10 décembre 2014

Meirieu : Socle et innovations

 

Philippe Meirieu assure une rubrique régulière dans Le Café pédagogique.
http://www.meirieu.com/actualite_8_09.html

- « Du bon usage des innovations » 19.09.2014
http://www.meirieu.com/ACTUALITE/chro_cafe_peda_2_V2.pdf
A partir de deux exemples cités dans le dossier « Eduquer au XX » (Sciences humaines 263) l’espace de la classe en maternelle, la classe inversée, il questionne la nature de l’innovation. Selon lui, il faut se méfier « des formules magiques et des simplifications colportées par des publicistes peu scrupuleux ».


- Socle commun et pédagogie : ne confondons pas le tableau de bord et le moteur ! 21.11.2014
http://www.meirieu.com/ACTUALITE/cafe_peda_chro_6.pdf
Dans un autre texte, il replace le socle dans la suite des pistes explorées pour lutter contre l’échec scolaire : les « classes spécialisées », le « soutien » et « l’individualisation ».


- Évaluation du socle : « De (gros) progrès, mais peut (encore) mieux faire… » 05.12.2014
http://www.meirieu.com/ACTUALITE/chro_cafe_peda_7.pdf
« La deuxième mouture du socle, publiée en juillet 2014, représente, au regard de cette première tentative, un progrès significatif ».


- CR  Jean Houssaye (U. Rouen), La Pédagogie traditionnelle (Fabert).
Jean Houssaye, Le triangle pédagogique (ESF, août 2014) - 05.09.2014

« Reste la question que pose Houssaye : pourquoi le progressisme administratif l’emporte-t-il sur le progressisme pédagogique ? « Parce qu’il a pu se couler dans le lit de la pédagogie traditionnelle, la digérer et la renforcer » !

Le « progressisme pédagogique », en effet, s’inscrit dans la tradition revisitée de l’Éducation nouvelle et promeut une transformation des pratiques de classe par la mise en place de situations d’apprentissage associant découverte et formalisation, cours magistraux, expérimentations, recherches documentaires, travaux de groupes, tutorat entre pairs, appropriations individuelles, exposés d’élèves, etc. ; il développe des projets interdisciplinaires et une évaluation fondée plus sur l’aide à la progression de chacun que sur le classement et la sélection ; il tient compte du niveau et des intérêts des élèves, non pour les y enfermer, mais pour les conduire, de manière exigeante, vers des objectifs culturels mobilisateurs.
Le « progressisme administratif », lui, se pare de toutes les vertus de la modernité et ne va guère chercher son inspiration dans la tradition pédagogique du début du XXème siècle. Il mobilise la « théorie des organisations », le management et les théories de l’apprentissage qui, comme le behaviorisme, en rendent les résultats facilement observables et quantifiables. Il gère des cohortes d’élèves et des carrières d’enseignants avec pour finalité essentielle « l’efficacité sociale » dans une perspective purement utilitariste : il faut montrer à l’opinion publique et aux enquêteurs internationaux que l’investissement éducatif est rentable. Il faut donc « rationaliser » la gestion de l’institution scolaire. Les « progressistes administratifs » regardent ainsi la pédagogie comme une sorte de « variable parasite » : ils préfèreraient « neutraliser » les facteurs humains aléatoires (qui constituent la relation pédagogique dans son essence même) pour n’avoir qu’à décider de l’usage des « méthodes scientifiquement validées » et à en évaluer tout aussi « scientifiquement » les résultats.
Reste la question que pose Houssaye : pourquoi le progressisme administratif l’emporte-t-il sur le progressisme pédagogique ? « Parce qu’il a pu se couler dans le lit de la pédagogie traditionnelle, la digérer et la renforcer » !
http://www.meirieu.com/ACTUALITE/cafe_peda_chro_1.pdf


- « Où vont les pédagogues ? »
Regards et perspectives à partir des travaux de Philippe Meirieu
journée d'études le 10 janvier 2015 à l'université Lumière-Lyon 2
« dans une posture de l'entre-deux entre cité savante et cité mondaine, l’oeuvre de Meirieu encourt des polémiques, parfois croisées, dont la violence est révélatrice de la valeur de la place ainsi occupée et de la manière singulière dont Meirieu l’occupe  ».
Le pédagogue des pédagogues
La République et la démocratie dans l’école
Le Pédagogue et la meute
La pédagogie est-elle encore d’actualité ?
http://conditionsenseignantes.fr/event/hommage-meirieu/
Aller en bas

 

Posté par clioweb à 07:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


02 décembre 2014

Socle commun et pédagogie

 

Socle commun et pédagogie, Philippe Meirieu, Le café péda, 21.11.2014 (source : aggior)
http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2014/11/21112014Article635521514572408974.aspx

« Le problème majeur de l’institution scolaire française était l’écart considérable entre « la démocratisation de l’accès » et la « démocratisation de la réussite ».
« Trois pistes vont être principalement explorées pour résorber cet écart : les « classes spécialisées », le « soutien » et « l’individualisation ». Cette dernière n’est pas récente (cf le plan Dalton aux USA en 1905) ; elle a des défauts : on donne l’impression que l’école passe son temps à évaluer les élèves pour voir s’ils ne seraient pas mieux ailleurs, on externalise le traitement des difficultés.
« Le socle est une autre réponse. Dans celui de 2014, « connaissances et compétences ne s’opposent plus mais contribuent, ensemble, à l’appropriation d’une culture commune ; le socle se présente clairement comme la matrice des programmes futurs ; l’élève est pris en compte dans toutes ses dimensions, y compris la maîtrise des émotions et la créativité ». Le socle fixe des objectifs, il ne dit nullement ce qui est susceptible de mobiliser les élèves ».
Meirieu dénonce le risque de prolétarisation des professeurs : « quand les personnes ne sont plus appelées à chercher et à inventer, mais réduites à obéir à des injonctions technocratiques ; quand les enseignants ne sont pas invités à partager la culture qui les fait vivre, mais réduit à cocher des cases et à remplir des tableaux Excel, quand ils ne sont plus en mesure d’utiliser les outils à leur service, mais doivent se mettre au service de ces outils »
Il plaide en faveur d’une « pédagogie du chef d’œuvre »


Le point de vue de J-M Zakhartchouk, 24.11.2014
http://blog.educpros.fr/Jean-Michel-Zakhartchouk/2014/11/24/

Gabriel Kleszewski suggère la lecture des programmes francophones belges
http://enseignement.be/index.php?page=0&navi=296


.

Posté par clioweb à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juin 2014

Socle commun, projet 2014

 

Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture entrera en vigueur avec les nouveaux programmes de l’école élémentaire et du collège à la rentrée 2016.

Les connaissances et compétences à acquérir dans le cadre du socle commun relèvent de cinq domaines de formation, dont l’ensemble définit les composantes de la culture commune :

1 - Les langages pour penser et communiquer
2 - Les méthodes et outils pour apprendre
3 - La formation de la personne et du citoyen
4 - L’observation et la compréhension du monde
5 - Les représentations du monde et l'activité humaine

http://cache.media.education.gouv.fr/file/06_Juin/38/8/CSP_Socle_commun_de_connaissances_competences_culture_328388.pdf

.

Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 juin 2014

Boissinot démissionne

 

- Alain Boissinot, le président du Conseil supérieur des programmes a démissionné.
Selon lui, le CSP, « de par son organisation très légère, n’est pas en capacité de fabriquer les programmes, très concrètement, à tous les niveaux du système éducatif».
http://www.liberation.fr/societe/2014/06/10/

- Son départ est une nouvelle épine dans le pied de Benoit Hamon, le ministre de l'éducation.
Peillon avait imaginé un tandem Compagnon-Boissinot. Compagnon avait préféré faire cours sur Proust
http://www.lemonde.fr/education/article/2014/06/09/

- Le Conseil supérieur des programmes
http://www.education.gouv.fr/cid75495/le-conseil-superieur-des-programmes.html

- Le CSP vient de publier une proposition de socle commun de connaissances, de compétences et de culture
http://cache.media.education.gouv.fr/file/06_Juin/38/8/CSP_Socle_commun

Le texte, organisé en cinq domaines, cherche à donner une place équilibrée à tous les champs disciplinaires.

Les programmes détaillés en cours d’élaboration expliciteront les contenus à enseigner et les niveaux attendus pour chaque cycle d'enseignement, conformément à la charte des programmes.
Le projet sera complété et mis en consultation à l’automne prochain.


11.06.2014 : les raisons d'une démission - Le Point
http://www.lepoint.fr/societe/education-nationale-alain-boissinot-les-raisons-d-une-demission-11-06-2014-1835278_23.php

.
..

Posté par clioweb à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 juin 2012

Connaissances ou compétences ?

 

Connaissances ou compétences, que transmettre ?
un article de Marie Duru-Bellat
dans Transmettre, un HS fourre-tout de Sciences Humaines -source MG
http://www.scienceshumaines.com/connaissances-ou-competences-que-transmettre_fr_28987.html


« La question de la transmission scolaire a toujours fait débat. Le vieil affrontement entre tenants de l’instruction et ceux de l’éducation resurgit aujourd’hui, à travers de virulentes critiques de la notion de compétences ».

Motiver par l'utile d'aujourd'hui, au mépris des incertitudes de demain ?
Retrouver le plaisir de comprendre, de retrouver le sens de la culture ?
Ou dépasser une opposition trop simpliste ?

« Si les débats savoirs versus compétences sont si vifs, c’est parce qu’ils interrogent la nature, l’ambition et les modalités d’une éducation qui ne se réduit pas à la transmission de savoirs.
La notion de compétence a le mérite d’expliciter les objectifs que l’on vise et par conséquent d’ouvrir le débat sur ce que doit être le projet éducatif de notre école : si l’on peut contester le caractère démocratique des directives européennes en matière de compétences à transmettre, est-on si sûr que la façon dont le monde académique liste les savoirs disciplinaires à mettre au programme l’est beaucoup plus ?
Une véritable réflexion sur la culture à dispenser à tous exige de dépasser l’opposition savoirs/compétences, mais aussi de se poser d’autres questions, peut-être (encore) plus dérangeantes, celle du bien-fondé du monopole de l’école et des spécialistes d’une discipline sur l’éducation, de la valeur formatrice d’une éducation par le Tout Intellectuel ».


Marie Duru-Bellat, les publications recensées sur la page de Sciences-Po
http://osc.sciences-po.fr/equipe/ctit_duru.htm#
http://osc.sciences-po.fr/equipe/CVDuru2011.pdf

Socle commun sur le site du MEN Chatel
http://www.education.gouv.fr/socle-commun
Le livret personnel en pdf - Les grilles de référence collège


.
.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 décembre 2011

La notation des profs

 

1512-servilite

Photo Ludovic Maillard. Nord Eclair

- Les enseignants mobilisés contre le nouveau projet Chatel - Le Monde 15/12/2011
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/2011/12/15/

- Les syndicats dénoncent la dénaturation du métier - Le Monde 15/12/2011
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/2011/12/15/

- rappel : le statut des enseignants vu par l'UMP ( Le Monde 09/11/2011)

« Les projets actuels du ministère comportent la fin de la traditionnelle double notation des enseignants : administrative, sur 40, par le chef d'établissement, et pédagogique, sur 60, la plus importante pour la carrière, par un Inspecteur général ou un IPR (inspecteur pédagogique régional), formé dans la discipline des collègues qu'il inspecte.
A la place, les enseignants seraient évalués lors d'un entretien, tous les trois ans, avec leur supérieur hiérarchique direct [qui peut être un gestionnaire, et non un pédagogue] et cette évaluation déterminerait l'évolution des salaires [dont la progression sera ralentie selon le calcul du Café] ».

Les syndicats dénoncent un projet qui « dénature en profondeur les métiers » des enseignants : l'évaluation ne porterait plus principalement sur l'activité en classeIl s'agit d'un processus d'extension de méthodes de gestion du privé à l'administration souligne le sociologue Luc Rouban.
Le SNES exige une nouvelle fois le retrait du projet et menace d'appeler à une nouvelle mobilisation en janvier.

- La mise en oeuvre du socle commun
Le Haut Conseil de l'éducation remet un rapport mitigé - Le Monde 14/12/2011
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/2011/12/14/hce-socle

Le document rappelle que la concrétisation du socle commun reste à faire.
A 2 conditions :
que la formation continue existe à nouveau pour les enseignants ;
que les cadres, recteurs et corps d'inspection, s’impliquent.

« L’avenir du HCE, dirigé par Bruno Racine, est menacé. Depuis novembre, les neuf sages (dont Pébereau et Compagnon) attendent leur renouvellement. Ou la nomination de leurs successeurs ».

.
-  22/12 - Selon Rue 89, la fuite serait arrivée à une date opportune, le projet a été diffusé à un moment peu propice aux manifestations. Nolwenn Le Blevennec a dressé la liste des arguments des camps opposés.

Le blog du Mammouthologue (08/12) cite les éléments de langage confidentiels envoyés aux recteurs, pour répondre à leurs contradicteurs (sur le sort des Inspecteurs, le chef et la pédagogie, les méthodes du privé...)
 



sens-u

icono urbaine - Paris 11/2011


.

 

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 octobre 2010

Le collège vu par le HCE

Rapport du Haut Conseil de l'Education sur le collège
http://www.hce.education.fr/gallery_files/site/21/60.pdf

extrait de l'intro : - « Le constat est largement partagé. Notre collège se trouve aujourd’hui dans une situation préoccupante : performances des élèves médiocres et en baisse, inégalités de réussite d’origine sociale accrues, malaise enseignant, problèmes de vie scolaire qui se multiplient…»
- « Comment expliquer une telle situation ? Le collège a été bâti sur le seul modèle du lycée général… »
- « Dans ces conditions, comment mettre le collège sur la bonne voie ? »

page 43 : Former les enseignants
« Le Haut Conseil de l'Éducation a déjà eu l'occasion de l'écrire : enseigner est un métier ».
page 48
Un nouveau service et de nouvelles pratiques pour les enseignants

«  La réussite de l’École du socle commun dépendra pour une large part de la formation que recevront les enseignants et de leur capacité à mettre en oeuvre des pratiques pédagogiques permettant de faire réussir tous les élèves ».

« Le HCE demande que le service des enseignants ne soit plus uniquement défini par un nombre d’heures hebdomadaires d’enseignement devant les élèves, mais redéfini de manière à prendre en compte la diversité de leurs missions (cours, travail d’équipe, aide au travail, tutorat...), ce qui pourrait conduire à un allongement de leur présence dans l’établissement »

dans la conclusion :
« Il est temps que notre pays prenne conscience qu’il a besoin d’élever significativement le niveau moyen des performances de ses élèves s’il veut élargir la base de la sélection de son élite et répondre aux défis mondiaux... »

« A la différence du lycée, le collège est le dernier endroit qui accueille, sans distinction, tous les enfants et adolescents scolarisés dans notre pays, le dernier moment où les mêmes enseignements et les mêmes valeurs peuvent être transmis à tous. Le collège est donc amené à remplir une mission essentielle tant du point de vue de l’acquisition par tous les élèves d’une culture commune que de celui de leur préparation progressive à une orientation réfléchie, à la fin de la troisième, en permettant à chacun de développer ses talents propres et de réaliser ses ambitions légitimes ».

- Un collège incapable de réduire l'échec scolaire. Article de Luc Cédelle (Le Monde)

« Pluraliste, le HCE avec ses neuf membres désignés par le chef de l'Etat et les présidents de l'Assemblée nationale, du Sénat et du Conseil économique et social   ».
No comment.

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,