16 février 2021

Exercer son aptitude à l’utopie

 

Exercer son aptitude à l’utopie est une nécessité absolue quand l’avenir paraît avoir disparu»

Sophie Wahnich , tribune, Libération 13.02.2021

Comment nous projeter dans l’avenir et imaginer un monde meilleur alors que la crise sanitaire nous donne l’impression de faire du sur-place ? Pour l’historienne, spécialiste de la Révolution française, la pensée utopique constitue une source d’émancipation plus que jamais nécessaire. Même si elle se heurte au réel.

http://clioweb.free.fr/debats/utopie-wahnich-2021.pdf

 

extraits :

- Qu’est-ce qui différencie une utopie d’autres types de projet ?

L’enjeu de toute utopie est de démontrer que l’énoncé «ça a toujours été comme ça» est faux. «Ça peut être autrement» est une pensée réformiste. «Ça doit être différent» est une pensée révolutionnaire. Mais «ça pourrait être différent» est une pensée utopiste. Tout d’un coup l’imaginaire est ouvert. Nul besoin de faire exister l’utopie immédiatement, elle peut se transmettre au-delà de votre temps de vie. Ce qui a été lancé, n’est jamais perdu pour l’histoire.

 
- Durant le premier confinement, il y a eu un énorme espoir de changement. On parlait du «monde d’après». Cela s’est fracassé. Y a-t-il eu un moment d’utopie ?

« Oui, mais il a été suscité par un malentendu : le «quoi qu’il en coûte» a été entendu comme si on allait enfin faire payer les détenteurs du capital. Autour de ce malentendu est apparu «un violent désir de bonheur» pour reprendre le titre d’un beau film de Clément Schneider. Ce désir était latent, tout prêt à surgir, malgré le désespoir indéniable dû à une gestion cruelle de la crise du Covid – je pense à la situation des étudiants maintenus devant un écran, aux lieux culturels fermés. Le refus de penser ce qui nous ferait du bien n’a en soit rien de démocratique. Car l’un des principes démocratiques, c’est justement de retenir la cruauté ».


.
.

Posté par clioweb à 08:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15 octobre 2020

IHRF - L’étranger en révolution(s)

 

L’étranger en révolution(s) - IHRF
http://www.ihmc.ens.fr/etranger-en-revolution-s.html

9 h 20 – 9 h 40 : Sophie Wahnich (EHESS)
Identité et universalité, relancer les dés

Atelier 1 – Les étrangers en France, Les Français comme étrangers

Atelier 2 – Cosmopolitisme et universalisme

16 h 20 –16 h 40 : Conclusion : Pierre Serna


rappel :

Sophie Wahnich, L'impossible citoyen.
L'étranger dans le discours de la Révolution française, Albin Michel 1997

 

CR D Godineau, AHRF 1998
https://www.persee.fr/doc/ahrf_0003-4436_1998_num_312_1_2188_t1_0354_00002

 

CR C Gautier, Annales, 1997
https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1997_num_52_4_279607_t1_0940_0000_002


.




.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 juin 2020

La dramaturgie révolutionnaire

 

wahnich-dramaturgie-2020

 

« Comprendre la dramaturgie révolutionnaire », 2018-2019/1788-1794

visioconférence de Sophie Wahnich

mercredi 24 juin de 18h30 à 20h30

audio :
https://www.ciph.org/spip.php?article102

Collège international de Philosophie
https://www.ciph.org/

lien dès 18 h :

https://us02web.zoom.us/j/82900887717?pwd=UFJSZ0kxOWtkWis2aVBOdnlzOHZGZz09#success


.

 

 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 juillet 2017

Pétrarque 2017 : Où est passée la révolution ?

 

Où est passée la révolution ?
Les Rencontres de Pétrarque 11.07.2017
par Jean Birnbaum et Hervé Gardette
avec Pascal Ory, Sophie Wahnich et Frédéric Rouvillois
http://www.franceculture.fr/emissions/les-rencontres-de-petrarque/ou-est-passee-la-revolution


notes perso :

P. Ory : le grand siècle de la révolution, c'est le XIXe, de la révo américaine à la double révo russe.
Au XVII, l'Angleterre a vécu 2 révolutions, une radicale avec Cromwell, une libérale (la Glorieuse Revolution) en 1688
Le XXe affaiblit le concept de révolution :
cf Mantoux parle de révolution industrielle pour une mutation technique et sociale de longue durée


S. Wahnich constate une grande confusion (révolution dite nationale).
Pour elle la révolution, ce sont des transformations radicales ET une marche vers davantage d'émancipation
Elle regrette l'arrêt de transmission scolaire et la perte de transmission
Mais elle constate l'intérêt d'un regard neuf, des étudiants actuels posant de bonnes questions

Révolution nationale ?
Pour P Ory, le populisme est à droite, c'est la captation d'une partie de l'héritage de gauche au profit de valeurs de droite
cf les blanquistes dans le boulangisme
Quand ces valeurs sont extrémisées, cela devient du fascisme

FR - Il cite Goebbels, la prise complète de pouvoir en 1933, sans effusion de sang (sic et resic)
Pour lui, toute révolution est porteuse de risques éminents.
Il estime L'utopie intrinsèquement perverse (Pie XI sur le communisme), du fait de la sublimité de son objectif, réaliser 1 soc parfaite.
Ceux qui ne suivent pas le mouvement sont vus comme des monstres qu'il faut éliminer.  
Il considère l'utopie comme totalitaire et mortifère.
Mais en ce moment, l'idée de progrès a bcp du plomb dans l'aile, les utopies complètes sont passées de mode.


SW - L'utopie n'est pas le stalinisme.
Citer Goebbels, c'est enterrer l'utopie.
Ne pas laisser ces concepts au nazime et au stalinisme,
il faut les récupérer au service d'une démocratie délibérative et utopique

More, Camapanella... ?
Ces théoriciens ne sont pas au pouvoir.
Leur société est face à un pouvoir monarchique qui veut tout régenter,
ils écrivent des textes qui permettent à des cénacles d'inventer des imaginaires pour tenir en situation d'étiage de la liberté.
Où est l'oppression ? Chez ceux qui écrivent ou chez ceux qui exercent le pouvoir ?


FR L'utopie l'envie d'une bifurcation ?
On peut appeler n'importe quoi n'importe comment. :-)
La perfection est le ver dans le fruit, qui mène vers des lendemains qui ne chantent pas


P Ory évoque Simon Leys, Batavia
La société issue d'un naufrage au large de l'Australie aboutit d'emblée à l'horreur
http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Naufragés_du_Batavia

Après 1870, la France a plutôt fait le choix du centre et du compromis.
La radicalité peuple plutôt les musées : elle produit la modernité culturelle
La radicalité est increvable : il y a toujours de bonnes raisons de rejeter la société extistante, et de rêver d'une autre.

 

SW - quelque chose chose se joue aujourd'hui dans le refoulement de l'idée d'utopie.
Les déclarations des droits de l'homme (1789, 1793) ont mis en avant la liberté et la résistance à l'oppression.

Aujourd'hui, le vrai danger, ce n'est pas l'utopie, mais le droit pénal de l'ennemi,
le droit de tuer l'ennemi [avec des drones] (1980, Günther Jakobs juriste allemand, d'après Carl Schmidt) ?
Torturer pour éviter des événement monstrueux,
n'est-ce pas un dilemme lui même monstrueux qui crée la condition de la politique du pire ?

Jean-François Dreuille.  Le droit pénal de l’ennemi : éléments pour une discussion.  Jurisprudence page 149, Université de Savoie, 2012
http://hal.univ-smb.fr/hal-01479079/document


Dans ce débat, il faudrait savoir un peu mieux ce qu'est la révolution
La foi en l'impossible (Quinet ?), c'est l'autre nom de l'utopie,
l'impossible, c'est le rapport à une justice qui serait stabilisée


P Ory : les contre-révolutionnaires sont à la traîne.
En 1789, dans le drapeau, le tricolore n'est pas la fusion des couleurs de Paris et de celle de la monarchie.
Le tricolore est le symbole choisi d'emblée par les révolutionnaires, partisans de la liberté.
Par réaction, les monarchistes sont amenés à revendiquer le blanc.
Le danger actuel, c'est le populisme et les prises de guerre sur ses adversaires (FN au pouvoir en Finlande).


SW cite P Clastres, la société contre l'Etat
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Clastres
le danger ce n'est pas l'idéologie mais la mnière dont des gouvernants produisent une capture des liberté individuelles, une capture qui peut se faire dans une société qui a abandonné toute utopie émancipatrice et où le pouvoir refuse d'annoncer son projet.


.

.

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 octobre 2014

S. Wahnich, Rebelle, rebelles

 


- Rebelles ? Sophie Wahnich, Le Monde des livres 02.10.2014
http://www.lemonde.fr/livres/article/2014/10/02/rebelles-sens-dessus-dessous_4499411_3260.html

« Le rebelle est étymologiquement celui qui recommence la guerre », celui qui refuse de s'avouer vaincu

La Révolution distingue le rebelle qui s'oppose aux droits de l'homme et du citoyen ; le révolutionnaire qui fait son métier de citoyen en activant ces droits ; le citoyen qui résiste à l'oppression et empêche les gouvernants de faillir.

« Au XIXe, une confusion s'installe entre le rebelle, le résistant et le révolutionnaire. Tous sont braves et insoumis. Aucun ne se satisfait de l'état du monde ».

« Pendant la 2 GM, aucun résistant n'aurait pu se penser comme simple individu rebelle, car c'est toujours au nom de la cité et de l'humanité qu'il légitimait son action menée au sein d'une armée patriote ».

Aujourd'hui, «notre société affectionne les rebelles et, pourvu qu'ils sachent bien écrire ou parler, relativise leur possible haine de l'égalité, de l'humanité une et de la justice. Le rebelle fascine ».
De quoi avons-nous besoin ? d'une éthique de l'individu rebelle ? d'une éthique révolutionnaire de la résistance à l'oppression ?


- RDV Blois 2014, programme chronologique en 20 pages.
http://www.rdv-histoire.com/-Programmation-du-festival-les-.html
http://www.rdv-histoire.com/IMG/pdf/PROGRAMMECHRONO2014.pdf


rebelles-couv

http://www.rdv-histoire.com/IMG/pdf/PROGRAMMECHRONO2014.pdf


.

.

Posté par clioweb à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 février 2013

France-Inter et la Révolution

 

1789-1794 : faut-il avoir peur de la Terreur ?
Sur France-Inter, vendredi matin, Sophie Wahnich, Patrice Gueniffey et Olivier Coquard
La Révolution est terminée selon PG.
Pourtant, elle continue à faire débat ...
Qu'est-ce la Terreur ?
La Vendée, un génocide ?
2 remarques : 
. Depuis 1792, les affrontements politiques sont influencés par la guerre contre l'Autriche et la Prusse.
. difficile de parler de l'histoire scolaire, surtout celle que les programmes repoussent au mois de mai...

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 mai 2011

2011 : Les nouveaux jours heureux

- Glières : Appel aux jeunes générations - Le Monde Opinions 15 mai

Partout, la prise de conscience que les valeurs, toujours actuelles, incarnées en 1944 dans le programme du Conseil national de la Résistance, ouvrent l'espoir qu'un mieux-vivre ensemble est possible. Il est aujourd'hui concevable de définir un nouveau programme de la Résistance pour notre siècle.
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/14/

http://www.citoyens-resistants.fr/spip.php?article182

.
Aux Glières, le " rêve de justice et d'honneur " des nouveaux maquisards - Le Monde 16/05/2011
Réunis les 14 et 15 mai, résistants d'hier et réfractaires d'aujourd'hui s'unissent pour peser dans la présidentielle.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/05/16/

.
-  La résistance incantatoire - point de vue de Sophie Wahnich - Le Monde Opinions 14/05/2011
Comment retrouver l'esprit des réformes politiques de 1944 ? 
Si le peuple de France doit se libérer de ses « chaînes », qui est son ennemi ?

« L'appel est ambitieux, généreux même, puisqu'il propose " l'élaboration d'un projet de société du XXIe siècle en repartant du programme du CNR, permettant l'épanouissement du plus grand nombre ". Seulement, aujourd'hui, le terrain est miné et on ne peut se contenter de réactiver l'expérience des anciens résistants pour être à même de vraiment résister à ce qui nous assaille. »
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/14/

.

- Les nouveaux jours heureux, Jean-Luc Porquet, Le Canard enchaîné, 18/05/2011
« bien sûr, l'incantation ne suffit pas ... mais ce que révèlent cet appel et la présence de 5000 personnes... c'est que quelque chose est en train de se chercher ... »
« ici aussi, vous avez besoin d'un régime vraiment démocratique » aurait dit avec humour Radhia Nasraoui, une avocate tunisienne.
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/canard/lce-jlp-glieres.jpg

.
- Indignez-vous, Les éditeurs indignés, Libération 12/04/2011
Le couple Barou-Crossman a navigué dans le maoïsme et le new age avant de fonder Indigène éditions en 1996. Après avoir vivoté pendant des années, ils savourent le phénoménal succès du livre de Stéphane Hessel.
http://www.liberation.fr/culture/01012331067-les-editeurs-indignes

 

 

 

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,