07 février 2017

Le PCF et les 200 Familles

 

200familles-pcf-1937

Affiche PCF - élections cantonales de 1937

 

vie-nous-renoir

La vie est à nous, Jean Renoir 1936


Le thème des 200 familles est exploitée dans le film
La vie est à nous
La bande annonce :
http://www.youtube.com/watch?v=9bb3Io33eX0

Le film est une commande du PCF pour les élections législatives de 1936.
Jean Renoir coordonne le travail de réalisateurs et d’opérateurs bénévoles
Le chœur entonne un chant évoquant la crise et la responsabilité des 200 familles.
Bordas, terminale, 1980
+ http://www.cineclubdecaen.com/realisat/renoir/vieestanous.htm
 


Mesdames, Messieurs
excusez notre indiscrétion
mais nous sommes des gens curieux
qui cherchons une explication

La France est un pays très riche
où l’on trouve de tout à foison.
Mais le pauvre en guise de miche
doit se contenter de croûton.

La France est un pays fertile
où lèvent de belles moissons
Mais le vieux chômeur sans asile
n’a souvent pas un rogaton.
La France est un pays prospère
Où l'on peut vivre comme un roi
Mais dans sa mansarde le père
Voit ses enfants crever de froid.
Mesdames, Messieurs (...)

Que fait-on du blé et des fleurs
qui poussent au pays de France ?
A qui les champs à qui les mines ?
A qui les ports et les usines ?
A qui les banques et les forêts ?
A qui le blé le minerai ?

Que fait-on du blé et des fleurs
qui poussent au pays de France ?
A qui les champs à qui les mines ?
A qui les ports et les usines ?
A qui les banques et les forêts ?
A qui le blé le minerai ?

Qui pousse les jeunes au suicide
Et les femmes à l'avortement ?
Pourquoi ton assiette est-elle vide
Et ton gosse sans vêtement ?
Mesdames, Messieurs.

(...) En France il est 200 familles
qui accaparent la richesse.
En France il est 200 familles
qui provoquent votre détresse.
Leurs conseils d'administration
sont des repaires de brigands
où l'on réduit votre portion
où l'on détrousse vos enfants.
La France n'est pas aux Français
Car elle est à 200 familles.
La France n'est pas aux Français

 

200familles-huma38

 La société française est dominée par les 200 familles
Brochure publiée par L'Humanité en 1938



Marc Bloch : « De plus en plus loin du peuple... la bourgeoisie ... s'écartait de la France »
L'Étrange défaite. Témoignage écrit en 1940. Paris: Société des Éditions Franc-Tireur, 1946
extrait de la version mise en ligne par les Classiques des sciences sociales
http://clioweb.free.fr/dossiers/39-45/etrange.pdf

« On saurait difficilement exagérer l’émoi que, dans les rangs des classes aisées, même parmi les hommes, en apparence les plus libres d’esprit, provoqua, en 1936, l’avènement du Front populaire. Quiconque avait quatre sous crut sentir passer le vent du désastre... »

« De plus en plus loin du peuple, dont elle renonçait à pénétrer, pour sympathiser avec eux, les authentiques mouvements d’âme, tour à tour refusant de le prendre au sérieux ou tremblant devant lui, la bourgeoisie, en même temps, s’écartait, sans le vouloir, de la France tout court.
En accablant le régime, elle arrivait, par un mouvement trop naturel, à condamner la nation qui se l’était donné ».



Un article de Wikipedia traite le sujet...
La biblio cite Jean Bouvier, Olivier Dard, Alain Plessis, JN Jeanneney et Jean Garrigues
http://fr.wikipedia.org/wiki/Deux_cents_familles#Bibliographie

Dans un article du magazine L'Histoire (n° 84) Jean-Pierre Rioux situe Henry Coston, homme d'1 droite extrême qui admira tant Drumont (La France juive), [Toussenel] et Pétain.
Pour les années 1930, il rappelle le discours des radicaux (Daladier à Nantes en 1934), le PCF le reprenant et l'imposant à la sensibilité populaire. En 1985, selon Rioux, « les Français semblent avoir compris que les maîtres de l'argent sont chefs d'entreprises (pourvoyeurs d'emplois) et qu'une crise est internationale...»


.

.

Posté par clioweb à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


19 novembre 2016

Roger Salengro (1880-1936)

 

 popu-19111936

 

Roger Salengro, victime de la calomnie, se suicidait il y a 80 ans
Camille Lestienne, Le Figaro 16.11.2016
Les archives du Figaro - Dans la nuit du 17 au 18 novembre 1936, Roger Salengro, ministre de l'Intérieur du gouvernement de Léon Blum, se donne la mort, épuisé par des semaines d'une campagne calomnieuse menée par l'extrême droite.
http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2016/11/16/

Roger Salengro, un maire brisé par la calomnie
http://www.lavoixdunord.fr/75681/article/2016-11-18/roger-salengro-un-maire-brise-par-la-calomnie

 

salengro

Roger Salengro (1880-1936)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Salengro


En 1915, il est capturé par les Allemands alors qu’il rampe pour aller chercher
dans le no man's land le corps de son ami le sergent Demailly, tué la veille.
En 1918, il revient très affaibli par la captivité, notamment dans un camp disciplinaire en Prusse

En 1925, il devient maire de Lille (il succède à Gustave Delory), puis député SFIO en 1928.
En 1936, il devient ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de Léon Blum.
C'est lui qui annonce la signature des accords Matignon en juin 1936 et qui présente la loi sur la dissolution des ligues, le 18 juin 1936.
http://clioweb.canalblog.com/archives/2016/06/08/33931220.html
http://clioweb.canalblog.com/tag/frontpopulaire


En juillet, L’Action française et Gringoire, deux journaux d’extrême droite lancent contre lui une campagne de calomnies et l’accusent d’avoir déserté.

Le 18 novembre 1936, il met fin à ses jours.

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 mars 2016

150 ans de la Ligue de l'enseignement

 



Dimanche, Public Sénat a rediffusé un documentaire sur l'histoire de la Ligue de l'enseignement
et un débat avec François Chérèque, Laurence de Cock et Hélène Grimbelle.
http://tinyurl.com/grnb3k9

rediffusion du docu annoncée vendredi 25/03/2016 à 17h30 + 02/04/2016 à 14h00 + 0/04/2016 à 18h00
http://www.lesfilmsdici.fr/fr/films-projets/5082-la-fabrique-du-citoyen.html
http://150ans-laligue.org/150ans-portail/la-fabrique-de-citoyens-2/


Le documentaire est surtout un montage du point de vue des responsables nationaux,
d'un ancien ministre et de l'évêque d'Angoulême.
Il est possible d'entendre de Gaulle sur la Ligue (1945 ?), de voir Bayrou en 1993, Sarko en 2008...

N'aurait-il pas été possible
. de témoigner davantage du travail sur le terrain
et d'évoquer la complémentarité des structures engagées dans l'Education populaire (cf. les CEMEA) ?
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ducation_populaire

. de développer davantage les relations complexes entre scolaire
et Education populaire (cf. les controverses sur les rythmes scolaires)

. de rappeler peut-être, que au moins dans les années 1970, une partie de la force de ces associations
venait de l'engagement militant des futurs enseignants,
qui contribuaient à faire marcher les centres de vacances, les centres aérés, les cours du soir...


.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 septembre 2014

coll. Histoire des éducations

 

Le colloque « Histoire des éducations dans et hors l'école » se déroulera à l'université de Corte
du 9 au 11 octobre 2014 (dates des RDV de Blois).
Programme du colloque :
http://www.univ-corse.fr/evenements-du-jeudi-9-au-samedi-11-octobre-colloque-histoire-des-educations-dans-et-hors-l%27ecole-_5694.html
dont Les mouvements de jeunesse,
Le monde du travail comme modèle,
Familles et transmission non scolaire
Nouveaux savoirs, nouvelles méthodes
Figures de l’éducation
formations et médiations
Education populaire
Toutes les conférences, ateliers et tables rondes seront filmés et mis en ligne ultérieurement, sous réserve de l'accord écrit des participants, sur le site de la médiathèque de l'UMR LISA M3C - http://umrlisa.univ-corse.fr/spip.php?article296
Un ouvrage sera publié ultérieurement, ainsi que des dossiers thématiques dans des revues scientifiques.

Education et identités, le colloque précédent a eu lieu en mars 2013 à Gennevilliers
http://www.atrhe.org/actualites/appels--communication/colloque-education-et-identits


L’ATRHE (Association Transdisciplinaire pour les Recherches en Histoire de l’Education) a été créée en novembre 2011. Elle cherche à rassembler la communauté de chercheurs travaillant sur l’histoire de l’éducation envisagée de façon large. Cela passe par un ensemble d’activités (annuaire, diffusion d’information)par le site web, et surtout des colloques réguliers organisés par l’Association ou en collaboration avec celle-ci.
Si vous souhaitez participer activement à l’ATRHE, remplir et renvoyer le bulletin d'adhésion.
http://www.atrhe.org/bulletin-d-adhesion-a-l-atrhe-1

Le bureau proposera à l’Assemblée Générale de l’ATRHE en octobre 2014 que l’Association devienne membre de l’ISCHE (International Standing Conference for the History of Education)
Voir les sites web
http://www.atrhe.org/
http://www.ische.org/
(source : un mail envoyé par Rebecca Rogers)

.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 janvier 2013

La seconde jeunesse de l’éduc pop

 

- La seconde jeunesse de l’éduc pop - Libération 01.01.2013
http://www.liberation.fr/societe/2013/01/01/la-seconde-jeunesse-de-l-educ-pop_871075

Bonnes vieilles MJC, colos, mais aussi cafés philo ou cinémas itinérants… Très actif mais méconnu, le mouvement a retrouvé sous Hollande un ministre dédié. Un symbole pour un secteur sinistré.

L’éduc pop a connu ses grandes heures à la Libération, mais Malraux l’a marginalisée. Lors du quinquennat précédent, les crédits alloués aux « associations éducatives complémentaires de l’enseignement » ont chuté de 25%.
Aujourd’hui, le secteur est bien vivant, en constante mutation. Valérie Fourneyron fait miroiter un bel avenir à l’éduc pop. A elle d’aller au-delà de l’affichage.


- Ecole : le rythme change, les critiques emboîtent le pas – Libération – 08.01.2013
http://www.liberation.fr/societe/2013/01/08/ecole-le-rythme-change-les-critiques-emboitent-le-pas_872579


Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 juillet 2011

Peuple, populaire, populismes

- Le peuple a-t-il un avenir ? - Rencontres de Pétrarque 2011 - Montpellier

Lundi 18 juillet – Leçon inaugurale de Pierre Rosanvallon

Mardi 19 juillet – Vous avez dit populisme ?
avec Clémentine Autain, Annie Collovald, Guy Hermet, Benjamin Lancar, Myriam Revault d'Allonnes et Alain-Gérard Slama

Mercredi 20 juillet – Les nouvelles fractures du peuple
avec Jean-Loup Amselle, Nacira Guénif, Louis-Georges Tin, Michèle Tribalat et Sophie Wahnich

Jeudi 21 juillet – Monde arabe et révolutions populaires
avec Fethi Benslama, Leyla Dakhli, Vincent Geisser et Benjamin Stora

Vendredi 22 juillet – Goûts du peuple, goûts de l’élite
avec Ariane Ascaride, Gérard Noiriel, Lilian Thuram, Marin de Viry et Marc Weitzmann

Diffusion les samedis 30 juillet, 6 août, 13 août, 20 août et 27 août sur France-Culture de 19h à 20h30
http://www.franceculture.com/partenariat-france-culture-a-montpellier-la-semaine-des-idees.html


Entretiens en ligne (version courte ou longue) dans le journal de France-Culture
 
http://www.franceculture.com/2011-07-18-les-26emes-rencontres-de-petrarque-a-montpellier.html

avec Pierre Rosenvallon (lundi 18 juillet)

avec Annie Collovald, professeure de sociologie à l' Université de Nantes, (mardi 19 juillet)
auteur de l'ouvrage Le populisme du FN, un dangereux contresens , Ed. du Croquant, 2004
Collovald (A.), Gaïti (B.), dir., La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique , Paris, La Dispute , 2006
http://www.univ-nantes.fr/collovald-a 
http://www.isp.cnrs.fr/equipe/collovald.htm

avec Nacira Guénif : Les nouvelles fractures du peuple

A suivre, jeudi, Fathi Benslama Les peuples du monde arabe

.
- Annie Collovald : Mépris du peuple et analyses du vote FN
.
conférence de 2010 pour le Parti de Gauche.

http://www.dailymotion.com/video/xdglhy_a-collovald-1-4-mepris-du-peuple-et_news

http://www.dailymotion.com/video/xdgoqa_part-2-le-mepris-du-peuple_news

http://www.dailymotion.com/video/xdly7u_part-3-le-mepris-du-peuple_news

http://www.dailymotion.com/video/xdlz3t_part-4-le-mepris-du-peuple_news

 .
collovald

Annie Collovald, source Dailymotion 2010
.

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 octobre 2009

Bloch, Reims et la fête de la Fédération

Marc Bloch, l’Étrange défaite, Folio histoire, Gallimard 1990,

Marc Bloch (1886-1944)
L’étrange défaite. Témoignage écrit en 1940
Société des Éditions Franc-Tireur, Paris, 1946
http://classiques.uqac.ca/classiques/bloch_marc/etrange_defaite/etrange_defaite.html

Classiques, page 103, version word :
« Parce que la bourgeoisie était ainsi anxieuse et mécontente, elle était aussi aigrie. Ce peuple dont elle sortait et avec lequel, en y regardant de plus près, elle se fût senti plus d’une affinité profonde, trop déshabituée, d’ailleurs, de tout effort d’analyse humaine pour chercher à le comprendre, elle préféra le condamner. On saurait difficilement exagérer l’émoi que, dans les rangs des classes aisées, même parmi les hommes, en apparence les plus libres d’esprit, provoqua, en 1936, l’avènement du Front populaire. Quiconque avait quatre sous crut sentir passer le vent du désastre et l’épouvante des ménagères dépassa, s’il était possible, celle de leurs époux. On accuse aujourd’hui la bourgeoisie juive d’avoir fomenté le mouvement. Pauvre Synagogue, à l’éternel bandeau. Elle trembla, j’en puis témoigner, plus encore que l’Église. Il en fut de même pour le Temple. « Je ne reconnais plus mes industriels protestants »  me disait un écrivain, né dans leur milieu. « Ils étaient naguère, entre tous, soucieux du bien-être de leurs ouvriers. Les voici, maintenant, les plus acharnés contre eux. » Une longue fente, séparant en deux blocs les groupes sociaux, se trouva, du jour au lendemain, tracée dans l’épaisseur de la société française ».

Folio, p. 197,198,199 (source SC)

« Certes je n’ai nulle envie d’entreprendre ici l’apologie des gouvernements du Front populaire (…) Mais l’attitude de la plus grande partie de la bourgeoisie française fut inexcusable. Elle bouda, stupidement, le bien comme le mal. (…)

"Surtout, quelles qu’aient pu être les fautes des chefs, il y avait dans cet élan des masses vers l’espoir d’un monde plus juste, une honnêteté touchante, à laquelle on s’étonne qu’aucun cœur bien placé ait pu rester insensible. Mais combien de patrons, parmi ceux que j’ai rencontrés, ai-je trouvé capables, par exemple de saisir ce qu’une grève de solidarité, même peu raisonnable, a de noblesse : « passe encore, disent-ils, si les grévistes  défendaient leurs propres salaires ». Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. Peu importe l’orientation présente de leurs préférences. Leur imperméabilité aux plus beaux jaillissements de l’enthousiasme collectif suffit à les condamner. Dans le Front populaire, - le vrai, celui des foules non des politiciens - il revivait quelque chose de l’atmosphère du Champ de Mars au grand soleil du 14 juillet 1790.»

 

Posté par clioweb à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,