14 novembre 2011

Réfléchir, c'est mon truc



Dans l'émission Rue des Ecoles du 05/10/2011, les 40 premières minutes s'intéressent à l'évolution des technologies éducatives. A travers l'exemple de la tablette tactile, on peut entendre des raisons multiples et habituelles de vanter les outils d'aujourd'hui et de faire de la pub pour ...Orange... 
avec P.Chavernac, E.Bruillard et E.Allouche
« Réfléchir, c'est mon truc » dit une jeune élève dans le reportage du début.
L'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11192-05.10.2011-ITEMA_20313130-0.mp3

.
Vers 27 mn 20, Eric Bruillard (ENS Cachan) tempère l'enthousiasme des discours technicistes de promotion.

- La nouveauté ?
L'effet nouveauté de la tablette va disparaître comme celui de tout ce qui l'a précédé.

- Les digital natives ?
Les ados ont développé des compétences au service de leur construction identitaire et de leur vie sociale (avec les effets de tyrannie des groupes). Ils utilisent des technologies immatures, fondées sur l'immédiateté et la satisfaction de besoins parfois superficiels.
Pour Eric Bruillard, ces usages constituent un obstacle pour le travail scolaire. A l’école, il ne faut pas s'arrêter au fait que ces technologies facilitent parfois la réalisation de certaines tâches. On peut utiliser les mêmes technologies, mais il faut le faire dans un autre sens : il faut casser la course à l'instantané, ralentir le tempo, mettre de la distance.

.
vers la 30 mn 15
Q - ... Aux USA, des études scientifiques montrent que l'équipement en ordinateurs, avec des enseignants formés ne fait pas progresser les élèves en lecture ou en maths [en fait il s'agit d'un article du NYT sur le seul district de Kyrene dans l'Arizona)

R - EB propose une réponse à plusieurs étages :
. L'informatique est en train de changer la société, la maîtrise des outils est donc essentielle.
. Il faut un temps d'appropriation de ces technologies par les acteurs.
. L'important, ce n'est pas l'outil, mais la nature de l'activité qui est imaginée et mise en place par l'enseignant. La pédagogie est donc centrale, tout comme le rôle du professeur.
. L'essentiel, c'est de raisonner en terme de système. Changer un élément isolé ne suffit pas, il faut repenser l'ensemble des processus si l'on veut que ces technologies soient acceptées et utilisées en vue d'une maîtrise avisée. Sinon, on se contente de poser un emplâtre sur une jambe de bois.
 

ordicollege19

 
.

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


29 mai 2011

2030 : sans hôpitaux et sans profs ?

Lors d'une journée sur les communautés d'enseignants initiée et organisée par Isabelle Quentin à l'ENS de Cachan, Eric Bruillard a exploité un fichier en powerpoint Lire et apprendre avec les ressources numériques au CDI déjà présenté à des documentalistes (Versailles, 3 avril 2011)

La présentation à télécharger au format pdf
:
http://www.cddp92.ac-versailles.fr/drupalCddp/?q=system/files/diaporama_conference.pdf

.
p 32-34 - Eric Bruillard résume une vision prospective appliquée au système de santé, à l'horizon 2030, au sein du programme Prospective pour la Recherche : Education et recherche à l'horizon 2030 (PREA2K30)
http://prea2k30.risc.cnrs.fr/

René Amalberti y envisage l'effondrement du nombre des hôpitaux publics (ils passeraient de 1250 à 400) et un changement total de culture dans le système de soins en liaison avec des choix politiques, des facteurs économiques, techniques et sociaux (p 29).
Cette rupture sans précédent chamboulerait tous les métiers, sans véritable débat public préalable sur les choix faits et à faire, sans formation anticipant les mutations. Selon lui, il suffit de dix ans pour écrouler un système, le comportement des patients y contribuant en partie.

eb-sante

.
Quel pourrait être l'équivalent pour l'Education ? interroge Eric Bruillard
[ Une école avec des machines mais sans professeurs ?
Une société sans Ecole (cf Illich) ?
Des universités sans amphis ? dans Le Monde, Murdoch proposait de mettre en ligne les cours du "grand professeur de la nation", à lire sur du matériel Apple. En médecine, il semble que certaines universités aient suspendu en 1ere année les cours en amphi. Certaines diffusent ces cours par dvd, ou sur internet. D'autres utilisent plusieurs amphis, un en présentiel, les autres en diffusion vidéo ]

Quelle école en 2030 ?
La question se pose aux pionniers des technologies éducatives, mais aussi à tous ceux qui s'intéressent à l'éducation.
Eric Bruillard cite Allan Collins, Richard Halverson, Rethinking Education in the Age of
Technology: The Digital Revolution and Schooling in America,  Teachers College Press, New York, 2009

L'Ecole a bâti un système stable qui a accompagné efficacement l'urbanisation.

Les ferments du changement y sont présents (p 35), mais il n'existe aucun modèle unique simple à imiter ou à transposer (p 39). Les technicistes mettent en avant la personnalisation et l'interactivité, [ le monde des médias vante le ludo-educatif... ] . Les technologies peuvent aider à gérer le changement, mais leur instabilité ne facilite pas le choix d'une stratégie pertinente. Selon lui, L'avenir reste à écrire (et à débattre ?)

[ Il faut y ajouter les choix politiques des ultra-libéraux (thatchériens), obsédés par la privatisation intégrale, l'individualisation (there is no society) et la chasse aux fonctionnaires et aux services publics. ]

eb-collins

 

Posté par clioweb à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,