24 juillet 2017

Le Vel d’Hiv, la France et l’historien

 

- Le Vel d’Hiv, la France et l’historien
tribune de Sébastien Ledoux Paris 1, Libération 20.07.2017
http://blogs.mediapart.fr/sebastien-ledoux/blog/240717/le-vel-dhiv-la-france-et-lhistorien

Les débats politiques actuels autour de la question de la responsabilité de la France dans la rafle du Vél d’Hiv viennent contrarier un certain consensus qui semblait établi depuis le discours de Jacques Chirac en juillet 1995.

Sébastien Ledoux a publié « Le Devoir de mémoire : une formule et son histoire »


- La rafle du Vel' d'Hiv' un crime français
En avril, il avait publié une autre tribune sur un blog de Médiapart 10.04.2017
au lendemain d'une sortie de MLP

tout comme Henry Rousso dans le Huffington Post 11.04.2017

http://clioweb.canalblog.com/tag/rafle


 

 

Posté par clioweb à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


10 avril 2017

1995 - Chirac et la rafle

 

- MLP choque en déclarant que « la France n’est pas responsable » de la rafle du Vél’ d’Hiv, Le Monde 10.04.2017

A 15 jours du premier tour, MLP a rouvert une ancienne polémique,
22 ans après un discours historique de Jacques Chirac
reconnaissant la responsabilité de la France


-
La rafle du Vel' d'Hiv', un crime français
Sébastien Ledoux, blog Médiapart  10.04.2017
http://blogs.mediapart.fr/sebastien-ledoux/blog/100417/la-rafle-du-vel-dhiv-un-crime-francais

- La rafle du Vel d'hiv'  Cercleshoah
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article597

Le 16 juillet 1942, 4 500 policiers et gendarmes français arrêter plus de 13 000 de leurs compatriotes,
hommes, femmes et enfants juifs, pour le compte de l’occupant nazi.
La plupart furent déportés dans des camps, en France puis en Allemagne, et ne revinrent jamais.


- Le discours de Jacques Chirac (écrit par Christine Albanel ?)
prononcé lors des commémorations de la Rafle du Vel’d’Hiv’ - 16 juillet 1995
http://bit.ly/2oVVPKl

extraits
« Il y a cinquante-trois ans, le 16 juillet 1942, 450 [4500 ? 7000 ? 9000 ?] policiers et gendarmes français,
sous l’autorité de leurs chefs, répondaient aux exigences des nazis ».

« La France, patrie des Lumières et des Droits de l’Homme, terre d’accueil et d’asile,
la France accomplissait l'irréparable.
Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux ».

« L’horreur, pourtant, ne faisait que commencer.
Suivront d’autres rafles, d’autres arrestations. À Paris et en province.
Soixante-quatorze trains partiront vers Auschwitz.
Soixante-seize mille déportés juifs de France n’en reviendront pas ».

« Transmettre la mémoire du peuple juif, des souffrances et des camps.
Témoigner encore et encore. Reconnaître les fautes du passé, et les fautes commises par l’Etat.
Ne rien occulter des heures sombres de notre Histoire,
c’est tout simplement défendre une idée de l’Homme, de sa liberté et de sa dignité.
C’est lutter contre les forces obscures, sans cesse à l’œuvre ».

« Je veux me souvenir de toutes les familles juives traquées, soustraites aux recherches impitoyables de l’occupant et de la milice, par l’action héroïque et fraternelle de nombreuses familles françaises ».


« Certes, il y a les erreurs commises, il y a les fautes, il y a une faute collective.
Mais il y a aussi la France, une certaine idée de la France, droite, généreuse,
fidèle à ses traditions, à son génie. Cette France n’a jamais été à Vichy.
Elle n’est plus, et depuis longtemps, à Paris.
Elle est dans les sables libyens et partout où se battent des Français libres.
Elle est à Londres, incarnée par le Général de Gaulle.
Elle est présente, une et indivisible, dans le cœur de ces Français,
ces « Justes parmi les nations » qui, au plus noir de la tourmente,
en sauvant au péril de leur vie, comme l’écrit Serge Klarsfeld,
les trois-quarts de la communauté juive résidant en France, ont donné vie à ce qu’elle a de meilleur.
Les valeurs humanistes, les valeurs de liberté, de justice, de tolérance
qui fondent l’identité française et nous obligent pour l’avenir »


11.04.2017 Commentaire Henry Rousso :
http://www.huffingtonpost.fr/henry-rousso/le-pen-vel-dhiv-vichy_a_22034882/

- « Il n'est pas inutile de rappeler les dilemmes, pour ne pas dire les contradictions internes du propos présidentiel de l'époque.
Dans ce discours qui a fait date, Jacques Chirac déclare, d'un côté, que "la France" doit être tenue pour responsable des persécutions antijuives – et donc pas seulement Vichy – et qu'il y a même là une "faute collective", propos très fort, contestable et contesté à l'époque.

Mais il dit, d'un autre côté, qu'il y avait aussi une autre France, et donc que cette "faute" n'est pas partagée par l'ensemble de la Nation: "Certes, il y a les erreurs commises, il y a les fautes, il y a une faute collective. Mais il y a aussi la France, une certaine idée de la France, droite, généreuse, fidèle à ses traditions, à son génie. Cette France n'a jamais été à Vichy".

Si l'on omet de rappeler cette partie essentielle du discours, on ne comprend pas que sa portée tient moins à la dimension "repentante" qu'à l'expression de cette contradiction terrible et insoluble des deux Frances, d'un pays déchiré entre sa part d'ombre et sa part de lumière, contradiction qui s'est perpétuée dans la mémoire et qui ne résoudra probablement jamais. C'est la grande, l'énorme différence, avec une vision manichéenne qui réduirait la situation de l'Occupation aux agissements d'une "poignée de traîtres" ne représentant qu'eux-mêmes. Si De Gaulle pouvait écrire cela dans les années 1950, dans la foulée de la Libération et du haut de sa stature et de son héritage, le dire aujourd'hui n'a plus aucun sens.

Dans son discours, Jacques Chirac ne prononce d'ailleurs, ni le mot "pardon", ni le mot "excuse". Il évoque une "dette imprescriptible". De fait, dans les années qui ont suivi, cette dette s'est traduite par un changement dans la perception politique et juridique du régime de Vichy. En 1997, le gouvernement créé une commission dirigée par Jean Mattéoli pour établir le montant des dommages résultant de la spoliation des biens juifs par des lois françaises.. »


- « En réalité, la question la plus importante est ailleurs. Faut-il réparer les fautes, toutes les fautes, du passé et, si oui, jusqu'à quand et comment? Là encore, le débat est ouvert. Une chose est sûre en ce domaine: ce sont rarement les dictatures, les régimes criminels ou ceux qui ont commis ces actes qui payent ou s'excusent pour leurs méfaits. Ce sont souvent leurs successeurs – ou des instances internationales... Et les successeurs sont parfois aussi ceux qui ont souffert les premiers desdits régimes. Ils se retrouvent donc dans cette situation impossible d'avoir à payer pour leurs bourreaux ».


.


..

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 octobre 2012

Rachel Jedinak, enfant cachée

 

rachel-robert

Rachel Jedinak et Robert Frank - Mémorial de Caen - 24.10.2012


La vie tient parfois à 3 mots : « Fichez le camp ».
Rachel Jedinak a témoigné le 24 octobre au Mémorial de Caen. La co-présidente de l’Association Mémoire juive de Paris témoigne depuis 16 ans dans les établissements scolaires.

Rachel Psankiewicz est née à Paris en 1934. Ses parents ont fui la Pologne. Elle garde des « souvenirs heureux de petite fille aimée » ; elle pense que cela l'a aidée à surmonter la suite.

En 1939, son père s’engage dans l’armée (volontaires étrangers) ; en mai 1941, il est arrêté ; il est détenu 13 mois à Beaune-la-Rolande, puis déporté à Auschwitz le 27 juin 1942, par le convoi n° 5, sans retour.

Lors de la rafle du Vel d'Hiv, elle est arrêtée avec sa mère et sa soeur et conduite à la Bellevilloise. Sa mère leur ordonne de fuir par une issue de secours. Une gifle l'incite à obéir. « Sur le moment, je n’ai pas compris que c’était un acte d’amour et de déchirement pour elle…»

En février 1943, elle est arrêtée à nouveau avec sa soeur et sa grand-mère ; elles sont conduites au commissariat de la rue Gambetta. « Fichez le camp » ordonne la grand-mère aux deux filles.
Elle séjourne un temps dans un foyer de l'UGIF, puis elle est placée dans une famille près de Tours. Elle y est maltraitée.

A la Libération, elle cherche ses parents à l'Hôtel Lutétia.
En vain.
Elle les imagine libérés et emmenés par les Soviétiques.

Elle épouse un fils de déportés. Sa petite fille lui reproche l'absence de ses grands parents. Son fils l'incite à témoigner.

En 1997, au sein du Comité Tlemcen du 20ème, elle milite pour la pose des plaques en mémoire des enfants assassinés par les nazis.
http://www.comitetlemcen.com/Rachel.html


- La rafle du Vel d'Hiv : En me giflant, ma mère m’a sauvé la vie. France-Soir 09.03.2010

« Chana-Gitla Psankiewicz, la mère de Rachel, avait pourtant pris ses précautions. Depuis que son mari, Abram, avait été piégé en mai 1941 par le « billet vert », elle était sur ses gardes. Or, le 15 juillet 1942, la rumeur avait couru qu’une grande rafle se préparait. Dans la soirée, elle avait envoyé ses deux filles, Rachel, 8 ans, et Louise, 13 ans, dormir chez leurs grands-parents, 15, rue de Tlemcen, dans le XXe arrondissement. Elle était restée chez elle, 26 rue Duris. C’est là qu’au petit matin, le 16, des policiers vont l’arrêter, tandis que la concierge « va signaler aux flics » que les deux gamines se trouvent chez leurs grands-parents, rue de Tlemcen ».

« Comme un troupeau, les policiers nous ont guidés jusqu’à La Bellevilloise, une salle de spectacles, 23-25, rue Boyer. Aux fenêtres, sur les trottoirs, les gens regardaient notre misérable troupe. Certains faisaient un signe de croix, les larmes aux yeux. D’autres nous montraient du doigt en rigolant. C’était humiliant de se sentir traité comme du bétail. »

« Résignées, les fillettes vont sortir. Dehors, deux policiers en faction détournent la tête en les voyant s’éclipser. Chana-Gitla sera déportée par le convoi 12 du 29 juillet 1942 ».
http://www.francesoir.fr/actualite/societe/rafle-du-vel-dhiv-ils-temoignent-50135.html



- L'écouter dans une vidéo de 110 secondes chez Curiosphère.
http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/111257-reportage-rafle-du-vel-dhiv-deux-rescapes-temoignent

rachel

Rachel Jedinak, curiosphere


rachel-mere

La mère de Rachel - source : curiosphere
Jacques Duquesne, La rafle du Vel' d'Hiv, docu 2002


- Une vidéo sur le site de L'Express  (8 mn, après 30 secondes de pub)
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/histoire/rafle-du-vel-d-hiv-ma-mere-m-a-gifle-pour-me-forcer-a-m-enfuir_1147247.html

 

- C’étaient des enfants, expo à la mairie de Paris jusqu’au 27 octobre 2012
Présentation de l'expo
Le catalogue
Témoignages d'enfants cachés
dont François Szulman, petit prince de Belleville
et Robert Frank, de Metz à Paris
Rencontre avec Sarah Gensburger
http://www.paris.fr/cetaientdesenfants


- Enfants et adolescents juifs dans le système concentrationnaire nazi
Témoignages d'adolescents déportés à Auschwitz
CNRD 2008-2009 - Cercle d'étude de la déportation et de la shoah
http://www.cercleshoah.org/IMG/pdf/Livret_enfants_adolescents_systeme_nazi.pdf

- Les enfants juifs de Paris arrêtés et déportés de juillet 1942 à août 1944
une carte interactive de Jean-Luc Pinol
http://clioweb.canalblog.com/tag/pinol


- Maison d’Izieu, mémorial des enfants juifs exterminés
http://www.memorializieu.eu/spip.php?article18&lang=fr


- Traqués, cachés, vivants, Des Enfants juifs en France (1940-1945)
ouvrage collectif coordonné par Danielle Bailly - L'Harmattan

C'était entre 1939 et 1945. Ils étaient des enfants, âgés de un à dix ans lorsqu'ils furent marqués comme juifs et traqués du seul fait de leur naissance. Cachés, souvent séparés de leurs parents dont certains disparurent à jamais, ils survécurent.
Un groupe d'anciens "enfants cachés" s'est constitué autour de ce projet de transmission : Danielle BAILLY (coordinatrice), Francis BAILLY, Nicole EIZNER, Philippe FOUQUEY, Rachel JEDINAK, Odette KOZUCH, Daniel KRAKOWSKI, Noël KUPERMAN, Simon MARJENBERG, Danièle MENÈS, Édith MOSKOVIC, Gaby NETCHINE-GRYNBERG, Serge NETCHINE, Arnold ROCHFELD, Nelly SCHARAPAN, Eliane SÉRAVALLE, Willy SWICZKA, Charles ZELWER.
http://www.humanite.fr/politique/rachel-leon-henri-lena-jacob-lola-addy-jean-maurice-des-enfances-volees-500823



.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,