04 septembre 2014

SH : Eduquer au 21e siècle

 

Eduquer au 21e siècle,
numéro spécial de Sciences Humaines 263S (6,50 la revue, 4 euros le dossier en ligne)
http://www.scienceshumaines.com/eduquer-au-xxie-siecle_fr_33123.html

« Notre modèle républicain serait-il donc mauvais ? Disons plutôt, comme François Dubet, qu’il arrive peut-être au terme de son histoire. Depuis Jules Ferry, tout a changé : l’enfant, sommé dès le berceau d’être autonome, critique et connecté ; la société, simultanément mondialisée et individualiste ; l’école, autrefois sanctuaire, aujourd’hui poreuse aux problèmes sociaux. ? »

« L’heure est à l’humilité. Elle oblige à admettre, comme Marcel Gauchet, que « nous n’avons pas trouvé la bonne école ». Mais rien n’empêche de chercher. Avec ce dossier, nous dessinons des pistes. Les modèles qui marchent à l’étranger, mais aussi leurs limites. Les promesses tenues par Internet. Les innovations concrètes… »

au sommaire,
Instruire ou éveiller ? Un débat transatlantique (Dewey ou Durkheim)

La révolution numérique aura-t-elle lieu ?  Emmanuel Davidenkoff

L'éducation nouvelle, une aventure à revisiter  Philippe Meirieu
Vers une mondialisation de l'éducation ?  
Huit idées pour réinventer l'école

Egalement :
Robert Darnton, Le livre, des Lumières au numérique
Les vrais pouvoirs des médias

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


08 avril 2014

Quelle éducation à l'heure du numérique ?

 

Quelle éducation à l'heure du numérique ?
émission La Grande Table, 08.04.2014,
débat autour de l'ouvrage Le Tsunami numérique
avec l'auteur, E Davidenkoff (L'Etudiant) et M. Baumard (Le Monde).
http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-0

Entendu :
Le numérique est déjà là, surtout dans certains domaines du supérieur.

Ce n'est pas le matériel (le smartphone, le TBI) qui change la donne,
mais ce que le prof décide d'en faire dans le cadre de son enseignement.

La machine ne remplacera pas l'humain, mais des groupes financiers ont vu que le numérique pouvait leur servir de bélier, industrialiser ce qui peut l'être, diminuer les coûts (en diminuant le poids des salaires) et proposer une éducation low cost. Si des formes d'accès à l'emploi sont garanties aux étudiants, cela peut mettre à mal l'éducation dans son fonctionnement actuel.

Au temps de la chatelisation, ED avait souligné les dégâts de la caporalisation. Dans cette émission, il insiste sur la responsabilité des intermédiaires (IPR et chefs d'établissement) dans les blocages actuels.

Autre accent, sur le modèle des campus américain : en dehors des cours (magistral ou dialogué), quelle place donner aux activités sociales (celles dont Facebook sait tirer profit) ?

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 mars 2014

ED : Le tsunami numérique


Trois sources pour un débat impossible :

- Un livre chez Stock :
Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique. Education. Tout va changer ! Etes-vous prêts ?, Stock
http://www.editions-stock.fr/le-tsunami-numerique-9782234060548

« Suivi personnalisé des élèves à l’école primaire, correction des copies par ordinateur, cours magistraux consultables sur Internet (MOOC), tableaux blancs interactifs, formation continue des professeurs, le numérique va bouleverser le système éducatif en France… Si l’on veille à ne pas en laisser le monopole aux Américains, cette véritable révolution sera extrêmement bénéfique : elle offrira une meilleure égalité des chances et une formation davantage tournée vers l’accès à l’emploi.
Mais sommes-nous prêts ? »

- Un compte rendu et un entretien dans Le Café pédagogique :
http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2014/03/26032014Article635314144864742097.aspx

- L’émission Rue des Ecoles avec l’auteur et Divina Frau-Meigs (Paris 3).
http://www.franceculture.fr/emission-rue-des-ecoles-education-faut-il-craindre-le-tsunami-numerique-2014-03-26
http://www.univ-paris3.fr/frau-meigs-divina-29572.kjsp
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/04/02/26810177.html


Parmi les éléments abordés : L’intelligence artificielle, les MOOCs entre cours magistral à distance et travail en réseau, l’innovation, la créativité et la coopération …

Pour l’auteur, tout ce qui est répétition et répétitif sera sans doute industrialisé et livré aux machines. Mais on aura toujours besoin de profs, pour un métier radicalement transformé. DFM plaide pour un curricula à la place des actuels programmes, elle fait l’éloge de la mutualisation et du partage des ressources.

« il faut être optimiste pour s'intéresser aux questions d'éducation…. A force de ne pas entendre et valoriser ceux et celles qui en son sein innovent, l'Education nationale risque le même destin que l'entreprise Kodak. (Je crois cependant) qu’elle finira par libérer les énergies qu'elle a en elle … Ce qui m'inquiète c'est que ces enjeux mériteraient un vrai débat public. La refondation aurait pu le permettre mais cela ne s'est pas produit. Le choc Pisa n'est pas davantage venu ».

Pour ED, « l’Education devrait laisser travailler les gens qui innovent, voire, rêvons un peu, les encourager ».

L'innovation a sa Journée officielle : cette année, le MEN a choisi le 27 mars 2014.
http://eduscol.education.fr/cid75630/la-journee-de-l-innovation-2014.html

C'est aussi la 25e Semaine de la presse et des médias dans l’école (24-29 mars 2014).
Thème 2014 et 2015 : Une info, des supports
http://www.clemi.org/fr/spme/

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,