31 janvier 2017

1921 : les Républicains ferment les USA




USA 1921 - 1924 : Les Républicains ferment le pays par deux lois qui imposent des quotas par pays

usa-1820-2014-migra

 L'immigration aux USA (1820-2014)
http://www.migrationpolicy.org/programs/data-hub/us-immigration-trends
voir aussi http://census.gov

 Ellis Island
http://en.wikipedia.org/wiki/Ellis_Island

Ellis Island history,
immigration museum
passenger search / shipo search
http://libertyellisfoundation.org
http://libertyellisfoundation.org/ellis-island-history
education
http://www.nps.gov/elis/learn/education/index.htm

 

usa-1872-irish1

USA 1872 : population d'origine irlandaise
http://www.lib.utexas.edu/maps/historical/irish_pop_1872.jpg



 uk-ital-migr

Emigration : Royaume-Uni et Italie (1870-1914)
David Khoudour-Castéras « Taux de change fixes et migrations internationales...», Revue de l'OFCE 3-2002
http://www.cairn.info/revue-de-l-ofce-2002-3-page-83.htm

 

 

usa-1897-1932-imm

 L'immigration aux USA (1897-1932)
http://www.migrationpolicy.org/programs/data-hub/us-immigration-trends

1899 : 229 000
1907 : 1 285 000
1921 : 805 000
1922 : 310 000
1923 : 523 000
1924 : 707 000
1925 : 294 000
1932 :  36 000

 


- chronologie
http://www.flowofhistory.org/themes/movement_settlement/uspolicytimeline.php


- Sous Harding et Coolidge, 2 lois limitent l'immigration et ferment le pays

La loi de 1921 institue pour chaque pays une limite à 3 % de la population vivant aux USA en 1910
La loi de 1924 change la limite : 2 % de la population de 1890 (plutôt immigrants venant du RU, d'Irlande, d'Allemagne, de Scandinavie).
il s'agit alors de limiter fortement l'immigration venant d'Italie ou d'Europe orientale.

1921 : http://en.wikipedia.org/wiki/Emergency_Quota_Act
http://en.wikipedia.org/wiki/Immigration_Act_of_1924

« No distinctions were made between refugees and immigrants, this limited Jewish emigres during 1930s and 40s.»
S'ajoute à ces lois le rejet des migrants asiatiques.


- USA - 1923 - xénophobie et racisme

« L'attitude de l'Américain moyen est en train de changer. Il souffre d'une " saturation " d'étranger mal digéré...
Une infiltration modérée de gens d'autres pays exerce une saine influence pour combattre la tendance à l'immobilisme auquel tendent naturellement les groupes sociaux. Mais si l'on va trop loin la population deviendra une simple cacophonie d'éléments hétérogènes... »

« Le plus grand danger permanent, cependant, réside dans le risque de recevoir des peuples de races inférieures. L'Américain commence à soupçonner que la composition raciale de notre immigration a une faible valeur... »

S.J. Holmes, " The Independant " 17 mars 1923
http://clioweb.canalblog.com/tag/usa1923



.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


16 janvier 2017

Frontières - MNHI 2015

 

affiche-frontieres

 

Frontières, ordre ou désordres et souveraineté ?
expo du Musée national de l'histoire de l'immigration MNHI  du 10.11.2015 au 29.05.2016

dans la nouvelle version du site web, voir la page Parcours de l'exposition
http://www.histoire-immigration.fr/expositions-temporaires/frontieres/parcours-de-l-exposition

1. Les murs-frontières dans le monde : une peur du voisin, mais encore ?
1.1 - Inde / Bangladesh
1.2 - Etats-Unis / Mexique
1.3 - Israël / Cisjordanie
1.4 - Les deux Corée

2. Vers une Europe des frontières
2.1 - L’Europe des conflits et des blocs / réfugiés et populations déplacées
2.2 - La forteresse Europe : un passage des frontières sous contrôle
2.3 - La mer Méditerranée : espace de contacts et de ruptures

3. Traverser les frontières de la France
3.1 - La France : destination, point de passage
3.2 - Guyane : un focus régional pour une perspective mondiale

Conclusion : un monde sans frontières ?

 

http://www.histoire-immigration.fr/musee/expositions-temporaires/frontieres/parcours-de-l-exposition
adresse non valide, du fait d'un robot.txt

Le dossier de presse n'a pas été archivé par le MNHI
mais une version des 24 pages peut être trouvée sur le web.


Fiches et parcours pédagogiques
(nouveau site web) :
http://www.histoire-immigration.fr/ressources
accompagnement autour des expos :
http://www.histoire-immigration.fr/ressources/ressources-pedagogiques/accompagnement-pedagogique-autour-des-expositions-temporaires

dont dossier enseignants 15 pages
http://www.histoire-immigration.fr/sites/default/files/musee-numerique/documents/dossier_enseignants_frontieres.pdf
parcours éléves
http://www.histoire-immigration.fr/sites/default/files/musee-numerique/documents/parcourselevefrontieresweb.pdf

+ fiches débat
+ atelier pédagogique
+ séquences par niveau

+ Parcours pédagogique : Frontières et migrations (vidéos INA)


France-Inter, 13.11.2015, émission Un jour dans le monde
avec Catherine Whitol de Wenden
http://www.franceinter.fr/emissions/un-jour-dans-le-monde/un-jour-dans-le-monde-13-novembre-2015


Musée de l'histoire de l'immigration sur Twitter http://twitter.com/MNHIParis


Cartothèque de Sciences-Po
Migrants morts et disparus en Méditerranée (2014-2016)
http://cartotheque.sciences-po.fr/media/Migrants_morts_et_disparus_en_Mediterranee_2014-2016/2268

 

 

blois2016-xenophobie.

RVH Blois 2016 - Xénophobie et rejet des immigrés, un mal européen ? vidéo 61 mn

La crise dite des «migrants» a donné un coup d’envoi à la rhétorique xénophobe et populiste dans toute l’Europe.
Qu’en est-il du bel idéal d’hospitalité à l’heure où la suspicion à l’égard des réfugiés semble devenir un code culturel ?
avec Catherine Wihtol de Wenden et Laurent Bouvet
http://www.youtube.com/watch?v=7qGi93yH0xA
http://www.rdv-histoire.com/edition-2016-partir/xenophobie-et-rejet-des-immigres-un-mal-europeen



.

 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 novembre 2016

USA 1923 : « une saturation d'étranger »

 

- USA - 1923 - xénophobie et racisme

« L'attitude de l'Américain moyen est en train de changer. Il souffre d'une " saturation " d'étranger mal digéré. Il commence à trouver que l'étranger crée de nombreux et difficiles problèmes, et aggrave un certain nombre de maux anciens. En plus, avec l'accroissement massif de population étrangère, il commence à voir le pouvoir politique lui échapper ici ou là et passer aux mains d'étrangers qu'il n'a pas su entièrement convertir aux idées et aux idéaux de la démocratie américaine... Nous avions compté sur le fait que l'Amérique changerait l'étranger et c'est l'étranger qui change l'Amérique...

Ces dernières années, nous avons fait des efforts frénétiques vers l'américanisation. Nous avons découvert que le processus d'assimilation était beaucoup plus lent que nous l'avions espéré. Aucune nation ne peut être une grande nation sans un esprit d'unité, un certain degré d'accord et de ressemblance dans le peuple. Il est souhaitable aussi qu'il y ait un certain degré de diversité, mais ce doit être une diversité de même niveau. Une infiltration modérée de gens d'autres pays exerce une saine influence pour combattre la tendance à l'immobilisme auquel tendent naturellement les groupes sociaux. Mais si l'on va trop loin la population deviendra une simple cacophonie d'éléments hétérogènes...

Le plus grand danger permanent, cependant, réside dans le risque de recevoir des peuples de races inférieures. L'Américain commence à soupçonner que la composition raciale de notre immigration a une faible valeur...

En ce qui concerne l'admission des étrangers. nous devrions partir de l'idée que l'immigration n'est pas un droit, mais un privilège, et que nous n'avons pas la moindre obligation de l'accorder à tous les peuples - fussent-ils de race blanche ».

S.J. Holmes, " The Independant " 17 mars 1923.
cité dans J. Brun. " América ! América ! América ! ",
Collection  Archives, Julliard, 1980.


En 1921 et 1924, les républicains instaurent par loi des quotas :
Immigration Restriction Act of 1921
http://en.wikipedia.org/wiki/Emergency_Quota_Act
http://en.wikipedia.org/wiki/Immigration_Act_of_1924

En 1921, la référence, c'est le recensement de 1910 (immigrants venant d'Italie, Russie, Pologne)
en 1924,le recensement de 1890 (immigrants venant du RU, d'Irlande d'Allemagne)
il s'agit alors de limiter fortement l'immigration venant d'Europe orientale.

L'article de Wikipedia donne les chiffres de 1880 et 1900, pas ceux de 1890 et 1910
http://en.wikipedia.org/wiki/History_of_immigration_to_the_United_States



- USA - Le parti républicain, vu par André Siegfried en 1927

Après la défaite du démocrate Cox, soutenu par le président sortant Wilson, aux élections de novembre 1920, les Républicains Harding, Coolidge. et Hoover se succèdent à la Maison Blanche jusqu'en mars 1933. Le gouvernement coopère avec les milieux d affaires.

« Le parti républicain est, par essence, celui de la richesse organisée, de la grande production capitaliste : c'est instinctivement que celle-ci s'appuie sur lui, et lui sur elle...

Par là, le parti représente à la fois la prospérité et la conservation sociale. Les indices de réussite matérielle mesurent le succès de sa politique ... Dans ce pays fortuné, où l'abondance apparaît chose normale, on ne saurait s'étonner que. depuis un demi-siècle, il ait été, sauf de rares intermèdes, presque constamment au pouvoir. Non moins logique est l'esprit conservateur qu'il incarne, car si les affaires vont bien, pourquoi rien changer au régime politique?

... Ceux qui sont sur le chemin de la fortune ou qui, l'ayant acquise, veulent la consolider ou l'accroître, demanderont donc au gouvernement de les laisser faire, de ne pas les entraver, de les favoriser au contraire en mettant à leur service le pouvoir de l'Etat ...

(La) raison d'être (du parti), c'est d'appuyer la production organisée, de la défendre contre l'étranger par la protection douanière massive dont il s'est fait la spécialité, de considérer sans fausse honte " les affaires " comme servant l'intérêt général de la nation. Il y a là une conception politique qui se tient, et, tant que la prospérité des plus heureux rejaillit sur tous, on comprend que la majorité s'en accommode. »

A. Siegfried. Les États-Unis d'aujourd'hui, Éditions Armand Colin.1927
Manuel Istra, 1ere, ed 1982, p 154

rappel :
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/12/09/31109767.html
.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

22 juin 2016

1936 - Le temps de la haine



croix-feu-1936

 Affiche électorale des Croix de Feu, 1936
Un slogan repris par le régime de Vichy après la défaite de 1940.

 
front-pop-affiche

A gauche, l'affiche du Front populaire
Contre la misère, le fascisme, la guerre
Pour le Pain, la Paix, la Liberté

 

Après le 6 février 1934, « l'extrême droite rêve tout haut de revanche. Son amertume a tôt fait de se muer en fiel ».

Fort de son tirage (70 000 exemplaires pour le quotidien L’Action française, 600 000 pour l’hebdo Gringoire, 50 000 pour Je suis Partout) et du talent de polémiste de ses rédacteurs, la presse d’extrême droite partage un credo fait de nationalisme, de détestation du régime parlementaire, de haine du communisme, d’antisémitisme frénétique. Elle ne recule ni devant la diffamation (cf. campagne contre Roger Salengro) ni devant l’appel au meurtre (Maurras contre Blum).
« Durant deux ans, le Front populaire doit composer avec un irréductible ennemi instaurant à dessein dans le pays un climat de guerre civile ».
d'après Le temps de la haine, Maxime Jourdan, Politis HS64 2016



solid-1934

« Ton parlement est pourri...
... votre situation est assaillie par des étrangers ».
Affiche de Solidarité française 5 février 1934


 

beraud-1936

 « Sommes-nous le dépotoir du monde ? »
Henri Béraud, Gringoire, 7 août 1936
http://clioweb.free.fr/textes/depotoir.htm

« Nous comptons que le premier soldat tué au front de 1938 sera un Rabinovitch ou un Rosenfeld »
Pierre Gaxotte, Je suis partout, 16 septembre 1938.
http://clioweb.free.fr/textes/depotoir.htm



maurras-1935

« C'est un homme à fusiller, mais dans le dos »
Charles Maurras L'Action française, 9 avril 1935
Bordas, terminale, 1980


Droites et extrême droite dans les années 1930

(d'après D. Borne H. Dubief, La crise des années 30, NHFC, Points Seuil 1989)

1 - Dans l'affrontement politique, un parti se définit par rapport à ses adversaires et au contexte.
2 - Les principaux thèmes (propriété privée, religion, nation, haine du communisme) sont communs à la droite et à l'extrême-droite. La distinction se fait sur les méthodes (bagarres de rue, violence verbale). Cela explique sans doute la recherche d'excuses dans les articles de Wikipedia sur les Croix de Feu ou le PPF.
3 - Le rôle de la France dans l'histoire du fascisme a suscité une vive controverse entre historiens (Zeev Sternhell et Michel Winock).
http://www.scienceshumaines.com/fascisme-francais_fr_33925.html

Les droites parlementaires ont en commun la défense de la propriété privée, une famille sous contrôle de la religion (cléricalisme), la détestation des étrangers, la haine du communisme (cf. le bolchevik au couteau entre les dents 1919).
cf.  le programme électoral de 1928, qui prépare la devise de Vichy Travail, Famille, Patrie :
http://clioweb.free.fr/textes/1droite.htm

Borne et Dubief distinguent les modérés (Tardieu) et les réactionnaires (Louis Marin).
La Fédération catho du général de Castelnau tire le catholicisme très à droite.
Marc Sangnier et E. Mounier suggèrent une évolution possible vers la gauche.

La faiblesse de ces droites explique la prolifération des ligues à la veille du 6 février 1934
L’Action française (une ligue et un quotidien) veut détruire la République et rétablir la monarchie, y compris par un coup d’état. Ses étudiants abusent de la violence au Quartier Latin. L’antisémitisme est poussé à l’extrême : agression contre Léon Blum en février 1936, campagne permanente dans la presse. La défaite de la France en 1940 sera pour Maurras « une divine surprise ».

De nombreuses organisations extrémistes combattent le régime parlementaire.
Elles sont souvent financées par le patronat (Solidarité française par le parfumeur Coty, Les Jeunesses patriotes par Taittinger) ou par Mussolini (Le francisme). Dorgères a tenté d'attirer les paysans dans les Chemises vertes.

Les Croix de Feu sont le seul mouvement de masse.
En 1931, La Rocque prend la tête d’une organisation d’anciens combattants. L’idéologie est ultra-nationaliste (un exécutif fort, restauration des valeurs chrétiennes, une économie paternaliste) et les militants combattent la gauche dans la rue. Les parades militaires et le culte du chef rendent ce mouvement odieux aux républicains.


Le 18 juin 1936, le Front populaire utilise une loi du 10 janvier 1936 (Laval était PdC) pour dissoudre les ligues.

Le 10 juillet, de la Rocque transforme les Croix de Feu en Parti Social Français.
Le PSF veut renforcer le pouvoir de l’exécutif, réconcilier capital et travail.
Il est nationaliste mais évite l’antisémitisme.
La force du PSF est importante, mais il divise la droite et enlève leurs troupes aux fascistes.
La Rocque est arrêté par la police allemande le 9 mars 1943, emprisonné, puis transféré en Tchécoslovaquie et en Autriche.

Jacques Doriot fonde le PPF (Parti Populaire Français).
Il emprunte aux fascistes leur cérémonial (uniforme, rassemblements) et leur violence verbale (à la fois contre le libéralisme et contre le marxisme). Le parti est nationaliste (Jeanne d’Arc + mur des Fédérés), mais pacifiste. Il reçoit beaucoup d’argent de la haute finance.
Doriot combat sous l'uniforme nazi. Il est mitraillé par un avion allié le 22 février 1945.

Pour une partie des pétainistes, Vichy et la Révolution nationale seront pensés
comme une guerre contre la République et une revanche sur 1936
« On ne comprendra rien au comportement de cette fraction de la bourgeoisie française si on ne l'entend murmurer à mi-voix :
Plutôt Hitler que Blum ». E. Mounier, Esprit, oct 1938



.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

09 décembre 2014

USA 1927 : démocrates et républicains

 

- USA - Le parti démocrate vu par André Siegfried en 1927

«  La tradition démocrate réside essentiellement dans la défense des minorités, des non-organisés. De ce fait, le parti ne trouve pas d'unité dans un principe constructif; son esprit véritable est celui de l'opposition; il ne maintient sa raison d'être que dans une perpétuelle et changeante coalition de mécontents.

Protéger les immigrants contre les assimilateurs; l'individu contre l'Etat, combattre l'oppression légale et sociale de la majorité, revendiquer pour les communautés locales, contre le gouvernement central, le droit de régler elles-mêmes leurs problèmes, c'est-à-dire préserver les Etats contre l'emprise excessive de la fédération...

C'est toujours une clientèle locale brimée, ou s'estimant telle, qu'il soutient : le Sud contre le Nord, l'Ouest agricole contre l'Est capitaliste, les grandes cités cosmopolites contre l'américanisme protestant. Ses victoires sont nombreuses, mais elles restent de caractère local : gouverneurs, législatures d'Etats... »

André Siegfried. Les Etats-Unis d'aujourd'hui, ed Colin 1927.
Istra, Histoire 1ere, 1982, p 155


- USA - Le parti républicain, vu par André Siegfried en 1927

Après la défaite du démocrate Cox, soutenu par le président sortant Wilson, aux élections de novembre 1920, les Républicains Harding, Coolidge. et Hoover se succèdent à la Maison Blanche jusqu'en mars 1933. Le gouvernement coopère avec les milieux d affaires.

« Le parti républicain est, par essence, celui de la richesse organisée, de la grande production capitaliste : c'est instinctivement que celle-ci s'appuie sur lui, et lui sur elle...

Par là, le parti représente à la fois; la prospérité et la conservation sociale. Les indices de réussite matérielle mesurent le succès de sa politique ...Dans ce pays fortuné, où l'abondance apparaît chose normale, on ne saurait s'étonner que. depuis un demi-siècle, il ait été, sauf de rares intermèdes, presque constamment au pouvoir. Non moins logique est l'esprit conservateur qu'il incarne, car si les affaires vont bien, pourquoi rien changer au régime politique?

... Ceux qui sont sur le chemin de la fortune ou qui, l'ayant acquise, veulent la consolider ou l'accroître, demanderont donc au gouvernement de les laisser faire, de ne pas les entraver, de les favoriser au contraire en mettant à leur service le pouvoir de l'Etat ...

(La) raison d'être (du parti), c'est d'appuyer la production organisée, de la défendre contre l'étranger par la protection douanière massive dont il s'est fait la spécialité, de considérer sans fausse honte " les affaires " comme servant l'intérêt général de la nation. Il y a là une conception politique qui se tient, et, tant que la prospérité des plus heureux rejaillit sur tous, on comprend que la majorité s'en accommode. »

A. Siegfried. "Les États-Unis d'aujourd'hui", Éditions A. Colin.1927
Manuel Istra, 1ere, ed 1982, p 154


- USA - xénophobie et racisme

« L'attitude de l'Américain moyen est en train de changer. Il souffre d'une " saturation " d'étranger mal digéré. Il commence à trouver que l'étranger crée de nombreux et difficiles problèmes, et aggrave un certain nombre de maux anciens. En plus, avec l'accroissement massif de population étrangère, il commence à voir le pouvoir politique lui échapper ici ou là et passer aux mains d'étrangers qu'il n'a pas su entièrement convertir aux idées et aux idéaux de la démocratie américaine... Nous avions compté sur le fait que l'Amérique changerait l'étranger et c'est l'étranger qui change l'Amérique...

Ces dernières années, nous avons fait des efforts frénétiques vers l'américanisation. Nous avons découvert que le processus d'assimilation était beaucoup plus lent que nous l'avions espéré. Aucune nation ne peut être une grande nation sans un esprit d'unité, un certain degré d'accord et de ressemblance dans le peuple. Il est souhaitable aussi qu'il y ait un certain degré de diversité, mais ce doit être une diversité de même niveau. Une infiltration modérée de gens d'autres pays exerce une saine influence pour combattre la tendance à l'immobilisme auquel tendent naturellement les groupes sociaux. Mais si l'on va trop loin la population deviendra une simple cacophonie d'éléments hétérogènes...

Le plus grand danger permanent, cependant, réside dans le risque de recevoir des peuples de races inférieures. L'Américain commence à soupçonner que la composition raciale de notre immigration a une faible valeur...

En ce qui concerne l'admission des étrangers. nous devrions partir de l'idée que l'immigration n'est pas un droit, mais un privilège, et que nous n'avons pas la moindre obligation de l'accorder à tous les peuples - fussent-ils de race blanche ».

S.J. Holmes, " The Independant " 17 mars 1923.
cité dans J. Brun. " América ! América ! América ! ", Coll, Archives, Éditions Gallimard.Julliard, 1980.

Posté par clioweb à 07:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


30 avril 2012

André Gunthert : Un parfum colonial

 

= Un parfum colonial
André Gunthert - L'atelier des icônes - Culture Visuelle - 30 avril 2012
http://culturevisuelle.org/icones/2373

« L’éloge de la frontière prononcé par NS le 29 avril à Toulouse vient d’apporter son point d’orgue à la lente dérive de la droite hors des valeurs de la République, que tout son mandat a patiemment préparé. Quel que soit le résultat de l’élection du 6 mai prochain, il faut mesurer ce que cette nouvelle donne modifie du paysage politique français ... »

« ... Comment combattre la fiction de l’immigration, cette folie française ?

En jouant l’ontologie contre la pédagogie, la tactique de la diabolisation s’est finalement réduite à un mépris de classe, désormais retourné à son profit par Marine Le Pen.
Les effets pervers de l’interdit légal ont également démontré les limites de l’approche juridique.

C’est plutôt du côté d’un film comme Indigènes (2006, Rachid Bouchareb) et de l’entreprise culturelle qu’il faut se tourner pour restaurer une approche humaniste et fraternelle. Combattre le fantasme ne peut se faire que par l’élaboration dans la durée d’une contre-construction culturelle, soutenue par le politique, dont l’enjeu est rien moins qu’une réécriture de l’histoire de France. Une réécriture qui redonnerait toute sa place aux paradoxes de l’histoire coloniale française, et saurait remettre en perspective les excès de la mythologie nationaliste. Faute de cette refondation, le poison xénophobe poursuivra ses ravages jusqu’à mettre à bas tout l’héritage républicain ».


= Dans Marianne, 28.04.2012

- Il ne pense (vraiment) pas comme moi !
Alain Rémond commente la drague de Tillinac à l'égard de l'extrême-droite.


- Vive les tabous. Maurice Szafran
« … j’étais incapable d’imaginer qu’un Français de sang mêlé … puisse rompre pour de vrai avec l’esprit de raison et les réflexes humanistes qui construisent, qui renforcent chacun des citoyens d’une société démocratique »
« ... Il n’y a pas de civilisation sans tabou, et la barbarie commence lorsqu’on prétend sen affranchir au gré
de ses pulsions » (et de ses intérêts électoralistes).

version tempo : http://clioweb.free.fr/presse/1temp/marianne/tabou.jpg


.
.

Posté par clioweb à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 avril 2012

A Voix Nue : Marceline Loridan-Ivens

 

marceline

source : fondation Ivens - voir aussi http://www.ivens.nl/


.

- Marceline Loridan-Ivens
Cinéaste, actrice, écrivain, féministe, juive, enfant cachée, résistante puis déportée, porteuse de valises, une des 343 salopes, collaboratrice puis épouse de Joris Ivens ... 5 entretiens à archiver et écouter dans l'émission A Voix Nue (avril 2012)
http://www.franceculture.fr/recherche/key%3DLoridan


1. Le goût de la vie
L'enfance heureuse dans une famille juive qui fuit la Pologne catholique et antisémite pour refaire sa vie dans la France (le pays qui a innocenté et réhabilité le capitaine Dreyfus). Dans les années 1930, les Ligues sont xénophobes et racistes, mais alors les électeurs ne les suivent pas. Après l'exode vers Limoges, sa famille s'installe en 1941 à Bollène dans le Vaucluse.
http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-marceline-loridan-ivens-15-2012-04-16

2. La petite prairie aux bouleaux
Arrêtée par la Gestapo (et la Milice) avec son père le 29 février 1944, elle est déportée à Auschwitz-Birkenau par le convoi 71 du 13 avril 1944, puis à Bergen-Belsen et enfin au camp de concentration de Theresienstadt où elle recouvre la liberté à la libération du camp le 10 mai 1945.
Elle évoque l'enfer nazi de Birkenau, la petite prairie aux bouleaux .
« Je suis le numéro Fünfundsiebzigtausendsiebenhundertfünfzig (78 750 ? 75 750 ?) et je suis vivante !»

http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-marceline-loridan-ivens-25-2012-04-17

(Ida arrive à Birkenau le 13 février 1944. Elle, c'était le 75 360 - http://clioweb.canalblog.com/tag/Ida

3. le non-retour
Le retour, dans une France libérée depuis plusieurs mois : « Ne parle pas, ils ne comprennent rien »
(elle exécute le film Nuit et Brouillard : en 1955, la distinction entre camps ne se faisait pas encore)
La vie parisienne après son divorce
L'Algérie de 1962
Le cinéma, la petite juive errante et le Hollandais volant
Le Vietnam de Ho Chi Minh en guerre en 1967
("Tu as été déportée à Auschwitz et ils ne t'ont pas cramée ?
Alors dans mon pays, tu peux aller où tu veux ...")
La Chine post-revolution culturelle de 1972-73
(La Chine était alors aussi détestée que l'Etat d'Israël aujourdhui :-)
http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-marceline-loridan-ivens-35-2012-04-18


4. Chronique d'un été algérien
http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-marceline-loridan-ivens-45-2012-04-19
5. Déplacer des montagnes
http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-marceline-loridan-ivens-55-2012-04-20

 

- Lire également « Ma vie balagan » (« ma vie bordélique ») : les valises de Marceline Loridan-Ivens
Jean-Pierre Thibaudat - Rue 89
http://blogs.rue89.com/balagan/2008/11/01/ma-vie-balagan-les-valises-de-marceline-loridan-ivens

 

http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-16.04.2012-ITEMA_20360751-0.mp3
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-17.04.2012-ITEMA_20361058-0.mp3
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-18.04.2012-ITEMA_20361353-0.mp3.
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-19.04.2012-ITEMA_20361657-0.mp3
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-20.04.2012-ITEMA_20361985-0.mp3

 

 

bouleaux

LA PETITE PRAIRIE AUX BOULEAUX
film de Marceline Loridan-Ivens, 2003, 120 min
Avec Anouk Aimée, August Diehl, Marilu Marini…
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article65 -  fandecinema.com

Ma vie Balagan, 2010
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article369

 

Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Cessons de victimiser le FN

 

Cessons de victimiser le FN et ses électeurs
Laurent Muchielli, sociologue - Libération Rebonds, 27.04.2012

extraits :

« C’est un fait, avec 6,4 millions de voix, Marine Le Pen vient d’obtenir presque 18% des suffrages exprimés au premier tour de l’élection présidentielle. Mais cela ne justifie pas qu’elle occupe le centre des commentaires de la vie politique ni que l’on victimise ses électeurs comme beaucoup s’y emploient depuis quelques jours ». Pour ceux qui n'ont la mémoire courte, ce score n'est pas le coup de tonnerre mis en scène par les médias.


« La crise ne justifie pas que l’on devienne raciste, pas plus que le fait d’avoir été victime d’un acte de délinquance. Il faut au contraire combattre résolument ce genre d’amalgames et de pseudo-explications. Combattre sans répit et avec la plus grande détermination la stratégie du bouc émissaire qui est celle de l’extrême droite depuis la fin du XIXe siècle. C’était autrefois la faute aux «métèques» italiens ou polonais, c’est aujourd’hui la faute «aux Arabes et aux Noirs». Le fond du discours n’a jamais changé.

Pour conclure, il faut également dire et redire que si le discours du FN se banalise, c’est aussi parce qu’il a été servi avec une remarquable constance par celui de l’UMP et tout particulièrement par Nicolas Sarkozy et son entourage… Comment imaginer que ce véritable matraquage n’est pour rien dans la peur et le rejet qui s’expriment à travers un vote… »

http://www.liberation.fr/politiques/2012/04/26/cessons-de-victimiser-le-fn-et-ses-electeurs_814605

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 avril 2012

2012 - P1 - décryptages - 2

 

Trois séries de décryptages au lendemain du premier tour de la présidentielle 2012 :


- Des articles

Nonna Meyer : « Marine Le Pen effraie moins que son père, mais elle n’a pas changé le FN »
http://www.liberation.fr/politiques/2012/04/23/marine

L’UMP face au paradoxe droitier
Le président sortant a mené campagne sur les thèmes de l’extrême droite pour siphonner ses voix. Résultat : le score du FN n’a jamais été aussi élevé.
http://www.liberation.fr/politiques/2012/04/23/l-ump-face-au-paradoxe-droitier

Quand Wauquiez rodait les thèmes ultradroitiers de Sarkozy
En mai 2011, alors aux Affaires européennes, proche de Patrick Buisson, il suscitait la polémique (le cancer de l'assistanat). Un an plus tard, Sarkozy a repris la totalité de son discours.
http://www.liberation.fr/politiques/2012/04/24/quand-wauquiez

«Une France qui va au désastre», selon le «Wall Street Journal»
Un pays perdu, sans option et qui va au désastre. C'est un peu le tableau de la France que brosse ce matin le quotidien très conservateur dans un éditorial d'une rare violence.
http://washington.blogs.liberation.fr/great_america/2012/04/

«On retrouve la poussée populiste qui a cours en Europe»
http://www.liberation.fr/politiques/2012/04/23/poussee-populiste


Bruxelles s'inquiète de la montée d'un populisme anti-européen
Le Monde.fr | 24.04.2012
http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/2012/04/24/bruxelles

 

- Les Unes de la presse après le premier tour - Culture visuelle
http://culturevisuelle.org/icones/2363


2012-1-unes

source : Culture visuelle

« A l’exception notable du Figaro, seul à suggérer une victoire de la droite * , et du Monde, qui met en exergue le score de Marine Le Pen, les options de qualification journalistique de l’événement ont oscillé lundi entre l’apparente neutralité de la sélection des deux protagonistes du second tour et l’anticipation de la victoire de Hollande ».
* La droite y croit à nouveau [(sic), ce qui suppose qu'elle n'y croyait plus... :-):-)]

- Les cartes de Géoclip O3 et du Monde du 25.04.2012
(anamorphoses + La gauche de la gauche (2007, 2007, 2012).
Givet et le Diois continuent de voter à gauche ...
http://clioweb.canalblog.com/archives/2012/04/23/24083134.html



- Mais leur chemise est noire d'un vrai travail. OE - blog Affordance
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2012/04/vraie-histoire-vrai-travail.html

« Nous avons quatre-vingt conseillers municipaux à choisir... Il est évident que nos choix ne doivent avoir rien de politique ... Il faut nommer des représentants du vrai commerce, de la vraie industrie, du vrai travail ».
Plus du partis - Vive la France - X. Robert, 1871, Gallica

Bcp de "vraitravail" sur Twitter,
https://twitter.com/#!/search/#vraitravail
et même un décret pour ne prendre en compte que les "vraisbulletins" de vote le 6 mai
https://twitter.com/#!/affordanceinfo 



compatible

Extrait de la Une de Libération, 25.04.2012
Le racisme d'Etat est-il compatible ... ?
La soif de pouvoir autorise-t-elle toutes les dérives ?

« Dans la transmission des valeurs humanistes et républicaines
les xénophobes et les cléricaux ne pourront jamais remplacer l'instituteur
parce qu'il leur manquera toujours le sens le plus élémentaire de l'humain »
.

 .

 

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 avril 2012

Xénophobie d'en haut

 

xeno-haut            sp-prefets

Xénophobie d'en haut - Sans-papiers et préfetsLa Découverte

 

Dans l'émission La Suite dans les idées, Sylvain Bourmeau reçoit Michel Feher
à propos de deux ouvrages de l'association Cette France-là

Sans papiers et préfets : la culture du résultat en portraits.
Xénophobie d'en haut : le choix d'une droite éhontée.
Les 4e de couverture : http://www.franceculture.fr/emission-la-suite-dans-les-idees-michel-feher


Pourquoi les dirigeants d'une droite éhontée font-ils le choix de la xénophobie
sans que le bénéfice électoral de cette politique soit démontré ?
(cf l'amalgame délinquance-immigration, l'échec du débat sur l'identité nationale ... )

Pourquoi la gauche et ses réservoirs d'idée se laisse-t-elle enfermer dans uen telle rhétorique ?
( ""l'immigration est un problème"", "la gauche, c'est le déni"
""nous sommes une société ouverte, c'est pour cela que nous voulons fermer les frontières"",
xénophobie d'en bas, xénophobie d'en haut...)

Question connexe : comment des journalistes formés à la règle de l'impartialité
réagissent-ils quand la droite reprend et assume les amalgames du FN ?
Pourquoi parler seulement de dérapage ou de tactique quand les digues sautent à l'été 2010 ?
Le discours d'aide au déni évite de s'interroger sur un métier et sur un univers.

L'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16260-07.04.2012-ITEMA_20358612-0.mp3

.


Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,