06 novembre 2020

Jaurès, Lettre aux instituteurs

 

jaures-lettre2

La Dépêche, 15 janvier 1888 (détail)
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4111675d.item



Christophe Capuano (Lyon 2), un ami de Samuel Paty, a lu des extraits (ici en bleu) de la Lettre

de Jean Jaurès « Aux Instituteurs et Institutrices »

La Dépêche de Toulouse - 15 janvier 1888

https://twitter.com/franceinfo/status/1318970828818731010


« Aux instituteurs et institutrices »

« Vous tenez en vos mains l’intelligence et l’âme des enfants ; vous êtes responsables de la patrie. 
Les enfants qui vous sont confiés n’auront pas seulement à écrire, à déchiffrer une lettre, à lire une enseigne au coin d’une rue, à faire une addition et une multiplication. Ils sont Français et ils doivent connaître la France, sa géographie et son histoire : son corps et son âme. Ils seront citoyens et ils doivent savoir ce qu’est une démocratie libre, quels droits leur confèrent, quels devoirs leur impose la souveraineté de la nation. Enfin ils seront hommes, et il faut qu’ils aient une idée de l’homme, il faut qu’ils sachent quelle est la racine de nos misères : l’égoïsme aux formes multiples ; quel est le principe de notre grandeur : la fierté unie à la tendresse. »

Il faut qu’ils puissent se représenter à grands traits l’espèce humaine domptant peu à peu les brutalités de la nature et les brutalités de l’instinct, et qu’ils démêlent les éléments principaux de cette oeuvre extraordinaire qui s’appelle la civilisation. Il faut leur montrer la grandeur de la pensée ; il faut leur enseigner le respect et le culte de l’âme en éveillant en eux le sentiment de l’infini qui est notre joie, et aussi notre force, car c’est par lui que nous triompherons du mal, de l’obscurité et de la mort.

Eh ! Quoi ? Tout cela à des enfants ! – Oui, tout cela, si vous ne voulez pas fabriquer simplement des machines à épeler. Je sais quelles sont les difficultés de la tâche. Vous gardez vos écoliers peu d'années et ils ne sont point toujours assidus, surtout à la campagne. Ils oublient l'été le peu qu'ils ont appris l'hiver. Ils font souvent, au sortir de l'école, des rechutes profondes d'ignorance et de paresse d'esprit, et je plaindrais ceux d'entre vous qui ont pour l'éducation des enfants du peuple une grande ambition, si cette grande ambition ne supposait un grand courage.

J’entends dire : « À quoi bon exiger tant de l’école ? Est-ce que la vie elle-même n’est pas une grande institutrice ? Est-ce que, par exemple, au contact d’une démocratie ardente, l’enfant devenu adulte, ne comprendra pas de lui-même les idées de travail, d’égalité, de justice, de dignité humaine qui sont la démocratie elle-même ? » – Je le veux bien, quoiqu’il y ait encore dans notre société, qu’on dit agitée, bien des épaisseurs dormantes où croupissent les esprits. Mais autre chose est de faire, tout d’abord, amitié avec la démocratie par l’intelligence ou par la passion. La vie peut mêler, dans l’âme de l’homme, à l’idée de justice tardivement éveillée, une saveur amère d’orgueil blessé ou de misère subie, un ressentiment ou une souffrance. Pourquoi ne pas offrir la justice à nos cœurs tout neufs ? Il faut que toutes nos idées soient comme imprégnées d’enfance, c’est-à-dire de générosité pure et de sérénité.

Comment donnerez-vous à l'école primaire l'éducation si haute que j'ai indiquée? Il y a deux moyens. Il faut d'abord que vous appreniez aux enfants à lire avec une facilité absolue, de telle sorte qu'ils ne puissent plus l'oublier de la vie et que, dans n'importe quel livre, leur æil ne s'arrête à aucun obstacle. Savoir lire vraiment sans hésitation, comme nous lisons vous et moi, c'est la clef de tout. Est-ce savoir lire que de déchiffrer péniblement un article de journal, comme les érudits déchiffrent un grimoire ? J'ai vu, l'autre jour, un directeur très intelligent d'une école de Belleville, qui me disait : « Ce n'est pas sculement à la campagne.qu'on ne sait lire qu'à peu près, c'est-à-dire point du tout ; à Paris même, j'en ai qui quittent l'école sans que je puisse affirmer qu'ils savent lire. » Vous ne devez pas lâcher vos écoliers, vous ne devez pas, si je puis dire, les appliquer à autre chose tant qu'ils ne seront point par la lecture aisée en relation familière avec la pensée humaine. Vous ne devez pas lâcher vos écoliers, vous ne devez pas, si je puis dire, les appliquer à autre chose tant qu’ils ne seront point par la lecture aisée en relation familière avec la pensée humaine. Qu’importent vraiment à coté de cela quelques fautes d’orthographe de plus ou de moins, ou quelques erreurs de système métrique ? Ce sont des vétilles dont vos programmes qui manquent absolument de proportion, font l’essentiel.

J'en veux mortellement à ce Certificat d'études primaires qui exagère encore ce vice secret des programmes. Quel système déplorable nous avons en France avec ces examens à tous les degrés qui suppriment l'initiative du maitre et aussi la bonne foi de l'enseignement, en sacrifiant la réalité à l'apparence ! Mon inspection serait bientôt faite dans une école. Je ferais lire les écoliers, et c'est là-dessus seulement que je jugerais le maître.

« Sachant bien lire, l’écolier, qui est très curieux, aurait bien vite, avec sept ou huit livres choisis, une idée très haute de l’histoire de l’espèce humaine, de la structure du monde, de l’histoire propre de la terre dans le monde, du rôle propre de la France dans l’humanité. Le maître doit intervenir pour aider ce premier travail de l’esprit ; il n’est pas nécessaire qu’il dise beaucoup, qu’il fasse de longues leçons ; il suffit que tous les détails qu’il leur donnera concourent nettement à un tableau d’ensemble. »

De ce que l’on sait de l’homme primitif à l’homme d’aujourd’hui, quelle prodigieuse transformation ! Et comme il est aisé à l’instituteur, en quelques traits, de faire, sentir à l’enfant l’effort inouï de la pensée humaine !

Seulement, pour cela, il faut que le maître lui-même soit tout pénétré de ce qu’il enseigne. Il ne faut pas qu’il récite le soir ce qu’il a appris le matin ; il faut, par exemple, qu’il se soit fait en silence une idée claire du ciel, du mouvement des astres ; il faut qu’il se soit émerveillé tout bas de l’esprit humain qui, trompé par les yeux, a pris tout d’abord le ciel pour une voûte solide et basse, puis a deviné l’infini de l’espace et a suivi dans cet infini la route précise des planètes et des soleils ; alors, et alors seulement, lorsque par la lecture solitaire et la méditation, il sera tout plein d’une grande idée et tout éclairé intérieurement, il communiquera sans peine aux enfants, à la première occasion, la lumière et l’émotion de son esprit. Ah ! Sans doute, avec la fatigue écrasante de l’école, il est malaisé de vous ressaisir ; mais il suffit d’une demi-heure par jour pour maintenir la pensée à sa hauteur et pour ne pas verser dans l’ornière du métier. Vous serez plus que payés de votre peine, car vous sentirez la vie de l’intelligence s’éveiller autour de vous.

Il ne faut pas croire que ce soit proportionner l’enseignement aux enfants que de le rapetisser. Les enfants ont une curiosité illimitée, et vous pouvez tout doucement les mener au bout du monde. Il y a un fait que les philosophes expliquent différemment suivant les systèmes, mais qui est indéniable : « Les enfants ont en eux des germes de commencements d’idées. » Voyez avec quelle facilité ils distinguent le bien du mal, touchant ainsi aux deux pôles du monde ; leur âme recèle des trésors à fleur de terre ; il suffit de gratter un peu pour les mettre à jour. Il ne faut donc pas craindre de leur parler avec sérieux, simplicité et grandeur.

« Je dis donc aux maîtres pour me résumer : lorsque d’une part vous aurez appris aux enfants à lire à fond, et lorsque, d’autre part, en quelques causeries familières et graves, vous leur aurez parlé des grandes choses qui intéressent la pensée et la conscience humaine, vous aurez fait sans peine en quelques années œuvre complète d’éducateurs. Dans chaque intelligence il y aura un sommet, et, ce jour-là, bien des choses changeront. »


version pdf :

http://clioweb.free.fr/jaures/jaures-lettre-depeche-1888.pdf


La lettre : version ministérielle et version intégrale (Aggiornamento-HG)
http://clioweb.free.fr/jaures/jaures-2versions.pdf
https://groups.google.com/g/aggiornamento-histgeo/c/LoA9KpsTy5k



Agnès Sandras, L’Histoire à la BNF, 23.10.2020


https://histoirebnf.hypotheses.org/10211



- Jaurès, les instituteurs, les institutrices et la République

Benoît Kermoal - Fondation JJ - 01.11.2020

https://jean-jaures.org/nos-productions/jaures-les-instituteurs-les-institutrices-et-la-republique

Jaurès au service des instituteurs /institutrices
Les instits au coeur du projet jaurésien
Le rôle social des éducateurs

.

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


04 novembre 2020

Le Canard : Jaurès

 

 jaures-dutreix


« 2 novembre 2020 : un plaidoyer pour l’humanisme lu dans les écoles

 .

- « Il a fini comment, déjà, Jaurès ?

- « Essaie de ne pas y penser ...

.

Romain Dutreix, Le Canard, 4 nov 2020

https://fr.wikipedia.org/wiki/Romain_Dutreix

.

rappel :

Les deux morts de Jean Jaurès,

Antoine Perraud, Médiapart, 29.07.2014

http://clioweb.canalblog.com/tag/perraud



.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 novembre 2020

Jaurès et l'éducation : 1903-1904

 

Jean Jaurès : Discours à la jeunesse – Albi 1903

« L’humanité est maudite, si pour faire preuve de courage elle est condamnée à tuer éternellement. Le courage, aujourd’hui, ce n’est pas de maintenir sur le monde la nuée de la Guerre, nuée terrible, mais dormante dont on peut toujours se flatter qu’elle éclatera sur d’autres. Le courage, ce n’est pas de laisser aux mains de la force la solution des conflits que la raison peut résoudre ; car le courage est l’exaltation de l’homme, et ceci en est l’abdication. Le courage pour vous tous, courage de toutes les heures, c’est de supporter sans fléchir les épreuves de tout ordre, physiques et morales, que prodigue la vie. Le courage, c’est de ne pas livrer sa volonté au hasard des impressions et des forces ; c’est de garder dans les lassitudes inévitables l’habitude du travail et de l’action. Le courage dans le désordre infini de la vie qui nous sollicite de toutes parts, c’est de choisir un métier et de le bien faire, quel qu’il soit : c’est de ne pas se rebuter du détail minutieux ou monotone ;

(...) Le courage, c’est d’être tout ensemble et quel que soit le métier, un praticien et un philosophe. Le courage, c’est de comprendre sa propre vie, de la préciser, de l’approfondir, de l’établir et de la coordonner cependant à la vie générale. (...) Le courage, c’est de dominer ses propres fautes, d’en souffrir, mais de n’en pas être accablé et de continuer son chemin.

Le courage, c’est d’aimer la vie et de regarder la mort d’un regard tranquille ; c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ; c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense. Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. »

Le discours a été prononcé par Jean Jaurès,
député du Tarn et vice-président de la Chambre des députés,
à la distribution des prix du Lycée d’Albi, en juillet 1903.

http://clioweb.free.fr/jaures/jaures-jeunesse-1903.pdf
https://fr.wikisource.org/wiki/Discours_à_la_jeunesse_(1903)

 

L'enseignement laïque, Jean Jaurès, Castres en 1904.

extrait :

« Et si la démocratie fonde en dehors de tout système religieux toutes ses institutions, tout son droit politique et social, famille, patrie, propriété, souveraineté, si elle ne s'appuie que sur l'égale dignité des personnes humaines appelées aux mêmes droits et invitées à un respect réciproque, si elle se dirige sans aucune intervention dogmatique et surnaturelle, par les seules lumières de la conscience et de la science, si elle n'attend le progrès que du progrès de la conscience et de la science, c'est-à-dire d'une interprétation plus hardie du droit des personnes et d'une plus efficace domination de l'esprit sur la nature, j'ai bien le droit de dire qu'elle est foncièrement laïque, laïque dans son essence comme dans ses formes, dans son principe comme dans ses institutions, et dans sa morale comme dans son économie.

Ou plutôt, j'ai le droit de répéter que démocratie et laïcité sont identiques. Mais, si laïcité et démocratie sont indivisibles, et si la démocratie ne peut réaliser son essence et remplir son office, qui est d'assurer l'égalité des droits, que dans la laïcité, par quelle contradiction mortelle, par quel abandon de son droit et de tout droit, la démocratie renoncerait-elle à faire pénétrer la laïcité dans l'éducation, c'est-à-dire dans l'institution la plus essentielle, dans celle qui domine toutes les autres, et en qui les autres prennent conscience d'elles-mêmes et de leur principe ?

Comment la démocratie, qui fait circuler le principe de laïcité dans tout l'organisme politique et social, permettrait-elle au principe contraire de s'installer dans l'éducation, c'est-à-dire au cœur même de l'organisme ? Que les citoyens complètent, individuellement, par telle ou telle croyance, par tel ou tel acte rituel, les fonctions laïques, l'état civil, le mariage, les contrats, c'est leur droit, c'est le droit de la liberté. Qu'ils complètent de même, par un enseignement religieux et des pratiques religieuses, l'éducation laïque et sociale, c'est leur droit, c'est le droit de la liberté. Mais, de même qu'elle a constitué sur des bases laïques l'état civil, le mariage, la propriété, la souveraineté politique, c'est sur des bases laïques que la démocratie doit constituer l'éducation.

La démocratie a le devoir d'éduquer l'enfance ; et l'enfance a le droit d'être éduquée selon les principes mêmes qui assureront plus tard la liberté de l'homme. Il n'appartient à personne, ou particulier, ou famille, ou congrégation, de s'interposer entre ce devoir de la nation et ce droit de l'enfant. Comment l'enfant pourra-t-il être préparé à exercer sans crainte les droits que la démocratie laïque reconnaît à l'homme si lui-même n'a pas été admis à exercer sous forme laïque le droit essentiel que lui reconnaît la loi, le droit à l'éducation ? Comment plus tard prendra-t-il au sérieux la distinction nécessaire entre l'ordre religieux qui ne relève que de la conscience individuelle, et l'ordre social et légal qui est essentiellement laïque, si lui-même, dans l'exercice du premier droit qui lui est reconnu et dans l'accomplissement du premier devoir qui lui est imposé par la loi, il est livré à une entreprise confessionnelle, trompé par la confusion de l'ordre religieux et de l'ordre légal ? Qui dit obligation, qui dit loi, dit nécessairement laïcité. Pas plus que le moine ou le prêtre ne sont admis à se substituer aux officiers de l'état civil dans la tenue des registres, dans la constatation sociale des mariages, pas plus qu'ils ne peuvent se substituer aux magistrats civils dans l'administration de la justice et l'application du Code, ils ne peuvent, dans l'accomplissement du devoir social d'éducation, se substituer aux délégués civils de la nation, représentants de la démocratie laïque.

« L’enseignement laïque »,
Discours du citoyen Jaurès au lycée de Castres, 30 juillet 1904,
L’Humanité, 2 août 1904

L’éducation rationnelle, besoin essentiel et nécessité vitale de la République,
Démocratie et laïcité,
Liberté et lumière.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2502922

https://www.marxists.org/francais/general/jaures/works/1904/07/laique.htm


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 octobre 2020

Jaurès et la laïcité

 

Jaurès et la laïcité scolaire – Jean-Paul Scot

http://www.jaures.eu/syntheses/jaures-et-la-laicite-scolaire-jean-paul-scot/


L'école laïque, l'école de la raison


- La Laïcité, par légitime défense
(1889)

http://www.jaures.eu/ressources/de_jaures/la-laicite-par-legitime-defense-1889/

« les écoles publiques appartiennent à la nation et à la liberté.
Si nous mettions seulement le petit doigt dans l’engrenage des ambitions cléricales,
nous y passerions bientôt tout entiers »


- Instruction, morale et laïcité (1892)


L’instruction morale à l’école.

article dans La Dépêche en juin 1892.

http://www.jaures.eu/ressources/de_jaures/instruction-morale-et-laicite-1892/


- « L’enseignement laïque »,

Discours du citoyen Jaurès au lycée de Castres, 30 juillet 1904, L’Humanité, 2 août 1904

L’éducation rationnelle, besoin essentiel et nécessité vitale de la République,
Démocratie et laïcité, Liberté et lumière.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2502922

https://www.marxists.org/francais/general/jaures/works/1904/07/laique.htm


- Pour la Laïque, L’éducation, un acte de foi en l’autonomie et en la raison (1910)

http://www.jaures.eu/ressources/de_jaures/leducation-un-acte-de-foi-en-lautonomie-et-en-la-raison/

 

.

Posté par clioweb à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 octobre 2020

Jaurès et l'Education

 

- Jean Jaurès - Lettre aux instituteurs et institutrices

La Dépêche de Toulouse, 15.01.1888

http://clioweb.canalblog.com/archives/2020/10/31/38620149.html

des extraits ont été lus lors de la cérémonie d'hommage à Samuel Paty
le 21 octobre 2020 à la Sorbonne

d'après Gallica et 2 fichiers consultés le 22 octobre 2020 :
http://94.snuipp.fr/spip.php?article3106

http://ww2.ac-poitiers.fr/dsden79-pedagogie/sites/dsden79-pedagogie/IMG/pdf/jjaures_lettre-1888.pdf

 


- Discours à la jeunesse, Toulouse,
1892

https://fr.wikisource.org/wiki/Discours_à_la_jeunesse_(1892)


- Jean Jaurès : Discours à la jeunesse (1903)


Le discours a été prononcé par Jean Jaurès,
député du Tarn et vice-président de la Chambre des députés,
à la distribution des prix du Lycée d’Albi, en juillet 1903.

https://fr.wikisource.org/wiki/Discours_à_la_jeunesse_(1903)

https://fr.wikisource.org/wiki/Auteur:Jean_Jaurès


un extrait a été lu en 2015 après l'attaque contre Charlie-Hebdo

      

jaures-education-syllepse  .         jaures-education-seuil


Jean Jaurès. De l’éducation : une anthologie
- Syllepse 2005
introduction de Gilles Candar, à lire en ligne :
https://www.jaures.info/dossiers/dossiers.php?val=21_le+prof+jaur

sommaire : http://clioweb.free.fr/jaures/jaures-education-sommaire.pdf

Jaurès a enseigné en lycée et en faculté sept ans et demie au total.
Pour lui, il faut montrer aux enfants l'ouverture de l'horizon.
Il participe aux débats sur la loi de séparation
et il accompagne les débuts difficiles du syndicalisme enseignant
(Clémenceau et d'autres radicaux n'apprécient pas cette évolution).


Jean Jaurès a été assassiné le 31 juillet 1914

rappels :

http://clioweb.canalblog.com/tag/jaures

http://clioweb.free.fr/jaures/jaures.htm

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


09 septembre 2020

Madeleine Rebérioux (1920-2005)


reberioux-candar

 

reberioux-ina

Madeleine Rebérioux (1920-2005)
L’histoire, Jaurès, le social, la liberté
entretien Marc Riglet

l’écouter longuement dans les grands entretiens de l’INA
https://entretiens.ina.fr/paroles-d-historiens/Reberioux/madeleine-reberioux

paroles d’historiens
https://entretiens.ina.fr/paroles-d-historiens


Avenirs et avant-gardes en France XIXe-XXe siècles - Hommage à Madeleine Rebérioux,
Vincent Duclert Rémi Fabre Patrick Fridenson
La Découverte 1999
https://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=4&srid=95&ida=1012

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 août 2020

Jaurès, naissance d'un géant

 

jaures-ps

Jaurès et Séverine ? 

Jaurès, naissance d'un géant – 2004, rediffusion Public Sénat 16.08.2020
https://www.dailymotion.com/video/x7t6t0x

Rosa Luxemburg à Carmaux en avril 1905 ?

 

Grèves de Carmaux (1892-1895)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grèves_de_Carmaux_de_1892-1895


Rolande Trempé, Les mineurs de Carmaux 1948-1914
http://clioweb.canalblog.com/tag/rolandetrempe


patrons-ouvriers-DP6005

Patrons et Ouvriers (1840-1914) , doc photo 6005 (1973)

 

carmaux-salaires-profits-1856-1914

Mines de Carmaux, salaires et profits (1856-1914)
http://clioweb.free.fr/dossiers/carmaux/carmaux.htm


1905 - SFIO - Congrès d’unité socialiste à Paris

L’Humanité, 23 avril 1905
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k250555r.item

L’Humanité, 24 avril 1905
Congrès d’unité socialiste (+ la crise russe, la guerre russo-japonaise)
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2505564/f1.item

L’Humanité, 25 avril 1905
Congrès d’unité socialiste (+ Loubet, les fêtes de Bordeaux)
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k250557h/f1.item

 sfio-huma-26041905

L’Humanité, 26 avril 1905
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k250558w.item

 
rappel :

http://clioweb.free.fr/jaures/jaures.htm

http://clioweb.canalblog.com/tag/jaures


.

..

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 juillet 2019

Les deux morts de Jaurès


Les deux morts de Jaurès - Antoine Perraud - Médiapart
29.07.2014
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/08/05/30365561.html

 


jaures-cazals



rappels :

Jean Jaurès (1859-1914)

http://clioweb.canalblog.com/tag/jaures
et
http://clioweb.free.fr/jaures/jaures.htm

textes et articles en ligne ...
Les Cahiers Jaurès
Jaurès vu par les manuels
Jaurès 2014...


.
.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 août 2018

Les 2 morts de Jean Jaurès




jaures-huma-01081914

L'Humanité, samedi 1er août 1914 via Gallica

1914, L'assassinat de Jaurès, la marche à la guerre -
clioweb 2017
http://clioweb.canalblog.com/archives/2017/08/02/35534404.html



Les deux morts de Jean Jaurès
Antoine Perraud, Mediapart, 21, 23, 25 juillet 2014
http://www.mediapart.fr/journal/dossier/france/les-deux-morts-de-jean-jaures


Mentions de Jean Jaurès sur Twitter en 2017 (25 juillet – 15 août)
http://twitter.com/search?l=&q=jaur%C3%A8s%20since%3A2017-07-25%20until%3A2017-08-15&src=typd

Mentions Twitter en 2018, période équivalente
http://twitter.com/search?l=&q=jaur%C3%A8s%20since%3A2018-07-25%20until%3A2018-08-01&src=typd


Les cahiers Jaurès
http://www.cahiers.jaures.info/sommaire.php?id=28
dont Cahiers 149, 1998 : 40 ans de recherches jaurésiennes (1959-1999)
version numérisée : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6226767p/f5.image.texteImage

Cahiers 154, l’Affaire Dreyfus, histoire (II)


Jaurès 2014
http://www.jaures.eu/tag/jaures-2014/


Les titres des articles publiés par Jean Jaurès
2671 notices dans L’Humanité,
887 dans La Dépêche,
642 dans La Petite République
http://www.jaures.info/bibli/

Jaurès, L'enseignement laïque, Castres 1904
http://clioweb.canalblog.com/tag/castres


Textes et discours de Jaurès

transcrits sur le site Rallumer tous les soleils,
avec entrée par date ou par thèmes :
http://www.jaures.eu/category/ressources/de_jaures/

 

jaures-caric-castres

caricatures au temps de Jaurès, musée de Castres


 Jaurès sur le web :
http://clioweb.free.fr/jaures/jaures.htm

 

.

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Jaurès, L'enseignement laïque 1904

 

laicite-jaures-castres1904

« L’enseignement laïque », Discours du citoyen Jaurès au lycée de Castres, 30 juillet 1904, L’Humanité, 2 août 1904
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2502922.item


Jaurès et la laïcité scolaire, article de JP Scot (sybthèse sans date, 2014 ?)
http://www.jaures.eu/syntheses/jaures-et-la-laicite-scolaire-jean-paul-scot/

http://www.jaures.eu/category/syntheses/


Le texte en ligne sur un blog de Médiapart
https://blogs.mediapart.fr/vivre-est-un-village/blog/180115/jean-jaures-leducation-laique-discours-de-castres-juillet-1904

des extaits en ligne
Rallumer :
http://www.jaures.eu/ressources/de_jaures/democratie-et-laicite-jaures-1904/
marxists
http://www.marxists.org/francais/general/jaures/works/1904/07/laique.htm



.

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,