28 juillet 2016

9 Thermidor

 

9thermidor

 

« La République est morte ; les brigands triomphent »

Les 9 et 10 Thermidor, La chute de Robespierre

Mathilde Larrere, Tweeter et Storify

http://storify.com/LarrereMathilde

 

« Pourquoi nous sommes robespierristes ? »
par Albert Mathiez (1920)
http://etudesrobespierristes.com/pourquoi-nous-sommes-robespierristes

L'Association dite "Société des Études Robespierristes", fondée en 1908 et reconnue d'utilité publique par décret du 27 mai 1935, a pour but de rechercher et de publier tous les documents ou travaux relatifs à l'histoire de Robespierre, de la Révolution et de l'Empire. Sa durée est illimitée. Elle a son siège social à Paris.
http://ahrf.revues.org/210

La Révolution française. Une histoire toujours vivante, dir Michel Biard, 2010
http://ahrf.revues.org/11438


.

.

Posté par clioweb à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


17 janvier 2015

Presse : Sieyès 1790 - Robespierre 1791


 

- Rapport de M. l'abbé Sieyès sur la liberté de la presse, et projet de loi contre les délits qui peuvent se commettre
par la voie de l'impression, et par la publication des écrits et des gravures
Archives parlementaires, BNF-Stanford FRDA
http://clioweb.free.fr/dossiers/revo/sieyes-rapport-presse-1790.pdf


- Maximilien Robespierre
Discours sur la liberté de la presse
Prononcé à le Société des Amis de la Constitution le 9 mai 1791, La Révolution française
http://revolution-francaise.net/2015/01/16/


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 septembre 2012

1792, Entrer en République

 

1792, Entrer en République
Colloque IHRF et SER les 20 et 21 septembre 2012 à Paris

http://ser.hypotheses.org/464  -  http://ihrf.univ-paris1.fr/


Jeudi 20 septembre 2012
Matin : fonder la République (I)

    9h30 Allocutions d’ouverture du colloque
    10h A de Francesco (Université de Milan), « Comment naissent les républiques ? »
    10h20 Raymonde Monnier (CNRS), « Que signifie « être républicain » en septembre 1792 ? »
    10h40 pause
    11h00 Guillaume Glénard (Université d’Artois), « Les principes constitutionnels de la République ».
    11h20 Serge Aberdam (INRA), « Une Constitution destinée à recevoir une sanction populaire ? »
    11h40-12h15Débats

 Après-midi : fonder la République (II)

    14h10 Peter McPhee (Université de Melbourne), « Robespierre et la République ».
    14h30 Philippe Bourdin (Université de Clermont-Ferrand), « Une pédagogie de la République : les correspondances des députés auvergnats, entre Assemblée législative et Convention »
    14h50 Laurent Brassart (Université de Lille 3), « Devenir républicain à l’été 1792 : mythes et aléas d’une conversion »
    15h10 pause
    15h30 Gaid Andro (Université de Rouen), « Les procureurs généraux syndics face à la rupture républicaine : entre engagement politique et pragmatisme administratif, entre adhésion collective et dissidence individuelle »
    15h50 Paul Chopelin (Université de Lyon 3), « Bénir la République. Providentialisme et contingences pastorales dans le discours politique des évêques constitutionnels (août-septembre 1792) »
    16h10 Anne Jollet (Université de Poitiers), « Femme de conventionnel : un enjeu politique dans la république »
    16h30-17h15 Débats


Vendredi 21 septembre 2012
Matin : élire la Convention nationale.

    9h Serge Bianchi (Université de Rennes 2), « Les élections en Seine-et-Oise : un vote déjà républicain ? »
    9h20 Jean-Paul Rothiot (Université de Nancy), « Le vote républicain en Lorraine ou La Lorraine devient républicaine »
    9h40 Jean-Baptiste Legoff (Archives départementales de la Meuse), Des élections sous la menace de l’invasion ennemie.
    10h pause
    10h20 Julien Bouchet, Sébastien Pivoteau, Jean Salvat, Côme Simien (Université de Clermont-Ferrand), « Incarner la République ? Les attitudes des futurs Conventionnels devant l’idée républicaine dans trois départements méridionaux (Ariège, Aude et Pyrénées-Orientales) ».
    10h40 Frédéric Régent (Paris I), « Devenir Républicain aux Petites Antilles à travers l’exemple  de l’élection des députés à la Convention »
    11h Hervé Leuwers (Université de Lille 3), « Les conventionnels des 20 et 21 septembre 1792. La progressive mise en action des députés qui ont choisi la République »
    11h20-12h Débats

 Après-midi : parler au nom de la République

    14h Michel Biard (Université de Rouen), « Premières prises de parole et débats législatifs à l’aube de la République ».
    14h20 Pierre Serna (Université Paris I), « La France est république ». Brissot et les origines politiques de la république ».
    14h40 pause
    15h Bernard Gainot (Université Paris I), « Tout citoyen doit être armé pour la cause commune. La République comme camp militaire en 1792 ».
    15h20 Virginie Martin(Université Paris I), « Entrer en République : gageure ou impasse diplomatique (août 1792-avril 1793) ? »
    15h40 Annie Jourdan (Université d’Amsterdam), « Le regard des étrangers sur l’entrée en république de la France (1791-1793) ».
    16h-16h45 débats
    A partir de 17h commémoration au Panthéon

Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 juillet 2011

Robespierre et Sparte


Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, sur le plan des idées politiques, Lacédémone devance largement Athènes et fait presque jeu égal avec Rome.
Pour Robespierre « Sparte brille comme un éclair dans des ténèbres immenses ». Il trouve à Sparte la vertu, l'égalité, la soumission à la loi, la dévotion à la patrie ou la régénération du citoyen grâce à l’éducation.
Saint-Just, l’ami fidèle, considère lui que « le monde est vide depuis les Romains ». La réaction thermidorienne et le développement de la pensée libérale enterre les lois de Lycurgue. « Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte, déjà Napoléon perçait sous Bonaparte » écrit plus tard Victor Hugo.

A la fin du XIXe, Sparte revient dans le champ de la pensée politique, du fait de l'extrême droite, en Allemagne et en France.

La note 7 mentionne les travaux sur la référence de la Révolution à l'Antiquité, grecque ou romaine.

Maxime Rosso, Les références à Sparte dans les discours et la politique de Robespierre de 1789 à Thermidor, AHRF juillet-sept 2007. http://ahrf.revues.org/11210 

.
Annales historiques de la Révolution française
- Les numéros plus récents sont en accès restreint et payant.
http://ahrf.revues.org/

.
robespierre

source :  Wikimedia Commons
Anonyme, Maximilien Robespierre, vers 1790, Musée Carnavalet
 

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 mai 2011

Manuscrits Robespierre, suite


L'Etat français a exercé son droit de préemption, au nom des Archives de France, «au prix du marteau» (dernière adjudication) pour deux lots adjugés 65.000 euros (fonds Le Bas) et 750.000 euros (brouillons, discours, articles, lettre de Robespierre), soit 979.400 euros au total avec la commission d'achat,

L'acquisition par l'Etat, qui dispose désormais de quinze jours pour donner sa position définitive, avait été réclamée
à grand renfort de mobilisation par des historiens et plusieurs partis politiques de gauche.
«Nous allons devoir réunir les fonds nécessaires pour que ces documents rentrent dans les collections des archives»,
a déclaré le directeur des Archives de France, Hervé Lemoine, à l'issue de la vente.
Le Figaro, 19/05/2011, 14 h 41
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/05/19/  

 

Posté par clioweb à 07:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mai 2011

Les manuscrits de Robespierre

Il faut sauver le soldat Maximilien,
Pierre Serna, Le Monde Opinions, 04/05/2011
(deux lots de manuscrits vont être mis en vente chez Sotheby's)

.
- La Société des Etudes Robespierristes organise une souscription internationale.

Au stade actuel, il s'agit d'un projet d'une souscription complémentaire à l'action publique, en association avec d'autres acteurs qui en ont la possibilité juridique (par ex la société des amis de la BN), avec d'autres personnes,associations, collectivités territoriale, etc.

Si vous souhaitez participer à la Souscription publique, les chèques sont à adresser à la société des études robespierristes avec mention au dos du chèque : Pour les manuscrits de Robespierre et à l’ordre de la Société des études robespierristes. Adresse : 17 rue de la Sorbonne 75231 Paris cedex 05.
Si l'opération va jusqu'à son terme, chaque donateur recevra un reçu dont il pourra faire déduire 66.66 % de leur impôt sur le revenu 2011.

.
« Il faut sauver le soldat Maximilien ! A chacun ses combats !

Celui-là en vaut la peine ! De quoi s'agit-il ? Le mercredi 18 mai à 14 h 30 chez Sotheby's, seront mis en vente deux lots de manuscrits datant de l'époque de la Révolution française. Le premier (estimé entre 30 000 et 40 000 euros) contient une série de lettres d'Augustin Robespierre à son frère, mais surtout quelques missives du député Le Bas, le même qui demanda à être arrêté avec les deux frères, le 9 thermidor, et préféra se suicider le 10 thermidor, plutôt que de subir le couteau de la guillotine.

Une série de lettres détaille son action politique et permet de le situer dans un contexte familial précis et des plus intéressants à étudier pour comprendre le culte et la mémoire des héros républicains après leur disparition. Le second lot, beaucoup plus important et donc bien plus cher (200 000 à 300 000 euros), contient des documents encore plus précieux, puisque rédigés de la main même de celui qui fut appelé "l'Incorruptible".

Ce sont des discours, des projets d'articles de journaux, des brouillons de rapports devant être lus à la Convention, et le fragment d'un discours écrit à la veille de son arrestation, l'avant-veille de sa mort, discours contre la conspiration en train de se préparer contre lui et ses proches. Une lettre sur la vertu et le bonheur termine cette série de documents exceptionnels qui manquent aux collections de manuscrits aussi bien des Archives nationales que de la Bibliothèque nationale de France (BNF). Ce serait une grande perte si ces deux lots devaient terminer dans des fonds privés à l'étranger ou, plus humiliant, s'ils venaient à être acquis par une bibliothèque hors de France.

Pour le moment, aucune institution ne s'est déclarée intéressée ou prête à acheter les deux lots. Mais il n'est pas trop tard et une décision politique au niveau élevé du ministère de la culture - ou encore plus haut - peut encore intervenir pour que ces documents uniques restent en France et soient consultables gratuitement par tout un chacun.

Il ne s'agit pas ici, malgré la haute dimension symbolique de la main qui tint la plume, de verser dans des considérations partisanes qui n'ont que trop pollué le débat sur l'interprétation de la Terreur. Il ne s'agit ni d'imaginer que l'achat des lots constituerait un acte relevant d'une ultime marque de déférence pour le concepteur de la Terreur (ce qu'il ne put être seul d'ailleurs), ni une façon d'enrichir la légende noire qui depuis deux cents ans n'a pas manqué de s'acharner sur le personnage.

Au coeur de la machine
Rien de ces deux postures n'est en jeu ici. Seulement la connaissance précise des conditions d'écriture de discours fondateurs dans les sciences politiques de la France contemporaine, puisqu'il s'agit de pages rédigées sur la guerre, la politique sociale, les valeurs de la République. Il faut ajouter une réflexion, rédigée en forme de lettre inédite sur le rapport complexe entre la liberté, le bonheur et la vertu.

Autant de documents qui font partie intégrante de l'Histoire de France, qui permettraient de compléter le travail d'édition auquel se livre depuis des décennies la Société des études robespierristes, livrant au public les oeuvres complètes du député. Ces documents rédigés de la main de Robespierre diraient aussi la façon de travailler, de penser, de raturer de réécrire du député, et plongeraient le lecteur au coeur de la machine du gouvernement révolutionnaire.

Il n'est pas trop tard encore ! Il faut conserver ces manuscrits, au moyen d'une souscription, au moyen d'une décision politique, au moyen d'un choix courageux d'une institution culturelle de grand renom. Encore un effort pour un achat vertueux, qui donnerait à comprendre ce que peut être le bonheur dans la République ; nous en avons besoin ! Et encore plus des manuscrits de Robespierre ».

Pierre Serna, directeur de l'Institut d'histoire de la Révolution française, professeur à l'université Paris-I



robesp
  source : http://cvuh.free.fr/spip.php?article262

.
- 13/05/2011 :

La culture annonce l'acquisition d'un manuscrit autographe de Maximilien Robespierre, intitulé "Finances". Ce manuscrit inédit a été écrit par Maximilien Robespierre aux derniers jours de la Constituante vers 1791. Il est consacré entre autres aux finances du pays et aux moyens de les redresser...

Le texte de l'AFP reproduit par la presse, les blogs, et Google News

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,