13 juillet 2016

Les femmes et la Révolution

 

olympedegouges

 Marie Gouze, dite Marie-Olympe de Gouges (1748-1793)
Pastel d’Alexandre Kucharski - Wikipedia - http://fr.wikipedia.org/wiki/Olympe_de_gouges

 

Olympe de Gouges, Théroigne de Méricourt, Charlotte Corday, Mesdames Roland, Tallien et de Staël...
Les femmes et la Révolution, un sujet abordé par Stéphane Bern pour France 2.
Lire François Ekchajzer dans Télérama 3469
« Les anecdotes ne manquent pas, mettant en scène des caractères forts, des actions courageuses et des destins souvent tragiques. Mais à survendre le moindre fait, à bourrer l'émission d’extraits de téléfilms souvent médiocres qui bloquent l'imagination et de musiques assourdissantes qui dispensent de penser , à donner la parole à des experts de qualités très inégales et à s'appesantir sur des détails secondaires ou grivois, on sacrifie au pittoresque... »
« Les exigences du récit historique se combinent parfois mal avec celles du marketing »



Le web témoigne du travail considérable accompli par des historien(ne)s de métier.


- History Trouble - Vacarme no 66 publie un long entretien avec Joan W. Scott, l'historienne du genre.
http://www.vacarme.org/article2325.html

Regards croisés
Femmes, genre, révolution
Dominique Godineau, Lynn Hunt, Jean-Clément Martin, Anne Verjus et Martine Lapied
https://ahrf.revues.org/11539

Histoire du genre en Révolution, Martine Lapied
in La Révolution à l'œuvre Jean-Clément Martin, PUR 2005
http://books.openedition.org/pur/16028?lang=fr

Enseigner la Révolution
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/03/16/20481367.html



- Les femmes dans l'histoire, RDV Blois 2004
Les vidéos sont archivées sur le site web de Canal C2 (elles ne se limitent pas aux femmes)
http://web.archive.org/web/20051012093003/http://www.canalc2.tv/video.asp?idEvenement=146


- La place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte,
Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier & Françoise Thébaud (coord.), Belin 2010
sommaire : http://www.mnemosyne.asso.fr/uploads/Flyers/983103_dep_femmes_v1.pdf
chapitre « Femmes et hommes dans les temps modernes et en révolutions »,
Sujets et sujettes de l’Ancien Régime
Les femmes ont-elles des Lumières ?
Les sociétés de plantation
Femmes en Révolution
De Bonaparte à Napoléon : le nouvel ordre des sexes

CR Laurence Alessandria, Clio. Femmes, Genre, Histoire 34 2011
http://clio.revues.org/10452
http://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/la-place-des-femmes-la-revue-de-presse/
La Durance 113 - http://fr.calameo.com/read/001427855f2bfbed7f7b1


- dossier Histoire par l'image
Théroigne de Méricourt (1762-1817)
Olympe de Gouges (1748-1793)
Manon Roland
Lucile Desmoulins
Charlotte Corday
Les tricoteuses
http://www.histoire-image.org/albums/femmes-revolution


- semaine Olympe de Gouges, La Fabrique 09.2013
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/09/27/28100521.html
http://clioweb.canalblog.com/tag/femmes

4 ouvrages rédigés par les invités :
Jean-Clément Martin, La révolte brisée : femmes dans la Révolution française et l'Empire, Colin 2008
Olivier Blanc, Marie-Olympe de Gouges : une humaniste à la fin du XVIIIe siècle, Vienet 2003
Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses : les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Perrin 2004
La place des femmes dans l'histoire : une histoire mixte - coord Geneviève Dermenjian, Irène Jami et Annie Rouquier Belin 2010


- Histoire des femmes
Dossier coordonné par Anne-Marie Sohn et l’Association Mnémosyne,
Historiens & Géographes (extrait des numéros 392, 393 et 394) 2007
CR Laurence Alessandria, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 32 2010
http://clio.revues.org/9955


- Biblio de l'article Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Femmes_sous_la_Révolution_française

Les femmes et la Révolution française - biblio AHRF 2006
http://ahrf.revues.org/6453

Dominique Godineau, « De la guerrière à la citoyenne. Porter les armes pendant l’Ancien Régime et la Révolution française »,
Clio. Histoire‚ femmes et sociétés 20 | 2004
http://clio.revues.org/1418
Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française (Alinéa, 1988 ; rééd. : Perrin, 2004)


- sites académiques
Besançon - Les femmes dans la Révolution
http://hg.ac-besancon.fr/wp-content/uploads/sites/63/2015/09/ppt_diaporama_ressources.ppt
Aix-Marseille - Enseigner l’histoire des femmes de la Révolution dans le second degré
D’une mission impossible à de nouveaux chantiers
Catherine Marand-Fouquet 1 mars 2001
http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/upload/docs/application/pdf/2011-08/div028_marand.pdf
Montpellier, classe de 4eme
http://hist-geo.ac-montpellier.fr/v1/IMG/pdf/Femmes_et_Revolution.4eme.pdf

 

.

Posté par clioweb à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 janvier 2016

L'IHRF n'existe plus...

 

ihrf-derniere

L'équipe de l'IHRF vous souhaite une bonne fin d'année pour la dernière fois mais vous dit à très vite.

 

« Depuis le 1er janvier 2016, l’UMS (Unité Mixte de Service) qui portait l’IHRF n’existe plus.
Ni juridiquement, ni financièrement, l’IHRF n’a d’existence désormais, pour le moment.
Ainsi en a décidé le CNRS. »

« N’ayant jamais cru que l’affaiblissement d’une branche active des sciences humaines pouvait renforcer un autre pan de la recherche, je demeure fort inquiet sur cette politique…
L’IHRF doit-il disparaître au nom d'une gouvernance sobre et calculatrice ? »
Pierre Serna, Un nouveau statut pour l’IHRF (?), AHMUF, 02.01.2016
http://ahmuf.hypotheses.org/4333

autre version sur le site du CVUH :
http://cvuh.blogspot.fr/2016/01/quel-avenir-pour-lihrf.html


- L’Institut d’Histoire de la Révolution française peut-il cesser d’exister ? Jean-Clément Martin, blog Médiapart, 04.01.2016
http://blogs.mediapart.fr/jean-clement-martin

- Guillaume Mazeau (FB) : « Je pense que l'institution telle qu'elle est aujourd'hui doit sans doute évoluer, mais que la disparition d'un laboratoire indépendant sur les Etudes révolutionnaires, dûment financé est, à long terme, une grave erreur ».


- L’Institut d’Histoire de la Révolution française a été fondé en 1937 par Georges Lefebvre
L'article de Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_d'histoire_de_la_Révolution_française

[ Cette décision ne vient pas de la droite ou l'extrême droite.
Elle a été prise alors que le PS contrôle l'exécutif et l'assemblée.
C'est profondément regrettable.]


- Georges Lefebvre au travail. Le travail de Georges Lefebvre
un exemple d'une journée d'études organisée par l'IHRF le 11 septembre 2009

dont un échange vif à propos de l'exploitation des Archives parlementaires
numérisées par Google Livres, en accès libre pendant qq mois
voir les actes dans La Révolution française, 2 - 2010
http://lrf.revues.org/146

Timothy Tackett et Nicolas Déplanche, « L’idée du « complot » dans l’œuvre de Georges Lefebvre :
une remise en cause à partir d’une nouvelle source », La Révolution française http://lrf.revues.org/171
Voir aussi http://ahrf.revues.org/1298

 

ihrf

 

.
.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 novembre 2014

« Assassin’s Creed », chute de régime

 

« Assassin’s Creed », chute de régime - Libération 24.11.2014
http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2014/11/24/assassin-s-creed-chute-de-regime_1149930

Pour Erwan Cario, le nouvel opus campe à merveille le Paris de la Révolution, hélas sans scénario.

« on s’infiltre, on assassine (si on est discret), on massacre (si on l’est moins), en ayant toujours cette désagréable impression de passer à côté de ce qui est important. Bien sûr, on croise un impressionnant casting d’époque (Mirabeau, Robespierre, ou encore le lieutenant d’artillerie Bonaparte en improbable guest), mais à aucun moment on ne ressent l’ampleur de ce qui est en train de se jouer dans la société française ».

« Ubisoft sait proposer des mécaniques de jeu et des jolis graphismes (c’est son credo depuis 2003), mais n’arrive toujours pas à transporter le joueur avec une narration à la hauteur. C’est depuis toujours le talon d’Achille de la série »


Erwan Cario rappelle la controverse lancée par le parti de gauche :
« Le débat initié par Alexis Corbière et relayé par Jean-Luc Mélenchon est à ce titre absolument légitime. Ne pas vouloir prendre parti entre les opprimés et les oppresseurs revient toujours à soutenir les seconds. Mélenchon parle de «parti pris idéologique», on penche plutôt pour une frilosité et une paresse intellectuelle très mal placées ».
http://www.20minutes.fr/culture/1480615-20141114-assassin-creed-unity-melenchon-accuse-jeu-etre-propagande-contre-peuple

http://www.alexis-corbiere.com/index.php/post/2014/11/17/

http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/11/17/le-lendemain-et-meme-ensuite/

L’assassin volant et les leçons de l’Histoire, J-C Martin 14.11.2014
http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-clement-martin/141114/l-assassin-volant-et-les-lecons-de-l-histoire

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 janvier 2014

French Revolution Digital Archive

 

The French Revolution Digital Archive (FRDA) is a multi-year collaboration of the Stanford University Libraries and the Bibliothèque nationale de France (BnF) to produce a digital version of the key research sources of the French Revolution and make them available (source FB, Binetou Sylla, GM, SM)
http://frda.stanford.edu/fr/

Les ANRF (Archives numériques de la Révolution Française) sont « le reflet de l’événement tortueux et complexe qu’a été la Révolution française » (sic).
Les ANRF réunissent deux sources : les Archives parlementaires et les 14 000 Images sélectionnées en 1989 à l'occasion du bicentenaire. Les AP étaient accessibles en microfilm et les Images sur vidéodisque.

En 2013, le contenu a été repris par la BNF et par Stanford et mis en ligne (projet ANRF).
La BNF a numérisé en haute définition, à partir des originaux, près de la moitié des images du vidéodisque.
La recherche est possible par mots ou par index, par année de sources-clé textuelles et visuelles
(2 collections citées, Michel Hennin, Carl de Vinck)

Sur les archives parlementaires (82 vol entre 1862(sic) et 1914, plus le travail de l'IHRF après 1962) :
http://frda.stanford.edu/fr/about
Les archives parlementaires (1ere série, 1787-1799)
http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article93
Lors de la journée Georges Lefebvre au travail. Le travail de Georges Lefebvre
Jean-Clément Martin avait vivement réagi à l'utilisation par Timothy Tackett et Nicolas Déplanche d'une version numérisée par Google des Archives Parlementaires. http://lrf.revues.org/146 - http://lrf.revues.org/171

Denis Bruckmann, Le vidéodisque Images de la Révolution française
http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1990-02-0122-006

Banques d’images sur la Révolution
http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article482
Voir également Imaging the French Revolution le projet du CHNM en 2003 (Images, Essays, Discussions)
https://chnm.gmu.edu/revolution/imaging/home.html

thuillerie

source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6948732t


[ Pour l'affichage des images, Wikimedia Commons semble savoir mieux faire
que les informaticiens de Stanford et de la BNF réunis :
un classement par catégorie, une présentation en planche contact, la lecture rapide est grandement facilitée.


voir les exemples de la Fête de la Fédération (14 juillet 1790) et de la prise des Tuileries (10 août 1792)
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/01/29/29148248.html

12.02.2014 : Une FAQ est en cours de mise en ligne : http://clioweb.free.fr/dossiers/revo/frda-faq.jpg

.
..

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

20 janvier 2014

E. Eisenstein : the Printing Revolution

 

Élisabeth Eisenstein, The Printing Revolution in Early Lodern Europe - 1979, en poche en 1983, 2e edi en 2005. http://en.wikipedia.org/wiki/Elizabeth_Eisenstein
Élisabeth Eisenstein, La Révolution de l’imprimé dans l’Europe des premiers temps modernes, Paris : Éditions La Découverte, 1991 - lu par Dominique Varry ENSSIB


Elizabeth L. Eisenstein, la culture de l'imprimé, Le Débat 22, 1982/5 (un montage de 15 pages en pdf)
http://epi.univ-paris1.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHE=50397&OBJET=0008&ID_FICHIER=137396

Selon elle, l'imprimé bouleverse au XVIe les conditions du travail intellectuel : l’édition incite à contrôler le texte ou refaire la traduction (cf Erasme), à enrichir le texte d’une édition à l’autre. Pour elle, cette démarche permet un progrès par accumulation, alors que le travail des copistes médiévaux produisait souvent des erreurs, volontaires ou involontaires.

extraits : Le gros livre d’Elizabeth Eisenstein s’intéresse au changement culturel lié au livre. « Commencée au début des années 1960, et d’abord conçue comme une réponse raisonnée aux prophéties de Mac Luhan, sa recherche a bientôt pris la forme d’une vaste enquête sur les formes de la modernisation culturelle que connaît l’Europe à partir de la fin du XVe siècle pour aboutir, en fin de parcours, à une interrogation sur la notion même de modernisation.

Fondé sur une très lourde bibliographie, l’ouvrage propose un plan simple (et qui n’évite pas toujours les redites). Après avoir caractérisé dans leur plus grande généralité les transformations culturelles liées à la production, à la circulation et à la consommation de l’imprimé, l’auteur en détaille les formes dans trois secteurs d’application : la culture humaniste, la double réforme protestante puis catholique, la « révolution scientifique » des XVIe-XVIIe siècles. Autant dire qu’un tel programme ne laisse de côté aucun des grands débats de l’histoire culturelle européenne sur trois siècles. E. Eisenstein, qui ne craint ni les grands sujets, ni la polémique, ne cherche jamais à les éviter.
La thèse est simple : l’imprimé ne marque pas seulement une évolution, mais bien une rupture culturelle fondamentale et dont les conséquences, parce qu’elles sont cumulatives, ne peuvent être appréciées que dans la longue durée. L’importance de la mutation doit nous inviter à repenser les notions cardinales qui fondent la modernité : Renaissance, Réforme, Révolution scientifique.
Un lieu incarne, pour Elizabeth Eisenstein, la nouvelle culture du livre : c’est l’atelier de l’imprimeur dans lequel coexistent des activités inédites, ou encore jusque-là séparées. On y rencontre la production et la commercialisation de l’imprimé, bien sûr, mais aussi l’innovation technologique et surtout des formes neuves de circulation et de sociabilité culturelles. Sans doute on l’a récemment noté . l’évocation vaut-elle plus ici pour de très grandes maisons, celles d’Alde Manuce à Venise, de Christophe Plantin à Anvers ou des Estienne en France, que pour le tout-venant des imprimeurs de la Renaissance. Mais pour l’auteur, l’atelier est d’abord le symbole du nouveau « Commonwealth of Learning » »

« La thèse est donc claire et obstinément répétée : c'est l'imprimé qui est au coeur du processus de modernisation culturelle que connaît l'Europe à partir de la fin du XVe siècle, et parce qu'elle crée les conditions d'un progrès cumulatif, les effets de cette rupture n'ont pas fini de s'en faire sentir jusqu'à nous ».
« Derrière le mouvement général de modernisation, elle sait pourtant repérer des décalages, des disparités. Décalages géographiques : avec le livre naît la censure, plus rigoureuse et plus aveugle dans l’Europe catholique que dans le monde protestant ; on a peut-être là une clé pour comprendre, d’une aire à l’autre, l’inégalité du développement scientifique dans la longue durée. Décalages culturels : nés d’un semblable désir de réflexion critique que le livre a rendue possible, l’examen des textes sacrés et le travail scientifique ont eu des destins divergents, voire contraires ».

http://epi.univ-paris1.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHE=50397&OBJET=0008&ID_FICHIER=137396

 

 

Posté par clioweb à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


05 novembre 2013

Manet, une révolution symbolique

 

- La révolution impressionniste - Le Monde des livres 01.11.2013
La tension entre l'exigence formelle («  peindre bien ») et le contenu (« le médiocre »), qui obsédait Flaubert, se retrouve exactement chez Manet.
http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/10/31/manet-une-lutte-a-la-vie-a-la-mort_3506338_3260.html

Bourdieu au miroir de Manet
http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/10/31/bourdieu-au-miroir-de-manet_3505568_3260.html
« La lutte qu'engage Manet est une lutte à la vie, à la mort. Si l'hérésiarque gagne, s'il arrive à imposer la croyance dans la valeur de ce qu'il fait, de ce qu'il est, c'est tout le système académique qui s'effondre (et c'est ce qui est arrivé : les cours de la peinture pompier sont tombés en l'espace de quelques années du plus haut à rien) : il n'y a pas de quartier. Alors qu'au fond l'art pompier pouvait cohabiter avec Corot pendant très longtemps, avec Manet c'est impossible. Il a porté l'attaque au coeur même de l'art académique en sorte que c'était, comme on dit, lui ou eux. Ce que Manet était en train d'inventer et d'imposer, c'est l'artiste autonome, c'est-à-dire seul capable de légiférer sur lui-même ; la légitimité artistique n'est plus détenue par un Etat qui décerne des brevets, ou par des maîtres brevetés de l'institution académique, elle est détenue par le groupe des artistes qui affirment leur reconnaissance de la légitimité par leur lutte pour s'en assurer le monopole ».
En illustration, l'exécution de Maximilien ( 1867)
http://www.wga.hu/art/m/manet/2/2manet07.jpg

- Manet, une révolution symbolique
cours de Bourdieu au Collège de France, 1998-2000
un essai inachevé, Manet l’hérésiarque

- La boîte à outils de Bourdieu, «Violence sympolique», «habitus», «champ»
http://www.liberation.fr/culture/2013/11/01/la-boite-a-outils-de-bourdieu_944039

 « Le Déjeuner sur l’herbe » de Manet (1863)
http://www.wga.hu/art/m/manet/1/5dejeun1.jpg
Comment comprendre le scandale suscité à son époque ?
La rhétorique académique est une rhétorique de l’euphémisation . Son abandon fait éclater la réalité peinte : un nu éclate comme un nu. http://www.liberation.fr/culture/2013/11/01/un-pique-nique-et-une-revolution-symbolique_944038

Pour l’historien Christophe Charle, l’art a profité de la libéralisation de la société.
« De 1848 à 1880, la France a liquidé un héritage culturel, politique, social »
http://www.liberation.fr/culture/2013/11/01/de-1848-a-1880-la-france-liquide-un-heritage-culturel-politique-social_944040


olympia-manet

Manet, Olympia, 1863 - musée d'Orsay
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Olympia-manet.jpg
Le scandale de la réalité, L'histoire par l'image



.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 juin 2013

Révolution : la bataille du public



Guillaume Mazeau, La Bataille du public. Les droites contre-révolutionnaires et la Révolution française dans la première moitié du XXe siècle - in Sophie Wahnich (dir), Transmettre la Révolution française, histoire d’un trésor perdu, Les prairies ordinaires, 2013. http://aggiornamento.hypotheses.org/1397


A la fin du XIXe, la droite catholique et royaliste a perdu le combat politique et scolaire. Mais sur le terrain idéologique, entre 1815 et 1945, elle lutte avec efficacité contre l’histoire républicaine. Elle se présente comme « histoire vivante », plus vraie et plus authentique que l'histoire scientifique. Elle s'adapte à la culture de masse et réussit à banaliser les clichés contre-révolutionnaires.


En 1893, « à l'occasion du Centenaire du soulèvement contre la République, des centaines de commémorations, banquets, messes et fêtes populaires sont organisées en Vendée, popularisées par des journalistes comme Eugène Veuillot, directeur du journal catholique L'Univers, mêlant royalistes et républicains conservateurs ».
«... Au début du XXe siècle, de nombreux érudits ... collectionneurs, publicistes, professeurs, écrivains et historiens, investis dans des centaines de sociétés savantes locales concurrencent efficacement les récits républicains ...». L'Action française fondée en 1908 leur sert de pépinière.
« Dans les années 1930, les réseaux du souvenir de la Contre-Révolution s'émancipent des clercs et se structurent autour d'associations spécialisées. Le Souvenir Vendéen, créé en 1932, organise des veillées, des kermesses et  des spectacles, forme des conférenciers et met en place un réseau de délégués cantonaux … »

La légende noire est servie par les écrivains et par l'édition. Elle peut se revendiquer de Taine (pour lui la Révolution est « une maladie de la nation définie comme un corps qui, pour être guéri ou rester sain, doit être dirigé par ses élites et un chef ») ou de Fustel de Coulanges.
Louis Madelin marginalisé par l’Université, se lance avec succès dans la vulgarisation. Il entre à l’Académie française en 1927. L’Histoire de France du monarchiste Jacques Bainville est éditée à 340 000 exemplaires chez Fayard.
Royaliste convaincu, G. Lenotre (Louis Gosselin) est l’auteur prolifique de livres sur le marquis de la Rouerie (1896-1897), sur Marie-Antoinette (1897), sur les noyades de Nantes (1914) ; il lance le débat sur la survivance de Louis XVII (1920) ; c’est un fin connaisseur des Archives nationales mais il brouille sans pudeur les frontières entre l'histoire et la fiction.
Sous Vichy, Pierre Gaxotte, rédacteur en chef du collaborationniste Je suis partout, participe à l'assaut généralisé contre l'histoire républicaine . Par la suite ses ouvrages sont constamment réédités en poche.

En face, les historiens républicains ont beaucoup travaillé. Ils se sont massivement mobilisés à l’occasion des cérémonies du Centenaire (1889), beaucoup moins pour celles du Cent-Cinquantenaire. Ils mettent au point la méthode critique et accordent une grande place à la publication des sources. Aulard occupe la chaire d’histoire de la Revolution française créée en 1885, Mathiez fonde la Société des Etudes Robespierristes (1908), Georges Lefevre étudie les paysans du Nord ou la Grande Peur ; il occupe la chaire d'histoire de la Révolution créée en 1937. En 1931, le musée Carnavalet présente l’exposition « Paris et la Révolution ».

Pour G. Mazeau, « par le rejet de la biographie, du détail, de la narration et de l’événement », les historiens de métier ont abandonné le terrain de la vulgarisation à leurs adversaires. Ces derniers ont utilisé leur savoir-faire pour tenter d'imposer dans le public leur haine de la Révolution et de ses principes.

.
mazeau

Guillaume Mazeau, Université Paris 1 - page IHRF dont articles publiés
Rumeurs et vérité en histoire - Caen, 27 mai 2010
A propos de l'ouvrage de Michel Onfray Freud : Le crépuscule d'une idole
http://www.dailymotion.com/video/xdsy32_rumeurs-et-verite-en-histoire-debat_webcam

.

 .

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 mai 2013

La Fabrique du Paris révolutionnaire

 

gar-paris              gar-paris-fr


The Making of Revolutionary Paris - La Fabrique du Paris révolutionnaire
L'historien australien David Garrioch montre comment les fortes transformations sociales dans la capitale, au cours du XVIIIe siècle, rendent possible 1789.  Le Monde des livres publie un compte rendu par Antoine de Baecque et un entretien avec l’auteur.

http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/05/09/david-garrioch-la-ville-est-un-espace-transformateur_3174055_3260.html
http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/05/08/ah-paris-ira-paris-ira_3173672_3260.html


L'historien décrit une nouvelle « culture métropolitaine », une culture urbaine, un mode de vie et une façon de voir le monde, une sociabilité … Il démontre que l'écart entre les riches et les pauvres s'est terriblement creusé à Paris au cours du XVIIIe siècle, engendrant une société aux rivalités explosives. Mais il souligne dans le même temps que l'ensemble de la société parisienne a bénéficié de l’expansion, une classe moyenne de plus en plus nombreuse, influente, revendiquant l'accès aux biens, aux fonctions, à la culture...
Trois espaces d'expérimentation d'un nouvel agir en commun apparaissent, l'opinion publique, la politisation à travers les tensions religieuses, la place des femmes

Pourquoi l’intérêt pour la Révolution française ? Partout on reconnaît l’influence de la RF. Mais les raisons ne sont pas partout les mêmes… Aux Etats-Unis, c’est le lien avec l’indépendance, donc la fondation de la nation. Ailleurs, ce qui fascine, c'est la question de savoir s'il est vraiment possible de reconstruire une société de fond en comble….

table des matières de l'ouvrage sur le site de La découverte
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_fabrique_du_Paris_revolutionnaire-9782707175847.html

garrioch

 

Publications de David Garrioch
http://www.monash.edu.au/research/people/profiles/profile.html?sid=317&pid=2647

David Garrioch The making of Revolutionary Paris, Berkeley, University of California Press, 2002
La première partie du livre présente l’ordre social du Paris traditionnel, en commençant par les cadres sociaux, l’omniprésence des pauvres, la fabrication d’une classe ouvrière, les difficultés à s’inscrire dans la hiérarchie sociale. La deuxième, plus courte, intitulée « Politique de la ville et mécontentement populaire », rassemble deux chapitres, l’un à propos des problèmes de subsistances, l’autre des questions religieuses, et, bien entendu, du jansénisme. La dernière partie, « La fabrication d’une nouvelle Rome », commence par les « affaires du temps »,
CR JC Martin, Annales. Histoire, Sciences Sociales 4/2006
http://www.cairn.info/revue-annales-2006-4-page-943.htm

Le web connaît également :
La bourgeoisie parisienne au début du XIXe siècle : le cas du faubourg Saint-Marcel
David Garrioch, Revue d'histoire du XIXe, 34-2007
http://rh19.revues.org/1282

David Garrioch, The Formation of the Parisian Bourgeoisie, 1690-1830, Harvard Historical Studies 122, 1996

D. Garrioch, Neighbourhood and Community in Paris, 1740–1790, 1988
http://francia.digitale-sammlungen.de/Blatt_bsb00016309,00296.html


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 février 2013

France-Inter et la Révolution

 

1789-1794 : faut-il avoir peur de la Terreur ?
Sur France-Inter, vendredi matin, Sophie Wahnich, Patrice Gueniffey et Olivier Coquard
La Révolution est terminée selon PG.
Pourtant, elle continue à faire débat ...
Qu'est-ce la Terreur ?
La Vendée, un génocide ?
2 remarques : 
. Depuis 1792, les affrontements politiques sont influencés par la guerre contre l'Autriche et la Prusse.
. difficile de parler de l'histoire scolaire, surtout celle que les programmes repoussent au mois de mai...

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 juin 2012

Révolution et cultures populaires

 

Mythologies contemporaines : Révolution française et cultures populaires dans le monde aujourd’hui, c’est le titre d’un colloque qui a eu lieu à Vizille en mars 2012. Martial Poirson et Alain Chevalier, les organisateurs veulent conduire une « histoire sociale et culturelle de l’imaginaire révolutionnaire contemporain » en étudiant les « réappropriations et détournements » des mythes (des mémoires ?) de la Révolution française dans différentes cultures.

Dans le compte rendu rédigé et mis en ligne le 5 mai 2012, Serge Bianchi souligne le choc entre l’héritage d’une vision républicaine de la Révolution et les nouveaux stéréotypes forgés par les fictions mâtinées d'histoire qui redonnent vie à la légende noire, celle d'un Dickens (A Tale of two cities). La Révolution n'est plus la matrice de la société et de la politique actuelle (les droits de l’homme, les débuts de la démocratie) mais une violence aveugle contre Marie-Antoinette et les aristocrates, mis en scène sur fond de victimisation et de frivolité.

Les participants du colloque ont souligné plusieurs chantiers urgents :
- « occuper les milieux et les médias qui ont consommé un divorce certain entre cultures populaires et patrimoine historique de la Révolution : le théâtre populaire, comme au temps de l’an II, de Romain Rolland, du TNP et de la Cartoucherie ; le roman populaire, à l’image du Quatre vingt treize de Victor Hugo en 1874 ou des Dieux ont soif d'Anatole France en 1912 ; le cinéma populaire de Napoléon (1925-, de la Marseillaise (1932), de 1788 (1978), de La Caméra explore le temps (1964) ».

- Reconquérir l’espace de l’enseignement. (cf la journée « Enseigner la Révolution française » à Ivry en mars 2011).

- Mettre à portée d'un large public l'érudition disponible et le travail des historiens d'aujourd'hui.

L’ampleur d'une refondation néessaire est considérable.Le bicentenaire suggère des pistes possibles. « La lutte est très inégale », mais ne pas l’engager serait une démission, un renoncement à des journées et des valeurs qui ont « changé la face du monde  et pesé sur le destin des nations écrit Serge Bianchi.


.

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,