16 janvier 2015

Regards : Penser l’après-janvier 2015

 

Penser l’après-janvier 2015
http://www.regards.fr/web/article/penser-l-apres-janvier-2015

« Liberté d’expression, laïcité, islamophobie, "union sacrée", réponse sécuritaire, rôle de l’école…
L’onde de choc des attentats des 7 et 9 janvier n’a pas fini de produire des effets qu’il est aujourd’hui difficile de calculer. Pour sortir plus vite de la stupeur, pour mesurer les dangers et poser les questions les plus essentielles, nombre d’intellectuels se sont exprimés, selon des positions qui marquent souvent des convergences, parfois des désaccords. Nous proposons ici une sélection de ces contributions, regroupées par thèmes, afin de nourrir une réflexion plus que jamais indispensable ».

- Contre les stigmatisations
Olivier Roy : "La peur d’une communauté qui n’existe pas"
Didier Fassin : "Notre société a produit ce qu’elle rejette aujourd’hui comme une monstruosité infâme"
Collectif : "Plus que jamais, il faut combattre l’islamophobie"
Éric Fassin : "De #JeSuisCharlie à #NotInOurName"

- Quelle laïcité ?
Pierre Khalfa et Gustave Massiah : "Mettons la laïcité au service de l’intégration et non de la stigmatisation"
Jean Baubérot : "Être Charlie. Être laïque"

- Contre l’union sacrée
Frédéric Lordon : "Charlie à tout prix ?"
André Gunthert : "La défaite Charlie"
Collectif : "Non à l’union sacrée !"

- Critique de la religion et liberté d’expression
Haoues Seniguer, Abdellatif Idrissi, Dominique Avon, Rachid Benzine : "Le monde souffre de schizophrénie"
Karim Emile Bitar : "Caricatures et liberté d’expression : le choc des hypocrisies"
Christophe Ramaux : "La gauche radicale a eu tort d’attaquer la prétendue islamophobie de Charlie"

- Menaces sur les libertés
Robert Badinter : "On ne touche pas au cœur de la démocratie sans s’affaiblir"
La Quadrature du Net : "Non à l’instrumentalisation sécuritaire"

- Pour conjurer le pire
Dominique G Boullier : "Il y aura d’autres Charlie tant que…"
Roger Martelli : "Se sortir de la guerre et non pas chercher à la gagner"
Étienne Balibar : "Trois mots pour les morts et pour les vivants"

- Profs en première ligne
Bernard Girard : "Une minute de silence perturbée, c’est un appel à éduquer autrement"
Collectif : "Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ?"
Chouyo : "Mes élèves, un drame et des mots"
Marie : "Pour mes élèves de Seine Saint-Denis"

Aggior : "L’école, Charlie et les autres : entrer dans la boîte noire des classes"
Lucie Delaporte, Médiapart, "Pour les enseignants, il faut dialoguer, dialoguer et encore dialoguer".

Penser l’après-janvier 2015, tous les liens vers les articles :
http://www.regards.fr/web/article/penser-l-apres-janvier-2015

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


05 décembre 2011

Le quotidien d'une prof de Drancy

 

regards

Le MEN vient d’annoncer son projet de faire noter les profs par leur chef d’établissement.
Lucie Barrat, professeure d’Histoire-géographie en collège à Drancy y voit la fin d’une Ecole publique à travers « une volonté plus sournoise, celle de réduire la liberté d’expression et d’action de chacun ».

Elle évoque son quotidien, en prenant l’exemple de plusieurs de ses élèves.
« L’autre jour, mon frère passait chez moi et regarda par curiosité mes copies de cinquième. Il me demanda alors si c’était un choix stylistique de la part de mes élèves que d’écrire des phrases obscures sans ponctuation dont les mots manquent et/ou ne sont pas placés dans le bon ordre. Non, ce n’est pas normal mais c’est mon quotidien, à 5,6 de moyenne dans deux de mes trois classes de cinquième ».
 
« …depuis quelques années et surtout depuis l’année dernière, mes collègues et moi-même devons faire face à la diminution d’heures d’enseignement, ce qui a généré la suppression du travail en petits groupes en langues étrangères, en Physique-chimie et en Sciences de la vie et de la Terre, la baisse de l’aide au travail personnalisée en français en classe de sixième et la fin du renforcement en français sur la classe de quatrième… »

Que faire alors quand les moyens financiers nous manquent ? Rien de réellement efficace. A la fin de ma semaine, il ne reste qu’un sentiment d’échec.

« Je continue d’enseigner parce que j’y crois encore. Mais, en ce moment, je faiblis, je me sens seule dans cette société qui me prend pour une râleuse privilégiée. Même dans un entourage pas si lointain, je crains qu’on m’écoute mais qu’au fond, on se dise que les réformes de l’enseignement sont bien nécessaires…
Alors écoutez-moi, entendez-moi et battez-vous avec moi ».

http://www.regards.fr/societe/la-journee-d-un-prof-ordinaire

Enseignant, un métier en mutation. Regards lance un Appel à témoignage.
http://www.regards.fr/societe/enseignant-un-metier-en-mutation


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,