28 décembre 2010

The school history debate

Sur le forum Schoolhistory, les professeurs d'histoire réagissent aux consultations et aux projets  de Michael Gove sur l'histoire scolaire.
Les débats semblent porter sur :
- L'identité nationale ( "britishness" : All pupils must learn Britain’s "island story" )
- La place du récit magistral
- La part des savoirs (le contenu événementiel) face aux skills (les capacités scolaires à développer grâce à l'histoire).

.
Nos collègues citent deux articles d'historiens expatriés, à lire sur le site du Guardian :

- Simon Schama (U Columbia)  : my vision for history in schools - 09/11/2010
http://www.guardian.co.uk/education/2010/nov/09/future-history-schools

schama    

« In these economically and politically tricky times we need history's long look more than ever, says historian and government adviser Simon Schama, as he sets out six of the key events no child should miss out on ».

« How would you rather spend an hour : « learning about learning », trapped in some sort of indeterminate swamp of histo-geographic-social studies, or listening to and talking about, the murder of Thomas Becket ? »

What every (British) child should learn : 
Murder in the cathedral
The black death, and the peasants revolt
The execution of King Charles I
The Indian moment
The Irish wars
The opium wars and China
SS a écrit pour la BBC   A History of Britain en 15 épisodes (2000-2002).

.
- School history gets the TV treatment - 13/09/2010
That's not what's needed, says James Vernon (U Berkeley)
http://www.guardian.co.uk/education/2010/nov/16/school-history-gove-schama-tv

vernon

Pour James Vernon,  « History provides us with a set of analytical skills that are indispensable for citizens who want to understand our present conditions. And those conditions are rarely made just in Britain... Historians do not just detail where and when change happens; they explain how and why it happens. This requires a point of view and organising narrative, but the coherence of the explanation is more important than the excitement of the story. We want students who aren't just entertained, but who can think critically and effectively about the world they live in ».
http://history.berkeley.edu/faculty/Vernon/

JD Clare résume la démarche des concepteurs-réformateurs de programme scolaire :
« 1. everybody else starts pitching in their topics until the list gets too long (so in the end they try to cram it all in in some kind of depth-v-overview way and overburden the curriculum ... and we're straight back to the accusation why do they wash over history?)
2. they begin to realise that one can't just include topics because you like them, so they begin to drill down into what principles should inform the list of topics, and then they find there are MANY different ways of organising content.
3. after a time of trying to reconcile the irreconcilable, they then say: "OK, let's stop talking about topics, let's talk about what we are trying to do when we teach History", and they begin to move towards a body of concepts and processes.

And the net result if they are not VERY focussed is a huge list of topics, against which one is supposed to teach a wide range of skills - hey! - like we had before!!!!! Presuming they keep the AfL/APP and other external structures within which History is taught in the classroom, then plus ca change ».
Source : Schoolhistory, rubrique The Cafe, réservée aux abonnés

- « The Education White paper » - « The education secretary, Michael Gove, has outlined plans to transform teacher training and recruitment, shake up school league tables to focus more on children's performance in academic subjects, and make it easier for headteachers to remove poor teachers and exclude disruptive children ».
Le Guardian (24/11/2010) cite une « accelerated route to leadership », des « tuition fees sponsored » pour les « Armed forces veterans with a degree if they wish to train as teachers »…
« A new award, the English baccalaureate, will be introduced for any student who secures good GCSE passes in English, maths, science, a modern or ancient foreign language, and a humanity »
http://www.guardian.co.uk/education/2010/nov/24/michael-gove-sweeping-school-reforms

Education White paper, la présentation du Times Educational Supplement (voir aussi le site TES New Teachers)

Sur The English Bacc, lire le point de vue de  Jim Belben  (Hodder education)
http://www.hoddereducation.co.uk/

Au temps de Blair et de Brown, David Blunkett (mai 1997), Estelle Morris (juin 2001), Charles Clarke (oct 2002), Ruth Kelly (dec 2004), Alan Johson (may 2006), Ed Balls (juin 2007) ont occupé le poste.
http://en.wikipedia.org/wiki/Secretary_of_State_for_Education
En 2005, Le Monde diplomatique avait publié L’école britannique livrée au patronat, un article de Richard Hatcher
http://www.monde-diplomatique.fr/2005/04/HATCHER/12086

Le cœur du débat semble très politicien et très idéologique. Michael Gove, le ministre, a failli naître en 1968. La référence ultime de ce néo-thatchérien, selon l'article de Wikipedia, c'est Burke, plus le ""marché"" dans sa version fondamentaliste. Selon lui, « education has been undermined by left-wing ideologues who have condemned (british) children to a prison house of ignorance » ... http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Gove

gove

(source des photos : http://en.wikipedia.org )

Posté par clioweb à 07:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


01 septembre 2010

Louis XIV ou l'histoire de l'Afrique

Un article récent du Figaro fait part d’étonnantes oppositions à l’ouverture des programmes d’histoire de 5ème aux sociétés non européennes. Voir : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/08/27/
extraits de l'article :
« À lire la pétition du collectif «Notre histoire forge notre avenir», Napoléon, Clovis et Louis XIV y seraient réduits à la portion congrue au profit de l'étude d'empires africains comme Songhaï ou Monomotapa, de l'empire chinois des Han ou de l'Inde des Gupta. Sous la même bannière, un groupe constitué sur Facebook compte plus de 4.500 membres ».

« Pour Dimitri Casili, un historien spécialiste de la Révolution et instigateur de la pétition, « c'est une bonne chose» d'étudier les autres civilisations, mais à condition que les petits Français connaissent les bases de leur propre histoire » » …
« L'historien Max Gallo, lui, indique que «l'enfer est pavé de bonnes intentions» et craint le «zapping» »

.
- Touche pas à mon histoire de France !
C dans l'air, lundi 6 septembre 2010
http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1524
http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=accueil

Laurent Wirth est présenté comme "docteur en histoire", Dimitri Casali comme "Historien, enseignant, compositeur et directeur de collection". Egalement Fabrice d'Almeida et Jean-Joseph Julaud (L'histoire de France pour les nuls)

.
- Réponse et commentaire de Jean-Pierre Chrétien :

Monsieur Max Gallo vaticinant sur l’histoire d’Afrique ne saurait-il apparemment pas qu’il y a des Français au visage noir dans les classes des collèges ? Et d’ailleurs le chef de guerre Chlodwig était-il « français » ?

Quant à l’enseignante X, qui « craint » de ne pouvoir traiter le sujet en une heure, le dossier de la Documentation photographique (juin 2010) sur L’Histoire de l’Afrique ancienne, peut l’aider. A condition de ne pas oublier que le métier de professeur d’histoire ne consiste pas à tout raconter, mais, en l’occurrence, à trouver, selon un choix méthodique, les bons exemples (voire LE bon exemple) de l’historicité de l’Afrique.

Une nouvelle fois on constate dans notre pays un blocage culturel persistant à l’égard de l’histoire de l’Afrique et d’une manière générale à l’égard des civilisations non européennes.
Une rapide enquête sur le net atteste le bruissement (on dit buzz ?) de sites d’inspiration disons nationaliste contre le nouveau programme de 5-4eme ; ce bruissement qui fait ses choux gras d’une opposition terme à terme entre un mépris supposé de Napoléon et Louis XIV et le scandale manifeste à leurs yeux d’avoir à parler du Songhaï et du Monomotapa (gros rires en sous-entendu à ce Café du commerce de l’histoire). Ces commentaires sont notamment animés par un spécialiste de Napoléon, M. Dimitri Casali (voir Le Post, 26/08/2010)

Le côté amusant de cette polémique, c’est la connaissance très particulière de notre propre histoire qui s’y reflète (et qui est recopiée à l’infini sur le net).
Commençons par la citation supposée de Marc Bloch, décidément mis à toutes les sauces ces derniers temps : « Ceux qui ne frissonnent pas à l’évocation du baptême de Clovis et de la fête de la Fédération de 1790 ne comprendront jamais l’histoire de la France » a dit Marc Bloch (selon Casali). La citation exacte, c’est : « Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France , ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. ». Il suffit de se reporter à la source, L’Etrange Défaite (Albin Michel, 1957, p. 210).
M Casali croit-il vraiment que Clovis a été sacré à Reims avec l’aide de Jeanne d’Arc ? Pourquoi pas celle de Napoléon... ? Pourquoi attribuer à Marc Bloch une admiration inédite pour Clovis ?

Dans le même ouvrage, Marc Bloch réagissait aussi à « l’obsession du politique ». Il écrivait : « Je ne crois nullement plus difficile d’intéresser un enfant aux vicissitudes d’une technique, *voire aux apparentes étrangetés d’une civilisation ancienne ou lointaine* [JPC souligne], qu’à un changement de ministère ». (p.198).

Mais ces personnes veulent-elles réellement « intéresser » les enfants aux réalités humaines dans leur diversité et leurs évolutions ? Ne veulent-elles pas plutôt les gaver de l’imagerie nationaliste dont elles sont imbues ?

.
- 05/09/2010 - Napoléon a-t-il perdu la bataille du Monomotapa ?
     L'analyse de Luc Cedelle sur le blog Interro écrite

- 17/09/2010 : Les réacs au piquet !  Médiapart http://www.mediapart.fr/club/

« ... Et vraiment, il est navrant de (voir les médias) tendre un porte-voix à ceux qui, de concert avec notre président, pensent encore que « le drame de l'Afrique,  c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire » ... de France ? »
Laurence De Cock, Suzanne Citron, Jean-Pierre Chrétien

 

 

 

 

 


Posté par clioweb à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,