04 juillet 2017

Et La Poste monétisa… le lien social

 

laposte-pub

Et La Poste inventa… le lien social monétisé
Lily, blog Fennec Hurlant, 24.06.2017
http://fennechurlant.com/2017/06/24/veiller-sur-mes-parents-quand-la-poste-marchandise-le-lien-social/


extraits :

« Lancé en novembre 2016 dans certaines régions pilotes, le service « Veiller sur mes parents » étendu à tout le territoire depuis le 22 mai dernier, a pour objectif, en apparence plutôt louable, de rompre l’isolement des personnes âgées ». Avec cette offre, le groupe aux capitaux 100% publics ne fait, pourtant, que rendre payant un service que les facteurs ont toujours rendu aux usagers gratuitement...


La blogueuse témoigne de son expérience de factrice le temps des vacances scolaires, en 2008, 2009 et 2010
« Tout l’intérêt de ce métier, c’est le contact humain,
c’est avoir le sentiment de rendre service aux gens, et d’être parfois LE sourire de leur journée ».

 
« Avec la chasse au gaspillage en étendard, petit à petit, les managers ont déshumanisé un métier... dont le lien social était le cœur battant. Nous assistons aujourd’hui à une réinjection de l’« humain » sous une forme monétisée ».

La lettre disparaît ?
Avec le commerce en ligne, elle est compensée par la distribution des colis.

« En 2016, le groupe La Poste a fait un bénéfice de 849 millions d’euros, soit un bond de 33%. La Poste est donc une entreprise qui va bien, avec un personnel en souffrance. En 2015, elle a fait 629 millions de bénéfices, elle a reçu 341 millions d’aide publique (CICE). Cette même année, elle a supprimé 6 284 postes ».


lapostemonetise

http://fennechurlant.com/2017/06/24/veiller-sur-mes-parents-quand-la-poste-marchandise-le-lien-social/

 

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08 avril 2017

AG : Le sourire photographique

 

Le sourire photographique, ou les révolutions du portrait expressif
André Gunthert , L’image sociale, 05.04.2017
http://imagesociale.fr/4275

extraits :
Pourquoi sourit-on sur les portraits photographiques au XXe siècle, et pas au XIXe siècle ?

« La mutation de la présentation de soi est un phénomène d’envergure qui ne peut s’expliquer par de simples phénomènes d’imitation de modèles, mais traduit l’évolution d’une sensibilité à l’échelle de toute une société.

Alors que la présentation incarnée par le portrait d’atelier valorisait le contrôle de soi, les marques extérieures du succès social et le respect de la hiérarchie des valeurs établies, la classe moyenne privilégie l’affichage de nouveaux comportements sociaux, et revendique le choix du naturel, de la manifestation de l’intériorité et de la sociabilité ».

« La photographie amateur n’est pas le seul vecteur de cette évolution.
Un second terrain d’expérimentation de l’expressivité est apporté par le cinéma, et en son sein par l’innovation du gros plan ».



lansiaux1914

Charles Lansiaux, Aspects de Paris pendant la guerre de 1914 (détails)

banania-1915

Giacomo de Andreis, publicité Banania, 1915.
http://imagesociale.fr/4275



.
.

Posté par clioweb à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,