10 août 2011

Crise : l'occasion ratée de 2008



- Revoir ou relire Lordon
sur les économistes ultra-libéraux 
qui viennent parader et monopolisent les caméras. L'un d'eux conseillait (sans rire) aux petits porteurs de se précipiter et d'acheter en ce moment ...
http://clioweb.free.fr/debats/lordon.htm (dont un Arrêt sur images de juillet 2009)


- Crise: l'occasion ratée de 2008
Martine Orange, Médiapart, 07/08/2011
Un article long (18 000 caractères) et très intéressant
http://www.mediapart.fr/article/offert/ffc26e1b52849e8d79699a0286859d0f

Martine Orange cite The Observer :
« Les gouvernements auraient dû imposer une supervision adulte sur ce qui n'est, pour de nombreux acteurs financiers, rien de plus qu'un jeu sophistiqué de poker. Mais les gouvernements ont perdu la croyance dans le pouvoir public et dans leur capacité à agir. Ils n'ont  pas le moindre repère sur ce qu'ils devraient faire. A défaut, ils s'agenouillent devant la prétendue sagesse supérieure des marchés et se retirent dans le confort moral, en affirmant que la meilleure et la seule chose à faire est d'équilibrer les finances - précisément la plus mauvaise chose à faire dans la tourmente de la crise financière ». 

« Too big to fail, les banques ont acquis le droit d'un chantage permanent sur les gouvernements et un droit de tirage sans limite sur les finances publiques. Au nom, bien sûr, de la garantie des déposants, comme le petit porteur servant d'alibi à un marché boursier qui l'a depuis longtemps exclu ».  

Parmi les politiques à mener, elle suggère de :
- Casser la spéculation. Celle-ci ressemble désormais à une nuée de criquets en Afrique, dévastant tout sur leur passage et ne laissant derrière eux que misère et désolation

- Changer le statut de la BCE

- Liquider peu à peu les déréglements du système financier

« Des solutions existent donc.
Mais elles sont si loin des dogmes (ultra-libéraux) et des a-priori des responsables politiques ».


- Qui sont les spéculateurs ? - Xavier de la Vega - Sciences Humaines
fonds de pension, hedge funds, fonds souverains, banques, assurance...
http://www.scienceshumaines.com/qui-sont-les-speculateurs_fr_26412.html

 

- La zone euro malade d'elle-même - Les économistes atterrés.
http://atterres.org/?q=la-zone-euro-malade-delle-même
http://atterres.org/

- La dette publique de la France ?
1646 milliards d'euros selon Libération et Le Monde d'aujourd'hui. 
En 2007, un
candidat stigmatisait fortement les 1000 milliards d'euros de la dette chiraquienne ...
Depuis, les cadeaux fiscaux en tous genres, le sauvetage des banques privées en 2008 ont alourdi la dette de l'Etat.

fr-deficit

Dette publique, déficit public : la situation de la France - Le Monde économie.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/08/10/


Pécresse : s'il faut faire davantage d'efforts, nous ferons davantage d'efforts ...
VP fera des efforts
ou Nous tous
paierons les pots cassés d'une politique délibérément au service d'une minorité ? 


. 

Posté par clioweb à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


15 mai 2010

Sauver les banques. Jusqu’à quand ?

Crise, la croisée des chemins  par Frédéric Lordon 7 mai 2010 (source : apses)
Il y aurait matière à faire un sort à tous les ahuris qui depuis l’été 2007 ne loupent pas une occasion de se féliciter que « le pire est derrière nous le plus dur est passé la crise est terminée ». On rappellera qu’ils n’en sont jamais qu’à leur troisième tour de piste (automne 2007, printemps 2008, fin 2009) …

L’habileté de la finance privée, il est vrai bien servie par le barnum des éditorialistes et de leurs experts toujours bien accrochés, consiste à faire oublier qu’au commencement était non pas le verbe mais le foutoir spéculatif…
http://blog.mondediplo.net/2010-05-07-Crise-la-croisee-des-chemins

.
Renationaliser la dette ?
Frédéric Lordon
Les investisseurs étrangers — au tout premier rang desquels les banques françaises et allemandes— détiennent 70 % de la dette grecque. Une situation qui place la politique du pays sous tutelle des institutions financières, et qui pourrait s’étendre à l’Espagne, à l’Italie ou au Portugal. Il existe pourtant un moyen d’assurer la souveraineté de la délibération politique : renationaliser la dette.
La dette publique japonaise est détenue à plus de 95 % par les épargnants nationaux.
(pas encore en ligne)
http://www.monde-diplomatique.fr/2010/05/LORDON/19137

.
- Sauver les banques jusqu’à quand ?
Frédéric Lordon, mardi 11 mai 2010,

Le « plan de stabilisation », ou les risques du {bootstrapping}
Sauver la Grèce… ou sauver les banques ?
L'absence de mécanisme de restructuration des dettes souveraines
L'incernable point d'illiquidité bancaire
Jusqu'où faire perdre les banques ?
La capture privée du bien commun de la stabilité financière
Déprivatiser le secteur bancaire

http://blog.mondediplo.net/2010-05-11-Sauver-les-banques-jusqu-a-quand

.
Frédéric Lordon, choix d'articles disponibles sur le web

.
- Jacques Généreux L'esprit de Munich a envahi les têtes qui nous gouvernent (source : PJ)
Parlons Net,  le club de la presse web de France Info ( 1 h 04 sur Dailymotion)

.
1 000 milliards de dollars pour sauver l’Europe

Christian Chavagneux, Alternatives économiques. 10 mai 2010
En créant un Fonds de stabilisation européen, les leaders européens ont montré ce week-end leur capacité de mobilisation politique pour répondre à la panique et conjurer le risque d'un défaut de paiement. Reste encore à engager des politiques de croissance et à réguler la finance.
http://www.alternatives-economiques.fr/1-000-milliards-de-dollars-pour-sau_fr_art_633_49401.html

Posté par clioweb à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,