05 décembre 2012

AFHE - table ronde 2012

 

La table ronde de l'AFHE - http://clioweb.canalblog.com/tag/afhe

La table ronde est une occasion de revisiter ce que des historiens ont écrit sur la formation et sur l'écriture électronique, depuis 25 ans, du temps de l'ordi naguère au web 2.0 aujourd'hui :-)
http://clioweb.canalblog.com/tag/memoirevive

Pour les deux sujets (formation, écriture), les finalités scolaires et la technique disponible sont essentielles. Tout comme le contexte politique, social et culturel. Lorsqu'un ministre supprime l'HG en Term S et les maths en Term L, il est possible d'anticiper les conséquences pour l'histoire universitaire.


2 suggestions de lecture :

- André Gunthert : Why blog ? : http://cleo.revues.org/174
Un éloge du blog, de l'expérimentation, du droit à l'essai,
trop rare selon lui dans un univers académique vu parfois comme arrogant.
Voir aussi André Gunthert, Culture Visuelle, ou la conversation moteur de (la) recherche) :
http://culturevisuelle.org/icones/2467


- Les historiens et l’informatique. Un métier à réinventer, EFR 2011
Le travail mené par le programme franco-italien ATHIS
a débouché sur l'ouvrage dirigé par Jean-Philippe Genet et Andrea Zorzi
http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique619



La veille assurée pour Historiens & G a fait croiser qq enjeux et qq dérives :

- L'écart est souvent impressionnant entre les pratiques des internautes
et les discours des médias (voire de certains décideurs).
Mais les clichés ont la vie très dure
(cf les affirmations surprenantes sur la lecture supposée sérieuse (on ne saurait plus lire de roman - une stupidité répétée après Nicholas Carr et répandu dans des articles (courts) de magazine... :-) . Voir aussi les lamentations sur une prétendue disparition du texte, avec confusion fréquente entre le web et les pubs TV)


- Le numérique a pris une place décisive dans la vie intellectuelle. Il rencontre cependant des obstacles.
Il est en général conçu à partir des règles adaptées à l'imprimerie.
Une minorité de technophobes voudrait « débrancher l'école » ou  « pourrir le web ». Elle est très influente dans l'édition et les médias.


- Can History Be Open Source ?
L'écriture collective est parfois présentée comme un horizon ultime.
En 2006, Roy Rosenzweig a consacré un article très important à l'écriture de Wikipedia. Il compare cette écriture par des contributeurs multiples à la réalité universitaire : selon lui, 95 % des publications recensées par The Journal of American History n'avaient qu'un seul auteur.
Il envisageait l'écriture d'un manuel numérique d'histoire à plusieurs mains, mais il n'a pas eu le temps de mener à bien ce projet. http://clioweb.free.fr/debats/wikipedia.htm


- L'ordinateur mettait plutôt l'accent sur le calcul et le traitement des données
(avec des excès qu'il vaut mieux ne pas citer).
Il impliquait des apprentissages souvent complexes (cf en carto : http://clioweb.free.fr/carto/carto.htm
Avec le web, la communication (et le livre) ont repris le dessus,
avec l'illusion fréquente que toute formation (intellectuelle et technique) est superflue.


- La question impossible, le retour
"Grading the Digital School ?" NYT 2011. Les tenants de l'évaluation
voudraient quantifier les apports du web en classe.
En 2001, Serge Pouts-Lajus y voyait déjà "une question impossible"
http://clioweb.canalblog.com/tag/grading


- Push ou Pull ?
Les institutions apprécient Internet quand le support leur permet d'élargir leur publicité à faible coût (le push). Certaines remplaceraient volontiers tous les enseignants par un professeur unique officiant depuis le Collège de France (cf Rupert Murdoch dans Le Monde 25.05.2011)
Elles excellent dans la définition de certificats formels. Elles sont davantage réticentes quand il faut prendre en compte les demandes et les besoins des internautes (adultes ou étudiants).


- Le rapport au temps :
Le web est un excellent support d'archivage (merci Internet archive),
beaucoup plus durable que certaines structures universitaires. :-)
Mais le buzz et l'instantané entretiennent souvent une forme de table rase,
surprenante chez des historiens.


- Le web, ce sont des liens et la possibilité d'exploiter ce que d'autres internautes ont mis en ligne.
voir également « L’alchimie des multitudes »  
http://clioweb.free.fr/debats/alchimie.htm


.
..

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


17 août 2011

Why blog ?


Why blog ?
c'est un article d'André Gunthert, diffusé en 2008 sur la plate-forme
Actualités de la Recherche en histoire visuelle.
http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/09/15/807-why-blog

 

ARHV (Actualités de la recherche en histoire visuelle) a été créé en 2005.

En 2008, André Gunthert a rédigé une défense et illustration du blog (ou carnet de recherches) à l’université.
Pour lui, le blog est à la fois un formidable conservatoire et un accélérateur de la curiosité, à la croisée de la vulgarisation, de l’enseignement et de la recherche. Il établit un parallèle entre le blog et « le séminaire de recherche, cet espace privilégié de l’expérimentation et de la discussion, avec ses à-côtés, ses digressions, ses clins d’œil, son rapport à l’actualité, ses auditeurs libres et jusqu’à ses contributeurs invités ».

Il poursuit : « Le blog m’a donné l’occasion de mille expériences. Déplacements thématiques, dérapages stylistiques, débordements politiques : à chaque fois, c’est sous la forme d’un pas de côté… ». Il a fait évoluer « mes méthodes, mes approches, mon énonciation, mon style et jusqu’à ma vision de la science ». dans un monde contraint, « la liberté du blog apparaît comme une oasis ». Et surtout, le blog offre un avantage rare : « le droit à l’essai, à l’erreur et au remords »


AG évoque aussi des ruptures :

- « Le blog court-circuite l’économie qui fait de l’institution le garant primordial de la légitimité d’une expression ». Lors de la création d’AHRV, son « premier réflexe a été de le concevoir comme un organe collectif. À cette époque, ouvrir un blog sous mon propre nom m’aurait paru bien trop prétentieux et narcissique ». A l’usage, l’exposition en solo a pris le dessus.

- Le blog fait aussi « voler en éclats l’ancienne contrainte de l’exclusivité » : la diffusion d’un article en préprint favorise la formation d’une véritable bibliothèque en accès libre et gratuit.

« La science qu’on m’a donné à connaître lorsque je faisais mes humanités était arrogante, dominatrice et sûre d’elle. Celle que j’ai aimée plus tard, aux côtés de mon maître Louis Marin, n’avait rien à voir avec cette morgue d’un autre âge. Le blog appartient à cette seconde : plus proche de la réalité de mon travail, de mes doutes et de mes erreurs, de mes bonheurs de chercheur devant la trouvaille ou le plaisir de comprendre. À ceux-là, le blog a ajouté la joie du partage, qui comble mon appétit de pédagogue ».


Lire aussi le paragraphe 13
où André Gunthert rappelle la règle d’or du blogging : « don’t feed the troll »

« Bien sûr, il y a les trolls – ces importuns qui détournent le fil de la discussion, de manière agressive et parfois insultante. Heureusement pas très nombreuses (je les compte sur les doigts d’une seule main au cours des deux dernières années), ces interventions m’ont convaincu de conserver la modération a priori des commentaires, qui permet de faire le tri. Et de me conformer à la règle d’or du blogging : « don’t feed the troll » – ne jamais entrer en conversation avec le provocateur ».

un formidable conservatoire et un accélérateur de la curiosité, à la croisée de la vulgarisation, de l’enseignement et de la recherche. Il établit un parallèle entre le blog et « le séminaire de recherche, cet espace privilégié de l’expérimentation et de la discussion, avec ses à-côtés, ses digressions, ses clins d’œil, son rapport à l’actualité, ses auditeurs libres et jusqu’à ses contributeurs invités ».



Cette défense et illustration du blog au service de la recherche universitaire
a été repris par Revues.org au sein de l'ouvrage en ligne
Read/Write Book, Le livre inscriptible, sous la direction de Marin Dacos.
http://cleo.revues.org/174


.
La plate-forme Hypotheses.org
du CLEO (Centre pour l’édition électronique ouverte) héberge à ce jour 222 carnets de recherche, dont Aggiornamento.

http://hypotheses.org/
http://aggiornamento.hypotheses.org/

En 2010, 35 carnets de recherche concernaient la sociologie et l'anthropologie, un peu plus de 15 l'histoire, un peu moins de 15 la documentation ou la géo.
http://hypotheses.org/a-propos/repartition-thematique

Parmi les articles récents :
. Les émeutes de 1935 à Brest, lues à la lumière de l'actualité
http://enklask.hypotheses.org/210

. Wikipedia et son impact dans les publications scientifiques
Taemin Kim Park, The visibility of Wikipedia in scholarly publications, First Monday, 16(8), august 2011
(Les carnets du SID) - http://sid.hypotheses.org/322

Espérons que cette structure permettra d'acclimater durablement enfin la diffusion de la recherche via internet.

hypotheses

 

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,