28 octobre 2012

Tsiganes : le mémorial de Berlin

 

berlin-sinti-rom

Allemagne : un mémorial aux Sintis-Romas victimes du nazisme inauguré à Berlin - RFI
http://www.rfi.fr/europe/20121024-allemagne-memorial-roms-victimes-nazisme-inaugure-berlin
voir aussi : http://tinyurl.com/tsiganes-memorial-berlin

 

Cette histoire de nomadisme n'a aucun sens - Libération, 26.10.2012
Angela Merkel a inauguré un mémorial Sinti et Romas, mercredi à Berlin.
Henriette Asséo dissèque une politique d'exclusion qui perdure.
http://www.liberation.fr/monde/2012/10/26/roms-cette-histoire-de-nomadisme-n-a-aucun-sens_856275

également : Henriette Asséo, Non, les Tsiganes ne sont pas des nomades - Le Monde diplomatique, oct 2012
(à lire en bibliothèque)

Libération reproduit 4 photos nazies (Bilderwelt)
http://www.bridgemanart.com/search/search_assets.html?filter_text=Germany+Nazism+gipsies
dont cette photo prise par Eva Justin en 1938 (elle a fait des études à Tubingen, elle travaille pour Ritter au Centre de recherche d'hygiène (sic) raciale (eugénisme raciste).
http://tinyurl.com/justin-1938


Sinti et Roma ?
Les nazis ont fait de tsigane un synonyme d'asocial. Les associations essaient d'imposer les termes de Sinti à l'ouest de l'Europe, Roms à l'Est. Les Italiens se nommaient Zingari, les Allemands Zigeuner, les Français Bohémiens ou voyageurs, les Espagnols Gitanos et les Anglo-saxons Gypsies, etc.

« Avec la revendication du terme rom, les leaders actuels de la cause romani ont été pris au piège de la constitution d'une identité transnationale qu'ils cherchent à imposer à tous, en gommant les identités nationales et régionales. Ils ne se rendent pas compte que la promotion d'une identité transnationale unique est utilisée contre eux, pour justifier l'internationalisation de la politique tsigane. Là où ils voyaient une forme d'émancipation en s'appuyant sur des institutions européennes, les Etats en profitaient pour reconstituer l'archétype du Rom migrant, apatride et incapable de s'assimiler ».

« On confond nomadisme et circulation !
Dans les sociétés anciennes, tout le monde bougeait, mais personne n'était nomade. On confond donc une réalité sociale avec l'imaginaire de la mobilité constitué en doctrine politique ».

La persécution et l’extermination - « En Allemagne, dès 1933 les municipalités avaient créé de leur propre chef des zigeunerlager (camps d'internement pour Tsiganes) ! Dans la logique nazie, les Tsiganes indo-européens et aryens pouvaient être considérés comme les derniers représentants de la race perdue. Mais les experts nazis de la théorie de la race ont décrété que les Tsiganes allemands avaient perdu leur trace aryenne originelle en se métissant avec des Allemands de "basse valeur". Ils ont été persécutés par la Kripo, la police criminelle dirigée par Arthur Nebe. Après le 16 décembre 1942, et le Himmlers Auschwitz-Erlass, les Tsiganes sont exterminés à 80-90% dans l'ensemble du Grand Reich. A l'extérieur, le chiffre varie de 40 à 80% selon les régions (les nazis ont assassiné près de 500 000 personnes, la moitié de la population tsigane en Europe. A Birkenau, on entasse 23000 tsiganes (dont 6000 enfants) dns un camp spécial. C'est là qu'a eu lieu l'une des seules révoltes des déportés à Auschwitz. Le camp sera gazé dans la nuit du 2 août 1944 ».

« En France, les travaux historiques ont montré que les familles internées étaient des victimes françaises du régime de Vichy. La cartographie des camps de nomades est faite (cf Montreuil-Bellay, Nexon...). Le 18 juillet 2010, les associations de Voyageurs participent à la cérémonie en souvenir des crimes de Vichy. Au même moment, une politique d'exclusion se met en place (discours de Grenoble).


sigot-camps

La France des camps, carte de Jacques Sigot
http://www.memoires-tsiganes1939-1946.fr/camps.html


- La mémoire et l’oubli : L’internement des Tsiganes en France 1940-1946 - Cercle, 2004
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article26
- Les Tsiganes dans l’Europe occupée : entre persécutions et génocide, Cercle 2012
Biblio et webographie
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article197

- Les déportations tsiganes (en Europe)
une carte que l'auteur a oublié de signer :
http://clioweb.canalblog.com/archives/2012/08/31/25001067.html

- Liberté, le film de Tony Gatlif
- 3 documentaires :
. Les Roms, 1er peuple européen, un documentaire réalisé par Tania Rakhmanova
. Montreuil Bellay, un camp tsigane oublié, documentaire d'Alexandre Fronty
. Mémoires tsiganes, l’autre génocide, de Juliette Jourdan et Idit Bloch,Kuiv Prod 2011

 

mon_sintiroma

Le mémorial en avril 2012 - photo NM

rappel des articles antérieurs dans cette revue de presse :
http://clioweb.canalblog.com/tag/tsiganes 


.

Posté par clioweb à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


06 octobre 2012

Les Tsiganes ne sont pas des nomades

 

- Le Conseil constitutionnel a supprimé le carnet de circulation,
que les nomades français devaient renouveler tous les trois mois.
Les associations attendent d'autres avancées. Libération 05.10.2012
http://www.liberation.fr/societe/2012/10/05/gens-du-voyage-la-fin-d-une-discrimination-centenaire_851153


- Non, les Tsiganes ne sont pas des nomades
- Le Monde diplomatique, oct 2012

Démantèlement de campements roms en France, discriminations en Hongrie ou en Roumanie… Partout, les Tsiganes sont montrés du doigt. Et l’image d’une ethnie sans attaches nationales, valorisée par les institutions européennes, a paradoxalement conduit à les priver de certains de leurs droits. Toutes représentations qui méconnaissent l’histoire, la culture et les réalités romanis.

« Vieux continent différencié, l’Europe ne saurait se définir comme une association de tribus juxtaposées. Mais les crises nationales favorisent la montée de l’irrationalisme politique, en élargissant les frustrations réciproques. Les clichés de la vieille psychologie des peuples reviennent en force : l’Allemand serait « discipliné », le Français « chauvin », le Grec « méditerranéen » et le Rom « nomade » ! Nomade ?
Depuis quatre siècles, les Roms de l’Europe centrale ou balkanique sont… sédentaires. Les familles ont des attaches territoriales stables et anciennes. Elles ne se sont pas multipliées par génération spontanée au milieu de campements erratiques.

Pourquoi alors le mythe du nomadisme tsigane connaît-il un tel succès politique ? Par quel diabolique mouvement les occupants de « campements illicites » — au demeurant, autorisés par les préfectures depuis une décennie — sont-ils devenus des « Roms migrants », des « nomades administratifs » qui seront demain assignés au cantonnement ? Pourquoi ne voit-on pas le danger à laisser refermer sur des familles ainsi concentrées la tenaille asphyxiante de l’identification et des fichiers collectifs ?

Le passé de l’Europe rappelle combien la classification ethnique est dangereuse lorsqu’elle devient un principe organisateur ... »

L'article d'Henriette Asséo est à lire dans le Monde diplomatique d'octobre 2012
ou en ligne dans quelques mois.
http://www.monde-diplomatique.fr/2012/10/ASSEO/48249

Les Tsiganes dans l’Europe occupée :
choix de sites web sur le site du Cercle d'étude de la déportation

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 novembre 2011

Tsiganes : un malentendu européen

 

Dans une semaine sur l'histoire du racisme, La Fabrique de l'histoire a consacré le débat du jeudi à l’anti-tsiganisme, avec la participation d'Henriette Asséo, Jean-Luc Poueyto et Martin Olivera.
l'émission au format mp3 : 
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10076-17.11.2011-ITEMA_20322992-0.mp3

extraits : 
7 min
- Trois inscriptions nationales dans l'Europe moderne :

. Les pays des Habsbourg, frontière militaire avec les Ottomans : les Tsiganes sont des gens du seigneur, protégés par lui.
. Les  pays scandinaves, Angleterre, France : il s'agit d'une entreprise de guerre, protégée par la noblesse, sans doute détestée par les autres (double aspect du mythe, aristo et prédateur)
. Un ensemble urbain intégré en Italie et Espagne

Les migrations viennent des pays grecs de l'empire byzantin et s'étalent sur un siècle. Il faut absolument balayer le mythe indianiste, le mensonge d'une population se jouant des frontières au MA.

Les Tsiganes ont réussi à maintenir des caractères anthropologiques et culturels dans la durée ; ils l'ont fait sans aucune aide d'une élite lettrée, d'institutions ou de culture savante. Ce fait est inaccessible à la pensée contemporaine.

Le racisme anti-tsigane, ce n'est pas un regard sur un autre exotique, mais un racisme à l'égard de soi.

Au début du XXe, le regard change sur mobilité économique. Au XIX, elle était valorisée ; avec le processus de nationalisation, elle est encadrée et surveillée (d'où les mesures de 1912 en France)

30e min
La raciologie allemande des années 30, avec la participation active des biologistes, a servi à faire un tri interne dans la population des Allemands. Un tri en terme de citoyenneté, la figure du vagabond ethnique qui menacerait le sang national
servant de prétexte à la biologisation de la population entière, Allemands et Tsiganes.

Cette raciologie allemande a contaminé par la suite l'Europe centrale et orientale et mène aux passages à l'acte récents dans ces pays.

45e min
Le racisme anti-tsigane est un racisme intra-européen, très opérationnel sur le plan politique.
Le paradoxe, c'est que les institutions européennes continuent un pseudo-angélisme de façade, et ne s'intéressent qu'aux discours, alors que les passages à l'acte existent (assassinats ciblés) et sont ignorés des médias. A l'Ouest, ce racisme influence les imaginaires, tout comme les politiques multiculturelles anglo-saxonnes.

La multiplication des recherches et des publications peut-elle changer les comportements ?
Henriette Asséo se dit pessimiste : pour cette historienne de la longue durée, la presse et les milieux académiques ne changent pas le cours de l'histoire. Mais selon elle, il existe un combat du savoir, l'histoire servant à déconstruire les mythes et les préjugés.

 

Bohème et Bohémiens, une exposition à venir au Grand Palais (septembre 2012)
http://www.moreeuw.com/histoire-art/exposition-bohemes-grand-palais.htm

Tsiganes - Nomades : un malentendu européen
Suite du colloque à Pau.
http://tsiganes-nomades-un-malentendu-europeen.com/

Les Tsiganes dans l'Europe occupée - site web du Cercle d'étude 

 

 

Posté par clioweb à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 octobre 2011

Blois 2011, la suite

 

- Pierre Nora, La question coloniale : une histoire politisée
extrait de la conférence de clôture de Blois 2011
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/10/15/la-question-coloniale-une-histoire-politisee_1588400_3232.html

12 mn en vidéo : http://www.lemonde.fr/idees/video/2011/10/17/pierre-nora_1589221_3232.html


- Anneliese Nef animait une table ronde sur le passé oriental de l'Europe et sur la déconstruction nécessaire par les historiens des récits hérités (Corinne Bonnet sur les religions orientales dans l'antiquité, Emmanuelle Tixier sur Al-Andalous, Henriette Asséo sur les Tsiganes).

En ligne, un article de 2002 : Palerme arabo-normande : de la ville absente à la ville mythique
Anneliese Nef - La pensée de midi - 2002/2
http://www.cairn.info/revue-la-pensee-de-midi-2002-2-page-110.htm

. Les publications d'Henriette Asséo :
http://crh.ehess.fr/index.php?/membres/422

. une conférence Politiques anti-tsiganes en France et en Europe (Paris, octobre 2010) - 66 mn


- L'histoire à parts égales, l'ouvrage a un prolongement sur le web.
adresse à suivre.
http://www.ceri-sciences-po.org/cerifr/cherlist/bertrand.php


De nombreuses tables rondes ont été filmées, quand la technique a suivi.
Pas seulement à la Halle aux grains cette année.
Les vidéos devraient arriver en ligne prochainement ( 2 semaines ?).
Ceux qui n'ont pas pu venir à Blois, ceux qui ont été refoulés par la sécurité, ceux qui ont dû faire des choix entre plusieurs débats devraient pouvoir y accéder et en tirer profit.
A suivre également. 

 

Posté par clioweb à 19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,