21 avril 2022

Journée des déportés 2022

 

Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation

à Paris, le 21 avril 2022 (au lieu du 24 avril, du fait des présidentielles 2022)

- au Mémorial des Martyrs de la Déportation

   https://www.onac-vg.fr/hauts-lieux-memoire-necropoles/memorial-des-martyrs-de-la-deportation

- au Mémorial de la Shoah

https://www.cercleshoah.org/spip.php?article1022



message de la FMD, du FNDIRP, de l'UNADIF
et des associations de mémoire des camps nazis

Montchamp, 14350 -
vendredi 22 avril 2022

messe 10 h30
dépôt de gerbe 11h30



JMD2022



Il y a 77 ans prenait fin en effet le système concentrationnaire et génocidaire nazi
dont le monde découvrait l’horreur,
à mesure de la progression des Armées alliées et des récits des survivants

... La résurgence d’idéologies porteuses d’exclusions,
les tentatives de réécriture de l’Histoire
nous font aujourd’hui obligation de poursuivre leur combat
et d’entretenir les valeurs qu’ils ont portées,
dans un monde marqué par les guerres, la pauvreté, les inégalités, le dérèglement climatique,
qui jettent sur les routes d’un exil souvent sans issue et mortifère,
des milliers d’êtres humains en détresse.

Dans un monde où l’on voit ressurgir le spectre des dictatures,
des replis nationalistes et des frontières qui se ferment,
l’espoir pour l’avenir réside dans la pérennité de ce combat.


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25 avril 2021

Journée des déportés 2021

 

montchamp2016


Montchamp 2016



Journée des déportés - 25 avril 2021


Message
pour la journée nationale du Souvenir

https://www.cercleshoah.org/spip.php?article887

https://afmd.org/fr/actualites-lecteur/message-pour-la-journee-nationale-du-souvenir-des-victimes-et-des-heros-de-la-deportation-dimanche-25-avril-2021.html


Montchamp (14) - Les journées des années précédentes
http://clioweb.canalblog.com/tag/Montchamp


1939-1945 - Fusillés et morts en déportation

La liste a été lue en 2017 par Mme Monique Chesnel

http://clioweb.canalblog.com/archives/2017/04/30/35230232.html

Paris 13e  – source Anne Jollet

Dimanche 25 avril, à 11 h, la mairie du 13e arrondissement organise une cérémonie au monument aux morts de la place d’Italie (en haut du bd Auguste Blanqui).

A 11H30, nous nous retrouverons devant la plaque du 137 Bd de l’Hôpital du 13e
où la section du Parti communiste et les amis et amies de Simon et Hélène Gingold
diront leur fidélité aux combats menés par nos camarades

- Peter Gingold, « Jamais résignés ». Résistance par le « Travail allemand »
    https://www.cercleshoah.org/spip.php?article269

En 2013, à Paris (Hôtel de ville), un hommage a été rendu à Peter Gingold (1916-2006)
à l’occasion de la parution de ses mémoires en France.
Peter Ginglod a été un résistant allemand en France.
Communiste, internationaliste antifasciste, il a combattu toute sa vie l’injustice et la barbarie.

 

- La déportation dans les camps nazis, les suites, FMD - Caen 2017

  http://clioweb.canalblog.com/tag/fmd


rappel :

http://clioweb.free.fr/camps/deportes.htm

https://www.cercleshoah.org/


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 octobre 2017

Courrier : Le prix du souvenir

 

Mémoire. Daivd Rieff : « Le prix du souvenir est parfois trop élevé »
Clarin (Le clairon), Buenos Aires 18.08.2017
Courrier international : Histoire 05.10.2017
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/ci/rieff-clarin.pdf
début : http://5h40.info/memoire-le-prix-du-souvenir-est-parfois-trop-eleve/


extraits :

Auteur d’un essai remarqué, le politologue et ancien reporter de guerre David Rieff plaide pour une culture de l’oubli consécutive aux grandes tragédies. Le journal argentin Clarín l’a interviewé.

Q - « Votre ouvrage In Praise of Forgetting [“Éloge de l’oubli”, 2016, non traduit en français] conteste l’idée de George Santayana [philosophe américain d’origine espagnole, 1863-1952] selon laquelle les peuples qui ne se rappellent pas le passé sont condamnés à le répéter. Personnellement, vous sentez-vous plus proche de ceux qui, à la lumière de l’expérience sud-africaine par exemple, estiment qu’il faut continuer à vivre ?

R - David Rieff : Tout dépend de la situation, du moment, du contexte. De mon point de vue, si l’impératif moral du souvenir cause trop de souffrance pour qu’il vaille d’être respecté, on pourrait même envisager un “impératif éthique de l’oubli”. Le titre [de l’ouvrage] tient plus de la provocation, de l’invitation à la réflexion. Il est faux de dire que le souvenir serait naturel et que l’oubli ne le serait pas. La mémoire collective est une construction, et une construction changeante. Mais je ne dis pas non plus que ceux qui se rappellent le passé sont condamnés.

Q - Une société n’a-t-elle pas le droit de définir ce qu’elle-même juge nécessaire de se rappeler ?

R - La mémoire n’est pas l’histoire. Il faut faire la distinction entre le souvenir individuel, le travail de la recherche historico-judiciaire et les opinions tolérées dans une société. En matière de mémoire ou d’oubli, il s’agit toujours d’une décision. Je passe beaucoup de temps en Afrique du Sud et, dans ce pays, ceux qui ont sympathisé avec la dictature jugent que l’oubli est la meilleure solution ; les victimes, évidemment, sont en faveur de la mémoire. Là est l’une des grandes questions du livre : combien sommes-nous prêts à payer pour la mémoire ? Dans certains contextes, je pense que nous devons payer, mais dans d’autres, le prix est trop élevé ».


David Rieff a publié en 2016 In Praise of Forgetting
http://www.nytimes.com/2016/06/12/books/review/in-praise-of-forgetting-by-david-rieff.html

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 octobre 2017

Courrier - Un passé qui dérange

 

courrier-05102017

Un passé qui dérange, Courrier I, dossier 05.10.2017
http://www.courrierinternational.com/sujet/memoire
http://www.courrierinternational.com/magazine/2017/1405-magazine

Esclavagisme, colonialisme, fascisme, communisme…
Comment composer avec une histoire qu’on renie ?
Des statues confédérées aux États-Unis à celles de Lénine en Ukraine,
la presse étrangère ouvre le débat sur la mémoire

 

Édito. L’Allemagne et ses trous de mémoire

Exposition. À Brême, l’histoire du colonialisme revisitée
Die Welt

Grand entretien. Alexandre Sokourov :
“Il faut un musée du goulag de portée mondiale”
Zvezda

Bolivie. Cinquante ans après, le Che divise toujours

Mémoire. En Israël, l’hommage assumé aux extrémistes, Ha’Aretz 10.10.2017
http://www.courrierinternational.com/article/memoire-en-israel-lhommage-assume-aux-extremistes

La France aussi doit affronter ses fantômes, El Païs

La chasse aux symboles communistes en Pologne
http://www.courrierinternational.com/article/pologne-la-chasse-aux-symboles-communistes

Algérie – France. Une fracture qui n’en finit pas
http://www.courrierinternational.com/article/algerie-france-une-fracture-qui-nen-finit-pas

Italie. Pourquoi la propagande fasciste serait-elle plus menaçante sur le Web ?
L'Espresso

États-Unis. Statues confédérées : mettons-les dans des musées
The New York Times

Aux États-Unis, la fronde anti Christophe Colomb s’organise
ABC Vu d’Espagne.

.

 

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 janvier 2017

Remembrance ou commémoration ?

 

int-hol-remembrance-day

 

L'international Holocaust Remembrance Day

devient, après traduction en français par les communicants de l'ONU :

onu-comm-27janvier

 
Commémoration de l'Holocauste
http://www.un.org/fr/holocaustremembrance/2017/calendar2017.html


et non pas
Journée internationale de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité
ou
Journée du souvenir des victimes de l'Holocauste et de la prévention des génocides

Unesco


Wikipedia : http://tinyurl.com/hkn89fr




.
.

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

26 avril 2015

26.04.2015 : journée des déportés

 

campsnazis-sn

Source : Leçons de Ténèbres – Résistants et déportés (1940-1945), FNDIR-UNDAIF, Perrin 2004

 
La déportation nazie a provoqué la mort de plus de 10 millions de civils et prisonniers de guerre,
dont 6 millions de Juifs.
3 500 000 prisonniers soviétiques
1 100 000 détenus dans les camps de concentration
70 000 malades mentaux
150 à 250 000 Tsiganes

La loi n° 54-415 du 14 avril 1954 fait du dernier dimanche d’avril, proche de l’anniversaire de l’ouverture de la plupart des camps et libre de toute autre fête religieuse oucélébration nationale, la « Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation ».
http://www.afmd.asso.fr/IMG/pdf/loi_JNSD.pdf


26.04.2015 : « Le retour des déportés que nous commémorons aujourd'hui a symbolisé la défaite de la déshumanisation pratiquée systématiquement par les nazis et le triomphe de la liberté et des valeurs fondatrices de la civilisation. Les déportés rappellent, pour les avoir vécus, à quels désastres conduisent la violence, le mépris de la dignité humaine, le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie » **.

13.04.2015 : « Les déportés nous donnent aussi un grand exemple d’humanité. Parce que dans la Nuit et le Brouillard des camps, dans cet archipel de misère d’où les nazis avaient entrepris d'anéantir toute forme d’humanité, c’est encore la lumière de l’espérance qui les éclairait » *.

A Montchamp (14), la cérémonie a eu lieu à 11 h sous une pluie continuelle, comme en 2012.

source : dossier de presse
http://www.struthof.fr/fileadmin/struthof/templates/extensions/DP_70e_ANNIVERSAIRE_DE_FIN_DES_CAMPS_NAZIS.pdf
http://www.struthof.fr/

 

Journée nationale du Souvenir de la Déportation

Montchamp - 2015


378

Montchamp 2015 - Le monument, le nom des déportés de l'arrondissement (détail)

60 noms, 15 fusillés à la prison de Caen le 6 juin 1944, 25 déportés (dont 22 décédés en déportation) :
8 à Mauthausen, 4 à Buchenwald, 4 à Neuengamme, 4 à Auschwitz, 2 à Dachau, 2 à Flossenburg...
O. Quéruel : http://www.memoire-viretuelle.fr/wp-content/uploads/2011/10/Liste-des-noms-%C3%A0-Montchamp.pdf

 

417

La lecture des noms des déportés

 

392

 

421

 

426

Les gerbes au pied du monument aux patriotes victimes des nazis


- * Message des anciens déportés :

« En cette période du 70ème anniversaire de la libération des camps de concentration et d'extermination, de la défaite du nazisme et du retour des déportés, nos pensées vont tout d'abord à tous ceux qui ne sont pas rentrés, victimes de la barbarie des oppresseurs nazis.
Nous voulons aussi rappeler la longue incertitude et l'anxiété des familles guettant le retour des survivants, notamment au Lutetia, la joie des retrouvailles pour les uns et la détresse devant l'anéantissement terrible de l'espoir pour les autres.

Le retour des déportés que nous commémorons aujourd'hui a symbolisé la défaite de la déshumanisation pratiquée systématiquement par les nazis et le triomphe de la liberté et des valeurs fondatrices de la civilisation.
Les déportés rappellent, pour les avoir vécus, à quels désastres conduisent la violence, le mépris de la dignité humaine, le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie.

Au lendemain des événements tragiques qui ont durablement ébranlé la conscience collective au mois de janvier dernier et réveillé nos sentiments patriotiques, nous voulons dire notre attachement à la République et à l'unité nationale.
L'oubli, la banalisation de l'horreur et de la violence, l'instrumentalisation de la peur et le rejet de l'autre sont les dangers réels qui menacent nos sociétés.

Cette Journée du Souvenir revêtira tout son sens si elle ne se limite pas à la mémoire du passé mais si elle s'inscrit aussi dans le présent et l'avenir. Il appartient aux nouvelles générations d'honorer l'action et les sacrifices des déportés en agissant pour que le respect de la dignité humaine, la solidarité et la liberté triomphent à nouveau dans un monde plus juste et plus pacifique ».

Ce message a été rédigé conjointement par La Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance (F.N.D.I.R.), La Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.), La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (F.M.D.), L'Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles de disparus (U.N.A.D.I.F.).


- ** Message du Président de la République à l’occasion du Concert de la Liberté
organisé par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation le 13 avril 2015 au Théâtre du Châtelet

« À l’heure où nous célébrons le 70e anniversaire de la libération des camps de concentration et d’extermination nazis, je tiens à saluer l’initiative de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, à l’origine de ce Concert de la Liberté.

La Liberté : y-a-t-il plus beau mot dans notre langue ? La Liberté est le premier des droits humains, celui sans lequel il n’y a pas de dignité possible, celui qui donne accès à tous les autres. Les poètes ont écrit son nom, les peintres lui ont donné un visage, la République en a fait le premier pilier de sa devise. C’est l’espérance de la Liberté que la France porte dans le monde depuis plus de deux siècles. C’est la flamme de la Liberté qui a guidé les résistants, les Français libres, les Justes, tous ceux qui se sont opposés à la barbarie nazie au péril de leur vie.
Je rends donc hommage à tous ses combattants, soldats en uniforme ou soldats de l’armée des ombres, qui, pendant la Seconde Guerre Mondiale ont payé de leur vie ou de leur jeunesse sacrifiée cet engagement.
Pourchassés, tués en raison de leurs opinions politiques, de leur religion, de leur orientation sexuelle ou de leur handicap, exterminés méthodiquement, hommes, femmes, enfants, parce qu’ils étaient juifs ou tsiganes, le martyre des déportés nous rappelle à quoi conduisent toutes les idéologies et les fondamentalismes qui prétendent diviser l’espèce humaine en races, en religions, en origines.
Ce concert est d’abord un hommage rendu aux 89 000 déportés de répression et dont à peine plus de la moitié sont revenus. Aux 76 000 juifs promis à l’extermination et dont moins de 3 000 ont survécu.
Les déportés nous donnent aussi un grand exemple d’humanité. Parce que dans la Nuit et le Brouillard des camps, dans cet archipel de misère d’où les nazis pensaient anéantir toute forme d’humanité, c’est encore la lumière de l’espérance qui les éclairait.
Au nom de leurs camarades disparus et de leurs proches exterminés, au sein de leurs associations ou à titre personnel, ce sont les survivants qui ont aidé à reconstruire la France, à bâtir l’Europe, à doter le monde d’institutions internationales. Ce sont eux qui, encore aujourd’hui, transmettent cette mémoire à la jeunesse, avec la passion des justes.

Cet événement est un moment de recueillement et de mémoire, mais vous avez voulu qu’il soit aussi une fête autour de la musique. Il n’y a pas de plus belle manière de célébrer le message de volonté et de confiance dans la vie que nous adressent 70 ans après les déportés ».

.

.


Posté par clioweb à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,