09 août 2018

Arlette Farge : le murmure des sans voix

 

farge-nonfiction

 

« Poursuivant un parcours entamé par l’étude de la petite délinquance et de la vie fragile
avant d’entreprendre plus récemment l’exploration des sons et des voix ouvrières de la capitale,
Arlette Farge n’a eu de cesse d’aborder les corps populaires
selon tous les angles offerts par les archives de la police et de la justice royales,
imprégnées du grouillement des rues de Paris décidément bien éloignées des salons et des antichambres versaillaises.

C’est donc un peu dans la fraîcheur pleine de vie de ces sources de la modernité populaire
que nous poursuivons, avec Arlette Farge,
nos considérations inactuelles sur la pratique des archives, Non-Fiction 22 mai 2012
http://www.nonfiction.fr/article-5834-archives__entretien_avec_arlette_farge__13.htm

l’engagement dans le passé du sujet historien Non-Fiction 29 mai 2012
http://www.nonfiction.fr/article-5835-le_sujet_de_lhistoire__entretien_avec_arlette_farge__23.htm

et l’écriture de l’histoire » Non-Fiction 5 juin 2012
http://www.nonfiction.fr/article-5836-ecrire_lhistoire__entretien_avec_arlette_farge__33.htm

« Nous, historiens, nous ne disons pas la vérité : on doit s’approcher le plus possible de la véridicité, car la vérité de l’histoire n’existe pas. L’histoire, c’est la sédimentation de travaux qui ont été produits les uns après les autres, et il est tout à fait possible que dans dix ans ou dans cent ans, les gens écriront tout-à-fait autre chose avec les mêmes sources. Et c’est tant mieux ! Je suis très heureuse d’avoir des étudiants, mais je vois bien que, par exemple sur le sujet des émotions, on assiste à un énorme tournant, et que ce qui se dit aujourd’hui n’est plus tout-à-fait ce que je disais. Ce n’est pas que ce que j’écris sera caduc, mais cela fera partie d’un feuilletage qui aura permis d’autres interrogations. Et c’est ce qui me passionne, au fond ».


- Arlette Farge, Le goût de l'archive.
CR Alain Corbin Annales ESC 1991
http://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1991_num_46_3_278966_t1_0595_0000_000

 

.



.

 

Posté par clioweb à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07 octobre 2011

Histoire scolaire ou nationale ?

 

Dans Libération, une tribune rédigée par Roland Hubert Cosecrétaire général du SNES-FSU, Alice Cardoso Responsable du groupe Histoire-Géographie au SNES-FSU, Laurence De Cock et Suzanne Citron Historiennes

extrait :
« Il est urgent de rappeler que l’histoire de l’Afrique ne s’adresse pas « aux petits Africains » d’origine, mais bien à tous les jeunes car tous ont besoin de ces éclairages sur le passé, tout comme de savoir que l’histoire n’est pas faite que par les « grands hommes » mais aussi par les anonymes ou les « sans-voix », afin qu’ils puissent se reconnaître dans ces derniers et se projeter eux aussi comme des futurs acteurs dans la société de demain.

Il est urgent enfin de rappeler que l’histoire à l’école ne peut pas tout traiter, des choix sont nécessaires et ils obligent à des arbitrages difficiles. Or, le risque qui se profile est qu’à vouloir contenter tout le monde - les défenseurs de l’histoire à l’ancienne et les nécessités de prendre en compte les renouvellements historiographiques -, les programmes ne deviennent un fourre-tout sans cohérence (voir le programme de 1ère actuel qui apparaît infaisable), ayant perdu toute saveur et toute possibilité d’être une discipline de formation intellectuelle et critique pour les jeunes.

L’histoire scolaire, sans renier certes une histoire nationale, européenne, doit transmettre une connaissance globale du passé humain, aider à la compréhension des autres civilisations et permettre à chacun de penser l’altérité, au passé comme au présent ».

http://www.liberation.fr/societe/01012363979-histoire-scolaire-ou-nationale

 

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,