05 décembre 2010

Géographie ou propagande ?

Géographie ou propagande ? Libération rebonds, 03/12/2010
http://www.liberation.fr/tribune,23

A partir d’extraits des manuels de géographie destinés aux collégiens et lycéens (1987-2007), 4 professeurs d’HG mettent en cause la géographie enseignée. Selon eux « la préparation des esprits à l’acceptation de la réforme des retraites et plus largement de la remise en cause des acquis sociaux obtenus au lendemain de la Libération est donc à l’œuvre depuis les années 80, du collège au lycée. Il est d’usage d’épingler les médias dans ce rôle de propagande idéologique, celui de l’enseignement de la géographie depuis un quart de siècle est moins connu ».

Egalement dans Libération Rebonds :
. Gérer l'université comme une entreprise, un mauvais calcul. http://www.liberation.fr/monde/

. HEC, école de l’acquiescement au libéralisme

.
- Incendie au nord d'Israël - image acquise par le satellite européen Envisat (et suivi samedi matin)
L'occasion de citer le blog Regard sur la Terre, une initiative de Planète Sciences Midi-Pyrénées. http://www.planete-sciences.org/midi-pyrenees/web/
Un défaut technique : la citation impose le détour obligatoire par l'adresse du site regard-sur-la-terre (ext).
Cette info a été indexée par Sylvestre Huet sur Sciences², un des blogs hébergés par Libération

Regard cite également Stephen Von Worley, How Far Can You Get From McDonald's ? (adresse sans ext)

A suivre, Sauver l'histoire ? : « il est des profs excellents » et pourtant les élèves ne savent plus rien...


HA_FA
Google Earth, copie d'écran

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


06 novembre 2010

La retraite des députés

Même réformée, la retraite des députés reste très avantageuse - Luc Peillon, Libération 03/11/2010

Extraits :
« … Pour les représentants du peuple, le système de double cotisation lors des trois premiers mandats, puis d’un et demi sur le suivant permettait aux députés de cotiser 22,5 ans pour une retraite complète, contre plus de 40 ans aujourd’hui pour le commun des mortels…

… Même réformé, leur régime restera très confortable. Ainsi, au bout d’un mandat, un député sera encore assuré de toucher une pension de près de 1200 euros (contre 1600 euros auparavant). Soit une retraite obtenue en cinq ans quasi équivalente au montant de la pension médiane touchée par les Français (1334 euros) après une carrière complète (près de 40 ans de cotisation). Et si le député fait un second mandat, il touchera alors le double (2400 euros, au lieu de 3200 euros auparavant). Pour faire taire les critiques, l’Assemblée insiste sur le fait que le mandat moyen d’un député est de 7,5 ans. Ce qui fait tout de même une retraite moyenne de 1800 euros après 7,5 années de cotisations

Un rendement imbattable, rendu possible grâce à la surcotisation ouvrant droit à une majoration d’annuités, mais également par le fait que les députés ne sont pas soumis au dispositif de la décote. Pour un salarié lambda, par exemple, la retraite sera proportionnelle au nombre d’annuités cotisées, mais aussi amputée d’une décote de 5% par année manquante (dans la limite de cinq ans). Pour les députés, pas de décote, la pension est calculée au prorata du nombre d’années effectuées. Argument de l’Assemblée: leur système n’étant intégré à aucun autre, leurs années ne comptent pas dans la reconstitution finale de la carrière. Sauf à faire 31 ans de mandat pour une carrière complète, tous seraient soumis à la décote. Et devraient attendre l’âge d’annulation de celle-ci que la nouvelle loi sur les retraites a justement repoussé à 67 ans.

Reste que ce système, même réformé sur d’autres points (suppression du 13e mois, recul de l’âge légal, alignement du taux cotisation sur celui du privé), demeure sans doute le plus lucratif de tous les régimes spéciaux. Mais l’écrire, «c’est être accusé d’antiparlementarisme primaire», glisse un député frondeur. Pour le patron du groupe UMP, Jean-François Copé, c’est même «un bon accord, équilibré, qui nous rapproche singulièrement du régime général». Ne reste plus, alors, qu’à aligner le régime général des salariés sur celui des députés… »

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

31 octobre 2010

Les hebdos et l'actualité

OBS
numéros précédents

MARIAN
Ils sapent les valeurs de la République...

LEXPRESS
Sarkozy face à la rue

       VA
va : Pouvoir et Argent...
photo de l'Assemblée !!! Pourquoi pas l'Elysée ?

LEPOINT


SEPAR

C'est la rue... un auditeur chez Daniel Mermet
http://www.youtube.com/watch?v=sMQY92RXe3A&sns=fb

 

Posté par clioweb à 07:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 octobre 2010

Retraites, capitalisation et famille

Sevriena, l’entreprise sarkozyste de démolition des retraites. Thierry Brun, Politis 16/10/2010
http://www.politis.fr/Sevriena-l-entreprise-sarkozyste,11865.html

La loi en cours contient quelques articles destinés à booster la retraite par capitalisation... Le groupe Malakoff et de Médéric dirigé par GS mise gros sur l’adoption de la réforme. Il a récemment créé avec la CNP (CA 31,5 Mds d’euros en 2007) une société au nom de Sevriena pour tirer profit de la retraite par capitalisation...

- Le Clan Sarkozy pille les retraites !
Roberto Fiorini cite Mediapart - ttp://robertofiorini.blog4ever.com/

- une compilation sur un site d'Attac (?)
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/retraites-famille.htm

- La retraite rêvée,  Rue 89  03/03/2010

 

 

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 octobre 2010

Le point de fusion des retraites

phynance

un billet de Frédéric Lordon sur la perversité intrinsèque du capitalisme financiarisé
- blog La pompe à phynance (23/10/2010)

Au sommaire :
Une " réforme ", mais pour qui ?
Organisation de la décote et capitalisation rampante
Une riche idée : financiariser les retraites en pleine crise financière !
L'ultime verrou de la financiarisation
Sur-fusion, révolution ?

Extraits :
« L’emprise de la finance a rendu la vie de beaucoup de salariés odieuse. Comme si ça n’était pas suffisant, la capitalisation rampante en fera de même avec celle des pensionnés. La finance renflouée aux frais du public, fauteuse de récession, commanditaire de l’austérité, aussi arrogante que toujours, bonus en bandoulière, attend confiante la chute du pactole des retraites. Est-ce que par hasard ça ne commencerait pas à faire un peu beaucoup ? »

« Ce printemps n’a-t-il pas vu l’opinion britannique s’insurger des pénalités dont le gouvernement étasunien a menacé BP ? C’est qu’en effet le cumul des amendes anticipées et des coûts de nettoyage du Golfe du Mexique a divisé par deux le cours de l’action BP… à la très grande fureur des retraités anglais loin des flaques de mazout – car BP est un poids lourd de l’indice Footsie et l’un des plus importants supports des pensions britanniques ! Sous le prétexte bien fondé des retraites capitalisées, les entreprises n’ont donc plus guère de mouron à se faire : elles peuvent exploiter tout leur saoul, polluer autant qu’elles veulent et pactiser avec n’importe quelle junte… »

« S’ils allaient y voir de plus près, les pauvres pensionnés britanniques en auraient les yeux qui dégringolent des orbites à découvrir les proportions phénoménales dans lesquelles se sucrent les principaux gestionnaires de leurs fonds, le pompon revenant à HSBC qui pour 40 années de versements mensuels de 200£, soit un total de 120.000£ (96.000£ plus les avantages fiscaux) se sert sans mollir une commission de… 99.900£, soit un modeste 80% »

« Quelques décennies d’apprentissage ont enseigné aux libéraux la contre-productivité de la « prise de front ». Désormais bien établie, la stratégie de la paupérisation préalable et délibérée des services publics (lato sensu) se montre autrement plus efficace puisqu’il n’est en effet pas de plus sûr moyen de jeter les usagers dans les bras des opérateurs privés que d’avoir auparavant méthodiquement dégradé les prestations des opérateurs publics. Après le service de l’emploi, le transport ferroviaire, la poste, bientôt l’éducation et puis la santé, la retraite n’échappe pas à cette unité de vue stratégique »

« Le capital, dont Marx rappelait qu’il était incapable de résister à l’appel de « ses intérêts les plus bornés et les plus malpropres », s’est donné avec NS le fondé de pouvoir le plus visible, le plus caricatural et le plus détestable – quand le choix de nos amènes socialistes étaient d’une bien meilleure rationalité stratégique de long terme : ceux-là n’ont-ils pas fait avancer la cause du capital dans une parfaite tranquillité au seul prix d’avoir à trémoler régulièrement « justice sociale » et « égalité » entre deux trains de déréglementation (et ne s’offrent-ils pas d’ailleurs à reprendre du service sur le même mode exactement) ? Mais voilà où mène l’hubris des possédants : à tout vouloir ils risquent aussi de tout perdre ».

La pompe à phynance (23/10/2010)

.
- A lire également, Pourquoi les jeunes sont dans la rue - Mediapart 24/10/2010 
un entretien de Sylvain Bourmeau avec la politiste Camille Hamidi (Lyon 2) rappelle que les oppositions sommaires mises en scène par le pouvoir et les médias dominants (lycéens et casseurs) caricaturent une réalité sociale autrement plus riche et plus complexe.
 

Posté par clioweb à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 octobre 2010

Retraites

- La France en grève, vue par un journal américain :

marseille_16102010

Combien de manifestants selon la police ? 200 ?

moiatonage

A ton âge je travaillais déjà
Moi, à ton âge, je travaillerai encore
http://www.boston.com/bigpicture/2010/10/france_on_strike.html

.
- « Diriger, c'est conduire un peuple avec son assentiment »
A l'heure du conflit social autour de la réforme des retraites, la philosophe Cynthia Fleury estime qu'il est urgent de réunir les différents acteurs publics pour orchestrer le compromis démocratique

« Comme l'explique très bien Pierre Rosanvallon, à la suite de Montesquieu, il y a une asymétrie de la souveraineté : une souveraineté positive, qui renvoie au Parlement et au gouvernement, et une souveraineté que certains disent négative, c'est-à-dire la rue, qui gouverne par son pouvoir de veto, son pouvoir de sanction.
Les démocraties adultes s'organisent différemment, surtout avec l'irruption des nouvelles technologies et la part croissante de la démocratie participative ».

« Mon travail consiste à réfléchir aux nouveaux outils de la régulation démocratique, à ces fabrications collectives de l'exemplarité. Que vise-t-on ? Pas " le pouvoir au peuple ", cher aux populistes, pas la tyrannie de la majorité, chère aux conservateurs, non, nous visons une fabrication collective, plurielle, de la raison publique et du pouvoir d'Etat ».

« Gouverner, ce n'est pas pratiquer l'autoritarisme. Pour cela, il y a les petits chefs, les petits tyrans qui n'ont rien à voir avec l'art de gouverner. Diriger, c'est conduire un peuple avec son assentiment ... »

«  ...Le renouveau du thatchérisme, posture politique ringarde, ridicule, vieille déjà, serait l'intelligence moderne de la démocratie ?? Je tombe des nues. C'est l'antithèse de la modernité démocratique ... ».
http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/10/23/

 

Posté par clioweb à 10:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 septembre 2010

PQR : Les unes du 24/09/2010

Les titres du 24 septembre 2010 dans la PQR
http://unes.spqr.fr/
En copie d'écran - PQR 1 - PQR 2 - PQR 3

Retraites : la rue ne désarme pas
La rue ne faiblit pas
Retraites : le pression n'est pas retombée
Retraites : la rue hausse le ton
20 000 Sarthois dans les rues
La résistance gagne du terrain
25 000 à Montpellier
Toujours mobilisés
ILs maintiennent la pression
20 000 personnes défilent à Lille
Retraite : La rue accentue la pression
La rue tient bon
Et maintenant ?
Dos à dos (Le Parisien)
Plusieurs milliers pour dire non
Le Limousin refuse de baisser pavillon
Et maintenant ?
Retraites : le pari tenu des syndicats
Retraites : la querelle des chiffres et après ?
Encore des milliers dans les rues
Elysée et syndicats : la guerre des chiffres (Sud-Ouest)
Et maintenant ?
Retraites : la grogne ne faiblit pas
La mobilisation reste élevée
Ils maintiennent la pression
Moins nombreux, toujours motivés (Voix du Nord)
La mobilisation ne faiblit pas

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 juillet 2010

La Retraite des réformes

- Marianne réagit vivement à la stigmatisation des journalistes indépendants (« une certaine presse des années 30 », des journalistes quasiment accusés d'être des « hitléro-trotskystes », comme à Moscou en 1938).

Alain Rémond moque le lapsus de l'un de ces ministres qui a désigné Eric Woerth comme « Le ministre de la Retraites des réformes... ».

- Marianne pointe également l'écart entre la communication présidentielle sur la réduction du train de vie de l'Elysée  et la réalité des chiffres dans le rapport de la Cour des Comptes :
Déplacement de 2 h 30 dans l'Ain ? coût pour le contribuable : 128 291 euros
Participation à l'AG de l'ONU ? coût : 1 1 45 279 euros... (pour 35 + 33 + 61 personnes), dont 13641 pour réaménager une suite d'hôtel.
Fabrication d'un fond d'écran façon pub TV ? coût : 141 000 euros ...

- « Réformer, c’est s’attaquer à des intérêts acquis ». Jack Dion compare ce que le projet des retraites selon NS demande aux salariés et les rétributions de quelques chefs d’entreprise. Ainsi, le PDG de Vinci perçoit 1,6 millions par an (133 000 euros par mois) ; il vient de réaliser une plus-value de 812 500 euros sur ses stock-options….

Posté par clioweb à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 juin 2010

Faites du bruit

« Quand il y a une grève, plus personne ne la voit »
La formule était fausse à Caen le 24 juin 2010.
Très forte mobilisation de tous les salariés contre un projet de réforme qui protège les riches soutiens du chef de l'exécutif.

« Faites du bruit » suggérait un syndicaliste.
Il a été visiblement bien suivi hier.

« Retraites : plus de 20 000 manifestants à Caen » titre ce matin Ouest-France.
Le chiffre suggère un choix intéressant (18 000 selon la police, 30 000 selon les organisateurs).

OF_desfoux_24

source : OF- Jean-Yves Desfoux

rc_pasluxe2010

42 photos à consulter sur le site resistances-caen.org

.
- Syndicats et opposition taclent la réception de Henry à l'Elysée
Le Télégramme - 25 juin 2010

« Dès lors que 23 grévistes [les joueurs de l'équipe de France de football] parviennent à modifier l'agenda du président de la République, assez naturellement, on pourrait penser que les responsables syndicaux puissent être reçus », a lancé Bernard Thibault (CGT).
François Chérèque (CFDT) lui a emboîté le pas : « Le président de la République peut dormir tranquille, il y a plusieurs millions de personnes dans la rue, il y a des millions de chômeurs (...) et lui passe son temps à écouter les états d'âme d'un footballeur qui gagne 15 millions par an ».

- Thibault et Chérèque zappés des médias - Libération économie  ! (ou médias)
Le foot (à fric) n’est pas l’ami du mouvement social. «A deux reprises cette semaine, une radio et une chaîne de télévision, toutes deux publiques, ont décommandé une invitation à Bernard Thibault. Sur RTL, Apathie a préféré Bachelot à Chérèque...

 

Posté par clioweb à 07:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 juin 2010

Un réforme injuste et inefficace

- Retraites : une réforme injuste et inefficace
Arnaud Parienty - http://www.alternatives-economiques.fr/

- Retraites: le chantage financier auquel l'Elysée a cédé.  Médiapart
dans les coulisses a eu lieu une lutte âpre : selon Mediapart, le gouvernement avait l'intention, initialement, de taxer davantage certains produits d'épargne. Mais des banquiers et des assureurs consultés par l'Elysée ont brandi la menace de ne plus financer les emprunts pour couvrir la dette française. Face à ce qu'il faut bien appeler un chantage, le gouvernement a préféré taxer lourdement les salariés.

- Retraites : l'ère de la complexité 20/06/2010  - Robert Castel - Le Monde Opinions
L'homogénéisation par l'âge fonctionne comme un paravent qui dissimule une foule de disparités et d'injustices.

- Le déficit des retraites s’élève à 30 milliards en 2010
mais il y a...
   - 30 milliards d’euros d’exonérations de cotisations sociales par an qui n’ont servi à rien ;
   - 70 milliards de niches fiscales par an ;
   - 24 milliards de baisses d’impôts pour les contribuables aisés depuis 2000 ;
   - 83 milliards d’euros de dividendes nets perçus par les actionnaires en 2008…
S'attaquer à la finance, pas aux retraités, Attac France (source PJ)
http://www.france.attac.org/spip.php?article11509

.
-23 juin 2010 - L’enjeu des retraites, avec Bernard Friot - Là-bas si j'y suis.
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1965

 

Posté par clioweb à 06:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,