Japon : culture du risque et comportements réels
Le Japon trois mois après la catastrophe

Le 15 juin 2011, l'émission Planète terre est revenue sur la catastrophe de mars, avec Magali Reghezza (ENS) et Marie Augendre (Lyon 2), les géographes déjà invitées dans l'émission du 31 mars 2011
Une nouvelle fois, la dimension nucléaire de la catastrophe a été très rapidement effleurée. :-)

Une observation faite par Marie Augendre (Lyon 2), vers la 17e mn :

Les enquêtes suggèrent un écart important entre la perception du risque et le comportement réel, au moment où il faut sauver sa peau en urgence.
Les observateurs célèbrent à l'envie la culture du risque au Japon : une excellente information de la population, avec des exercices réguliers de mise en alerte et de simulation (l'alerte de février 2010, après le séisme au Chili, a été l'occasion d'un entraînement en grandeur nature, d'une répétition générale).

Pourtant, face au tsunami de mars 2011, moins de 10 % des personnes concernées ont eu le réflexe d'aller se réfugier en hauteur. Un décalage énorme qui peut venir de la sidération devant l'ampleur exceptionnelle de la vague.

Pour l'instant, de nombreux espaces dévastés sont interdits à la reconstruction, même quand les espaces plans nécessaires à l'urbanisation manquent. 
L'émission traite aussi du risque de stigmatisation de certaines populations (au travers d'un prétendu fatalisme) ...

L'émission en mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/15.06.2011