05 janvier 2011

L'instit ou le curé

instit_cure

Dessin en dernière page du Canard enchaîné (5 janvier 2011)

En 2007, le chanoine du Latran avait claironné, en lisant la prose de ses conseillers cléricaux :
« Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal,
l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé
parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie
et le charisme d’un engagement porté par l’espérance »

«  Dans le premier degré, des classes seront fermées puisqu'on attend 8 900 nouveaux élèves
et que 8 967 postes d'enseignants disparaissent » -  Le Monde, 28/12/2010

Pour voir d'autres dessins de Philippe Mougey, consulter son site web ou interroger Google images

 

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


07 mai 2010

« L’autorité légitime »

Ces braves gendarmes de 1940
En dernière page, Le Canard (5 mai 2010) revient sur la censure du texte d'une déportée par le maire de Parthenay.

« IDA GRINSPAN est juive. Elle a été arrêtée en 1944, à 14 ans, et envoyée à Auschwitz. Le 29 avril dernier, pour la Journée nationale de la déportation, une prof des Deux-Sèvres lui demande d’écrire un texte à lire à ses élèves. Elle accepte volontiers, Ida. Depuis son retour de camp, elle ne cesse de courir les écoles pour raconter son expérience. Elle en a même fait un livre - « J’ai pas pleuré » - avec Poirot-Delpech.

paspleure

Alors elle écrit son petit mot : « Le 31 janvier 1944, j’ai été arrêtée par trois gendarmes.. » L’ancienne déportée ne rentre pas dans le détail de son arrestation. Elle n’évoque pas la phrase prononcée par les pandores à sa nourrice : « On vient arrêter la petite Juive qui vit chez vous. » Ni le sourire d’un officier allemand de Niort qui lui a répondu en souriant qu’il ne pouvait s’opposer à une arrestation opérée par les Français.

Pourtant, lorsque Michel Birault, adjoint au maire de Parthenay « chargé des relations avec les associations patriotiques », valide le texte, il tique. Le mot « gendarme » le dérange. Ancien pandore lui-même, il propose que ce terme trop cru soit remplacé par « homme ». « J’ai été arrêté par trois hommes... » C’est vrai que cela sonne mieux... Et ça épargne ce beau symbole de la force publique.

La mort dans l’âme, la prof s’exécute. Birault passe alors le texte à Xavier Argenton, son maire. Qui balance le témoignage au panier. « Ne stigmatisons pas une catégorie professionnelle qui, dans ces temps troubles, avait obéi aux ordres de l’autorité légitime », clame l’élu du Nouveau Centre. Avant d’interdire tout bonnement la lecture aux élèves.

Tollé. La prof, socialiste, crie à la censure. La presse locale s’en empare, obligeant le maire à une retraite prudente. « Il s’agit là d’une maladresse, d’une erreur d'appréciation », soupire aujourd’hui Argenton. Il s’excuse auprès de la dame, se dit « effondré devant l’ampleur prise par les événements », taclant au passage « la vindicte populaire ». La faute aux médias, en fait. Qui n’ont d’ailleurs pas forcément relevé la deuxième partie de la phrase sur « l’autorité légitime » de Vichy.
Encore une maladresse ?
Une autre erreur d’appréciation? »
S. Ch.
L'article en version jpg

- 8 mai : de bonne source, le texte d'Ida serait lu lors de la commémoration de ce matin.
A suivre donc ...
 

ida2

Ida Grinspan

Posté par clioweb à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,