17 juin 2013

MOOC Fiction

 

MOOC fiction - Le cycle économique infernal de financiarisation de l’enseignement supérieur.
Dominique G Boullier, sociologue, Medialab Sciences-Po, Mediapart, 13.05.2013

« Un récit en six phases de la financiarisation de l'enseignement supérieur
et pourquoi ça ne peut que se terminer mal.

en résumé :
1 - Endetter les Etats
2 - Classer les profs et les cours (ranking)
3 - Endetter les étudiants
4 - Les MOOC et le low cost pour faire la chasse aux coûts
5 - La bulle : compétition et offre pléthorique
6 - La bulle des MOOC explose
MOOC (Massive Online Open Courses)

Le récit est délibérément international, le lecteur appportera les nuances qui conviennent selon les particularités institutionnelles de son pays ou de son établissement ».
http://blogs.mediapart.fr/blog/dominique-g-boullier/130513/


lire également :
De qui se MOOC-t-on ?
Olivier Ertszcheid, MdC, SIC - Infocom, IUT de la Roche sur Yon - Blog Affordance - 16.05.2013
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2013/05/de-qui-se-moocs-ton.html

La veille Eduscol - 06.2013
http://eduscol.education.fr/numerique/actualites/veille-education-numerique/juin-2013/etat-des-lieux-des-moocs

Rémi Bachelet (MdC, Ecole Centrale de Lille) - Contributions traitant des MOOC
http://gestiondeprojet.pm/mes-contributions-sur-les-mooc/

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


01 juin 2013

NYT- NYRB - How Austerity Kills

 

ci-austerite

L'austérité tue, Courrier International - 1178, 30.05.2013


Les articles en anglais :
- How Austerity Kills,
David Stuckler, Sanjay Basu - Op-Ed Contributors, The New York Times, May 12, 2013
http://www.nytimes.com/2013/05/13/opinion/how-austerity-kills.html

extraits :
« As scholars of public health and political economy, we have watched aghast as politicians endlessly debate debts and deficits with little regard for the human costs of their decisions. Over the past decade, we mined huge data sets from across the globe to understand how economic shocks — from the Great Depression to the end of the Soviet Union to the Asian financial crisis to the Great Recession — affect our health. What we’ve found is that people do not inevitably get sick or die because the economy has faltered. Fiscal policy, it turns out, can be a matter of life or death ».

« One need not be an economic ideologue - we certainly aren't - to recognize that the price of austerity can be calculated in human lives. We are not exonerating poor policy decisions of the past or calling for universal debt forgiveness. It's up to policy makers in America and Europe to figure out the right mix of fiscal and monetary policy. What we have found is that austerity - severe, immediate, indiscriminate cuts to social and health spending - is not only self-defeating, but fatal ».


- How the Case for Austerity Has Crumbled
Paul Krugman, NY Review of Books, June 6, 2013
http://www.nybooks.com/articles/archives/2013/jun/06/how-case-austerity-has-crumbled/

extraits :
« Why did austerity economics get such a powerful grip on elite opinion in the first place ? »

« The financial crisis of 2008 was a surprise, and happened very fast; but we’ve been stuck in a regime of slow growth and desperately high unemployment for years now. And during all that time policymakers have been ignoring the lessons of theory and history ».

« Inflation and low interest rates are bad for creditors even if they promote job creation; slashing government deficits in the face of mass unemployment may deepen a depression, but it increases the certainty of bondholders that they’ll be repaid in full. I don’t think someone like Trichet was consciously, cynically serving class interests at the expense of overall welfare; but it certainly didn’t hurt that his sense of economic morality dovetailed so perfectly with the priorities of creditors.

It’s also worth noting that while economic policy since the financial crisis looks like a dismal failure by most measures, it hasn’t been so bad for the wealthy. Profits have recovered strongly even as unprecedented long-term unemployment persists; stock indices on both sides of the Atlantic have rebounded to pre-crisis highs even as median income languishes. It might be too much to say that those in the top 1 percent actually benefit from a continuing depression, but they certainly aren’t feeling much pain, and that probably has something to do with policymakers’ willingness to stay the austerity course ».

« … policymakers and elite opinion in general have made use of economic analysis at all, they have, as the saying goes, done so the way a drunkard uses a lamppost: for support, not illumination. Papers and economists who told the elite what it wanted to hear were celebrated, despite plenty of evidence that they were wrong; critics were ignored, no matter how often they got it right ».


- The Excel Depression, The New York Times, April 18, 2013
http://www.nytimes.com/2013/04/19/opinion/krugman-the-excel-depression.html
http://tinyurl.com/nyt-pkrugman
http://krugman.blogs.nytimes.com/

« At the beginning of 2010, two Harvard economists, Carmen Reinhart and Kenneth Rogoff, circulated a paper, Growth in a Time of Debt, that purported to identify a critical “threshold,” a tipping point, for government indebtedness. Once debt exceeds 90 percent of gross domestic product, they claimed, economic growth drops off sharply ».

« Finally, Ms. Reinhart and Mr. Rogoff allowed researchers at the University of Massachusetts to look at their original spreadsheet — and the mystery of the irreproducible results was solved. First, they omitted some data; second, they used unusual and highly questionable statistical procedures; and finally, yes, they made an Excel coding error ».

- A Study That Set the Tone for Austerity Is Challenged - blogs New York Times 16.04.2013
http://economix.blogs.nytimes.com/2013/04/16/flaws-are-cited-in-a-landmark-study-on-debt-and-growth/?ref=business

Does High Public Debt Consistently Stifle Economic Growth ? A Critique of Reinhart and Rogoff
Thomas Herndon, Michael Ash, Robert Pollin,  Political Economy Research Institute, Amherst, MA - 15.04.2013
http://www.peri.umass.edu/236/hash/31e2ff374b6377b2ddec04deaa6388b1/publication/566/

Reinhart Rogoff Responding to our critics - The New York Times - 26.04.2013
http://www.nytimes.com/2013/04/26/opinion/reinhart-and-rogoff-responding-to-our-critics.html

krugman

Paul Krugman, W Wilson School of Public and International Affairs, Princeton
http://www.pkarchive.org/
Mark Thoma's blog Economist's View, http://economistsview.typepad.com


..

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

02 mai 2012

Un quinquennat à 500 Mds

 

delattre-500

Mélanie Delattre, Emmanuel Lévy, Un quinquennat à 500 milliards, Fayard 18.01.2012


Présentation par l'éditeur :
Il s’était présenté comme le candidat de l’« État modeste », l’homme qui allait faire baisser les impôts des Français et gérer nos finances en bon père de famille. En janvier 2007, l’estimation la plus haute de son programme excédait à peine les 50 milliards d’euros.

Cinq ans plus tard, alors que NS remet son mandat en jeu, l’heure du bilan a sonné. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les 53% d’électeurs qui ont cru à sa promesse de remettre les finances publiques d’aplomb n’en ont pas eu pour leur argent. Jamais le pays n’a été aussi endetté. Jamais, depuis la Seconde Guerre mondiale, la France ne s’est appauvrie aussi rapidement.

La faute de la crise ? Pas seulement. NS aura beau dire qu’il a été victime de circonstances exceptionnelles, la déferlante des subprimes puis la montée des dettes européennes, il lui faudra bien reconnaître que son absence de cap économique, une mesure en chassant une autre, a considérablement affaibli le pays. En multipliant les cadeaux aux plus riches et les réformes mal ficelées sans réduire les dépenses publiques comme il s’y était engagé, le Président a creusé le trou laissé par ces prédécesseurs.

Mélanie Delattre et Emmanuel Lévy, journalistes économiques au Point et à Marianne, racontent l’histoire non officielle des grandes décisions du quinquennat. Et ils ont compilé les chiffres. Leur tableau donne une image inédite du bilan financier 2007-2011. Le vrai bilan, en quelque sorte. Détails de l’ardoise record de 500 milliards d’euros laissée par NS aux Français.


- Table des matières

Préambule
1. « Monsieur moins »
2. Sarkozy, Janus de l’économie
3. Bouclier fiscal, le péché originel
4. Le « Poulidor » du pouvoir d’achat
5. Un nouveau patron pour l’usine France
6. Les cadeaux aux amis
7. Le maquis des Sarko-niches et des Sarko-taxes
8. Drôle de régime pour le mammouth
9. Élysée Palace
10. Retraites et Université : les bonnes surprises du quinquennat
11. Schizophrénie budgétaire : les exceptions sarkozystes à la règle d’or
12. Action Man, un Président dans la crise
Conclusion


- Entretiens et articles : 

Marianne :
http://www.marianne2.fr/L-homme-qui-a-coute-500-milliards-a-la-France_a214413.html

Le Point
http://www.lepoint.fr/economie/500-milliards-envoles-en-cinq-ans-14-01-2012-1419082_28.php

ou http://www.paperblog.fr/5224550/sarkozy-500-milliards-envoles/

http://www.lepoint.fr/debats/un-quinquennat-a-500-milliards-les-questions-des-internautes

France-info, entretien mené par Jean Leymarie
http://resistanceinventerre.wordpress.com/2012/01/21/livre-melanie-delattre-un-quinquennat-a-500-milliards/


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 avril 2012

Ecole : l'Etat aggrave les inégalités

 

- Education : comment l'Etat favorise les plus privilégiés - Le Monde Education 13.04.2012
Les moyens attribués par le ministère renforcent les inégalités

Un pré-rapport de la Cour des comptes suggère que l'Etat donne plus à ceux qui ont déjà plus et moins à ceux qui cumulent tous les risques . Loin de combler les écarts, l’Etat ne ferait que les aggraver.

En 2010, l'Etat a dépensé 47 % de plus pour former un élève parisien (9300 euros dans le secondaire) que pour former un banlieusard de Créteil ou de Versailles (6185). 51 % de plus pour former un Parisien qu'un Niçois ou un Montpellierain (6289).

La Cour des comptes interroge le ministère: « Envisage-t-il une évolution dans sa répartition nationale des moyens ? Si oui, quels en seraient les principes et modalités ? »
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/2012/04/12/


- Notre éducation n'est pas nationale - Edito du Monde 12.04.2012
« En clair, qu'il s'agisse de l'affectation d'enseignants expérimentés ou des taux d'encadrement, l'Etat favorise les écoles, collèges et lycées déjà les mieux dotés et accorde moins de moyens à ceux qui sont les plus défavorisés et réussissent moins bien. Dans la plus grande opacité, cette discrimination s'est aggravée ces dernières années, et elle n'est pas corrigée par les contributions des collectivités locales. Elle réduit à néant l'effort supposé des zones d'éducation prioritaires, censées donner plus à ceux qui ont moins ».

.
- Le tableau très sombre de l’inégalité scolaire - V Soulé, Libération Education

Blanquer s'abrite entre autres derrière les salaires des profs de prépas parisiens
« Au-delà de la bataille des chiffres, on assiste bien à une régression sur le terrain », conclut Véronique Soulé.
http://www.liberation.fr/societe/2012/04/12/le-tableau-tres-sombre-de-linegalite-scolaire_811403

 - La dette de la France ouverte aux paris, Libération
http://www.liberation.fr/economie/2012/04/12/la-dette-de-la-france-ouverte-aux-paris_811402


Dette : La droite dramatise et évoque des attaques spéculatives en cas de succès de F. Hollande :-):-) - Le Monde économie

Dette française à fin mars 2011 : 1646,1 milliards d'euros, soit 84,5 % du PIB
             Fin 2006, elle était de 1 152,2 milliards d'euros, soit 64,1 % du PIB,
soit un alourdissement de près de 500 Mds d'euros, l'espace d'un quinquennat.

Quel candidat ose néanmoins parler de Zéro Déficit vers 2015 ???
http://cluaran.free.fr/dette.html


- Un site et un blog de la « droitosphère » relancent des rumeurs. En service commandé ? - Rue 89 10.04.2012
 

.

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 mars 2012

Un écureuil roux ...

 

- Un écureuil dans la campagne, Alain Rémond, Marianne n° 776

extrait :
« Tout le monde le sait : les caisses sont vides [ou ont été méthodiquement vidées de plus de 500 Mds entre 2007 et 2012 ]... A écouter les économistes, ce qui nous attend, ce n'est pas la rigueur, c'est pis que la rigueur. Qui a envie de ce monde-là ? ... Alors il nous faut un grain de folie, des pirouettes, des contre-pieds, de l'imprévisible...
Un écureuil roux a joué ce rôle-là, avec talent et ce qu'il faut de folie... »
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/


- La frénésie du palmarès, éditorial de Jacques Julliard, Marianne 776

Classement de Shanghai, agences de notation... Depuis les années 1960, les palmarès ont déserté l'univers scolaire mais ils ont envahi la vie courante dans un monde globalisé. C'est la loi du succès érigée en maxime autoritaire, le culte du plus riche, du plus beau, du plus fort. C'est le contraire de la démocratie et de l'universalisme.


- Le peuple en question, Pascal Lelièvre, Le Monde des lecteurs

« Aujourd’hui 1700 milliards d’euros de dettes, une marée humaine de chômeurs que l’Etat abandonne, laisse se noyer, des loyers qui ont parfois plus que doublé, des riches infiniment plus riches, une grande partie du peuple qui ne parvient pas à boucler les fins de mois, sombrant bien souvent dans des formes d’endettement ».

« ... la droite présidentielle aurait-elle tout simplement décidé de laisser gagner la gauche compte tenu de l’état dans lequel notre pays se trouve après avoir été pillé et mis à sac ? »
http://mediateur.blog.lemonde.fr/2012/02/24/le-peuple-en-question/
http://mediateur.blog.lemonde.fr/2012/02/

 

ecureuil

source : http://acoeuretacris.centerblog.net/

 

Posté par clioweb à 20:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 août 2011

1646 milliards d'euros

 

Selon l'INSEE, à la fin du premier trimestre 2011, la dette publique s’établit à 1 646,1 milliards d’euros. Elle a augmenté de 55 milliards d'euros en un trimestre sous l’effet d’une hausse de l’endettement de l’État et des administrations de sécurité sociale (CADES +24,1 Mds €)… A l'inverse, les administrations publiques locales se désendettent (-4,1 Mds €).
http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=40


dettefr-1995-2011

 .

dettefr-pib

http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=40

archvies : http://www.insee.fr/fr/themes/indicateur.asp?id=40&page=archive.htm

.

- La dette publique de la France ? 

Dette publique, déficit public : la situation de la France - Le Monde économie.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/08/10/

En 2007, un candidat vilipendait fortement les 1000 milliards d'euros de la dette chiraquienne ... 
Depuis, les cadeaux fiscaux en tous genres, le sauvetage des banques privées en 2008 ont considérablement alourdi la dette de l'Etat.
Une occasion de rappeler qu'il faut éviter de confondre un slogan électoraliste (la supposée règle d'or) et la gestion concrète récente des finances d'Etat.


.

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 août 2011

Crise : l'occasion ratée de 2008



- Revoir ou relire Lordon
sur les économistes ultra-libéraux 
qui viennent parader et monopolisent les caméras. L'un d'eux conseillait (sans rire) aux petits porteurs de se précipiter et d'acheter en ce moment ...
http://clioweb.free.fr/debats/lordon.htm (dont un Arrêt sur images de juillet 2009)


- Crise: l'occasion ratée de 2008
Martine Orange, Médiapart, 07/08/2011
Un article long (18 000 caractères) et très intéressant
http://www.mediapart.fr/article/offert/ffc26e1b52849e8d79699a0286859d0f

Martine Orange cite The Observer :
« Les gouvernements auraient dû imposer une supervision adulte sur ce qui n'est, pour de nombreux acteurs financiers, rien de plus qu'un jeu sophistiqué de poker. Mais les gouvernements ont perdu la croyance dans le pouvoir public et dans leur capacité à agir. Ils n'ont  pas le moindre repère sur ce qu'ils devraient faire. A défaut, ils s'agenouillent devant la prétendue sagesse supérieure des marchés et se retirent dans le confort moral, en affirmant que la meilleure et la seule chose à faire est d'équilibrer les finances - précisément la plus mauvaise chose à faire dans la tourmente de la crise financière ». 

« Too big to fail, les banques ont acquis le droit d'un chantage permanent sur les gouvernements et un droit de tirage sans limite sur les finances publiques. Au nom, bien sûr, de la garantie des déposants, comme le petit porteur servant d'alibi à un marché boursier qui l'a depuis longtemps exclu ».  

Parmi les politiques à mener, elle suggère de :
- Casser la spéculation. Celle-ci ressemble désormais à une nuée de criquets en Afrique, dévastant tout sur leur passage et ne laissant derrière eux que misère et désolation

- Changer le statut de la BCE

- Liquider peu à peu les déréglements du système financier

« Des solutions existent donc.
Mais elles sont si loin des dogmes (ultra-libéraux) et des a-priori des responsables politiques ».


- Qui sont les spéculateurs ? - Xavier de la Vega - Sciences Humaines
fonds de pension, hedge funds, fonds souverains, banques, assurance...
http://www.scienceshumaines.com/qui-sont-les-speculateurs_fr_26412.html

 

- La zone euro malade d'elle-même - Les économistes atterrés.
http://atterres.org/?q=la-zone-euro-malade-delle-même
http://atterres.org/

- La dette publique de la France ?
1646 milliards d'euros selon Libération et Le Monde d'aujourd'hui. 
En 2007, un
candidat stigmatisait fortement les 1000 milliards d'euros de la dette chiraquienne ...
Depuis, les cadeaux fiscaux en tous genres, le sauvetage des banques privées en 2008 ont alourdi la dette de l'Etat.

fr-deficit

Dette publique, déficit public : la situation de la France - Le Monde économie.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/08/10/


Pécresse : s'il faut faire davantage d'efforts, nous ferons davantage d'efforts ...
VP fera des efforts
ou Nous tous
paierons les pots cassés d'une politique délibérément au service d'une minorité ? 


. 

Posté par clioweb à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,