17 mai 2011

L'Ecole, c'est élémentaire


Un reportage de Fanny Capel à lire dans Télérama n° 3201 - 18/05/2011
autour de l'Appel pour que l'Ecole redevienne une priorité nationale
impulsé depuis l'école Jean Jaurès d'Epinay sur Seine

Un comité de mobilisation a été créé à Saint-Denis, et des contacts ont été pris avec des parents d'autres départements (Aude, Hérault, Hte Garonne ... Calvados, Doubs).

Parmi les questions :
Quel rôle pour les syndicats d'enseignants et les fédérations de parents ?
Des astres morts qui ont intégré la défaite ?
ou la source d'impulsions fédératrices et de succès ?

2 articles de Maryline Baumard sont cités :
. A Epinay-sur-Seine, des parents exaspérés par le non-remplacement des enseignants veulent saisir la Halde -Le Monde, 17 janvier 2011. http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4379

. En Seine-Saint-Denis, les parents d'élèves s'énervent - Le Monde 06/02/2011

- - - - - - - -

Extraits de l'Appel :
http://www.appeldesappels.org/tam-tam/appel-pour-que-l-education-redevienne-une-priorite-nationale-1194.htm

« Des enseignants absents non remplacés. Des milliers d'heures perdues par année (jusqu'à 1 année au total sur une scolarité complète !), des postes de médecins scolaires, d'enseignants spécialisés pour les enfants en difficulté, de personnels chargés de l'intégration des enfants handicapés, d'infirmiers… non pourvus ou supprimés. La suppression de l'année de formation initiale des enseignants uniquement pour faire des économies budgétaires (Enseigner, c'est un métier !). Les réformes réductrices des contenus des programmes…sans compter la pénurie organisée chez les partenaires de l'école (comme l'Aide Sociale à l'Enfance) ou la réorientation de la PJJ vers le tout répressif…
Tout cela, au détriment des besoins des élèves… »

Thèmes abordés dans l'Appel :
la crise de sens,
les inégalités territoriales,
former des acteurs responsables, émancipés et dotés d'esprit critique
les écoles passoires énergétiques
la pédagogie remplacée par un traitement sécuritaire des violences scolaires
quelle place faite aux parents ?

Nous demandons à ceux et à celles qui signent cet appel
  - d'agir pour l'abandon des toutes les régressions éducatives décidées ces dernières années,
  -  de mettre en place un grand débat national sur " l'école que nous voulons " pour des choix citoyens en matière d'éducation.

Nous réaffirmons
  -  qu'aucun enfant n'est condamné à l'échec,
  -  que tout enfant, même s'il ne s'adapte pas au système, peut à tout moment, progresser, révéler des talents et réussir,
  -  que l'école à vocation à lui donner les moyens d'être un citoyen autonome et responsable de sa vie, de s'épanouir dans un ou des métiers et dans la société.

- - - - - - - -

- Les mobilisations mises en avant sur le blog http://sauvons-lecole.over-blog.com/
    Nuit des écoles à Trappes
    L’école primaire craint l'asphyxie avec une nouvelle vague de suppressions de postes
    L'Eclair du ministère provoque un orage
    Lettre des enseignant-e-s d’une école d’Orly à leur inspectrice…
    Lettre ouverte à tous ceux qui prennent nos mots, les retournent et leur donnent un tout autre sens.
    J.-J. Hazan (Fcpe) : "L'évaluation de CE1 n'a aucune légitimité"
    600 postes RASED en moins, de l’échec en plus !
    Nuit des écoles : vendredi 20 mai

telerama_18052011

Nous, parents et instits, voulons sauver l'école
Télérama
, 18 mai 2011

  

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


11 décembre 2010

Une victoire de Napoléon ? Waterloo...

- « Citez une victoire de Napoléon ?
- Waterloo... ! ! »

La source de cette anecdote, ce n'est ni le dernier défenseur de Louis XIV et de l'histoire bataille, ni une des nombreuses campagnes menée par une officine d'extrême droite contre un enseignement jugé trop marxiste.

Mais Alain Decaux que le magazine Historia a sollicité pour « Sauver l'Histoire » (à nouveau ...)
(La citation date de 1980. C'est une réponse de « collégiens de la banlieue Nord » à G Durand).
A l'époque, l'enjeu, c'était l'affrontement entre les tenants d'une histoire classique et les adeptes des activités d'éveil à l'école primaire. Lire Enseigner l'Histoire. Analyse historique d'un malaise, un article de Maurice Crubellier - revue Histoire de l'Education, N°26, mai 1985. http://www.inrp.fr/publications/
[pas simple d'arriver à cette mention courte ! De plus le texte en pdf ne comporte ni date ni mention de la source...]

Aujourd'hui, l'enjeu pour Historia ce n'est pas le rétablissement de l'HG en Term S (option marketing), mais plutôt la survie d'un roman national étriqué (le magazine qui a le même proprio que Le Point (et L'histoire) publie un dossier sur « Etre Français »... :-):-)
A côté de Decaux, plusieurs « « spécialistes reconnus » » ( sic et resic ) de l'écriture de l'histoire et de l'histoire scolaire interviennent : Gonzague Saint-Bris, Stéphane Bern, Jean-Christian Petitfils,  (B Stora est aussi dans cette galère et JJ Aillagon y vante   sa décision de construire Pierrefitte).
.
JC Petitfils, l'homme de «« L'évasion »» de Louis XVI (France 2) n'y va pas de main morte :
« L’enseignement de l’Histoire est pavé de bonnes intentions. Dans le tournis vibrionnaire des réformes pédagogiques et programmatiques qui se sont multipliées ces dernières années…ce qui ressort avant tout, ce sont les bons sentiments. Ils émanent de quelques têtes pensantes de l’EN, qui qq soit le ministre, finissent de groupe de travail en commission ou en conseil supérieur par imposer leurs vues ... »
« Revenons à l'enseignement de l'Histoire tel qu'il est conçu par les officines pédagogiques du ministère ... comment ne pas voir [que derrière les bonnes intentions et les bons sentiments affichés] il n'est que le reflet navrant des renoncements... qui façonnent si mal notre société : perte du sentiment d'appartenance  à une communauté de destin, ébranlement de la cohésion sociale, déclin des valeurs de la République... »
« L'espoir réside peut-être entre les lignes ... des directives officielles. Il est d'excellents professeurs, dévoués, attachés à faire revivre, à expliquer, à donner le goût de comprendre, quitte à approfondir plus tard »... La solution... pour JCP :  quelques vieux Dumas et une « bonne revue »...

Le CVUH a réagi à la campagne de D Casili (Louis XIV ou bien l’histoire de l’Afrique). Antoine Perraud complète la charge dans Médiapart. http://cvuh.free.fr/spip.php?article252 - http://www.mediapart.fr/article/offert/

.
Les discours de déploration sont à la mode, toujours confortés par des anecdotes personnelles.
2 remarques entendues récemment :
. « A l'entrée en 6e, 1/3 (sic) des élèves ne sont pas au niveau » dit une prof qui enseigne en collège
. « Les étudiants en histoire [donc les lycéens d’hier], ce n'est pas le souci de la chronologie qui les écrase...» poursuit un universitaire de renom ...
Passons sur cette nouvelle illustration de la cascade du mépris entre les cycles scolaires. On peut aussi  négliger les habituels micro-trottoirs dans les médias paresseux : les réponses qui ne tiennent pas en 15 secondes ou qui ne cadrent pas avec la « vérité » mise en scène par le présentateur passent à la poubelle.

.
Il reste au moins quatre enjeux :

- « Ces lycéens britanniques qui ne savent rien de la Shoah », titre dans Rue 89 un jeune journaliste, ancien assistant de langue. http://www.rue89.com/blog-belfast/2010/12/04/
S'ils ne savent rien, ce n'est pas la faute des profs,   mais celle de la mise en option et d'une spécialisation hâtive. Pour l'histoire, en France, Fontanet avait tenté le coup sous Pompidou...

.
- La chronologie ? Lire le commentaire de Mathieu Ferradou sur le Mur de la Page Facebook de La Fabrique, le 1er décembre : « Nos dirigeants savent-ils que les élèves du collège sont chargés d'apprendre des "dates repères" sur lesquelles ils sont interrogés au brevet en fin de 3e ? ». La tendance habituelle consiste à enjoliver le passé. 1515, hier, tout le monde connaissait ! Connaissait quoi ? Le numéro de téléphone ? Les détails de l'histoire militaire ?
«... Dans les souvenirs, il y a toujours de la neige à Noël ... il n'y en avait peut-être pas... mais ça n'a pas d'importance : on s'imagine qu'il y en avait. Et donc il y en avait » ironise Alain Rémond dans Marianne, 11/12/2010
Pourquoi aussi cette tentation permanente de généraliser à partir de cas caricaturaux ? Beaucoup d'élèves peuvent avoir des problèmes avec la chronologie, surtout si l'apprentissage donne plus de place à la mécanique qu'au sens de ce qui est à maîtriser. Mais beaucoup ont une maîtrise sans doute meilleure que celle de leurs parents.

.
Le troisième, c'est la division du travail politicien. Les anciens d'Occident n'ont pas brillé ces dernières années sur le théâtre politique hexagonal. Certains ont même été remerciés lors du dernier remaniement. Mais en parfaits déclinistes, ils savent activement lancer des SOS et mener campagne médiatique. Tant pis si l'opinion accepte d'être trompée.
La tactique (utile à qui veut noyer son chien ...) a remarquablement marché pour le démantèlement des IUFM et la suppression de la formation professionnelle initiale (au nom d'un hypothétique « compagnonnage » maquillant une gestion inhumaine à courte vue et des économies de bouts de chandelle sur un secteur essentiel).

.
- Le dernier danger ?
Ce n'est pas la mort de la chronologie.
Ce serait plutôt le choc des conceptions opposées et irréconciliables de l'histoire, et donc la difficulté à enseigner et apprendre la pluralité des lectures au sein d'une démocratie.
Le danger, pour les jeunes esprits, c'est l'addition délirante des exigences de tous les lobbies (cf l'épisode récent de l'histoire de la libération de la Corse à mentionner obligatoirement dans tous les manuels !!). Le résultat, ce sont des programmes totalement démesurés pour un enfant de CM, ou, au lycée, des manuels qui dépassent couramment les 300 pages (ceux de Géo pour la Terminale ES et L font 340 pages chez Magnard et 350 pages chez Belin )...
Pitié pour les élèves (et leurs profs...)

Posté par clioweb à 09:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,