.
La massification du culturel a remplacé l'ambition de la démocratisation Le Monde - 06/05/2011

Conservateur général du patrimoine, écrivain et volontiers polémiste, Jean Clair déplore la transformation de l'art en industrie du divertissement, la main-mise des nouveaux riches sur le marché et le dépérissement des musées.
 
Extraits : 
Vous pensez que " la transmission est devenue impossible "...
Elle ne se fait plus. Certainement plus par l'éducation nationale. Et l'éclat éblouissant du domaine culturel n'est que le cache-misère de cet effondrement de la volonté d'un savoir classique.

Comment voyez-vous ce " culturel " que vous dénoncez ?
« La volonté de culture a cessé d'être un mouvement transcendant - que ce soit la foi envers les dieux, l'appétit du savoir des Lumières, la spiritualité ou bien encore un idéal révolutionnaire. En un mot, l'aspiration à un monde supérieur - sublimé , disait Freud -, qu'il soit d'ordre divin ou d'ordre social, a disparu. Reste le culturel, comme divertissement profane, éphémère, trompeur et décevant. Je semble railler les foules qui se précipitent aux expositions, mais il ne s'agit pas d'élitisme : je me demande, inquiet, ce que ces gens innombrables attendent de la vision d'une oeuvre ».

« Une certaine bourgeoisie riche et cultivée a été remplacée par des nouveaux riches sans culture et sans goût, un milieu étroit de spéculateurs qui ne collectionnent pas pour le plaisir mais pour afficher un statut social, avec une nécessité de rentabilité à court terme qui n'a jamais existé en art. Ils exposent, non sans morgue et mépris, leurs collections dans des sortes de showrooms comme on le fait dans le domaine de la mode. Et quand les musées entrent dans ce système pour apporter leur caution publique, on est près de la fin... »

Vous êtes sévère avec les musées...
« On a donné l'autonomie de gestion aux puissants - le Louvre, Orsay, Beaubourg, Versailles - en abandonnant tous les autres... Les crédits publics sont allés massivement alimenter ces quatre machines à faire de l'argent avec des résultats plutôt mitigés ... »

« Ironie des temps : l'ancien corps des conservateurs, mis sur la touche et humilié au profit de nouveaux gestionnaires, énarques, polytechniciens, diplômés HEC, gérait finalement mieux les musées et accomplissait mieux ses devoirs civiques que ces comptables de la [supposée] rationalité économique »...
 

jeanclair

source : http://www.accordphilo.com/article-32861686.html

Discours de réception à l'Académie française, 18 juin 2009

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Clair