23 août 2011

Le Parthénon racheté ...



Le Parthénon racheté par un fond de pension ?
http://www.laparisienneliberee.com/tag/lordon/
http://www.dailymotion.com/que-deviendra-athena-par-la-parisienne-liberee


Ce clip vient d'Arrêt sur images du 24.06.11 : La crise grecque
avec Frédéric Lordon, économiste et directeur de recherches au CNRS
Thomas Coutrot, économiste, co-président de l’association Attac
http://www.laparisienneliberee.com/tag/lordon/

A cette même adresse, on peut lire les paroles chantées par La Parisienne libérée :
Le refrain :
Faudra-t-il voir le Parthénon
Racheté par un fond de pension ?
Que deviendra Athéna
Le jour où on la titrisera ?
Va-t-on demander à la Pythie
D’aller bosser à la City ?
Est-ce qu’à la fin de l’Odyssée
Ulysse paiera des intérêts ?

Libération a fait le portrait de la chanteuse en juillet 2010
http://www.laparisienneliberee.com/images/portrait_liberation_240710.jpg

 
fleur
source : Arrêt sur images

 

.

Posté par clioweb à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


20 mars 2011

Japon : ASI, Le poisson-chat, la vague et l'atome


chronique du 18/03/2011 par Alain Korkos pour Arrêt sur images - (signalé par JL Carl)
http://www.arretsurimages.net/TMP-D5540CC6F7-3836-20219

Il existe plusieurs légendes japonaises expliquant les tremblements de terre, la plus répandue date du XVIIème siècle et met en scène…

Les deux tremblements de terre qui frappèrent le Japon les 23 et 24 décembre 1854 (voir par là), tous deux de magnitude 8,4 sur l'échelle de Richter, provoquèrent des milliers de morts et deux raz-de-marée, tsunami. Le 11 novembre 1855, soit moins d'un an plus tard, un troisième tremblement secoua le Japon dans la région d'Edo, l'actuelle Tokyo. D'une magnitude d'environ 7, également accompagné d'un raz-de-marée, il détruisit 14 000 habitations, fit entre 7 000 et 10 000 morts.

Deux jours après le tremblement de terre du 11 novembre 1855, commencèrent à circuler des estampes mettant en scène un poisson-chat. Au bout de quelques semaines, on comptait entre 350 et 400 images différentes ...

poisson_chat

source :  http://www.arretsurimages.net/TMP-D5540CC6F7-3836-20219

Posté par clioweb à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 février 2010

Lordon : Surtout ne changez rien !

Frédéric Lordon

Pour un système socialisé du crédit - La pompe à phynance 05/01/2009
A quoi pourrait – devrait – ressembler un système bancaire dont le comportement de ces dernières années suggère qu’il est temps de le refaire à neuf.

Surtout ne changez rien ! La pompe à phynance
mardi 10 février 2009

Six leçons pour finir un peu moins con !!!
première leçon  11/01/2010

deuxième leçon 17/01/2010

troisième leçon - 24/01/2010

quatrième leçon 28/01/2010

cinquième leçon 04/02/2010

sixième leçon 16/02/2010

Et si on fermait la Bourse...
http://www.monde-diplomatique.fr/2010/02/LORDON/18789

Au delà de la Grèce : déficits, dettes et monnaie
La pompe à phynance 17/02/2010

rappel : 08/08/2009 - F Lordon, les medias et la crise
http://clioweb.canalblog.com/archives/2009/08/08/14653697.html

20/08/2009 - F Lordon, les medias et la crise - 2
http://clioweb.canalblog.com/archives/2009/08/20/14885531.html

Posté par clioweb à 05:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 août 2009

F Lordon, les medias et la crise - 2

L'Arrêt sur images du 15 juillet a connu une suite sous forme d'échange, par blogs interposés,
entre Nicolas Cori et Frédéric Lordon.

La crise financière dans les médias:
pourquoi Frédéric Lordon a stratégiquement tort, parce qu’il a politiquement raison

http://cordonsbourse.blogs.liberation.fr/cori/2009/08/
http://www.facebook.com/nicolascori

La réponse de Frédéric Lordon
http://blog.mondediplo.net/-La-pompe-a-phynance-
http://blog.mondediplo.net/2009-08-17-Critique-des-medias-critique-dans-les-medias

Les 2 semblent partager la même analyse sur le capitalisme financier ;
ils divergent totalement sur la tactique face à la presse et aux médias.
Pour NC, "FL ne va pas dans les médias dominants pour des mauvaises raisons, ce qui a pour effet de voir ses idées peu ou mal reprises, d’avoir très peu d’influence sur le débat politique et aucune sur les politiques publiques".

F Lordon pense que les structures pèsent plus que les hommes; Il met en cause le format (15 secondes pour l'expert, appelé pour certifier l'avis du présentateur du JT ), tout comme l'ont fait avant Noam Choamsky et Pierre Carles.

F Lordon plaide pour une vraie division du travail, avec de médiateurs compétents, capables de faire passer les idées et les travaux des chercheurs, "éventuellement avec les réductions et les approximations" inévitables.
Pour un débat qui ne se limite pas à des affirmations-coups de force sur fond de (fausses) évidences


Extrait de la réponse de Frédéric Lordon :

L’inanité des formats en miettes

... " l’indigence des formats, c’est-à-dire des temps alloués à la parole, et le climat de demi-foire d’empoigne avec interruptions permanentes, conspirent pour rendre absolument impossible de développer un point de vue hétérodoxe, d’emblée privé de tout l’arrière-plan de (fausses) évidences, de cela-va-de-soi (« on ne peut pas augmenter les impôts », « la flexibilité est nécessaire », « comment peut-on envisager le protectionnisme dans une économie mondialisée ») accumulés pendant deux décennies".

"Là où l’expert modal peut se contenter de parler par demi-phrases et de convoquer tout ce fonds d’« évidences » par la mobilisation d’un simple mot, l’outsider hétérodoxe doit entreprendre de construire de zéro des arguments qui ont contre eux tout un sens commun médiatique, et ceci sans la moindre chance ou presque de pouvoir aller au bout et de ne pas être interrompu par l’« impartial animateur », ou par un contradicteur, qui d’une seule remarque laissera le raisonnement en plan, fera bifurquer la discussion vers un tout autre sujet, laissant le pauvre type emberlificoté dans son laborieux développement au milieu du gué et grosjean comme devant – on n’est pas forcé d’aller se mettre dans des situations perdues d’avance ; pour la cause qu’on défend, on aurait même plutôt intérêt à les éviter".

Décrépitude – les pentes fatales de la facilité médiatique

"Et puis il y a la décrépitude intellectuelle. Car il y a pire, parce que plus insidieux, que les déconvenues instantanées de ces expériences nécessairement désastreuses. Au chercheur qui se hasarderait à jouer ce jeu et qui, désirant le jouer avec quelque succès, se plierait aux formats imposés pour y faire entrer son discours, il faut surtout craindre les effets de long terme d’un genre qui ne laisse pas la pensée indemne. Si la misère du format condamne à la pauvreté du discours, réduit à une série de slogans et blindé dans le registre de l’assertorique, c’est-à-dire des affirmations-coups de force, coupées de leurs vrais arguments puisque le temps n’est pas offert à la présentation de ceux-ci, il ne faut surtout pas espérer qu’il n’y aurait là qu’une suite d’inconvénients instantanés sans conséquence sur le reste de l’activité intellectuelle de l’intéressé".

.










Posté par clioweb à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 août 2009

Frédéric Lordon, les medias et la crise

La crise en cours a mis à mal les discours d'éditorialistes et d'experts financiers.
Pourquoi les "disqualifiés" continuent-ils de squatter les médias ?
Pourquoi Jon Stewart n'est-il pas français ?

Frédéric Lordon, "économiste critique",
s'entretient avec Maja Neskovic pour
Arrêt sur images - (15 juillet 2009 - 81 mn).
24/02/2010 : http://www.lelotenaction.org/rubrique,j-ai-theorise-ma-condition-de,450879.html

Très intéressante émission, à regarder pour une fois en accès libre et gratuit.

Frédéric Lordon commente les propos des éditorialistes et champions de la finance,
tous tenants de la privatisation et de la déréglementation,
voyants extralucides qui ont retourné leur veste depuis octobre 2008
mais continuent de sévir dans les médias.

Pour ceux qui manqueraient de temps en vacance :-),
regarder la séquence avec Jon Stewart et Jim Cramer (1 h 02 - 1 h 06)
ou vers la 56e mn, Les prédictions de Mme Irma... chez Yann Barthès

Pour les autres, de nombreuses questions
. sur le formatage des médias,
[un "expert" est convoqué en moyenne 15 secondes à l'écran, pour conforter le discours du présentateur. Ce qui n'empêche pas les journalistes d'utiliser le sort des experts contre Wikipedia...]
. sur le rôle réel des "faiseurs d'opinion",
. sur l'analyse des responsabilités dans la crise
. sur la congruence non délibérée entre 2 logiques,
la logique fait-diversière des médias (montrer de vraies crapules menottées),
la logique idéologique de sauvegarde du système.

L'écouter également dans les Jeudis d'Acrimed (5 février 2009),
pour la typologie des retourneurs de veste : les enragés, les repentis, les fileurs en douce...

un détail technique :
en cache, le fichier peut avoir .on2 comme extension.
il suffit de le renommer en .avi pour le lire avec VLC

Une occasion de compléter une sélection de liens,
depuis l'article sur "Elie Cohen, Nicolas Baverez, Jaques Attali, Les disqualifiés" (nov 2008)
jusqu'au blog du Diplo (La pompe à phynance)
et à l'ouvrage "Pour en finir avec les crises financières"

http://clioweb.free.fr/debats/lordon.htm

[  12/08 - 17/08 : La suite sous forme d'échange par blogs entre Nicolas Cori (Libération) et Frédéric Lordon ]

28/09 : lire les transcription sur le site J'ai dû louper un épisode (source Thierry)

24/02/2010 : F Lordon, Surtout ne changez rien


Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,