12 décembre 2015

Marc Bloch et les réactionnaires

 

 

« Le candidat Nicolas Sarkozy s’y était essayé, Jean-Marie Le Pen également s’était approprié les propos de Marc Bloch. Voici que Marion Maréchal-Le Pen à son tour puise dans le même seau pour faire frémir le sentiment patriotique de ses propos chauvins et islamophobes : « Qui n’a pas vibré au sacre de Reims et à la fête de la Fédération n’est pas vraiment Français !» (Le Figaro, 2 décembre 2015)

« ... Assurément la pensée de M. Bloch n’est pas réductible à un repli identitaire, elle n’est pas soluble dans la pensée nationaliste et islamophobe du Front national. Elle en est même l’antidote ! »
http://ihtp.hypotheses.org/1430


Voir la page 103 dans cette version mise en ligne.
Marc Bloch, L’étrange défaite. Témoignage écrit en 1940
Société des Éditions Franc-Tireur, Paris, 1946
http://classiques.uqac.ca/classiques/bloch_marc/etrange_defaite/etrange_defaite.html


2009, 2012, 2015 les réactionnaires ont tenté de récupérer l'héritage de Marc Bloch :
Voir : http://clioweb.canalblog.com/tag/marcbloch


marcbloch

Marc Bloch (1886-1944)
L'historien, le résistant est tombé sous les balles nazies le 16 juin 1944.

 

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17 mai 2014

Paris 1871 : des ruines et des hommes

 

- Les ruines de la Commune, La Fabrique de l'histoire, 14.05.2014
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-ruines-44-2014-05-15

avec Eric Fournier, Paris 1, auteur de «Paris en ruines. Du Paris haussmannien au Paris communard » (éd. Imago).
et Daryl Lee, Université de Brigham.
http://humanities.byu.edu/directory/dpl/

 71CADAV            par00112

   Communards fusillés par les Versaillais (TDC 72)            Les Tuileries en ruines, vues de la rue de Rivoli
Les hommes ou les bâtiments ?
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/03/18/29467734.html

 

71-THIERSBO


Les pierres ou les hommes ?
Histoire culturelle (du social) ou histoire sociale de la culture ?

Dans l'histoire, certaines destructions sont naturelles :
Pompéi et le Vésuve,
Saint-Pierre et la Montagne Pelée,
le tsunami de l'Océan indien en 2004
et celui du Japon en mars 2011...

Mais l'humanité a aussi une réelle capacité à détruire et à s'auto-détruire.
La guerre n'est-elle pas le plus sûr instrument par un saccage méthodique ?
cf. Carthage ou Corinthe au temps des Romains, le Palatinat au temps de Louvois, la barbarie nazie à Oradour.
Au XXe, l'industrie a changé l'échelle, aussi bien pour les hommes que pour les bâtiments : cf. Hiroshima .
En 1944, les villes normandes ont payé un lourd tribut à la liberté (plus de 350 civils tués à Vire).
Sur le plan de l'urbanisme, dans les années 1960, la spéculation immobilière a aussi fait des ravages (cf Le domaine des dieux).


Le rapport à ces destructions est donc humain, social et politique, plus encore que culturel.
En 1871, les touristes américains ont-ils au préalable fait le détour par Atlanta pour visiter les dégâts de la guerre de Sécession ?
Dans l'émission sur la Commune, les textes lus viennent d'un seul camp, nostalgiques de Napoléon III ou partisans de Thiers le massacreur. Ils illustrent la violence de l'affrontement politique entre monarchistes et républicains.
L'histoire culturelle serait-elle un alibi pour un des courants politiques ?

Que penser des conséquences sociales de la Curée qui a accompagné la modernisation de Paris par Haussmann ?
La « fête impériale » évoquée a-t-elle profité à tous les groupes sociaux ?
Que dire de la politique du gouvernement d'Ordre moral, une préfiguration cléricale du régime de Vichy ?
Que penser du Sacré Coeur et de l'architecture religieuse (1875-1923), par comparaison avec l'art des cathédrales ? 


L'émission de mercredi sur Pompéi a évoqué le débat entre sauvegarde et reconstitution, entre prise en compte du mouvement et volonté de figer l'histoire.
Le travail des archéologues est sans doute plus simple quand un village a été totalement déserté par les hommes (cf le XVe). Dans une ville qui a continué de vivre et de construire, quand un promoteur attend pour mener un chantier en flux tendus, les fouilles de sauvetage sont beaucoup moins simples.
De plus, en cas de reconstitution, quelle époque choisir de favoriser ?


L'argument du « vandalisme » a été utilisé contre les Républicains.
Destructions et vandalisme pendant la Révolution française, Daniel Hermant, Annales ESC,1978 
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1978_num_33_4_293964

extraits de la conclusion :
« Pour que triomphât la vision que la bourgeoisie groupe politico-social vainqueur portait en elle, il fallait brouiller les données, confondre l’ignorance des classes populaires, les complots de l'étranger, [la rapacité .. de spéculateurs voraces et mercenaires], les destructions des terroristes et les négligences de l'administration républicaine, rejeter dans les ténèbres du vandalisme tous les vaincus de la lutte politique ils aient œuvré ou non dans le domaine artistique ».

« Ce réemploi de la notion de « vandalisme », s’il bien assimilé l’usage qu’en ont fait les esprits cultivés avant le 9 thermidor, n’est qu’un combat d’arrière-garde à l’enjeu limité, presque un conflit personnel entre le sculpteur Deseine et Lenoir, fondateur du Musée des monuments français »
« On ne étonnera pas non plus de la discordance entre la chronologie du vandalisme et celle des destructions Pour ces dernières le thermidor est pas une véritable coupure et le mouvement ne est pas atténué sous le Directoire au contraire Mais le danger est déplacé les destructions ne sont plus provoquées par un iconoclasme intempestif mais par la rapacité des faiseurs affaires par les spéculateurs voraces et mercenaires »
https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Pierre_Deseine
https://commons.wikimedia.org/wiki/category:Louis_Pierre_Deseine
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Lenoir
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_des_monuments_fran%C3%A7ais_%281795%29


rappel : Henri Grégoire, Rapport sur les destructions opérées par le vandalisme, et sur les moyens de le réprimer : séance du 14 fructidor, l'an second de la République une et indivisible - http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k48495b

.

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,