutants ont débarqué dans les classes «sans aucune expérience de l’enseignement». Avec la réforme, ils doivent se former essentiellement sur le terrain sous la houlette de tuteurs, des collègues chevronnés. Or, près du quart des débutants ont eu des tuteurs dans un autre établissement… Contrairement aux recommandations officielles, des jeunes profs se sont aussi retrouvés dans des écoles en ZEP, à cheval sur plusieurs établissements dans le secondaire, avec des classes de plus de trois niveaux différents, ou encore contraints de faire des heures supplémentaires.

Pour éviter ces dérives, le rapport recommande d’instaurer «des durées minimales de formation des étudiants en milieu professionnel», de créer des concours avant ou au tout début du master (afin que les recalés puissent tout de suite changer de filière) et de réduire les heures d’enseignement des profs débutants. On comprend mieux pourquoi la quasi-totalité des candidats à la présidentielle promettent de revenir sur cette réforme et de revoir de fond en comble la formation des enseignants.


Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,