- La cacophonie - La musique à l'Ecole.
- A quoi sert l'enseignement de la musique à l’Ecole ?
un article de Télérama (X Lacavalerie), une émission de France-Inter (I Giordano) pour tenter de décoder et comprendre la démarche actuelle de certains médias.

- On part d’une condamnation à priori :
« Votre métier est mal fait, tous vos professionnels sont des nuls »
C'est forcément vrai, puisque JE vous le dis (j’ai compétence sur tout, sauf sur...).
De plus, mes confrères disent la même chose que moi.
Et si cela ne vous suffit pas, lisez la dernière enquête Pisa ou mon choix de mails ou écoutez mon micro-trottoir …
Un détail : Ne dites surtout pas de mal des médias. Nous y faisons notre métier avec sérieux et objectivité, notre maîtrise de la langue est parfaite :-), nos dossiers sont irréprochables (même préparés en urgence par des précaires, pigistes ou stagiaires)


Illustration récente sur France-Inter.
Après
Les préservatifs sont ils de bonne qualité
et avant
Pourquoi est il si difficile de se loger ?

2 émissions à écouter et à déconstruire :
- A quoi sert l'enseignement de la musique à l’école ?
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10207-02.02.2011-ITEMA_20266747-0.mp3

- L'éducation nationale vrai ou faux mammouth ?
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10207-01.02.2011-ITEMA_20266557-0.mp3

- - La condamnation sans appel et sans nuance :
. « L'enseignement de la musique à l'école ? C'est Nul de chez Nul ». Tant pis pour ceux qui l'enseignent.
. L'école ?  L'émission passe 20 minutes à lister tout ce qui déplait à Sophie Coignard, la journaliste du Point.
. « Enseigner la musique ? Un véritable cauchemar ! » selon Télérama.
« Un système qui prend l'eau de toute part à cause des incohérences de la politique, pas seulement musicale, à la française... » (Télérama évite de se demander qui gouverne depuis 2002...)

La tactique est connue des déclinistes depuis plusieurs années. Ils l'ont rôdé en dénigrant les services publics pour mieux installer leurs amis intéressés par la privatisation (cf l'argument de la soi-disant concurrence qui allait faire baisser les prix, et son application à l'énergie ou aux péages des autoroutes. Qui sera la prochaine cible ? le transport ferroviaire ?)

Simple précaution oratoire préalable : on vante brièvement une exception supposée (au cas où...)

. Il existerait des profs dévoués et consciencieux :-):-) (SP sur l'école)
. La vraie musique, elle est dans une école qui forme des DJ (SP sur la musique -
  (DJ, ce serait un vrai métier, pas comme celui de prof si l'on écoute les chefs actuels du MEN)
. Le travail de Claire Dagnicourt à l'école de la rue Hermel (Paris XVIIIe) (Télérama)
Cela permet ensuite d'asséner une condamnation sans appel et sans nuances

- Le choix des invités est aussi révélateur.
Un mélange de propagande du pouvoir en place (aujourd'hui, on appelle cela de la com'), et de marketing d'entreprises (amies à la mode facebook) ou d'associations.

Blanquer balaie d'un revers toute critique de son école et passe son temps à vanter l'accompagnement éducatif (à ne surtout pas confondre avec l'accompagnement individualisé).
Aucune question sur son parcours politique personnel (cd Créteil, payer les élèves assidus...)
Aucun effort pour équilibrer de débat et inviter des professionnels qui pourraient porter la contradiction au représentant de la « nomenklatura » (SC) du jour. Juste un éloge final des internats d’excellence …

. Une question égarée sur la casse en cours (à propos des dégâts de la semaine de 4 jours arrive à la 33e minute.
. Aucune question sur la démolition de la formation par alternance.
(la parole de deux stagiaires est renvoyé au vendredi suivant, dans le choc des « opinions »…)
. Aucune allusion aux suppressions massives de postes de professeurs, alors que le n° 2 du MEN est présent en studio.
. Rien sur le contenu de programmes contestés (cf en SES pour la première)
. Rien ou presque sur les conditions réelles de travail dans les classes.

Sur la musique enseignée à l’école, hors de L'Orchestre à l'école ou des Enfants de la zique, point de salut.
Le travail de 8000 profs de musique ne vaut-il pas mieux qu’une condamnation aussi rapide et si peu nuancée ? Hors de l'école, le travail des musiciens est-il toujours irréprochable ?

- Le cheminement des sous-entendus de Giordano est aussi intéressant.
La musique, c'est tour à tour,
savoir jouer d'un instrument (surtout pas la flute à bec),
savoir qui est Stravinsky (lire une encyclo ? l’écouter attentivement ?)
connaître Georges Brassens,
savoir chanter en sortant de 3e. ...
Question posée à une invitée : que disent les autres profs (maths, HG) de votre présence ?
réponse : j’interviens en primaire, il y a un prof des écoles, il n’y a pas de profs de maths ou d’HG…


- Pas besoin de débattre au fond des vrais problèmes.
Il existe deux boucs-émissaires bien commodes pour dédouaner ceux qui décident au sommet : les profs seraient tous des conservateurs, et les syndicats refuseraient des réformes profondes et salutaires ...  Venant de la com' du parti au pouvoir, ou d’une plume du Figaro, cela se comprendrait...


- Sur le site web de l'émission, plusieurs réactions d'auditeurs soulignent le rejet de ces partis-pris
"Je suis révoltée par ce que je viens d'entendre"
" réformes mises en place ne donnent pas satisfaction. Renseignez vous".
"Sur l'AP, la meilleure solution se sont des travaux en petits groupes..
et la réforme du lycée sert de prétexte pour les supprimer !!!"

Un détail : Service [dit] « Public » est présenté comme une émission « « citoyenne » » ...
http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/servicepublic/archives.php