12 novembre 2017

Medias sociaux et démocratie

 

2 billets récents d’Olivier Ertzscheid : http://affordance.typepad.com/


- De « la sagesse des foules » à l’exploitation lucrative de la haine.
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2017/11/sagesse-ou-folie-des-foules.html

« Twitter et Facebook sont capables de faire immédiatement cesser ces campagnes de harcèlement.
Ils en sont « capables » au sens premier c'est à dire qu'ils en ont et la capacité et la compétence et le pouvoir »


- « Plateformes délinquantes ou algorithmes voyous » ?
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2017/11/contre-nous-algorithmie.html


« Amazon veut lancer un nouveau service permettant à ses coursiers
d'ouvrir la porte de votre maison pour y déposer un colis.
Amazon veut ouvrir la porte de votre maison. Pas votre boite aux lettres hein. La. Porte. De. Votre. Maison. »

« We're building a dystopia, just to make people click on ads »
Zeynep Tufekci, conférences TED
http://www.ted.com/talks/zeynep_tufekci_we_re_building_a_dystopia_just_to_make_people_click_on_ads#t-1174619

 

econ-threat

« Contrairement à ce que titrait encore The Economist,
non ce ne sont pas « les médias sociaux » qui menacent la démocratie.
C'est le capitalisme de la surveillance qui constitue la menace. Faire croire le contraire est dangereux »

« Difficile de rester optimiste en effet, parce qu'en plus de l'annexion programmée
des secteurs régaliens comme la santé, l'éducation, les transports et quelques autres,
nos villes sont en train de devenir des labos R&D à taille réelle » de ces multinationales numériques.
L'espace public devient un terrain d'expérimentation du privé ».

 

bigtech

Can Silicon Valley workers curb the power of BigTech - The Guardian 31.10.2017
http://www.theguardian.com/news/2017/oct/31/coders-of-the-world-unite-can-silicon-valley-workers-curb-the-power-of-big-tech

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


08 septembre 2017

Rennes : étudiants et lits connectés



Braves étudiants, dormez tranquilles, Affordance.info
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2017/09/dormez-crous-rennes.html


Le CROUS de Rennes a voulu expérimenter des lits connectés dans une de ses résidences,
(sans prévenir les étudiants). Devant les protestations, le CROUS a annoncé le retrait des capteurs.

O Ertzscheid dénonce la rhétorique utilisée par les vendeurs d'une surveillance et d'un fichage généralisé :
prétendre anticiper les dysfonctionnements,
« si vous n’avez rien à vous reprocher, vous n'avez pas à avoir peur d'être surveillés »...

Pour lui, dans cette dialectique perverse, « choisir de contrôler c'est choisir de ne pas faire confiance ».

 

lit-conn

Ouest-France 07.09.2017

.


Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 avril 2017

G et le capitalisme de surveillance

 

Google, nouvel avatar du capitalisme, celui de la surveillance, traduction Framablog
Shoshana Zuboff est professeur émérite à Charles Edward Wilson, Harvard Business School.
http://framablog.org/2017/03/28/google-nouvel-avatar-du-capitalisme-celui-de-la-surveillance/
http://www.faz.net/aktuell/feuilleton/debatten/the-digital-debate/shoshana-zuboff-secrets-of-surveillance-capitalism-14103616.html


La plupart des gens attribuent le succès de Google à son modèle publicitaire.
Longtemps la force de Google a reposé sur l’efficacité de son moteur de recherche.
Les données sur les utilisateurs ne servaient qu'à affiner la recherche.

Avec le capitalisme de surveillance, ce sont les données personnelles qui sont privatisées et font la fortune des multinationales qui s’en servent pour vendre des prédictions sur le comportement possible des internautes. « C’est une forme de marché sans précédent dont les racines se développent dans un espace de non-droit. Il a été découvert et consolidé par Google, puis adopté par Facebook et rapidement diffusé à travers l’Internet »

« Le capitalisme de surveillance est une mutation économique nouvelle, issue de l’accouplement clandestin entre l’énorme pouvoir du numérique (avec l’indifférence radicale et le narcissisme intrinsèque du capitalisme financier) et la vision néolibérale qui a dominé le commerce depuis au moins trois décennies, en particulier dans les économies anglo-saxonnes ».

« A partir de l’exemple de Google, Shoshana Zuboff analyse les pratiques sauvages de l’extraction de données par ces grands acteurs économiques, à partir des individus, des sociétés, et surtout du quotidien, de nos intimités. Cette appropriation des données comportementales est un processus violent de marchandisation de la connaissance « sur » le comportement de l’autre et son contrôle. C’est ce qu'elle nomme Big Other est la puissance souveraine d’un futur proche qui annihile la liberté que l’on gagne avec les règles et les lois »



Quelles réponses possibles ?
Quel vaccin ?

Nous avons besoin de nouvelles interventions qui interrompent, interdisent ou réglementent :

1) la capture initiale du surplus du comportement,
2) l’utilisation du surplus du comportement comme matière première gratuite,
3) des concentrations excessives et exclusives des nouveaux moyens de production,
4) la fabrication de produits de prévision,
5) la vente de produits de prévision,
6) l’utilisation des produits de prévision par des tiers pour des opérations de modification, d’influence et de contrôle,
et 7) la monétisation des résultats de ces opérations.

Tout cela est nécessaire pour la société, pour les personnes, pour l’avenir,
et c’est également nécessaire pour rétablir une saine évolution du capitalisme lui-même.

 

.
.

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 août 2015

Le capitalisme de la surveillance

 

Du droit à l'oubli au capitalisme de la surveillance. Affordance.info 07.08.2015
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2015/08/droit-a-loubli-capitalisme-surveillance.html


Pour Olivier Ertzscheid, le « droit à l'oubli » est une imposture lexicale. Il s'agit en fait d'un « droit au déréférencement ».
Il mentionne les rhétoriques utilisées par Google, aussi bien pour contourner ce déférencement que pour accepter la censure chinoise.

OE analyse la dernière initiative de Microsoft : un « identifiant publicitaire unique » (appelons-le IPU) qui vous est attribué à l'activation de Windows 10.
Dans ce « capitalisme de surveillance » (Soshana Zuboff) les réglages de l’utilisateur sont écrasés. Il faut avoir fait des études d’informatique pour réussir à désactiver les options de traçage et garder le contrôle...

Pour OE, 3 grands axes déjà identifiables structureront le futur « Digital Labor »  :
le capitalisme de la surveillance et le contrôle total de la privacy par les FMN du GAFAM
le salariat algorithmique préempté par le modèle d'une partie des NATU (AirB'B et Uber donc)
une nouvelle classe, le cognitariat, et sa version sombre, le lumpen-cognitariat
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2015/06/les-coolies-de-la-pop-economie.html

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 avril 2015

Affordance : Du web ouvert aux jardins fermés

 

net-layers-46     net-layers-78

Olivier Ertzscheid, du web ouvert aux jardins fermés
Une présentation en forme de synthèse, pour un forum des médias au lycée LdV de Montaigu.
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2015/03/du-web-ouvert-aux-jardins-fermes.html
http://affordance.typepad.com

- « Nous suivons les lois de chaque pays, mais nous ne laissons jamais un pays ou un groupe de gens dicter
ce que les gens peuvent partager à travers le monde
».
Mark Zuckerberg 9 Janvier 2015.

A partir des censures récentes (L'Origine du monde, le tableau de Courbet), des propos qui sont suivi le 7 janvier 2015,
Olivier Ertzscheid voit dans cette affirmation la volonté d’un patron de multinationale de se placer au-dessus des lois.


- Il développe son analyse dans le billet Politique des algorithmes
Les multinationales s'abritent derrière le code pour prendre des décisions dangereuses pour les libertés publiques.
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/politique-des-algorithmes/

- Lutter contre la haine sur internet
dont La bonne loi, la brute réglementaire et le truand du code
Ne pas imiter les USA de GW Bush, ne pas laisser l'arbitraire administratif supplanter le droit et les tribunaux
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2015/02/lutter-contre-la-haine-sur-internet.html


- Du web ouvert aux jardins fermés
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2015/03/du-web-ouvert-aux-jardins-fermes.html


(selon Olivier Ertzscheid, le web des pionniers a été une parenthèse : il a bénéficié d’un désintérêt initial des marchands,
d’une indifférence des Etats, et de l'inclination des ingénieurs à développer des systèmes ouverts et simples.
Il cite Breuce Schneier https://www.techdirt.com/
Depuis, le web est devenu un support commercial comme les autres,
les plate-formes privées disposent d’un public captif,
(et elles se sont dotées d’une puissance financière redoutable).

Alors face à cette privatisation rampante, que faire, individuellement ou collectivement ?
Olivier Ertzscheid milite en faveur de « l’ouverture » des algorithmes (cf. la composition du Coca ?)


A La Quadrature, d’autres militants se battent aussi pour défendre les libertés.
Ils se mobilisent en ce moment contre le projet de loi sur le renseignement qui arrive en débats au Parlement.
http://www.laquadrature.net/fr/surveillance


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


24 mars 2015

Données personnelles : Orwell ou Kafka ?

 

politis-1345



- Tous surveillés ?  - Politis 1345, 19.03.2015
Le commerce des données personnelles sur Internet
En devenant un élément presque inévitable de nos quotidiens, l'Internet [des multinationales US]  interroge les limites de nos vies privées.
dossier à lire dans la version papier (avec Olivier Ertzscheid, Jean-Marc Manach, Adrienne Charmet, etc.)
http://www.politis.fr/Tous-surveilles-Le-commerce-des,30464.html


- Votre curiosité limitée par vos données ?
http://www.politis.fr/Votre-curiosite-limitee-par-vos,30466.html
A priori pratique, la personnalisation de nos recherches et de nos informations pourrait nous enfermer dans nos affinités.

Si deux internautes cherchent les mêmes termes, sur deux ordinateurs différents, ils n'obtiendront pas nécessairement les mêmes résultats en première page. La réponse dépendra des informations amassées dans les cookies par le moteur de recherche. Cette personnalisation a son intérêt, mais l'internaute ne voit pas ce qui est laissé dans l'ombre. « Cela nous mène vers un monde où Internet nous montre ce qu'il pense que nous voulons voir », pas forcément vers les réponses à la question.


- Jean-Marc Manach : « On est plus dans Kafka que dans Orwell ! »
http://www.politis.fr/Jean-Marc-Manach-On-est-plus-dans,30467.html

Minority Report plutôt que Big Brother. Pour JMM, l'exploitation des données personnelles par les entreprises et les états n'a pas pour but de surveiller pour envoyer en prison mais de faire entrer dans les cases conformistes du marketing.

« La botte de foin » (général Keith Alexander, ex-patron de la NSA). Pour trouver une aiguille, on attrape toute la botte de foin, on la passe à la moulinette de l'ordinateur, et si on repère quelque chose de suspect, on met un humain pour surveiller.
http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2014/06/01/la-nsa

Les données servent moins à établir une culpabilité qu'à installer un soupçon. La personne suspectée doit démontrer son innocence.
De plus, le web est une archive redoutable : la CNIL avait découvert que des personnes blanchies par la justice étaient toujours fichées par la police.


- Encadrer les usages de nos données.
http://www.politis.fr/Encadrer-les-usages-de-nos-donnees,30468.html
Une piste explorée, c'est d'obliger les multinationales à requérir le consentement actif de l'internaute, et pas seulement son consentement implicite.
Mais l'Union européenne se hâte lentement...

- Petit guide de la vie privée numérique, Politis, 23.03.2015
Quelques outils et quelques conseils techniques simples pour contrôler sa navigation et protéger ses données personnelles.
http://www.politis.fr/Petit-guide-de-la-vie-privee,30517.html

Pour l'instant, il ne faut donc pas oublier qu'un média social est un espace public et qu'il vaut mieux apprendre à contrôler son ordinateur si l'on ne veut pas voir ses données privées exploitées à des fins criminelles.
L'application Ligthbeam (Firefox) permet de repérer les publicitaires qui utilisent des cookies pour espionner l'activité d'un internaute.
http://www.mozilla.org/fr/lightbeam/


.
.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

03 décembre 2013

Darknet et chevaliers blancs

 

Mythologies du darknet - Place de la Toile, 30.11.2013
http://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile-mythologies-du-darknet-2013-11-30

L'émission Place de la Toile prend appui sur un Envoyé spécial 14.11.2013 dont la bande annonce est encore plus racoleuse que les précédentes : Darknet : le côté obscur du Net : « Le Darknet, c'est la face cachée d'internet. On y trouve de tout : drogues, armes, numéros de cartes de crédit. En toute liberté et dans l’anonymat total ».

Daniel Schneiderman - ... un bel avenir de mythologie terrifiante - Rue 89 15.11.2013
La darknet : Réalité ? Boursouflure journalistique habituelle ? Les grandes chaînes de télévision, depuis quinze ans, nous ont tellement – et France 2 au premier rang – habitués à la diabolisation d’Internet, ses pédophiles en liberté, ses marchands d’armes, ses garages à bombes artisanales, qu’il est désormais difficile de les croire sur le sujet, même quand par hypothèse elles diraient vrai.
http://www.rue89.com/2013/11/15/dark-net-mythologie-vient-247532

Ce type de propagande a plusieurs avantages pour la TV :
. Présenter ses sous-traitants comme des experts de l'information.
. Exploiter politiquement et commercialement les fantasmes les plus délirants et les plus anxiogènes.
. Vendre une image détestable d'un concurrent qui peut montrer les travers de certains médias peu scrupuleux.


Place de la Toile critique l'usage du terme. Il n'y aurait pas un darknet, mais des darknets.
A l'origine, le web est fondé sur la transparence : tout le monde peut tout voir, y compris les marchands et la police. Ce n'est que par la suite que les multinationales ont eu la prétention de capter tous les échanges sur internet et d'en tirer des profits exorbitants.

Jérémie Zimmerman souligne une inversion dont les communicants ont le secret : Pour Google et Facebook, comme pour la NSA, la vie privée n'existe plus. Ce qui ne les empêche pas de se présenter comme des chevaliers blancs.
En face, ceux qui utilisent le cryptage et l'anonymat pour échapper à ce type de surveillance généralisée sont présentés par eux comme des gangsters, des pédo-nazis ...

vers la 44e mn : Pour JS, la surveillance généralisée repose sur trois éléments : une hypercentralisation (de fait, Facebook sait tout sur tout le monde, FB est devenue la plus grande agence privée de renseignement dans le monde), des logiciels propriétaires (fermés, sauf pour la NSA et les concepteurs de virus) et une fausse impression de sécurité (le cadenas).
Face à cette privatisation de l'internet, à ce mépris des droits fondamentaux, JS propose un autre triptyque : des services décentralisés (où chaque internaute garde le contrôle de ses données), les logiciels libres avec accès au code source, la cryptographie (le chiffrement point à point).

La distinction est faite entre le(s) darknet(s) et le deep web, le web des profondeurs qui échappe à l'indexation par les moteurs de recherche. « En 2001, la taille du deep web était estimée à plus de 400 fois celle du web de surface ».

Darknet, l'article de Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Darknet

Darknet : immersion en réseaux troubles - Télérama, 14.09.2013
http://www.telerama.fr/medias/darknet-immersion-en-reseaux-troubles,102055.php

Qui a peur du grand méchant « Darknet » ? - Slate
Le darknet, un Internet «bis» sans foi ni loi ? ... « Une chose est sûre: «le darknet», sa mythologie et sa réalité, ressemblent plus au doigt qu'à la lune. Avant d'affoler le chaland, il faudrait peut-être commencer par regarder au bon endroit ».
http://www.slate.fr/monde/80471/qui-peur-du-grand-mechant-darknet
Techn0polis :
http://www.techn0polis.net/2013/11/28/a-propos-de-darknet-encore/


.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 février 2013

Facebook et vous

 

- Facebook : données c’est donner
Camille Gévaudan, Libération Médias, 11.02.2013
« La quantité de données que Facebook collecte chaque seconde sur chaque internaute du monde entier donne le vertige… »
http://www.ecrans.fr/Facebook-donnees-c-est-donner,15948.html
http://www.liberation.fr/medias/2013/02/11/facebook-donnees-c-est-donner_881141

extraits :
« Cette pub pour le fast-food de votre quartier n’est pas arrivée là par hasard…
Et si une bannière vous propose, comme par hasard, un chalet pour cinq personnes dans les Alpes, c’est sans doute lié aux trois membres FB que vous avez déclaré comme étant vos enfants …»

1. Des techniques de Sioux
« seconde ruse : cacher la surveillance de vie privée derrière une formidable nouveauté. La dernière en date est la carte cadeau FB (Libération du 5 février), à dépenser dans des enseignes partenaires qui s’empresseront de cafter quels produits achète l’internaute quand il éteint son ordi ».

2. Des posts restants
« On dirait que les cases vides démangent les internautes : à partir du moment où il existe un champ de texte pour renseigner sa «ville d’origine», son «sport préféré» ou le nom de l’école primaire fréquentée il y a vingt ans, une envie irrésistible nous pousse à le remplir …»

3. Amis ou ennemis ?
« Ils ne font pas exprès, les pauvres… mais sur FB, nos amis sont nos pires ennemis. En nous «taguant» sur une photo de vacances, par exemple, ils ajoutent sans le savoir nos caractéristiques biométriques au grand répertoire des visages du monde. Heureusement, la reconnaissance faciale est désormais suspendue dans l’Union européenne… Mais les amis continuent les dégâts. Quand ils nous identifient dans un statut géolocalisé, ils caftent notre position. Quand ils nous ajoutent à un «groupe» d’internautes, ils associent notre nom à ceux des autres membres du cercle sans qu’il soit possible de réfuter ou d’effacer ce lien virtuel ».
http://www.liberation.fr/medias/2013/02/11/amis-ou-ennemis_881143

4. Des navigations sous surveillance
« La règle générale est simple à retenir : sur le Web, tout ce qui est estampillé du petit «f» de Facebook est une caméra de surveillance déguisée en fonctionnalité drôlement pratique. Autant dire qu’Internet tout entier est piégé ».
http://www.liberation.fr/medias/2013/02/11/des-navigations-sous-surveillance_881144

5. Des murs qui ont des oreilles


- Cyril Delabruyere, Formation à Facebook au CDDP85, 27 pages à télécharger :

- « Soyez Net sur le Net ». Un test en huit étapes mis en ligne pour la Mairie de Paris. Libération Ecrans
exemple de question : « Si cette photo de votre page FB était affichée en plein centre-ville, seriez-vous à l’aise ? »
http://www.ecrans.fr/Connaissez-vous-page-Facebook,15931.html


- Mourir, éteindre peut-être - Pierre Marcelle - Libération  
Ludivine, dont le corps a été retrouvé dans un bois de Pernant (Aisne), avait clos son profil Facebook et désactivé son portable. « Cette façon de faire pourrait bien devenir un acquis social ... Ludivine fut jusqu’au terme de son temps, outre consciencieuse, une jeune femme résolument moderne ».
http://www.ecrans.fr/Mourir-eteindre-peut-etre,15955.html


rappel : FB, un cas d'école.


facebook

Lire le décryptage par Thierry Joliveau d'une carte promotionnelle du média social (dec 2010).
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/02/04/20302536.html


.

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 mai 2011

La presse judiciaire et les blogs

3 émissions du Bien Commun (Antoine Garapon) à archiver en mp3 et à écouter en différé

.
- 02/04 : La justice et les blogs
avec Pascale Robert-Diard, Le Monde

Twitter en temps réel en comparution immédiate ? "Je n'ai pas pratiqué cette diffusion instantanée, je pense que cela n'a aucun intérêt pour (le compte rendu) de l'audience ... c'est très sommaire, cela réinvente les urgents de l'AFP ... raconter cela suppose du suivi dans le temps, de la sélection, et de l'espace de publication "

Le web valorise le rôle de l'écrit, redonne de l'espace aux chroniqueurs, surtout quand on leur laisse le temps d'exercer leur métier et de prendre le recul indispensable, en justice comme en éducation.
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16279-02.04.2011-ITEMA_20277481-0.mp3


- 23/04 - La torture, avec Serge Portelli

Avant 1789, la torture était un moyen au service de la procédure inquisitoriale. Ensuite, elle n'a pas disparu, mais elle a continué dans la clandestinité.

Ces derniers temps, la fascination pour le bourreau la rend un peu moins honteuse ; la banalisation de certains discours détruit tout le progès accompli entre 1945 et la convention internationale de 1984. Aujourd'hui, hélas, on discute de cet interdit absolu qui ne devrait pas supporter d'exception (Karl Schmidt, le théoricien, était passé maître dans la théorie de l'exception, avec laquelle on peut tout démanteler dans un Etat de droit).

SP souligne le rôle des séries US dans le statut de la violence et le rapport au pouvoir

"il serait trop simple de se débarrasser de la question..."

http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16279-23.04.2011-ITEMA_20281485-0.mp3


- 07/05 - Les fichiers de données individuelles

Edvige a reculé, mais d'autres fichiers numériques prolifèrent et sont interconnectés, au mépris des règles de base de la liberté individuelle.
La carte d'identité, malgré ses défauts multiples, avait un avantage : son détenteur savait exactement quelles informations intéressaient les policiers.... 

http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16279-07.05.2011-ITEMA_20284060-0.mp3


Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 août 2010

FB ou Hacking Citoyen

Facebook, un réseau pas si social
« Des salariés malmenés par leur employeur à cause d'informations laissées sur un réseau social ».

Aux verres citoyens,
« c'est une forme moderne d'occupation de la ville, où on se glisse dans les interstices laissés vacants par le pouvoir ».

Facebook et la vie privée ?
Rien de tel pour noircir une pleine page du Monde 04/08/2010, ou 2 pages dans un Télérama double ou un forum dans Capital (en février 2010) alors que les journalistes sont en vacance et que certains ministres voudraient faire oublier leurs dérives.
En 2006, le vacataire de service avait ciblé une enquête canadienne, pour lui faire dire : « Les accros à Internet consacrent moins de temps aux activités sociales et à la réflexion ».

.
Lire ou relire plutôt Jean-Marc Manach - Prochaine étape : Hacker la société de surveillance
http://www.internetactu.net/2010/06/03/

Selon lui, « la montée en puissance de la société de surveillance ne date pas des attentats du 11 septembre 2001, et n'a rien à voir avec le Net ». La vraie menace ne vient pas de réseaux sociaux que « les petits cons » savent exploiter mais du flicage et des bases de données croisées que « les vieux cons » ont laissé s'installer sous des prétextes fallacieux. Face à ces fichiers bien plus dangereux pour les libertés, ni le parti majoritaire ni les médias dominants ne réclament de droit à l'oubli. :-)

« Le devoir de se taire » ? « Trop souvent le rappel des adolescents à la règle est un rappel à l'ordre : tiens ta place, tiens ton rang, tu fais partie d'une minorité (« jeune », « en difficulté », « peu instruit »), assieds toi et regarde faire les puissants ».

« Quand on est élevé pour se taire devant la télé, puis pour donner sa voix à un représentant et se taire ensuite. Quand on a été formé à lire ou écouter les avis des penseurs accrédités par les médias classiques sans pouvoir leur répondre autrement que devant la machine à café, il est bien difficile de se faire à l'idée que l'on puisse (qu'on doit ?) s'exprimer librement, sans censure préalable, devant le public le plus large qui soit ».

« Dans l'espace physique, les ennemis de la liberté ont gagné le combat idéologique, mais peinent à démontrer l'efficacité du tout-sécuritaire ». Mais le vent tourne (ou peut tourner).

« Une partie de la solution réside dans le détricotage, et donc de "hack", de l'arsenal législatif de cette spirale sécuritaire infernale (ex ce Nick Clegg en GB). Une autre partie relève de la possibilité de "hacker" les technologies de cette société de surveillance, pour le libérer, ou en tout cas nous donner la possibilité, vitale en démocratie, d'y vivre en toutes libertés ».

En fin d’article, des liens à suivre vers Geoffrey Dorne, Hacking Citoyen
notamment http://graphism.fr/3-exemples-de-google-hacking

.
Le Canard n'est pas en vacances.
Lire ce qu'il écrit sur le cow-boy, sur le petit monde niçois ou sur « La femme de Méditerranée et la crise »...
« Mme Joly, ce que vous me reprochez là (délits d'initié, faux bilans, camouflage de l'endettement...) il n'y a que les juges pour s'en étonner ... ».

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,